Cotation du 27/10/2020 à 22h20 Dow Jones Industrial -0,80% 27 463,19
  • DJIND - US2605661048

Wall Street ne parvient pas à se redresser

Wall Street ne parvient pas à se redresser
Wall Street ne parvient pas à se redresser
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine s'affiche désormais dans le rouge avant bourse ce jeudi, le DJIA et le S&P500 perdant 0,8% et 0,9%, respectivement, contre un recul de 1,5% du Nasdaq. Le baril de brut WTI cède 0,8% sur le Nymex à 39,6$, alors que le Brent abandonne 0,7% à 41,5$. L'once d'or décline de 0,6% à 1.858$. L'indice dollar prend 0,1% face à un panier de devises de référence.

La situation sur le marché du travail reste tendue aux Etats-Unis. Le Département américain au Travail vient d'annoncer, pour la semaine close au 19 septembre, des inscriptions au chômage au nombre de 870.000, en légère hausse de 4.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure (866.000). Elles ressortent plus élevées qu'attendu, puisque le consensus était de 840.000 sur la semaine. Avant que le coronavirus ne mette à l'arrêt la majeure partie de l'économie américaine, le précédent record datait de 1982 avec 695.000 demandes hebdomadaires.

Les ventes de logements neufs du mois d'août seront publiées à 16 heures (consensus 875.000). L'indice manufacturier de la Fed de Kansas City pour le mois de septembre sera annoncé à 17 heures (consensus 13).

Le président de la Fed Jerome Powell, qui n'a pas fait d'étincelles hier et avant-hier, est encore auditionné ce jour. Robert Kaplan, James Bullard, Thomas Barkin, Charles Evans, John Williams et Raphael Bostic de la Fed, s'exprimeront également durant la journée.

La cote US avait décroché hier soir avec les 'technologiques', avec les craintes sanitaires et économiques, et en l'absence d'avancées concrètes au Congrès sur le soutien à l'activité. Les bourses européennes demeurent très hésitantes ce jeudi, les opérateurs craignant que les nouvelles mesures de confinement ne plombent encore l'économie.

Certains responsables de la Fed ont demandé de nouvelles actions de soutien budgétaire. Jerome Powell intervient de nouveau ce jour devant une commission de sénateurs.

Les indices PMI annoncés hier mercredi en Europe et aux USA ont fourni quant à eux des informations mitigées, laissant craindre une reprise moins forte qu'escompté du fait de nouvelles mesures restrictives, notamment au Royaume-Uni et en France.

Le dernier bilan de l'épidémie du nouveau coronavirus fait ressortir 31,92 millions de cas confirmés, dont 6,94 millions aux Etats-Unis, 5,73 millions en Inde et 4,59 millions au Brésil. Le virus a fait 977.311 morts dans le monde selon l'Université Johns Hopkins, dont 201.920 aux USA, 138.105 au Brésil et 91.149 en Inde.

L'Inde a rapporté encore 86.508 nouveaux cas de contamination en 24 heures, ainsi que 1.129 décès supplémentaires.

Le Brésil a enregistré 33.281 nouveaux cas et 869 décès supplémentaires au cours des vingt-quatre dernières heures, selon le ministère de la Santé.

La Chine a recensé 7 nouveaux cas au cours des vingt-quatre dernières heures, tous des cas importés selon la version de la Commission nationale de la santé. 85.314 cas de contamination ont été confirmés au total en Chine continentale. L'épidémie de coronavirus aurait causé 4.634 décès.

En Europe, le cas de la France est particulièrement préoccupant. L'agence Santé publique France a fait état hier de 13.072 nouvelles contaminations en 24 heures, 3.064 plus que la veille. Le nombre de patients hospitalisés au cours des sept derniers jours s'élève à 4.244, comme mardi. 675 ont été admis en réanimation, 24 de plus que la veille. Le taux de positivité des tests est remonté 6,1% à 6,2% et 1.039 foyers d'infections sont en cours d'investigation. 43 décès supplémentaires ont été recensés, portant le total à 31.459 morts.

L'indice de confiance des milieux d'affaires allemands compilé par l'Institut Ifo est ressorti en légère hausse en septembre, à 93,4 points, contre 92,6 le mois précédent. Le consensus était positionné à 93,8. La composante évaluation actuelle atteint 89,2 points contre 87,9 en août et la composante des attentes s'établit à 97,7 points contre 97,5 le mois précédent.

Après avoir tenté de prolonger son timide rebond de la veille, Wall Street est reparti en nette baisse mercredi en clôture, dans la crainte que les tensions politiques aux Etats-Unis ne freinent l'adoption d'un nouveau plan de relance très attendu par une économie fragilisée par la crise du coronavirus. Le président de la Fed, Jerome Powell, a une nouvelle fois souligné que le chemin sera long avant une reprise durable. Le dollar continuait de se renforcer, faisant office de valeur refuge, tandis que l'or était paradoxalement en baisse.

A la clôture, l'indice Dow Jones a chuté de 1,92% à 26.763 points, tandis que l'indice large S&P 500 a fléchi de 2,37% à 3.236 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et "biotechs", a rechuté de 3,02% à 10.632 pts, retombant en zone de correction (-12% sur son record du 2 septembre à 12.056 pts).

Depuis leur dernière réunion des 15 et 16 septembre, les responsables de la Réserve fédérale mettent en garde sur une reprise sans doute plus progressive qu'espérée. Le président de la Fed, Jerome Powell, qui est auditionné non moins de trois fois cette semaine au Congrès, a répété mercredi que le chemin sera long avant de retrouver un niveau de croissance précédant la crise, ce qui nécessitera de nouvelles mesures de soutien monétaire et budgétaire.

Plusieurs autres membres de la Fed, dont le vice-président de la Fed Richard Clarida, se sont exprimés ce mercredi et ont tous souligné l'importance de la politique budgétaire pour sortir de la crise actuelle. Le président de la Fed de Boston Eric Rosengren s'est montré particulièrement pessimiste sur la capacité de l'économie à rebondir rapidement si un nouveau "package" de mesures n'est pas adopté par le Congrès...

Depuis des semaines, la Maison Blanche et le Congrès ne parviennent pas s'accorder sur un nouveau plan de relance, sur fond de campagne électorale très dure entre Donald Trump et son adversaire démocrate Joe Biden. Le bras de fer entre démocrates et républicains s'est encore tendu le week-end dernier, à la suite du décès de la juge de la Cour Suprême Ruth Bader Ginsburg '("RBG")...

Or, le temps presse, le précédent plan budgétaire massif de 2.200 milliards de dollars, mis en place en mars, étant désormais arrivé à son terme, et de nombreuses mesures d'aide aux entreprises et aux salariés ayant pris fin. Les aides financières accordées aux employés au chômage technique sont en passe de s'achever...

Les valeurs

Accenture. Les revenus du géant des services de consulting ont manqué le consensus pour le quatrième trimestre fiscal. La guidance 2021 est également ressortie trop courte. Sur le trimestre clos fin août, le bénéfice net a représenté 1,29 milliard de dollars et 1,99$ par titre, contre 1,13 milliard de dollars un an auparavant. Hors éléments, le bénéfice ajusté par action a décliné de 2% à 1,70$, contre 1,73$ de consensus FactSet. Les revenus ont baissé de 2% à 10,84 milliards de dollars, contre 10,93 milliards de consensus. Pour 2021, Accenture envisage un bpa allant de 7,8$ à 8,1$, contre 8,13$ de consensus.

Oracle. Le dossier du réseau social de partage de vidéos TikTok fait toujours parler de lui. La maison-mère chinoise ByteDance vient néanmoins d'effectuer en Chine une demande de permis d'exportation de technologie, ce qui signale un effort supplémentaire pour boucler un accord avec Oracle et Walmart, afin d'éviter que les Etats-Unis ne mettent pas à exécution leur menace d'interdiction de l'application TikTok pour des motifs de sécurité nationale. ByteDance a soumis sa demande au bureau municipal du commerce de Pékin.

ByteDance avait précédemment précisé que l'accord relatif à TikTok aux Etats-Unis devait être validé par Pékin et Washington. Trump désire que les Américains prennent le contrôle des opérations US de l'application. Les médias officiels chinois indiquent quant à eux que Pékin ne validera pas l'accord dans une telle hypothèse, évoquant un chantage ou un harcèlement de l'administration américaine en place.

Tesla est à surveiller ce jour, après un plongeon de plus de 10% probablement excessif hier en réaction à des annonces jugées peu enthousiasmantes ou du moins pas assez précises, concernant la stratégie du groupe dans les batteries. L'annonce par l'Etat de Californie de son intention d'interdire dès 2035 la vente de véhicules à essence ou diesel pourrait soutenir le dossier. Sunworks ou Polar Power, deux spécialistes des énergies renouvelables, devraient grimper ce jour sur cet effet d'annonce.

E.W. Scripps. La firme média serait sur le point de racheter ION Media pour un montant de 2,65 milliards de dollars, avec le soutien notable de la firme de Warren Buffett, Berkshire Hathaway, via une augmentation de capital réservée de 600 millions de dollars. C'est du moins ce que croit savoir le généralement bien renseigné Wall Street Journal, citant des proches du dossier.

American Airlines, Southwest, United Airlines et Delta Air pourraient bénéficier d'un effet d'annonce favorable. Ainsi, Larry Kudlow, conseiller économique à la Maison blanche, a indiqué que l'administration Trump envisageait un décret présidentiel afin de soutenir le compartiment aérien.

Costco Wholesale, distributeur d'Issaquah, publie après bourse ce soir ses résultats financiers du trimestre clos en août. Le groupe a bénéficié des achats de précaution des consommateurs. Le consensus de bénéfice par action se situe à 2,83$, pour des revenus de 52,08 milliards de dollars.

Rite Aid a affiché de solides ventes trimestrielles et fourni une guidance également robuste. Pour son second trimestre fiscal, le groupe a réalisé un bénéfice net ajusté des opérations poursuivies de 13,5 millions de dollars et 25 cents par action, contre une perte de 79 millions de dollars un an plus tôt. Le consensus était de 1 cent de bpa. Les revenus trimestriels ont totalisé 5,98 milliards de dollars, en progression de 11%, contre 5,75 milliards de consensus. Pour l'exercice 2021, le groupe table sur une perte ajustée de 140 à 190 millions. Les ventes totales de la chaîne pharmaceutique sont attendues entre 23,5 et 24 milliards.

CarMax a affiché un bond inattendu de ses profits sur le trimestre clos, avec la reprise de la demande en véhicules d'occasion. Le profit trimestriel a grimpé de 29% en glissement annuel, alors que les analystes s'attendaient majoritairement à un déclin des résultats sur la période. Le bpa a représenté 1,79$, alors que les revenus se sont appréciés de 3,3% en glissement annuel à 5,37 milliards de dollars. Les ventes unitaires à comparable de véhicules d'occasion se sont améliorées de 1,2% en comparaison de l'an dernier.

Darden Restaurants, la maison-mère d'Olive Garden, a annoncé pour le premier trimestre fiscal des revenus inférieurs aux attentes. Le bénéfice net trimestriel a atteint 36 millions de dollars et 28 cents par titre, contre 171 millions un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 56 cents, largement supérieur au consensus FactSet. En revanche, les revenus sont donc ressortis décevants à 1,53 milliard, contre 2,13 milliards un an avant et 1,56 milliard de consensus. Pour le second trimestre, les ventes sont attendues à 1,69 milliard, alors que le bpa est estimé entre 65 et 75 cents.

JPMorgan Chase va devoir débourser près d'un milliard de dollars pour mettre un terme aux poursuites des autorités américaines dans un dossier de manipulation de marché sur des contrats à terme sur les métaux, a appris Reuters de source 'proche de la situation'. Le règlement du contentieux avec le Département US de Justice, la Securities & Exchange Commission (SEC) et la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) va être prochainement officialisé. Des intervenants auraient pris pour habitude de placer des ordres fictifs afin de faire varier les cours en leur faveur.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !