Cotation du 19/08/2019 à 17h01 Dow Jones Industrial +0,97% 26 137,89
  • DJIND - US2605661048

Wall Street: optimisme prudent en attendant le G20

Wall Street: optimisme prudent en attendant le G20
Wall Street: optimisme prudent en attendant le G20
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York progresse légèrement jeudi soir, les investisseurs espérant que la rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping permettra de sortir les négociations commerciales de l'impasse. Des rumeurs insistantes évoquent une suspension par Washington de son projet de taxer 300 milliards de dollars de biens chinois supplémentaires... Donald Trump a toutefois brouillé les pistes en répétant mercredi soir qu'il était prêt à taxer Pékin si sa rencontre avec Xi Jinping tournait court.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones progressait de 0,20% à 26.590 points, tandis que l'indice large S&P 500 avançait de 0,49% à 2.928 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologies et biotechnologiques, gagnait 0,73% à 7.967 pts.

Plus tôt, en Asie, les marchés ont progressé dans l'espoir d'un accord, ou du moins une trêve commerciale, à l'occasion de la rencontre entre les présidents américain et chinois, samedi, en marge du sommet du G20 à Osaka. L'indice chinois CSI 300 a gagné 1% et à Tokyo le Nikkei 225 a avancé de 1,2%. En Europe, l'EuroStoxx 50 a fini prudemment stable jeudi (-0,02%) et à Paris, le CAC 40 a reculé de 0,13% à 5.493 pts.

Attentisme général pour les changes, les taux et le pétrole

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) était stable jeudi soir (+0,01%) à 96,22 points, de même que l'euro (+0,02%) à 1,1370$. Sur les marchés obligataires, les taux d'intérêts sont repartis en baisse. Le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, a reperdu 3 points de base à 2,01%, toujours proche de ses plus bas niveaux depuis octobre 2016. En Europe, le taux du Bund allemand à 10 ans a fini mercredi à -0,32% (-2 pdb).

Dans une note publiée jeudi, Goldman Sachs a réduit son objectif de fin d'année pour le taux à 10 ans américain, à 1,75%. JP Morgan Chase avait lui aussi fixé ce nouvel objectif le 31 mai dernier. Rappelons que ce taux avait plafonné à plus de 3,2% en novembre 2018, avant que la conjoncture mondiale ne se dégrade et que les banques centrales, dont la Fed, signalent de nouvelles baisses de leurs taux directeurs en 2019...

L'or fait l'objet de prises de bénéfices pour la 2ème séance consécutive, cédant jeudi 0,35% à 1.410,40$ l'once pour le contrat à terme d'août sur le Comex, mais il reste proche de son haut niveau depuis près de 6 ans, en août 2013.

Les cours du pétrole sont proches de l'équilibre, dans l'attente de la rencontre Trump-Xi, mais aussi de la réunion de l'Opep et de ses alliés, lundi et mardi prochain à Vienne. Le contrat à terme de juillet sur le brut léger américain WTI cédait 0,07% à 59,34$ sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance août lâchait 0,08% à 66,44$.

Washington prêt à suspendre la taxation de 300 Mds$ de marchandises chinoises ?

Selon les dernières informations, les Etats-Unis et la Chine se seraient accordés sur le principe d'une trêve commerciale, qui devrait être officialisée et détaillée peu avant la rencontre entre les deux dirigeants, prévue samedi matin à 11h30 à Osaka (04h30 à Paris).

Le quotidien 'South China Morning Post' a affirmé, citant plusieurs sources ayant connaissance de la question, que la suspension des menaces de taxes supplémentaires était une exigence du président chinois Xi Jinping préalable à son entretien avec Trump.

De son côté, Donald Trump a continué de montrer ses muscles dans une interview donnée mercredi à la chaîne 'Fox Business'. Il a prévenu que, si son entrevue avec le président chinois au G20 ne donnait pas les résultats escomptés, il taxerait bien à des niveaux de 10% à 25% les 300 Mds$ de produits chinois encore exemptés.

Dans le même temps, il s'est dit confiant qu'un compromis sera trouvé, car "Pékin veut un accord parce que son économie s'effondre" à la suite des sanctions déjà infligées par Washington. Mais en cas de désaccord, "mon plan B, a aussi dit Donald Trump, est d'empocher des milliards et des milliards de dollars chaque mois et de diminuer les échanges avec eux".

La consommation US un peu mois tonique qu'attendu au 1er trimestre

Sur le plan macro-économique, les indicateurs du jour sont ressortis contrastés aux Etats-Unis. La lecture finale du PIB du 1er trimestre n'a pas apporté de surprises, ressortant à 3,1% en rythme annuel, en ligne avec le consensus de place et l'évaluation antérieure. Dans le détail cependant, la composante des dépenses réelles de consommation, a été revue en baisse à +0,9%, contre +1,3% de consensus et +1,3% également pour l'estimation antérieure... Enfin, l'indice de prix rattaché au PIB s'est amélioré de 0,9%, contre +0,8% de consensus. L'indice de prix ajusté a grimpé sur un rythme de 1,3%, contre +1,1% de consensus.

Sur le front de l'emploi, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté plus que prévu la semaine dernière. Elles sont ressorties à 227.000, contre 218.000 de consensus et après 217.000 pour la lecture révisé de la semaine antérieure.

Le secteur immobilier continue d'envoyer des signaux parfois contradictoires. Cette fois, l'indice des promesses de ventes de logements est ressorti supérieur aux attentes en mai, en hausse de 1,1% par rapport à avril, contre un consensus de +0,6% et après -1,5% en avril. L'indicateur ressort ainsi à 105,4 en mai, contre 104,3 un mois plus tôt.

VALEURS A SUIVRE

Boeing (-2%) perd du terrain après la découverte d'un nouveau dysfonctionnement du système anti-décrochage de son B-737 MAX... L'administration fédérale de l'aviation américaine (FAA) a identifié ce nouveau risque potentiel à l'occasion de la batterie de tests effectués sur des simulateurs de vol. La FAA a indiqué à l'agence 'Reuters' que Boeing devra trouver une solution à ce nouveau problème avant de recevoir une autorisation de vol pour son appareil, laissant entendre que le B-737 MAX pourrait rester cloué au sol plus longtemps que prévu. Il est interdit de vol depuis la mi-mars après deux crashs liés à un mauvais fonctionnement de son système anti-décrochage MCAS. Boeing a procédé à une mise à jour logicielle de ce système, mais les tests ont montré que dans certaines circonstances, l'avion pouvait encore piquer du nez sans raison, et qu'il fallait alors trop de temps aux pilotes pour en reprendre le contrôle.

Walgreens Boots Alliance (+4,8%), la chaîne pharmaceutique américaine intégrée depuis un an au sein de l'indice historique Dow Jones, a annoncé pour le troisième trimestre fiscal 2019 clos fin mai un bénéfice net part du groupe de 1,03 milliard de dollars soit 1,13$ par action, contre 1,34 milliard et 1,35$ par titre un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 1,47$, contre un consensus de 1,43$. Les revenus trimestriels se sont appréciés de 1% à 34,6 milliards de dollars, alors que le consensus était plutôt de 34,5 milliards. Les ventes américaines en pharmacies se sont améliorées de 4,3%. Le groupe maintient pour finir sa guidance annuelle de bénéfices.

Rite Aid (+24,8%) bondit malgré la publication d'une perte plus lourde que prévu. La perte nette du groupe pharmaceutique ajustée des opérations continues sur le premier trimestre fiscal a atteint 7,5 millions de dollars soit 14 cents par titre, contre un profit ajusté d'un million de dollars un an avant. Les perspectives sont peu enthousiasmantes, le groupe tablant sur une perte nette de 170-220 M$ et un bpa ajusté de -14 cents à +72 cents. Les revenus de l'exercice sont attendus entre 21,5 et 21,9 Mds$.

ConAgra (-10,6%) chute à Wall Street, le groupe alimentaire américain ayant raté le consensus de profits sur le trimestre clos, sur fond de faible demande. Pour le quatrième trimestre, clos fin mai 2019, le groupe a réalisé une croissance de 33% avec l'acquisition de Pinnacle, mais l'évolution organique ressort légèrement négative. La marge brute grimpe de 23% à 708 M$. Le bénéfice net part du groupe augmente de 82% à 127 M$ soit 26 cents par action. Enfin, le profit ajusté se monte à 175 M$, 36 cents par titre.

Ford Motor (+3,1%). Le constructeur automobile du Michigan a annoncé son intention de supprimer 12.000 postes en Europe afin d'y retrouver la rentabilité. La France, ainsi que la Russie et le Pays de Galles, sont notamment concernés. Le groupe a présenté ce jour les détails de cette réorganisation des activités en Europe, impliquant la fermeture de six sites industriels d'ici 2020. Notons également que Credit Suisse vient d'initier un conseil positif sur la valeur.

Accenture (-0,56%), le géant du consulting, fléchit à Wall Street après avoir pourtant dépassé les attentes sur le trimestre clos. Pour le troisième trimestre fiscal, le groupe a réalisé un bénéfice par action de 1,93$ (+8%) à comparer à un consensus de 1,89$. Les revenus de la firme sont ressortis quant à eux à 11,1 milliards de dollars sur la période, contre 11 Mds$ de consensus et 10,3 Mds$ sur la période comparable de l'année antérieure. Le groupe rehausse enfin ses prévisions annuelles 2019, tablant sur un bpa allant de 7,28 à 7,35$ contre 7,3$ de consensus.

IBM (+0,3%). La Commission européenne a autorisé sans condition, en vertu du règlement de l'UE sur les concentrations, le projet d'acquisition du leader open source Red Hat par le colosse informatique IBM, "deux entreprises du secteur des technologies de l'information établies aux États-Unis". La Commission est parvenue à la conclusion que l'opération envisagée ne poserait aucun problème de concurrence.

Pier 1 Imports (-7,8%) décroche, le distributeur de produits d'ameublement ayant annoncé une forte baisse de plus de 13% de ses ventes à comparable pour le premier trimestre. La perte nette trimestrielle est ressortie à 82 M$ et 19,97$ par titre, contre 28 M$ de déficit un an avant. Les revenus trimestriels sont tombés à 314 M$, contre 371 M$ un an plus tôt et 330 M$ de consensus.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com