Cotation du 25/10/2021 à 23h26 Dow Jones Industrial +0,18% 35 741,15
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : panique à bord ?

Wall Street : panique à bord ?
Wall Street : panique à bord ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La séance s'annonce délicate à Wall Street. Le Dow Jones trébuche actuellement de 1,55% à 34.050 pts, alors que le S&P 500 abandonne 1,68% à 4.359 pts. Le Nasdaq perd 2,18% à 14.716 pts ! Le baril de brut WTI cède 1,3% à 70,8$ et le Brent 0,9% à 74,7$. L'once d'or remonte de 0,9% à 1.766$. L'indice dollar gagne 0,1% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin chute de 8% sur 24 heures, sous les 44.000$.

Les inquiétudes concernant le variant Delta persistent, de même que celles relatives aux dynamiques de la supply chain. Les risques d'inflation pèsent toujours. En outre, les marchés adoptent une attitude très prudente avant le verdict de la Fed, à l'issue de sa réunion des 21 et 22 septembre. Néanmoins, l'annonce officielle du 'tapering', réduction des achats d'actifs obligataires de la Fed, ne devrait probablement intervenir qu'à la réunion suivante. D'autres facteurs affectent les marchés, comme la question du relèvement du plafond de la dette, la Secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, se montrant de plus en plus pressante sur le sujet, et avertissant des risques conséquents si le Congrès tarde trop à agir. Enfin, la chute des bourses ce jour est surtout déclenchée par les difficultés d'Evergrande, qui pose un risque systémique.

Evergrande a chuté encore de 10% ce jour à Hong Kong après être tombé en séance au plus bas depuis mai 2010. Sur un an, le cours a plongé de 85%. La valeur poursuit son plongeon du fait du risque d'un défaut du groupe immobilier chinois sur ses dettes, estimées à près de 300 milliards de dollars. Le groupe, numéro deux chinois de l'immobilier, peine à céder des actifs et payer ses fournisseurs. Une faillite pourrait durement affecter le système financier chinois. La bourse de Hong Kong cédait 3,3% ce matin. Evergrande discuterait avec les banques pour étendre ou reporter certaines échéances de dette. La Banque populaire de Chine procède quant à elle à des injections de liquidités pour faire face...

Sur le front budgétaire, c'est toujours l'incertitude qui persiste aux USA. Axios rapporte, citant des personnes proches de la question, que le sénateur Joe Manchin en appelle à une 'pause stratégique' concernant le plan d'infrastructure humaine et sociale de 3.500 milliards de dollars de l'administration Biden jusqu'en 2022, alors même que les démocrates espèrent un vote le 27 septembre. Politico note que les progressistes considèrent l'éventualité de bloquer le plan d'infrastructure bipartisan, à moins qu'ils n'obtiennent des assurances sur le package d'infrastructure humaine. Les modérés demeurent sceptiques concernant la détermination des progressistes. John Yarmuth, le président du Comité budgétaire de la Chambre des représentants, a indiqué à Fox News que la Chambre prévoyait toujours un vote le 27 septembre sur le plan d'infrastructure physique.

Du côté de la Fed, des allusions plus explicites au 'tapering' sont donc attendues cette semaine. Le Financial Times rappelle les indications récentes de Jerome Powell, président de la Fed, à propos des progrès substantiels supplémentaires vers l'objectif d'inflation et de progrès clairs concernant le marché du travail. L'annonce formelle du tapering est toutefois désormais attendue en novembre, du fait notamment du variant Delta, et après un récent rapport sur l'emploi très mitigé. Bloomberg explique de quelle manière l'incessant débat sur le tapering de la Fed détourne l'attention des vents contraires budgétaires via une relance décroissante, qui devrait avoir un impact beaucoup plus important sur la croissance économique l'année prochaine. Le plan de dépenses de 3.500 milliards de dollars du président Biden (montant probablement amplement réduit) ne ferait pas beaucoup de différence en 2022, étant donné qu'il sera étiré sur des années et financé en partie par des augmentations d'impôts.

Alors que la Fed doit décider du timing de la réduction des achats d'actifs, la politique budgétaire a déjà commencé à agir comme un frein. L'impact économique des taxes et des dépenses fédérales, étatiques et locales serait devenu négatif au deuxième trimestre et le resterait jusqu'en 2023. Le plafond de la dette reste également un problème. Yellen a fait valoir dans le Wall Street Journal qu'une autre hausse du plafond était cruciale pour éviter une catastrophe économique généralisée.

