Cotation du 22/02/2019 à 22h48 Dow Jones Industrial +0,70% 26 031,81
  • DJIND - US2605661048

Wall Street pique du nez à nouveau...

Wall Street pique du nez à nouveau...
Wall Street pique du nez à nouveau...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après une première partie de séance hésitante, Wall Street repart à la baisse ce vendredi soir à trois heures de la clôture, digérant toujours les dernières annonces, jugées décevantes, de la Fed. Les investisseurs se montrent par ailleurs inquiets face au risque de "shutdown" (blocage de l'administration américaine) dès demain si les démocrates ne votent pas la sécurité aux frontières voulue par Donald Trump... Le DJIA perd actuellement 0,70% à 22.698 pts, le Nasdaq rechute de 2% à 6.398 pts, et le S&P500 recule de 0,94% à 2.444 pts.

"Les démocrates, dont nous avons besoin des votes au Sénat, voteront probablement contre la sécurité des frontières et le mur, même s'ils savent que c'est désespérément nécessaire. Si les Dems votent non, il y aura un 'shutdown' qui durera très longtemps. Les gens ne veulent pas des frontières ouvertes et du crime!", a insisté encore le Président américain. "Quoi qu'il advienne au Sénat, les membres républicains de la Chambre doivent être très fiers d'eux-mêmes. Ils sont rentrés à Washington de toutes les parties du monde pour voter en faveur de la sécurité des frontières et du mur. Aucun démocrate n'a voté oui et nous avons gagné largement. Je suis très fier de vous!", a encore asséné Trump.

Le rapport gouvernemental du jour fait ressortir une révision en légère baisse de la croissance économique américaine pour le troisième trimestre 2018, sur un rythme annualisé de +3,4%, contre une estimation antérieure de +3,5% et un consensus de 3,5% également. Ainsi, la progression du PIB est revue en légère baisse pour cette troisième et dernière évaluation. L'indice des prix rattaché au PIB a pour sa part augmenté de 1,8%, contre +1,7% de consensus et +1,7% pour l'estimation antérieure. Enfin, les dépenses réelles de consommation se sont établies en augmentation de 3,5%, contre +3,6% de consensus et +3,6% pour l'évaluation précédente.

Les commandes de biens durables pour le mois de novembre 2018, qui viennent également d'être dévoilées, se sont établies en croissance de 0,8% en comparaison du mois antérieur, contre +1,4% de consensus et -4,3% au mois d'octobre. Hors transport, ces commandes ont même reculé de 0,3% en comparaison du mois précédent, contre +0,3% de consensus et +0,4% un mois plus tôt.

L'indice final du sentiment des consommateurs américains pour le mois de décembre 2018, mesuré par l'Université du Michigan, est ressorti à 98,3, contre un consensus de place de 97,5 et un niveau antérieur de 97,5 également pour sa lecture préliminaire.

Les revenus personnels des ménages américains pour le mois de novembre 2018 sont quant à eux ressortis en augmentation de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place. Les dépenses de consommation personnelles des ménages ont grimpé en revanche de 0,4% en novembre, ce qui dépasse les attentes de marché (+0,3%), après une croissance révisée en hausse à 0,8% pour le mois d'octobre. Enfin, l'indice des prix 'core PCE' rattaché aux dépenses, très suivi par la Fed, s'est apprécié de +0,1% en comparaison du mois antérieur (+0,2% de consensus) et de +1,9% en glissement annuel, par rapport à novembre 2017.

VALEURS A SUIVRE

Nike s'adjuge 7% à Wall Street, le groupe ayant dévoilé des comptes trimestriels et des prévisions plutôt solides dans l'ensemble. Le groupe a en particulier bénéficié d'une demande robuste en Amérique du Nord, avec les nouveaux lancements aux marges plus importantes. Les ventes en ligne ont également soutenu les résultats, avec une progression de plus de 40% (+30% environ sur le marché domestique). Les revenus trimestriels totaux se sont élevés à 9,4 milliards de dollars, pour un bénéfice net de 847 millions de dollars et un bénéfice par action de 52 cents, contre des revenus de 8,6 Mds$ et un bpa de 46 cents un an avant, à la même époque. Le consensus, en comparaison, se situait à 46 cents de bénéfice par action et 9,2 Mds$ de revenus. Le concepteur de chaussures et accessoires de sport se montre confiant pour l'année 2019, évoquant une croissance des revenus supérieure aux attentes hors fluctuations de change.

Cintas (+1%) a présenté ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 243 M$ (2,18$ par action), contre 137 M$ (1,23$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,76$. Les revenus s'élèvent à 1,72 Md$, contre 1,61 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,70$, pour des revenus de 1,7 Md$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 7,30 et 7,38$, pour des revenus entre 6,87 et 6,91 Mds$.

CarMax (+4%) a annoncé ses comptes du troisième trimestre. Les revenus montent de 4,6% à 4,30 Mds$. Les bénéfices progressent de 27,9% à 190,3 M$, faisant ressortir un bénéfice par action de 1,09$, en hausse de 34,6%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1$, pour des revenus de 4,3 Mds$.

Boeing (-1%). L'avionneur a reçu une commande de Nigeria Green Africa Airways portant sur 100 avions 737 MAX 8, dont la moitié en option. Au prix catalogue, le contrat atteint 11,7 milliards de dollars. Il s'agit tout simplement de la plus importante commande jamais passée par une compagnie basée en Afrique. Le 737 MAX 8 connaît les ventes les plus dynamiques de toute la gamme Boeing, avec plus de 4.800 commandes passées par plus d'une centaine de clients. Le groupe annonce aussi que Flyadeal s'est engagé à commander 30 737 MAX, avec des options pour 20 appareils supplémentaires (6 milliards de dollars au prix catalogue). Basé à Djeddah, Flyadeal a démarré ses opérations en septembre 2017.

Apple (-3%). Le sous-traitant taïwanais Foxconn a l'intention de construire une usine de 'puces' de 9 milliards de dollars en Chine, à Zhuhai, selon le quotidien 'Nikkei'. L'assembleur de l'iPhone aurait donc des plans ambitieux en Chine. Il en serait au stade final des discussions avec le gouvernement local. Les incitations fiscales et avantages accordés à Foxconn devraient couvrir l'essentiel du coût de l'usine.

©2018-2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com