Cotation du 18/04/2019 à 23h16 Nasdaq Composite +0,02% 7 998,06
  • NASDAQ - XC0009694271

Wall Street mise sur la souplesse de la Fed

Wall Street mise sur la souplesse de la Fed
Wall Street mise sur la souplesse de la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine s'affiche de nouveau en territoire positif ce mardi, suite à sa modeste progression de la veille. La tendance demeure donc favorable à l'approche du verdict de la Fed, le DJIA repassant la barre des 26.000 pts, sur un gain de 0,48% à 26.036 pts. Le S&P500 s'accorde pour sa part 0,38% à 2.844 pts. Le Nasdaq grappille enfin 0,27% à 7.735 pts.

Sur le marché des changes, l'indice dollar s'affiche en retrait de 0,1% à 96,4. Sur le segment des matières premières, le baril de brut WTI se tasse désormais de 0,2% à 59,3$ sur le Nymex. Le Brent cède 0,1% à 67,5$.

Dans l'actualité économique ce mardi aux Etats-Unis, les commandes industrielles du mois de janvier 2019 n'ont pas vraiment surpris, en hausse de 0,1% en comparaison du mois antérieur.

Souplesse de la Fed

La Fed tient quant à elle aujourd'hui et demain mercredi sa réunion de politique monétaire. Un statu quo est évidemment l'hypothèse la plus probable à l'issue de cette réunion FOMC (probabilité de 98,7% - selon l'outil FedWatch du CME Group - que le taux des fed funds demeure entre 2,25 et 2,50%).

Les opérateurs détailleront évidemment le communiqué monétaire de la Fed demain soir (19h), ainsi que ses prévisions économiques ajustées. La conférence de presse de Jerome Powell (programmée à 19h30) sera également surveillée. Les investisseurs misent désormais sur une pause monétaire durable de la Banque centrale américaine, dans un contexte de moindre croissance économique. Les marchés voudront sans doute en savoir plus à propos du bilan de la Fed, dont la réduction équivaut à une hausse des taux.

Sur le front des taux, certains opérateurs anticipent même un léger assouplissement d'un quart de point (probabilité de 26,3% d'un taux de 2 à 2,25% au 11 décembre selon FedWatch) d'ici la fin de l'année. La probabilité d'un taux demeurant entre 2,25 et 2,50% jusqu'à la fin de l'année est d'environ 69%...

Les négociations commerciales s'appesantissent

Les nouvelles concernant les négociations commerciales sino-américaines sont quant à elles mitigées. Le 'South China Morning Post', citant des sources, a affirmé que la réunion au sommet entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping pourrait être repoussée au mois de juin. Washington et Pékin ne seraient pas en mesure de finaliser un accord en avril comme pressenti. Une source du quotidien de Hong Kong évoque donc plutôt une tenue du sommet en juin. Le journal fait état pour l'heure d'une divergence au sein de l'administration Trump à propos de l'accord commercial avec la Chine.

Trump, quant à lui, n'a pas fait preuve d'une diplomatie remarquable en taclant General Motors au sujet de la fermeture de son site de Lordstown, dans l'Ohio. Plutôt que de fermer cette usine américaine, le président des Etats-Unis a recommandé à Mary Barra, patronne de GM, de "fermer une usine en Chine ou au Mexique". En période de négociations commerciales intensives, il y avait sans doute plus fin...

Les valeurs

FedEx (stable). Les publications financières trimestrielles se font rares outre-Atlantique, mais les opérateurs pourront tout de même suivre, après bourse ce soir à Wall Street, les résultats de FedEx (consensus 3,14$ de bénéfice par action, 17,6 Mds$ de revenus). Le géant des livraisons constitue par ailleurs un bon indicateur de la tendance économique. Les investisseurs seront donc très attentifs à ses prévisions pour l'exercice 2019 - prévisions qui s'étaient révélées prudentes en décembre.

Boeing (+1%). La Chine entendrait exclure le 737 MAX de Boeing d'une liste de produits américains importés qu'elle achèterait dans le cadre d'un éventuel accord commercial global, croient savoir des personnes familières de la question citées par Bloomberg. Ce sont évidemment les questions de sécurité qui expliqueraient ce choix, suite au crash d'Ethiopian Airlines. Le département américain des Transports enquête de son côté sur la procédure de certification de l'avion par l'Administration fédérale de l'aviation (FAA).

Tesla (+1%). Selon la Securities & Exchange Commission, gendarme des marchés financiers américains, Elon Musk n'a jamais demandé de pré-approbation concernant ses tweets relatifs au constructeur de voitures électriques. C'est du moins ce qu'affirme la SEC, qui juge que le fantasque patron de Tesla enfreindrait donc leur accord antérieur conclu suite aux fameux messages concernant une 'sortie de la cote' envisagée, au 'financement garanti' (qui n'avait évidemment jamais eu lieu).

Selon la SEC, Musk n'aurait jamais demandé de pré-approbation pour le moindre tweet concernant Tesla, depuis la conclusion de son accord antérieur avec l'autorité de marché. Justement, le gendarme financier avait exigé du CEO du constructeur automobile qu'il demande désormais une approbation préalable pour chacun de ses tweets susceptibles d'impacter le constructeur ou le marché... La SEC dit avoir demandé à Tesla fin février si certains tweets de Musk avaient été validés au préalable depuis l'accord conclu. Tesla aurait simplement répondu que "non" - après plus de deux semaines d'attente. La SEC s'étonne donc, auprès de la cour fédérale de Manhattan, que depuis son accord avec Musk, aucun des nombreux tweets du dirigeant relatifs au groupe n'ait été vérifié.

AT&T (stable). Kevin Tsujihara, le PDG de la société de production de TV et de cinéma Warner Bros Entertainment (AT&T), a démissionné lundi. Selon la presse, il aurait aidé une actrice avec laquelle il avait une liaison à obtenir des rôles dans ses studios. "Il est dans l'intérêt de WarnerMedia, de Warner Bros, de nos employés et de nos partenaires que Kevin quitte son poste de président-directeur général de Warner Bros", a annoncé lundi soir John Stankey, le PDG de WarnerMedia, la branche média et divertissement d'AT&T depuis son rachat de Time Warner.

Dans un message adressé hier aux employés, publié par l'agence 'Reuters', M. Tsujihara a reconnu qu'"il est devenu évident que mon maintien à la tête de la société pourrait être un obstacle à la poursuite de son succès.

Netflix (-1%). La rumeur (très insistante) prête à Apple l'intention de vouloir présenter dès sa keynote du 25 mars un service de streaming TV et vidéo. Netflix a affirmé de son côté qu'il n'entendait pas rendre ses contenus (shows et films) disponibles sur le supposé service d'Apple. En attendant, le groupe à la pomme a présenté hier deux nouveaux iPads, histoire de patienter.

HD Supply (-1%), distributeur industriel basé à Atlanta, a dévoilé ses résultats trimestriels du T4 2018. Le chiffre d'affaires a progressé de 22% à 1,446 milliard de dollars. Le bénéfice net atteint quant à lui 92 millions de dollars sur le trimestre, alors qu'une perte nette de 9 M$ avait été enregistrée un an plus tôt. Le bénéfice net ajusté s'est pour sa part envolé de 35% à 123 millions de dollars, pour un bpa ajusté en vive progression de 43% à 70 cents. Le consensus de bpa ajusté était de 69 cents. HD envisage un bénéfice net ajusté par action de l'ordre de 3,52 à 3,81$, pour des revenus de 6,30 à 6,45 Mds$ en 2019.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com