Cotation du 16/11/2018 à 23h18 Dow Jones Industrial +0,49% 25 413,22
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : pas de rebond après le plongeon d'hier

Wall Street : pas de rebond après le plongeon d'hier
Wall Street : pas de rebond après le plongeon d'hier
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street reste sous le choc ce jeudi soir à trois heures de la clôture, au lendemain d'une séance noire pour les indices américains. La méfiance vis-à-vis des marchés actions reste forte, sur fond de craintes concernant la croissance mondiale, de conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine et de hausse des taux d'intérêt outre-Atlantique. Les opérateurs suivront demain les publications trimestrielles de certains géants bancaires US (JP Morgan, Citigroup ou encore Wells Fargo). Les DJIA recule encore de 0,43% à 25.488 pts, le Nasdaq est stable à 7.428 pts, et le S&P500 perd 0,55% à 2.770 pts. Du côté du pétrole, le WTI retombe sur les 71,5$.

Faut-il s'alarmer, après une chute de plus de 800 points de l'indice Dow Jones hier soir et un plongeon des valeurs technologiques ? Pas à en croire Donald Trump, qui pense qu'il s'agit là d'une simple 'correction' des marchés financiers et non pas d'un krach. "En fait, c'est une correction que nous attendions depuis longtemps, mais je suis vraiment en désaccord avec ce que fait la Fed", a indiqué Trump devant les reporters en Pennsylvanie.

Le Président américain s'en est encore pris à la Fed, qui relève les taux trop rapidement à son goût. "Je pense que la Fed fait une erreur. Ils sont tellement durs. Je pense que la Fed est devenue folle", a même lancé Trump devant les journalistes, alors que la Banque centrale américaine, désormais dirigée par Jerome Powell, s'apprête à remonter ses taux pour la quatrième fois de l'année le 19 décembre. Il était extrêmement rare, jusqu'à l'élection de Trump, qu'un président américain critique ouvertement la Fed, supposée être indépendante.

L'indice américain des prix à la consommation pour le mois de septembre 2018 est ressorti en progression de 0,1% en comparaison du mois antérieur et en hausse de 2,3% en glissement annuel. Le 'CPI' hors alimentaire et énergie a pour sa part progressé de 0,1% par rapport au mois d'août et de 2,2% en comparaison de l'an dernier.

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont progressé de 7.000 la semaine passée à 214.000. Le consensus tablait sur 207.000.

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont bondi de 6 millions de barils sur la semaine close au 5 octobre, à 410 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse de seulement 2,8 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux progressé de 1 million de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont diminué de 2,7 millions de barils.

VALEURS A SUIVRE

Delta Air Lines (+5%) a dévoilé ses comptes du troisième trimestre. Les revenus sont de 11,95 Mds$, en hausse de 8,1% en glissement annuel. Les revenus ajustés s'affichent à 11,85 Mds$, en progression de 8,3%. Les bénéfices s'élèvent à 1,31 Md$ (1,91$ par action), contre 1,16 Md$ (1,61$ par action) un an plus tôt. Le bpa ajusté ressort à 1,80$, contre 1,54$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,74$, pour des revenus de 11,9 Mds$. Sur le quatrième trimestre, le groupe vise un bpa compris entre 1,10 et 1,30$, pour des revenus en croissance d'environ 8%.

Walgreens Boots Alliance (+1%) a publié ses résultats du quatrième trimestre fiscal. Les profits sont de 1,51 Md$ (1,55$ par action), contre 802 M$ (0,76$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,48$, en progression de 13%. Les ventes s'élèvent à 33,44 Mds$, contre 30,15 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,45$, pour des ventes de 33,8 Mds$. Sur le nouvel exercice, le groupe vise un bpa compris entre 6,40 et 6,70$, contre 6,02$ sur l'exercice fiscal 2018.

Apple (stable), le colosse californien de Cupertino, a accepté l'acquisition d'actifs du fabricant de 'puces' anglo-allemand Dialog Semiconductor dans le cadre d'une opération de 600 millions de dollars, ont annoncé aujourd'hui les deux groupes. Par cette opération, le groupe à la pomme renforce ses activités européennes. Dans le cadre de la transaction, Apple reprend des brevets de Dialog, ainsi qu'une équipe de 300 ingénieurs généralement habitués aux produits destinés au groupe de Cupertino. Des bureaux de Dialog en Allemagne, en Italie ou au Royaume-Uni, font également partie du 'deal'. L'opération n'a pas de conséquence à court terme sur les livraisons des produits existants de Dialog à Apple. L'accord comprend 300 millions de dollars de cash (pour récupérer ingénieurs et bureaux) et 300 autres millions de prépaiement pour la fourniture de 'puces'. Les effectifs récupérés par Apple représentent 16% du personnel de Dialog. La finalisation de l'opération est attendue au premier semestre 2019, sous réserve des conditions usuelles.

Tesla (-1%). Qui va bien pouvoir remplacer Elon Musk en tant que Président du Conseil d'administration ? Des administrateurs du groupe auraient proposé que leur collègue James Murdoch, directeur général de la 21st Century Fox, succède à Musk. "Le directeur général sortant de Fox a signalé son désir d'accepter le poste après l'accord avec la SEC", croit savoir de son côté le 'Financial Times'. Ainsi, James Murdoch serait devenu favori pour succéder à Elon Musk en tant que 'chairman' de Tesla. Musk, qui avait initialement refusé de répondre au FT, a toutefois tranché sur Twitter, rebondissant sur la publication de l'article par un péremptoire : "C'est incorrect". Le CEO de Tesla n'a toutefois pas donné plus d'explications. Le Financial Times précise qu'Elon Musk soutiendrait Antonio Gracias, principal administrateur indépendant de Tesla. Gracias pourrait cependant ne pas être 'assez indépendant' pour la SEC, compte tenu de son implication dans les affaires et les compagnies de Musk. Sa firme, Valor Equity Partners, avait investi dans Tesla en 2005, avant de revendre ses actions de la compagnie lors de l'introduction en bourse de 2010. La firme de Gracias a aussi investi dans SpaceX, société aérospatiale de Musk.

HP (-2%). D'après les données de Gartner, HP se maintient en première position sur le marché du PC aux Etats-Unis (devant Dell, Lenovo et Apple), avec 4,53 millions d'unités vendues sur le troisième trimestre, en hausse de 3,5% en glissement annuel. La part de marché US du groupe passe ainsi de 29,5% à 30,7% en un an. Au niveau mondial, HP reste en seconde position (derrière Lenovo), avec 14,63 millions de PC vendus sur le troisième trimestre (+6,2% en glissement annuel), soit une part de marché de 21,8%, contre 20,5% sur le T3 2017.

Microsoft (+2%). D'après les chiffres de Gartner, Microsoft a livré 602.000 PC (Surface) au troisième trimestre 2018 aux Etats-Unis, soit une progression de 1,9% en glissement annuel. Avec une part de marché qui passe de 4% à 4,1% en un an, le groupe de Redmond reste ainsi en cinquième position du classement des plus importants vendeurs de PC aux Etats-Unis au troisième trimestre, derrière HP (part de marché de 30,7%), Dell (25,9%) , Lenovo (15,4%) et Apple (13,7%).

Citigroup, JP Morgan Chase, PNC Financial et Wells Fargo publieront demain vendredi.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com