Cotation du 16/05/2022 à 23h14 Dow Jones Industrial +0,08% 32 223,42
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : le rebond semble se confirmer

Wall Street : le rebond semble se confirmer
Wall Street : le rebond semble se confirmer
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Au lendemain d'un brutal coup de tabac, la Bourse de New York se montre volatile mardi, mais semble confirmer un rebond en soirée, malgré un environnement fondamentalement toujours plein de dangers, à commencer par des taux d'intérêts élevés, une économie chinoise au ralenti, une forte inflation et des risques liés au conflit en Ukraine.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones regagne 0,56% à 32.425 points après -2% lundi, tandis que l'indice large S&P 500 reprend 1,2% à 4.039pts, après un plongeon de 3,2% la veille, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, regagne 2,1% à 11.870 pts. Lundi, l'indice S&P 500 a terminé sous le seuil des 4.000 points pour la première fois depuis le 31 mars 2021, et le Nasdaq a encore abandonné 4,3%, leur pire séance depuis 13 mois.

Signe de la nervosité ambiante, l'indice VIX de la volatilité, surnommé "l'indice de la peur", recule de 6% autour de 32,6 pts mais reste très au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours (21).

Les investisseurs restent focalisés sur les futures hausses de taux directeurs des Banques centrales, après des gestes haussiers la semaine dernière de la part de la Réserve fédérale américaine, de la Banque d'Angleterre et de la Banque centrale australienne. La situation sanitaire en Chine, qui perturbe les chaînes d'approvisionnement et fait craindre une baisse marquée de la demande, pèse aussi depuis de longues séances sur la tendance.

L'inflation attendue en léger ralentissement en avril aux Etats-Unis

Face à une forte inflation, encore accentuée par la guerre en Ukraine, les marchés anticipent la poursuite d'un durcissement de politique monétaire, notamment aux Etats-Unis, où les marchés à terme tablent sur un nouveau tour de vis de 50 points de base en juin, suivi d'au moins une autre hausse de 50 pb en juillet, voire en septembre, selon l'outil FedWatch de CME Group.

Les chiffres de l'inflation en avril seront publiés mercredi aux Etats-Unis, en Chine, en Allemagne et en France. Outre-Atlantique, le consensus table sur un léger ralentissement de la hausse des prix à 8,1% en avril sur un an après 8,5% en mars, la plus forte hausse depuis 1981. Le rythme de progression de l'IPC 'core', qui exclut les éléments les plus volatils, devrait également ralentir à 6% sur un an après 6,5% en mars.

Joe Biden déclare l'inflation "priorité nationale"

Mardi, le président américain Joe Biden a assuré que l'inflation était sa "plus grande priorité nationale", rappelant que les Etats-Unis sont en train de puiser dans leurs stocks stratégiques de pétrole pour stabiliser les prix des carburants. Il a toutefois estimé que certaines des "racines de l'inflation" étaient "hors de (son) contrôle", citant la pandémie de Covid-19 et les effets de la guerre de la Russie contre l'Ukraine. Il a aussi salué la Réserve fédérale, qui joue un "rôle primordial dans la lutte contre l'inflation dans notre pays".

Le président américain a par ailleurs rappelé que son administration était en train d'examiner la possibilité de lever les droits de douane sur les produits chinois qui avaient été imposés par son prédécesseur Donald Trump en 2018, et qui représentent des surcoûts pour les entreprises américaines qui s'approvisionnent en Chine. Au total, l'équivalent de 350 milliards de dollars d'importations annuelles en provenance du géant asiatique sont concernés par ces droits de douane.

Des résultats d'entreprises en hausse, mais...

Sur le front des entreprise, 87% des sociétés du S&P 500 ont publié leurs résultats pour le premier trimestre. Vendredi, le pourcentage d'entreprises du S&P 500 ayant dépassé les estimations des analystes en matière de BPA était supérieur à la moyenne sur cinq ans, mais l'ampleur des surprises à la hausse était inférieure à la moyenne sur cinq ans, selon les données de FactSet.

"Un autre catalyseur qui pourrait causer une certaine aversion au risque est une saison de résultats assez décevante", explique à 'Yahoo Finance' Brian Price, responsable de la gestion des investissements chez Commonwealth Financial Network. "Ce n'était certainement pas aussi solide que lors des derniers trimestres et il y a encore plus d'ambiguïté autour des perspectives futures des BPA étant donné l'énorme incertitude macro".

Sur les marchés obligataires, les rendements reculent un peu mais restent proches de leur sommet de plusieurs années. Le rendement du T-Bond à 10 ans se replie de 6 points de base à 2,97%, mais reste proche de son plus haut niveau depuis novembre 2018. Le taux du T-Bond à 2 ans se détend de 1 pb à 2,61%.

