Cotation du 10/05/2021 à 22h20 Dow Jones Industrial -0,10% 34 742,82
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : nouveaux records avec la reprise économique

Wall Street : nouveaux records avec la reprise économique
Wall Street : nouveaux records avec la reprise économique
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York progresse nettement lundi, le S&P 500 et le Dow Jones évoluant sur de nouveaux records, saluant la création de près d'un million d'emplois aux Etats-Unis en mars, annoncée vendredi lorsque les marchés étaient fermés pour Pâques. La publication d'un indice ISM des services au plus haut historique aux Etats-Unis contribue aussi à nourrir l'optimisme quant à la reprise économique, à la faveur de la vaccination anti-Covid, qui permet de lever les mesures de restriction.

Deux heures avant la clôture, le Dow Jones gagne 1,20% à 33.551 points et l'indice large S&P 500 bondit de 1,49% à 4.079 pts, un nouveau record pour les deux indices. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, gagne 1,71% à 13.710 pts.

Si Wall Street a repris lundi, le reste de la planète boursière était calme en raison des fêtes de Pâques. Les marchés européens et asiatiques, à l'exception de la Bourse de Tokyo (+0,79% ce lundi pour le Nikkei), sont encore fermés. Par ailleurs, la Bourse de Hong Kong restera fermée jusqu'à mercredi.

Plan d'infrastructures US inspiré du "New Deal" de Roosevelt

La semaine qui s'ouvre sera calme en termes de statistiques aux Etats-Unis, tandis que le FMI mettra à jours ses prévisions de croissance mondiale, et que la Fed publiera le compte-rendu de sa dernière réunion. Les marchés suivront aussi le parcours au Congrès du nouveau plan Biden de 2.250 milliards de dollars ciblé sur la modernisation des infrastructures.

Jeudi, Wall Street avait terminé en hausse, soutenu par l'annonce de ce vaste plan, qui devrait soutenir la croissance et créer des "millions d'emplois", selon le président démocrate qui, face à la crise du coronavirus, s'inscrit dans la lignée du "New Deal" de Franklin Roosevelt dans les années 1930. Le plan devrait cependant rencontrer des obstacles au Congrès, où les Républicains s'opposent aux hausses d'impôts qui doivent le financer, notamment un passage de 21% à 28% de l'impôt sur les sociétés.

La semaine dernière, réduite à 4 séances, le DJIA avait gagné 0,25%, le S&P 500 avait pris 1,1% et le Nasdaq avait rebondi de 2,6%. Au premier trimestre, le DJIA a affiché un gain de 7,8%, le S&P 500 a gagné 5,8% et le Nasdaq a avancé plus modestement 2,8%, victime de prises de bénéfices après sa flambé de près de 44% en 2020. L'indice des PME Russell 2000 a de son côté bondi de 12% sur les 3 premiers mois de 2021.

Le marché de l'emploi US s'est nettement renforcé en mars

Vendredi, le rapport sur l'emploi en mars a montré que la reprise économique s'est poursuivie aux Etats-Unis, à la faveur de la campagne de vaccination massive et des aides financières du plan Biden de 1.900 Mds$ adopté début mars. Ainsi, l'économie américaine a créé non moins de 916.000 emplois non-agricoles le mois dernier, a annoncé vendredi le département américain du Travail. Le taux de chômage est revenu de 6,2% en février à 6% en mars.

Les créations d'emplois sont ainsi ressorties très supérieures aux attentes des économistes, qui tablaient en moyenne sur 647.000 nouvelles embauches. Autre bonne nouvelle : le nombre de créations d'emplois en février et janvier a été révisé en hausse de 156.000 en cumulé sur les deux mois.

Le président américain Joe Biden s'est réjoui de ces chiffres vendredi, tandis que les "futures" sur les indices boursiers ont progressé d'environ 0,4% après ces annonces.

Janet Yellen, activité dans les services et prévisions du FMI au programme

Parmi les statistiques les plus attendus cette semaine figurent notamment l'indice ISM des services en mars aux Etats-Unis, publié lundi et qui a bondi à un niveau record. L'indice est ainsi ressorti en hausse à 63,7 contre 55,3 le mois précédent. Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre de 59,0.

Dans les prochains jours, l'indice PMI de services en mars dans la zone euro sera publié mercredi. Comme chaque semaine, les marchés suivront mercredi les stocks de pétrole hebdomadaires aux Etats-Unis, puis jeudi les demandes d'allocations chômage aux Etats-Unis (semaine du 3 avril). A surveiller aussi, la publication des commandes à l'industrie (lundi) et les prix à la production en mars (vendredi) aux Etats-Unis.

Par ailleurs, la secrétaire au Trésor Janet Yellen a plaidé lundi en faveur l'instauration d'un taux minimum mondial d'imposition des sociétés et a appelé les pays du G20 à oeuvre dans ce sens afin, a-t-elle dit, de mettre un terme au nivellement par le bas de l'impôt sur les entreprises. Dans un discours, tenu devant le "Chicago Council on Global Affairs", l'ancienne patronne de la Fed a précisé qu'elle profiterait des réunions prévues cette semaine avec le FMI et la Banque mondiale pour faire avancer le dossier du dérèglement climatique, celui de l'accès aux vaccins et celui de la reprise économique mondiale.

Mardi, les marchés suivront de près les dernières prévisions du FMI pour l'économie mondiale. La directrice du Fonds monétaire international, Kristalina Gueorguieva, a déclaré récemment s'attendre à une reprise économique à plusieurs vitesses, car les économies divergent entre les Etats-Unis et la Chine d'un côté, et les pays en développement à la traîne, de l'autre. Elle a aussi rappelé l'inquiétude du FMI sur la trajectoire de la pandémie de Covid-19 en raison des progrès de vaccination inégaux entre les pays.

Les taux US à long terme sous haute surveillance

Les investisseurs décortiqueront par ailleurs mercredi les "Minutes" de la dernière réunion de la Fed, et seront à l'affût de tout nouveau commentaire sur l'inflation, la grande inquiétude des marché ces derniers mois. Le 17 mars, la banque centrale américaine n'avait pas modifié sa politique monétaire et avait relevé nettement ses prévisions économiques, tout en insistant sur le fait qu'elle ne comptait pas relever ses taux avant la fin 2023, et qu'elle ne craignait pas de dérapage durable de l'inflation à l'occasion de la reprise.

Malgré le ton rassurant de la Fed, les marchés obligataires se sont inquiétés au 1er trimestre d'une surchauffe inflationniste, entretenue par les politiques budgétaires et monétaires expansionnistes. Le taux du T-Bond à 10 a ainsi bondi de 0,9% fin 2020 à plus de 1,70% fin mars, tandis que le taux à 30 ans est passé de 1,64% à 2,35%. Lundi, le rendement du T-Bond à 10 ans est stable à 1,72%.

En matière de politique monétaire, de nombreuses responsables de la Fed s'exprimeront cette semaine, dont son président Jerome Powell, qui parlera jeudi devant une commission du FMI, et Charles Evans (Fed de Chicago), qui s'exprimera en public mardi et mercredi. Le patron de la Fed de Richmond, Thomas Barkin, et celui de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, parleront mercredi, et celui de la Fed de St. Louis, James Bullard, est attendu jeudi.

Les résultats d'entreprises au 1er trimestre en ligne de mire

Du côté des entreprises, l'attention des investisseurs va se tourner à partir de la semaine prochaine vers les résultats d'entreprises du 1er trimestre, qui devraient s'améliorer de façon spectaculaire par rapport à la même période de l'an dernier, où ils avaient subi de plein fouet le début de la crise du coronavirus.

Les bénéfices du S&P 500 sont ainsi attendus en hausse de 24,2% sur un an, selon le consensus des analystes compilé par Refinitiv. Les investisseurs seront en outre très attentifs aux prévisions des dirigeants de sociétés, dont ils espèrent des commentaires favorables sur la reprise en cours, qui pourraient permettre aux marchés boursiers de continuer à progresser en avril...

Le pétrole rechute de près de 5%

Sur les marchés pétroliers, les cours rechutent brutalement lundi, réagissant à retardement à la décision surprise de l'Opep+, jeudi dernier, de relever progressivement sa production à partir de mai. En outre, des rumeurs circulaient lundi sur une hausse des exportations iraniennes malgré les sanctions américaines, ainsi que sur des achats de la Chine moins élevés que prévu dans les mois à venir.

Le contrat à terme de mai sur le baril de pétrole brut WTI perd lundi soir 4,8% à 59,50$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent d'échéance mai lâche 4,3% à 62,05$.

Jeudi dernier, l'Opep et ses alliés, dont la Russie, ont décidé de réduire l'ampleur de la baisse de leur production de 350.000 barils par jour en mai, de 350.000 bpj en juin et de 441.000 bpj le mois suivant.

L'Opep+ a réduit depuis l'an dernier ses pompages de près de sept millions de barils par jour (bpj) pour soutenir les cours. L'Arabie saoudite a en outre diminué les siens d'un million de bpj supplémentaires. Avec les mesures annoncées jeudi, la baisse de production devrait être légèrement supérieure à 6,5 millions de bpj en mai contre un peu moins de 7 millions en avril.

VALEURS A SUIVRE

Tesla (+5,5%). Les marchés saluent les livraisons meilleures que prévu au 1er trimestre. Le fabricant californien de véhicules électriques a annoncé vendredi avoir livré 184.800 unités sur les trois premiers mois de 2021 contre environ 168.000 attendues par le consensus des analystes du cabinet FactSet. Plus de 180.000 véhicules ont été produits sur la période, a précisé le constructeur californien de véhicules électriques.

Pioneer Natural Resources (-7,5%). Le producteur de pétrole et de gaz de schiste a accepté jeudi d'acquérir son rival DoublePoint Energy pour environ 6,4 milliards de dollars, accélérant ainsi la consolidation du secteur de l'énergie aux Etats-Unis.

Morgan Stanley (+0,3%) prévoit d'augmenter son dividende lorsque les restrictions seront levées par la Réserve fédérale, selon un document envoyé aux actionnaires par le directeur général, James Gorman, et que Reuters a pu consulter.

Moderna (-2%). L'agence américaine du médicament (FDA) a annoncé jeudi des changements qui permettront d'extraire davantage de doses de chaque flacon de vaccin anti-COVID-19 de Moderna.

Chembio Diagnostics (+58%) s'envole dans un volume important après l'annonce par la société de la commercialisation que son test rapide de détection du Covid-19 et de la grippe a obtenu le feu vert des autorités sanitaires américaines (FDA) pour une mise sur le marché en urgence. Plus de 206 millions de titres ont changé de main lundi, contre moins d'un million par séance en temps normal.

Sinovac Biotech a déclaré vendredi que sa troisième usine de production de vaccin contre le COVID-19 était opérationnelle et qu'il y avait commencé à produire le sérum afin de doubler sa capacité de production annuelle à deux milliards de doses.

Apple (+2,5%). LG Electronics a annoncé lundi qu'il allait mettre fin à sa division téléphonie mobile, une décision qui va laisser ses rivaux Apple et Samsung Electronics se battre pour récupérer ses 10% de parts de marché en Amérique du Nord.

Palantir grimpe après que la firme de "Big data" a décroché un contrat avec l'agence de sûreté nucléaire aux Etats-Unis.

GameStop (-4,4%) chute après avoir annoncé une augmentation de capital portant sur 3,5 millions de titres, ce qui représenterait environ 670 millions de dollars au cours de Bourse de jeudi soir. La chaîne de magasins de jeux vidéo a en outre publié son chiffre d'affaires préliminaire pour les 9 semaines achevées le 4 avril, qui a augmenté de 11% par rapport à la même période de 2020. Les ventes ont grimpé de 5,3% en février et de 18% en mars, a précisé GameStop.

Le cours de GameStop a été multiplié par 10 depuis 3 mois, propulsé par le soutien de petits porteurs actifs sur le forum WallStreetBets du réseau social Reddit. Le groupe a entamé récemment une mutation stratégique vers le e-commerce afin de relancer son activité, mise à mal par le streaming et la crise du Covid-19.

AMC Entertainment (+12%), lui aussi propulsé par les day traders de "WallStreetBets" depuis le début de l'année, flambe lundi en réaction à une recommandation d'achat du courtier B. Riley. L'analyste Eric Wold estime que la chaîne de salles de cinéma, qui a réouvert une partie de ses salles, a profité du succès de la sortie, ce week-end, du blockbuster "Godzilla vs. Kong". Très volatile, l'action d'AMC avait chuté de plus de 30% ces deux dernières semaines, mais elle a été multipliée par près de 5 depuis le début de l'année.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !