Cotation du 17/05/2022 à 22h54 Dow Jones Industrial +1,34% 32 654,59
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : le rouge devrait encore dominer

Wall Street : le rouge devrait encore dominer
Wall Street : le rouge devrait encore dominer
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les yeux rivés sur l'inflation. Après une nouvelle semaine chahutée à Wall Street et un mois de mai débuté du mauvais pied, la place américaine va tenter de repartir de l'avant ce lundi. La partie est toutefois loin être gagnée puisque les futurs sur les trois grands indices évoluent dans le rouge à l'heure actuelle. Le S&P 500 est actuellement sur une série de 5 semaines consécutives de baisse, une première depuis 2011, tandis que le Nasdaq perd désormais plus de 24% par rapport à son record de novembre 2021, plongé dans un véritable marché baissier.

Les investisseurs restent très nerveux et s'interrogent sur la capacité de la Fed à piloter son cycle de hausse des taux sans provoquer un atterrissage brutal de l'économie. Mercredi, ils avaient, dans un premier temps, été rassurés par les déclarations du président de la Fed, Jerome Powell, écartant la perspective de futures hausses de taux de 75 points de base, et suggérant des gestes moins forts, de 50 points de base, lors des prochaines réunions. Mais l'inquiétude a rapidement repris le dessus, les opérateurs se demandant comment la Banque centrale américaine va-t-elle parvenir à juguler l'inflation galopante sans mettre à mal la croissance de l'économie.

A ce titre, l'indice des prix à la consommation (IPC) pour le mois d'avril sera suivi comme le lait sur le feu mercredi. Selon le consensus, l'indice devrait signaler un ralentissement de la vigueur des prix à la fois d'un mois à l'autre et d'une année à l'autre, et ainsi peut-être montrer que le taux d'augmentation des prix a atteint un sommet en mars. Plus précisément, les économistes s'attendent à ce que l'IPC augmente de 8,1% en avril, après une progression de 8,5% en mars, la plus marquée depuis 1981. D'un mois à l'autre, l'IPC devrait croître de seulement 0,2%, après une hausse de 1,2% le mois précédent. Le rythme de progression de l'IPC 'core', qui exclut les éléments les plus volatils, devrait également ralentir à 6% sur un an après 6,5% en mars. "Une modération de l'indice CPI serait légèrement réconfortante mais une accélération relancerait sans aucun doute les attentes d'une hausse de taux de 75 points de base de la Fed", affirment les analystes d'ANZ Bank. Aujourd'hui, seuls les stocks de grossistes de mars sont au programme (16h).

En Russie, Vladimir Poutine, a profité de la cérémonie de commémoration de la victoire de l'Union soviétique sur l'Allemagne nazie en 1945 pour déclarer que les troupes et les volontaires qui combattent actuellement dans la région ukrainienne du Donbass se battaient pour leur patrie : "Vous combattez pour votre mère patrie, son avenir".

En Chine, la situation reste préoccupante alors que les autorités de Shanghai ont durci les restrictions sanitaires par crainte d'un rebond des infections, ont rapporté plusieurs sources. Signe que l'économie locale commence à être durement touchée par ces mesures restrictives, les exportations ont progressé en avril à leur rythme le plus lent depuis juin 2020 (+3,9% sur un an) tandis que les importations sont restées stables...

Dans ce contexte de forte aversion au risque, l'indice VIX de la volatilité, surnommé "l'indice de la peur", bondit encore de plus de 8% ce matin autour de 33,7 pts, très au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours (21).

Sur les marchés obligataires, les rendements évoluent en ordre dispersé. Le taux du T-Bond à 10 ans progresse de 4,1 points de base à 3,167%, au plus haut niveau depuis novembre 2018. Le taux du T-Bond à 2 ans, plus sensible à la politique monétaire, se détend de 1,8 pb à 2,713%.

Sur le marché des devises, le billet vert profite de cette forte aversion au risque pour repartir de l'avant, au plus haut depuis 20 ans face à un panier de devises de référence. L'indice du dollar progresse actuellement de 0,4% à 104 points. De son côté, l'euro cède 0,35% à 1,051$.

Victime de la vigueur du dollar, l'or recule de 0,7% à 1.871$ l'once pour le contrat à terme de juin sur le Comex. Du côté des cryptos, le bitcoin chute de 3,2% sur 24h, autour de 33.490$ sur Coindesk.

Enfin, les cours pétroliers consolident un peu, pénalisés par les inquiétudes persistantes sur la demande chinoise, tandis que les investisseurs attendent la reprise des discussions des pays de l'Union européenne sur un embargo des importations russes. Le baril de brut léger américain WTI (contrat à terme de juin) se replie de 0,9% à 108,7$ sur le Nymex, tandis que le Brent de la mer du Nord perd 0,7% à 111,6$ pour le contrat de juillet.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Dow Jones Industrial

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités