Cotation du 16/07/2019 à 23h04 Dow Jones Industrial -0,09% 27 335,63
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : nouvelles secousses, Trump taxe le Mexique

Wall Street : nouvelles secousses, Trump taxe le Mexique
Wall Street : nouvelles secousses, Trump taxe le Mexique
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Donald Trump a ouvert un nouveau front dans la guerre commerciale, en annonçant tard jeudi soir des taxes d'importation sur les produits mexicains, en représailles pour le laxisme présumé de ce pays en matière d'immigration... Les marchés financiers, déjà très inquiets de l'escalade des tensions entre les Etats-Unis et la Chine ont réagi en nette baisse, les investisseurs se précipitant sur les valeurs refuge que sont les obligations, le yen, le franc suisse et l'or. Le pétrole a continué de plonger malgré les tensions géopolitiques au Moyen Orient. Les valeurs automobiles ont chuté (-4,3% pour General Motors), les constructeurs américains exploitant des usines au Mexique...

Deux heures avant la clôture de Wall Street, l'indice Dow Jones perdait 1,07% à 24.900 points, retombant sous le seuil des 25.000 pts, tandis que l'indice large S&P 500 cédait 1,05% à 2.759 pts, et que le Nasdaq composite lâchait 1,12% à 7.482 pts. En Europe, l'indice Euro Stoxx 50 a fini la journée en baisse de 1,14%, tandis qu'à Paris, le CAC 40 a abandonné 0,79% à la clôture.

Les indices américains s'apprêtent à inscrire la 6ème semaine de baisse d'affilée pour le Dow Jones, la 5ème pour le Nasdaq, et la 4ème baisse pour le S&P 500. Ils ont tous trois reculé de plus de 7% au mois de mai, et s'apprêtent à clore leur pire semaine depuis celle de Noël 2018, lorsque le marché avait été très chahuté par les craintes d'un net ralentissement de l'économie mondiale...

Ces craintes sont désormais de retour avec la dégradation des relations entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi le Mexique et l'Union européenne, avec laquelle les négociations commerciales n'ont pour l'instant pas progressé...

Les taux d'intérêts au plancher aux Etats-Unis comme en Europe

Les marchés obligataires ont tiré cette semaine la sonnette d'alarme : l'aversion au risque a fait grimper les cours des titres, entraînant un plongeon des taux d'intérêts (qui évoluent mécaniquement en sens inverse des cours). Conséquence : depuis mardi, la courbe des taux souverains américains connaît sa plus importante inversion depuis 2007, à la veille de la crise des crédits "subprimes"...

L'écart le plus suivi par les marchés, celui entre le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans (-6 points de base vendredi à 2,16%) et celui à trois mois (-2 pdb à 2,36%) a atteint ce vendredi -19 pdb, au plus haut depuis juillet 2007.

Cette inversion s'est étendue à une grande partie de la courbe des taux : toutes les échéances situées entre 1 an (2,22%) et 10 ans (2,16%) sont devenus inférieures aux taux à court terme, allant d'un mois (2,36%) à 6 mois (2,36%). Seul le taux à 30 ans (-6 pdb à 2,59% jeudi ) reste très légèrement supérieur aux échéances courtes... Or, dans une économie en croissance, les taux à long terme sont normalement supérieurs à ceux à court terme. La situation inverse montre que les marchés anticipent une dégradation de la conjoncture. Depuis 1955, les neuf récessions qui se sont produites ont ainsi été précédées par une inversion durable de la courbe des taux.

En Europe, le regain d'aversion au risque a entraîné un plongeon du taux du Bund allemand à 10 ans. Le taux de référence de la zone euro a fini à un nouveau plus bas historique, à -0,21%. Il a enfoncé le précédent plus bas de -0,204%, inscrit en juillet 2016 après la décision de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne.

Le peso mexicain en nette baisse, le yen et le franc suisse en hausse

Sur le marché des changes, le peso mexicain a accusé le coup après les annonces de nouvelles taxes par Donald Trump. Le peso plongeait en soirée de 2,6% à 19,63 peso/$. Le dollar est reparti à la baisse, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) cotant en soirée 97,83 points (-0,3%), tandis que l'euro avançait de 0,3% à 1,1164$. Le yen était en forte hausse de 1% à 108,52 yens/$, tandis que le franc suisse gagnait 0,66% pour atteindre la parité de 1,00 FS/$.

Dans ce climat anxiogène, les cours du pétrole a encore plongé vendredi, dans la crainte d'une chute de la demande mondiale de brut. Jeudi, les statistiques de la semaine ont montré que les stocks de pétrole brut ont reculé bien moins que prévu et que la production US est restée à un niveau record.
Le contrat à terme de juillet sur le brut léger américain WTI perdait encore 4% vendredi à 54,33$ le baril (après -3,77% jeudi) sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance juillet lâchait 3,50% à 64,53$ à Londres (après -3,71% jeudi).

L'once d'or bondissait en revanche de 1,38% à 1310,20$ pour le contrat à terme d'août sur le marché Comex, remontant au plus haut depuis le 10 avril denier.

Des taxes pouvant atteindre 25% en octobre si le Mexique n'agit pas sur l'immigration

Sur le front de la guerre commerciale, Donald Trump a donc asséné un coup supplémentaire aux marchés financiers en annonçant jeudi la mise en place de droits de douane de 5% sur l'ensemble des marchandises importées du Mexique, et ce dès le 10 juin prochain. Le président américain a lié cette décision au laxisme dont il accuse Mexico sur le dossier de l'immigration clandestine.

Le président américain a précisé que ces droits de douane allaient "progressivement augmenter tant que le problème de l'immigration clandestine n'est pas résolu". Ils pourraient ainsi passer à 10% au 1er juillet et grimper de 5 points de pourcentage chaque mois jusqu'à la limite de 25% en octobre si le Mexique "n'arrête pas le flux d'étrangers illégaux passant par son territoire", a précisé le présudent américain dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

Dépenses et revenus des ménages US toujours solides en avril

Les investisseurs sont restés assez indifférents vendredi aux dernières publications d'indicateurs économiques aux Etats-Unis. La hausse des prix à la consommation a légèrement accéléré en avril : l'indice des prix à la consommation PCE a ainsi augmenté de 0,3% le mois dernier après une progression de 0,2% en mars. En rythme annuel, il ressort en hausse de 1,5% après +1,4%. Hors produits alimentaires et énergie, l'indice PCE est en hausse de 0,2% en avril, après +0,1% en mars.

Par ailleurs, les revenus des ménages américains sont ressortis au-dessus des attentes des analystes à +0,5% en avril, contre une anticipation à +0,2%/0,3%, après +0,1% le mois dernier.

Les dépenses de consommation des ménages américains ont augmenté de 0,3% en avril, après un bond de 1,1% en mars (révisé de 0,9%), le plus fort depuis août 2009. Les économistes anticipaient en moyenne une hausse de 0,2/0,3% en avril. Ajustées de l'inflation, les dépenses de consommation sont toutefois restées inchangées en avril après une hausse de 0,9% au mois de mars...

VALEURS A SUIVRE

Le secteur automobile est en berne à Wall Street, les constructeurs américains étant concernés par les nouvelles taxes sur les importations du Mexique, qui s'appliqueront a priori sur les automobiles construites dans leurs usines mexicaines et importées aux Etats-Unis. General Motors perd 4,3% en séance, Ford Motor lâche 2,6% et Fiat Chrysler Automobile plonge de 5,1%.

Tesla (-1%) a annoncé ce vendredi que ses voitures 'Model 3' assemblées en Chine seront vendues à partir de 328.000 yuans, 42.630 euros, soit 13% moins cher que celles qu'il importe actuellement dans le pays. Le constructeur américain entend ainsi favoriser ses ventes sur un marché chinois en croissance rapide sur ce segment électrique.

Depuis janvier, le groupe construit une usine en Chine où il assemblera des 'Model 3'. Les précommandes pour les véhicules commencent également ce vendredi.

Amazon (-1,8%) envisagerait d'acheter l'opérateur mobile de services prépayés, Boost Mobile, à T-Mobile et Sprint, selon l'agence Reuters. L'opération lui permettrait d'utiliser le nouveau réseau de T-Mobile pendant au moins 6 ans. New T-Mobile est le nom choisi par T-Mobile et Sprint, respectivement filiale de Deutsche Telekom et de Softbank, pour désigner l'entité qui naîtra de leur fusion potentielle. Amazon serait également intéressé par toute gamme de fréquences qui pourrait être cédée...

T-Mobile et Sprint se sont engagés à vendre Boost Mobile dans le cadre de leur projet de fusion de 26 milliards de dollars afin de réduire leur part de marché combinée dans les services mobiles prépayés et d'obtenir l'aval des autorités. Le département US de la Justice devrait étudier la cession de cet actif afin de s'assurer que la concurrence est préservée... La vente de Boost pourrait rapporter jusqu'à 3 milliards de dollars.

Gap (-10,5%). Le groupe de prêt-à-porter a abaissé sa prévision de bénéfice annuel après avoir accusé la plus forte baisse de ses ventes trimestrielles à périmètre comparable.

Uber (+0,68%) a fait état sans surprise d'une perte trimestrielle d'un milliard de dollars à l'occasion de la première publication de ses résultats depuis son introduction en Bourse le 10 mai, et ce en dépit d'une hausse de 20% de son chiffre d'affaires. L'action du grand concurrent d'Uber, Lyft est aussi en hausse vendredi (+4,9%), après que la direction d'Uber eut précisé entrevoir la fin de la guerre des prix dans le secteur du VTC.

Dell (-9,8%). Le groupe a publié une hausse de 3% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, à la faveur d'une demande plus forte de ses clients avant la fin programmée de Windows 7 par Microsoft et des bonnes performances de sa filiale VMWARE. Le chiffre d'affaires de 21,91 milliards de dollars ressort toutefois en dessous des attentes des analystes.

Costco (-1,5%) Le groupe a annoncé des ventes à magasins comparables inférieures aux attentes aux Etats-Unis lors du trimestre clos le 12 mai, dans un contexte de concurrence accrue...

Fedex :(-1,8%). Le groupe a annoncé qu'il commencerait à proposer la livraison à domicile le dimanche et qu'il transférerait moins de colis issus des achats en ligne au service postal américain.

Marvell Technology (+0,8%) Le groupe a publié un bénéfice trimestriel de 16 cents par action, contre 32 cents pour le même trimestre un an auparavant et 14 cents attendus en moyenne par les analystes. Le chiffre d'affaires s'élève à 662,45 millions de dollars, supérieur aux 650,47 millions de dollars attendus.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com