Dans l'actualité économique aux États-Unis ce jour, l'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois de septembre 2021 est ressorti à 76, supérieur aux attentes des économistes de la place, contre un niveau de 75 un mois auparavant.

Les valeurs

Du côté des entreprises à Wall Street, le promoteur immobilier Lennar (-2%) publie après bourse ses derniers résultats trimestriels.

En attendant, le rival D.R. Horton (-2%) lance un avertissement sur les ventes. Le groupe a mis à jour sa guidance et table désormais sur 21.300 à 21.700 livraisons de logements au quatrième trimestre, contre une fourchette antérieure allant de 23.000 à 24.500. Le constructeur évoque les perturbations de supply chain. Sur l'exercice, les livraisons iraient de 81.300 à 81.700. Les revenus T4 sont estimés entre 7,7 et 7,9 milliards de dollars, ce qui permettrait tout de même une croissance de 35 à 36% sur l'ensemble de l'exercice, entre 27,4 et 27,6 milliards de dollars. Le groupe se montre en revanche confiant concernant sa marge brute, révisée en hausse, avec une guidance allant de 26,5 à 26,8% sur le quatrième trimestre.

Les Etats-Unis négocient avec Pfizer (+1%) pour 500 millions de doses additionnelles du vaccin anti-covid conçu avec BioNTech (-3%), destinées à des dons à travers le monde. C'est du moins ce que rapportent les sources de Bloomberg.

Pfizer vient en outre d'annoncer que son vaccin anti-covid conçu avec BioNTech produirait une solide réponse immunitaire chez les 5 à 11 ans. Chez les participants âgés de 5 à 11 ans, le vaccin s'est révélé sûr, bien toléré et a montré de solides réponses en anticorps neutralisants, affirment le groupe américain et son partenaire allemand. Les deux partenaires prévoient de soumettre ces données à la FDA américaine, à l'EMA en Europe, et à d'autres organismes de réglementation dans le monde dès que possible. Les résultats chez les enfants de moins de 5 ans sont attendus dès la fin de l'année, ajoute Pfizer.

CVS Health (stable), chaîne américaine de pharmacies, a annoncé qu'elle allait recruter 25.000 personnes avant la saison de la grippe, et alors que les Etats-Unis s'apprêtent à lancer les vaccinations de rappel contre le Covid-19.

La Commission indienne de Concurrence estime que Google (Alphabet à -3%) abuse de sa position dominante avec son système d'exploitation Android, indique Reuters. La CCI indienne souligne que Google affecte la concurrence avec son énorme levier financier, pesant sur la capacité des concepteurs d'appareils à développer et vendre des produits opérant sur des versions alternatives d'Android.

Le National Transportation Safety Board demande à Tesla (-4%) de résoudre les déficiences en matière de sécurité avant de déployer la mise à jour de son logiciel d'aide à la conduite, croit savoir le Wall Street Journal, qui cite la patronne du conseil américain de sécurité des transports, Jennifer Homendy. Cette dernière attaque Tesla et juge trompeuse l'expression de 'système de conduite entièrement autonome' adoptée par le groupe. Elon Musk se défend et affirme que les conducteurs seront testés avant d'avoir accès à cette fonctionnalité améliorée permettant une conduite quasiment autonome en ville.

Verizon (stable) s'est aligné sur les opérateurs concurrents AT&T et T-Mobile en proposant une offre incluant l'iPhone 13 Pro pour 999$, précise Bloomberg.

Amazon (-3%), le géant américain du commerce en ligne, ajoute plus de produits sponsorisés en tête de ses résultats de recherches, amenant les marques leaders des produits de consommation à payer pour ces placements favorables, indique CNBC.

Colgate-Palmolive (stable), l'un des leaders américains des produits de consommation, bénéficie d'une recommandation de Deutsche Bank, qui juge que le marché est passé à côté de la reprise du groupe. Le conseil passe de 'conserver' à 'achat'.

Netflix (-1%), le géant du streaming vidéo, corrige un peu moins que Walt Disney (-2%), suite à ses succès aux Emmy Awards, traduisant le changement de paysage industriel. La plateforme de streaming a notamment remporté un prix majeur avec 'The Crown', récompensée en tant que meilleure série dramatique, et dont les acteurs Josh O'Connor et Olivia Colman ont raflé les récompenses de 'meilleur acteur' et 'meilleure actrice' de série dramatique. 'Le Jeu de la dame' a remporté le titre de meilleure mini-série.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !