Cotation du 04/08/2021 à 22h55 Dow Jones Industrial -0,92% 34 792,67
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : le vert domine avant une série de stats

Wall Street : le vert domine avant une série de stats
Wall Street : le vert domine avant une série de stats
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les futures américains pointent vers une ouverture dans le vert à Wall Street au lendemain d'une séance marquée par les nouveaux records du Nasdaq. Après une semaine dominée par les retombées du changement de discours de la Réserve fédérale américaine sur les perspectives de taux d'intérêt et d'inflation, les investisseurs peinent à se positionner entre la forte reprise économique et les spéculations liées aux politiques monétaires, d'autant que la plupart des grands indices restent haut perchés.

Dans ce contexte, les nombreux indicateurs du jour pourraient quelque peu influencer la séance. Au programme, le PIB final américain du premier trimestre (14h30), les inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30), les commandes de biens durables (14h30) et la balance du commerce de biens (14h30).

L'actualité entreprises reste pour sa part limitée en cette fin juin. On notera toutefois une grosse acquisition de Visa en Europe et la cession des activités sud-coréennes d'eBay.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar est stable à 91,7 points face à un panier de 6 devises de référence, tandis que l'euro évolue également peu face au billet vert, à 1,193$. Sur les marchés obligataires, les taux se tendent légèrement : le rendement du T-Bond à 30 ans est à 2,115% (+0,7 point de base) et celui du T-Bond à 10 ans s'affiche à 1,492% (+0,7 pdb).

Sur le marché des cryptos, le bitcoin retombe de 2,4% à 33.200$ environ sur la plateforme Bitfinex.

Enfin, les cours du pétrole progressent encore, au plus haut depuis plus de deux ans. Le baril de WTI avance de 0,5% à 73,5$ sur le Nymex pour le contrat à terme d'août, alors que le baril de Brent de la mer du Nord (contrat d'août) prend 0,6% à 75,6$. L'or noir, qui ne manque pas de soutien en ce moment, a bénéficié d'un nouveau coup de pouce hier avec l'annonce d'une forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis, leur 5e semaine de recul consécutive.

VALEURS A SUIVRE

* Amazon. Le bilan du "Prime Day", l'opération promotionnelle d'Amazon, a une nouvelle fois rencontré le succès cette année, avec des ventes supérieures à 11 milliards de dollars aux Etats-Unis, en hausse de 6,1% par rapport à 2020, selon le cabinet Adobe Digital Economy Index. Les revenus ont atteint 5,6 milliards de dollars lundi et 5,4 milliards mardi, a précisé mercredi Adobe dans un communiqué. Le Prime Day, une période cruciale de promotions pour le géant américain du e-commerce, s'est en fait étalé sur deux jours, lundi et mardi. Cette année, la hausse des coûts de livraison, liée à la crise du Covid et à l'inflation des prix de l'énergie, ont cependant rendu les rabais moins attractifs que par le passé. Le respect des délais de livraison a aussi représenté un défi important pour le groupe américain, en raison des perturbations liées à la sortie de crise du Covid.

La hausse des recettes est survenue "malgré les rabais relativement faibles dans la plupart des catégories, ce qui suggère qu'il y a une demande refoulée pour les achats en ligne, au moment où les consommateurs ont hâte d'un retour à la normale", a souligné le directeur d'Adobe Digital insights, Taylor Schreiner. Amazon ne communique pas lui-même les chiffres de vente du Prime Day. Le groupe basé à Seattle a tout de même salué, dans un communiqué, "la meilleure période de deux jours pour les vendeurs tiers d'Amazon, qui sont presque tous des commerces de petite et de moyenne taille". Selon Amazon, les abonnés Prime des 20 pays où l'opération "Prime Day" était organisée, ont acheté au total plus de 250 millions d'articles.

* Grosse cession pour eBay. La place de marché américaine va vendre un peu plus de 80% de ses activités sud-coréennes au détaillant local E-Mart pour un montant de 3,44 trillions de wons (3 milliards de dollars). eBay conservera une participation de 20% dans l'activité coréenne, dont la valeur implicite globale est d'environ 3,8 milliards de dollars. "Cette opération réunit deux entreprises de commerce électronique et de détail solides qui peuvent libérer un énorme potentiel en Corée et offrir un plus grand choix aux clients", a déclaré Jamie Iannone, directeur général d'eBay. L'opération devrait être conclue d'ici la fin de cette année ou au début de l'année prochaine, en fonction de l'obtention des autorisations réglementaires habituelles.

Bay Korea, qui était le principal acteur du commerce électronique en Corée du Sud jusqu'en 2015, a vu la croissance de ses transactions ralentir à partir de 2016 en raison de l'intensification de la concurrence de sociétés comme Coupang, l'actuel numéro 1 du commerce électronique, selon les analystes. Même si à l'image de ses concurrents en ligne, eBay a profité de la pandémie, le groupe a continué à croître à un rythme plus lent que ses rivaux, notamment Amazon. Sous la houlette de Jamie Iannone, ancien cadre dirigeant de Walmart, eBay s'est engagé dans un vaste projet de cessions d'actifs afin de redynamiser l'entreprise. L'année dernière, elle a vendu son site de revente de billets sportifs et de spectacles StubHub à Viagogo pour 4,05 milliards de dollars. Elle a également accepté de céder son activité de petites annonces à la société norvégienne Adevinta (maison-mère de Leboncoin) dans le cadre d'une transaction en numéraire et en actions d'une valeur de 9,2 Mds$.

* Visa sort le chéquier ! Le géant américain du paiement va verser 1,8 milliard d'euros pour racheter Tink, une plateforme bancaire ouverte européenne qui permet aux institutions financières, aux fintechs et aux commerçants de créer des outils, des produits et des services de gestion financière sur mesure pour les consommateurs et les entreprises européennes, en se basant sur leurs données financières. Grâce à une API unique, Tink permet à ses clients d'accéder à des données financières agrégées, d'utiliser des services financiers intelligents tels que la connaissance des risques et la vérification des comptes, et de créer des outils de gestion des finances personnelles.

Tink est intégré à plus de 3.400 banques et institutions financières, touchant des millions de clients bancaires en Europe. Tink conservera sa marque et son équipe de direction actuelle, et son siège social restera à Stockholm, en Suède. La combinaison de l'infrastructure éprouvée de Visa et de son investissement soutenu dans la résilience, la cybersécurité et la prévention de la fraude avec les API, la technologie et les relations avec la clientèle de Tink devrait contribuer à accélérer l'adoption de l'open banking en Europe en garantissant une plateforme sûre et fiable pour l'innovation, affirme Visa.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !