Cotation du 15/11/2019 à 18h58 Dow Jones Industrial +0,51% 27 922,86
  • DJIND - US2605661048

Wall Street marque une pause sur les sommets

Wall Street marque une pause sur les sommets
Wall Street marque une pause sur les sommets
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine hésite sur ses sommets ce mardi, après deux indices contradictoires des services, et malgré les espoirs persistants concernant les discussions commerciales sino-américaines. Le DJIA s'affiche pratiquement inchangé désormais à 27.463 pts, alors que le S&P500 se tasse de 0,18% à 3.072 pts. Le Nasdaq perd 0,12% à 8.423 pts. Sur le marché des changes, l'indice dollar gagne 0,4% à 97,9. Sur le Nymex, le baril de brut WTI progresse de 1,3% à 57,3$, alors que l'OPEP vient d'abaisser ses prévisions de demande sur le marché mondial, du fait de la montée en puissance de la production de pétrole de schiste aux USA et de la progression d'autres sources.

L'optimisme domine concernant les négociations commerciales sino-américaines, alors que la Chine ferait pression sur Washington afin d'obtenir la suppression des taxes douanières antérieures. De notables progrès auraient été accomplis en vue d'une finalisation d'un accord commercial partiel sino-américain, selon les propos tenus ce jour par le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross, qui croit voir des signaux favorables dans l'optique de la conclusion d'un accord bien plus large.

Des sources de Reuters ayant connaissance de la question ont confirmé les informations selon lesquelles la Chine presserait le président américain Donald Trump d'annuler les 'tarifs' douaniers imposés en septembre à 112 milliards de produits conçus sur le marché chinois.

Les marchés avaient débuté la semaine sur de nouveaux records hier lundi, le DJIA prenant 0,42% à 27.462 pts et le Nasdaq 0,56% à 8.433 pts, soutenus essentiellement, et pour la énième fois, par les espoirs commerciaux. Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping seraient en contact continu de différentes manières, a affirmé hier lundi le ministère chinois aux Affaires étrangères, questionné sur la rencontre potentielle entre les deux dirigeants pour la signature de l'accord partiel entre les Etats-Unis et la Chine. Trump laissait entendre en fin de semaine dernière que les négociations se déroulaient bien, espérant une signature aux USA une fois le 'deal' finalisé. Les autorités chinoises ont quant à elles qualifié de pure spéculation l'hypothèse d'un meeting à Macao. "En ce qui concerne une rencontre entre les dirigeants de Chine et des Etats-Unis, ce que je peux dire c'est que le président Xi Jinping et le président Trump ont maintenu un contact continu via différents moyens", a simplement affirmé le porte-parole du ministère chinois aux Affaires étrangères, Geng Shuang, cité notamment par Reuters.

Washington et Pékin entendent toujours sceller la 'phase 1' de leur accord dans les prochaines semaines. Un représentant chinois s'était déjà montré optimiste en fin de semaine dernière concernant les chances d'un accord de 'phase 1' en novembre, malgré l'annulation du sommet chilien du forum de Coopération Asie-Pacifique (APEC) où Donald Trump et Xi Jinping devaient se retrouver pour éventuellement signer le 'deal' enfin mis en forme. Rappelons que le président chilien Sebastian Pinera a annoncé la suspension de la tenue de ce sommet de l'APEC, suite aux mouvements locaux de contestation. Réagissant à cette annulation impromptue, la Maison blanche a déclaré que les USA espéraient toujours finaliser la fameuse phase 1 "dans les mêmes délais".

Trump assurait la semaine dernière que le lieu où serait annoncé l'accord commercial partiel allait être dévoilé sous peu. "La Chine et les USA travaillent à la sélection d'un nouveau site pour la signature de la Phase Un de l'Accord Commercial, représentant environ 60% de l'accord total, après l'annulation de l'APEC du Chili du fait de circonstances imprévues. Le nouveau lieu sera annoncé sous peu. Le Président Xi et le Président Trump procèderont à la signature !", avait lancé le président américain sur Twitter.

L'actualité demeure fournie à Wall Street ce mardi. Sur le front économique, la balance du commerce international pour le mois de septembre est ressortie 'en ligne', avec un déficit de 52,5 milliards de dollars contre 55 Mds$ pour la lecture révisée du mois d'août. Selon ces données du Département américain au Commerce, le déficit commercial US s'est donc sensiblement réduit, du fait notamment de la baisse des importations provenant de Chine.

L'indice Markit PMI des services américains pour le mois d'octobre 2019 est ressorti inférieur aux attentes, à 50,6, contre 51 de consensus de place. L'indicateur composite se monte à 50,9, ratant également le consensus (51,2), alors que l'indice manufacturier précédemment dévoilé se situait à 51,3. L'ISM des services américains pour ce même mois d'octobre 2019 est en revanche ressorti supérieur aux attentes, à 54,7 contre 53,5 de consensus. Il était de 52,6 en septembre. Cette amélioration signale donc une accélération de la croissance, et contredit la lecture fournie par l'indice Markit.

Pour finir, selon le Département américain au travail ce mardi, les ouvertures de postes aux Etats-Unis pour le mois de septembre 2019 sont ressorties au nombre de 7,024 millions, contre 7,301 millions pour le mois antérieur (lecture révisée en hausse) et 7,06 millions de consensus.

Les valeurs

Uber (-7%) a publié hier soir des résultats supérieurs au consensus au 3ème trimestre. Les pertes du géant américain des VTC restent cependant élevées, supérieures à 1 milliard de dollars sur le trimestre, et le titre Uber chute après cette publication. Le titre avait déjà cédé environ 1% hier à la clôture, à l'approche de la fin de la période de 'lockup' après l'introduction en Bourse, qui pourrait entraîner un afflux de vente sur l'action.

Au 3ème trimestre, la perte nette du groupe s'est élevée à 1,16 milliard de dollars, contre -986 millions de dollars un an plus tôt. La perte par action a atteint 68 cents sur le trimestre contre -81 cents attendus par le consensus Refinitiv, tandis que les ventes ont bondi de 30% pour atteindre 3,81 milliards de dollars, un peu plus que les 3,69 Mds$ attendus. Le montant brut des réservations de services Uber a totalisé 16,47 Mds$, un montant un peu inférieur au consensus (16,7 Mds$ selon Refinitiv).

Le groupe de VTC a légèrement relevé ses prévisions annuelles et dit tabler sur une accélération de sa croissance au 4e trimestre. Pour l'ensemble de 2019, la perte d'Ebitda est désormais attendue entre 2,8 et 2,9 Mds$, en amélioration de 250 M$ par rapport aux précédentes prévisions. Dans un entretien lundi avec la chaîne 'CNBC', le directeur général d'Uber, Dara Khosrowshahi a indiqué que la compagnie vise un Ebitda postif en 2021.

L'annonce de ces résultats intervient à deux jours de la fin de la période de blocage pour les titres détenus par les actionnaires historiques suivant l'introduction en Bourse de mai dernier... Ce sont ainsi près de 950 millions d'actions, représentant plus de 29 Mds$, qui seront libres d'être vendues après le mercredi 6 novembre, ce qui fera plus que doubler le flottant du groupe. Si le robinet des ventes s'ouvre, la chute pourrait donc être rude pour l'action Uber, et en tout état de cause, le titre devrait être sujet à une volatilité accrue dans les prochaines semaines à mesure que le capital du groupe se recomposera.

Allergan (-1%) a dépassé les attentes sur le troisième trimestre. La perte nette du groupe est ressortie à 787 millions de dollars soit 2,40$ par titre, contre 38 millions de déficit un an avant. Les résultats comprennent toutefois 750 millions de dollars de charges avant imposition sur le règlement d'un cas antitrust sur le traitement Namenda. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 4,25$, contre 4,23$ de consensus. Les revenus se sont appréciés de 3,6% à 4,05 milliards, contre 3,9 Mds$ de consensus. Le groupe maintient par ailleurs sa guidance 2019 de résultats.

Pitney Bowes (+9%) grimpe à Wall Street. Le fournisseur américain de solutions d'affranchissement postal a annoncé pour son troisième trimestre des revenus de 790 millions de dollars en croissance de 4% (+6% à comparable). La perte GAAP par action est ressortie à 2 cents et le bénéfice ajusté à +24 cents (contre 27 cents un an plus tôt et 23 cents de consensus). Le cash flow GAAP des opérations s'est élevé à 96 millions de dollars. Le consensus en matière de revenus trimestriels se situait à 768 millions de dollars.

Newmont Goldcorp (-4%) a publié pour le troisième trimestre fiscal, clos fin septembre 2019, un bénéfice net ajusté de 292 millions de dollars soit 36 cents par titre, en vive progression de 67% en comparaison de l'an dernier. Le leader mondial de la production aurifère n'a donc pas démérité sur le trimestre clos, bénéficiant d'une production accrue en Amérique du Nord et Amérique du Sud. L'amélioration des prix de l'or a également soutenu les comptes du groupe du Colorado. La production attribuable d'or a progressé de 28% à 1,64 million d'onces.

Xerox (+5%) progresse à Wall Street ce jour, le fabricant américain de photocopieurs et d'imprimantes ayant annoncé la vente de ses 25% de participation au capital de l'alliance Fuji Xerox, sa coentreprise avec le japonais Fujifilm. Il s'agit d'une opération d'un montant de 2,3 milliards de dollars.

Tapestry (+4%) a dépassé les attentes au troisième trimestre avec le succès chinois de Coach. Le groupe new-yorkais de luxe a annoncé un bénéfice net de 20 millions de dollars soit 7 cents par titre sur le trimestre clos fin septembre, contre 122 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 40 cents, contre 37 cents de consensus. Les revenus se sont établis à 1,36 milliard de dollars, contre 1,37 Md$ de consensus. La croissance de Coach à comparable est ressortie à 1% sur ce premier trimestre fiscal, alors que Kate Spade a décliné de 16%.

Marriott (stable) a révélé pour le troisième trimestre un bénéfice dilué par action de 1,16$, contre 1,43$ un an avant. Le bpa dilué ajusté trimestriel est ressorti à 1,47$, contre 1,70$ un an auparavant. Le RevPAR comparable à dollar constant a augmenté de 1,5% dans le monde, 1,9% en dehors de l'Amérique du Nord et 1,3% sur le marché domestique américain.

Mylan (-3%) a dépassé le consensus de profit et fourni une solide guidance. Le laboratoire a réalisé un bénéfice net de 190 millions de dollars, 37 cents par titre, contre 177 millions de dollars un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action a représenté 1,17$, contre 1,13$ de consensus. Les revenus se sont élevés à 2,96 milliards de dollars, contre 2,86 milliards un an plus tôt et 3,01 milliards de consensus. Le groupe envisage désormais des revenus annuels de 11,5-12 Mds$, pour un bpa ajusté de 4,20-4,40$.

Regeneron (+7%), le partenaire de Sanofi, a battu le consensus de profit grâce à Eylea et Dupixent. Le bénéfice ajusté trimestriel a été de 6,67$, contre 6,36$ de consensus. Le bénéfice net a atteint 670 millions de dollars et 5,86$ par titre, contre 595 millions de dollars un an plus tôt. Les revenus se sont appréciés de 23% à 2,05 milliards de dollars.

Netflix (-2%) fléchit prudemment à Wall Street, en attendant la concurrence... Walt Disney (-1%) a indiqué que son service concurrent de streaming, Disney+, allait comporter un catalogue permanent plutôt que des programmes évolutifs.

Shake Shack (-20% !). Le groupe américain de restauration rapide a dévoilé une faible performance à magasins comparables. Pire, il revoit en baisse ses estimations annuelles, le groupe sacrifiant des partenaires de livraison au profit de sa coopération avec Grubhub. Sur le seul troisième trimestre, les profits du groupe ont pourtant dépassé les attentes.

Groupon (-2%). Le leader des achats groupés a annoncé pour le troisième trimestre une perte nette de 17 millions de dollars, 3 cents par titre, contre un profit net de 45 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté un cent par titre, tandis que les revenus se sont tassés à 496 millions de dollars - contre 593 millions. Le consensus était de 2 cents de bpa ajusté trimestriel pour 524 millions de dollars de recettes.

Adobe (+3%) grimpe à Wall Street. Le groupe software, connu pour ses logiciels Acrobat, Flash, Illustrator ou Photoshop, vient de publier de solides prévisions annuelles 2020, tablant sur un bénéfice annuel ajusté voisin de 9,75$ sur l'exercice pour des ventes de 13,15 milliards de dollars. Le consensus se situait à 9,7$ de bpa ajusté annuel et 13,14 milliards de dollars de facturations. Le groupe table toujours, pour le quatrième trimestre, sur un bénéfice ajusté par action de 2,25$ et des revenus de 2,97 milliards de dollars.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com