Le pétrole poursuit sa correction, le bitcoin sombre sous 30.000$

En légère hausse ce matin, les cours pétroliers reculent à nouveau après avoir décroché d'environ 6% lundi alors que l'UE peine à s'accorder sur un embargo sur le pétrole russe. Les craintes de ralentissement de la demande nourries par les confinements prolongés en Chine et le resserrement monétaire dans les pays occidentaux a aussi pesé sur l'or noir. Le baril de brut léger américain WTI (contrat à terme de juin) cède mardi soir 2,3% à 100,69$ sur le Nymex, tandis que le Brent de la mer du Nord se replie de 2,47% à 103,42$ pour le contrat de juillet.

L'or a cédé 0,9% à 1.841$ l'once pour le contrat à terme de juin sur le Comex. Du côté des cryptos, le bitcoin a subi un accès de panique, tombant brièvement sous 30.000$ en matinée, avant de se ressaisir un peu, autour de 31.266$ en soirée (+1,6% sur 24h). Les cryptomonnaies ont dégringolé ces derniers jours, victimes de l'aversion générale aux actifs risqués, et amplifiant les pertes du Nasdaq.

Sur le marché des devises, l'indice du dollar évolue toujours mardi sur ses plus hauts de 20 ans face à un panier de devises de référence, à 103,84 pts (+0,2%). L'euro cède désormais 0,18% face au billet vert, à 1,0536$ sur les marchés interbancaires à New York.

VALEURS A SUIVRE

* AMC Entertainment (-4,7% après +3,5%) fait du yo-yo après que l'exploitant des salles de cinéma eut publié un chiffre d'affaires trimestriel meilleur que prévu et une perte nette réduite grâce au succès des films à gros budgets comme "The Batman". Sur les trois premiers mois de l'année, la firme a essuyé une perte ajustée par action de 52 cents pour des revenus de 758,7 M$. Des données meilleures qu'attendu par les analystes. "Nos résultats pour le premier trimestre 2022 représentent le meilleur premier trimestre d'AMC en deux années complètes. Nous poursuivons notre trajectoire de reprise pos-pandémique, en plus que quintuplant les revenus et améliorant l'EBITDA ajusté de près de 80% par rapport à il y a un an", a déclaré le DG d'AMC, Adam Aron.

Les ventes de billets ont plus que quintuplé par rapport à l'année précédente, lorsque les cinémas étaient encore pour la plupart fermés à cause de la pandémie de coronavirus. Pourtant, elles sont encore loin des niveaux qui prévalaient avant la pandémie : régulièrement plus d'un milliard de dollars sur les trois premiers mois de l'année. S'il faudra probablement attendre encore des années pour que les recettes au box-office retrouvent les niveaux d'avant la crise sanitaire, la sortie de plusieurs blockbuster au cours de l'été ("Top Gun: Maverick", "Jurassic World Dominion"...) pourrait aider les chaînes de salles de cinéma à remonter plus rapidement la pente.

* Tesla (+2,1%) est à l'arrêt ou presque en Chine. En avril, le constructeur automobile n'a livré que 1.512 véhicules depuis son usine de Shanghai, selon les données de la China Passenger Car Association. Une donnée à comparer aux près de 66.000 expéditions du mois de mars et au record mensuel de près de 71.000 véhicules livrés en décembre 2021. En outre, une note interne de Tesla consultée par 'Reuters' montre que le groupe américain a suspendu l'essentiel de sa production dans son usine de Shanghai alors que la capitale économique chinoise est entrée dans sa sixième semaine de confinement pour cause de Covid-19. L'usine, qui fabrique les Model 3 et Model Y de Tesla, a rouvert le 19 avril après une fermeture de 22 jours, la plus longue depuis l'ouverture du site fin 2019. Mais comme bon nombre des centaines d'entreprises qui ont rouvert des usines à Shanghai ces dernières semaines, Tesla n'échappe pas aux difficultés pour remettre les chaînes de production en marche tout en gardant les travailleurs sur place dans un système en "boucle fermée". Même si elles parviennent à tout faire correctement, ces entreprises dépendent de fournisseurs confrontés à des défis similaires.

Par ailleurs, le constructeur doit rappeler environ 130.000 véhicules aux États-Unis en raison d'un problème de surchauffe qui pourrait entraîner un dysfonctionnement de l'écran tactile central, a annoncé la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA). Selon l'autorité de régulation, la surchauffe du processeur du système d'info-divertissement pourrait empêcher l'écran central d'afficher des images de la caméra de recul, des voyants d'avertissement et d'autres informations. Le rappel couvre les modèles S et X des années 2021 et 2022 et ses modèles 3 et Y de 2022. Le constructeur de véhicules électriques fournira une mise à jour logicielle en direct pour résoudre le problème, selon la NHTSA.

* Microsoft (+2,6%) a annoncé lundi soir son intention de prendre en charge les frais de voyage qui pourraient être engagés par ses salariées dans le cadre d'une interruption volontaire de grossesse alors que la Cour suprême américaine pourrait mettre fin au droit constitutionnel à l'avortement.

* Pfizer (+0,4%) va reprendre Biohaven Pharmaceutical (+70% !), connu pour ses médicaments contre la migraine, pour 11,6 milliards de dollars en numéraire. Pour convaincre sa cible, le géant pharmaceutique américain a proposé 148,5 dollars par titre pour racheter l'ensemble des actions en circulation de Biohaven qu'il ne détient pas encore, soit une prime de 78,6% par rapport au dernier cours de clôture de la société basée à New Haven, dans le Connecticut. Les actionnaires de Biohaven, y compris Pfizer, obtiendront également une demi-action de New Biohaven, une nouvelle société cotée en bourse qui conservera traitements de Biohaven qui sont en phase de développement.

En novembre, Pfizer avait acquis les droits de commercialisation à l'étranger de deux médicaments contre la migraine de Biohaven pour un montant pouvant atteindre 1,24 milliard de dollars, Pfizer prenant par la même occasion une participation de 2,6% dans l'entreprise. Avec cette opération, Pfizer met la main sur le médicament rimegepant, vendu sous le nom de Nurtec ODT aux États-Unis et Vydura dans l'Union européenne, et zavegepant, un spray nasal contre la migraine qui a été soumis aux régulateurs américains.

* Peloton Interactive (-6%) réduit ses pertes en soirée, après un plongeon initial d'environ 15%, en réaction à la publication de comptes décevants pour le 3e trimestre de son exercice décalé. Le fabricant américain de matériel sportif à domicile, a publié un chiffre d'affaires en chute de 23,6% sur un an, à 964,3 millions de dollars, plombé par une baisse de la demande pour ses vélos stationnaires et ses tapis de course. Le 4e trimestre ne devrait pas permettre un redressement de l'activité, Peloton prévoyant des ventes de 675 à 700 M$ contre 821,7 M$ attendu par le consensus de Refinitiv. Le groupe a reconnu que certains clients pourraient se désabonner alors que Peloton va augmenter au 1er juin les tarifs de ses abonnements à des cours de fitness en streaming.

Les stocks d'invendus associés à des coûts croissants ont entraîné une lourde perte trimestrielle pour l'ex-star du fitness à la maison. La perte nette s'est creusée à 757,1 M$ (2,27$ par action) contre une perte de 8,6 M$ (3 cents par action) un an plus tôt. Les analystes s'attendaient à une perte par action de 83 cents.

* Meta Platforms (+2%), la maison mère de Facebook, envisage de réduire le montant des commissions versées aux groupes de presse dans le cadre d'une réévaluation des partenariats conclus ces dernières années, croit savoir le site spécialisé 'The Information', citant des sources proches du dossier.

* Carlyle Group (+2,4%) a conclu un accord avec White Mountains Insurance Group en vue du rachat du courtier en assurance NSM Insurance Group pour 1,78 milliard de dollars en numéraire.

* Verizon (-1%), Comcast (+1,6%), AT&T (-1%). Une vingtaine de fournisseurs d'accès internet aux Etats-Unis se sont engagés à baisser leurs tarifs ou à augmenter le débit de leurs forfaits pour des millions de foyers à faible revenu, a déclaré lundi le président américain Joe Biden.

* Lucid Group (-2,3%). Le fabricant américain de véhicules électriques a annoncé son intention de commercialiser des berlines haut de gamme en Europe dans le courant de l'année afin d'étendre sa présence au-delà des Etats-Unis.

* Match Group (-0,21%), le propriétaire de Tinder, poursuit devant la justice californienne Google, filiale d'Alphabet, pour pratiques anticoncurrentielles au sein du Play Store, le magasin d'applications du géant de l'internet.

* Novavax regagne 1,3% à Wall Street, après une chute de 10% à Londres, après l'annonce du premier trimestre bénéficiaire de son histoire. Le laboratoire a livré seulement 31 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19 au premier trimestre sur les deux milliards qu'il prévoit d'écouler cette année. Novavax a cependant réitéré ses prévisions de revenus pour 2022 (entre 4 et 5 milliards de dollars), affirmant qu'il s'attendait à une accélération des ventes de vaccins dans ses marchés clefs au cours du trimestre en cours. "Nous nous attendons à voir des gains supplémentaires sur ces marchés dans les mois à venir alors que la demande se poursuit avec les récentes poussées de Covid dans le monde", a déclaré le directeur commercial, John Trizino. Au premier trimestre, la firme a dégagé un profit net de 203 millions de dollars (2,56$ par titre) contre une perte de 223 M$ un an plus tôt pour des revenus de 704 M$. Le consensus était positionné plus haut avec un bpa anticipé à 2,65$ et des recettes attendues à 806,8 M$.

* Blackrock (+0,9%) a annoncé son intention de s'opposer à certaines résolutions d'actionnaires au cours des assemblées générales de cette année, jugeant certaines propositions, notamment sur le changement climatique, trop contraignantes et "incompatibles avec les intérêts financiers à long terme de ses clients".

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Dow Jones Industrial

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités