Cotation du 03/04/2020 à 23h10 Dow Jones Industrial -1,69% 21 052,53
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : le Dow Jones reprend plus de 1.300 points !

Wall Street : le Dow Jones reprend plus de 1.300 points !
Wall Street : le Dow Jones reprend plus de 1.300 points !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Début de journée presque euphorique à Wall Street ! Après deux séances de baisse marquée, la place américaine s'envole dans le sillage des Bourses asiatiques et européennes. Les mesures inédites dévoilées par la Fed lundi, avec notamment l'annonce d'un QE illimité, semblent quelque peu rassurer même si l'absence d'accord au Congrès sur un plan de relance massif de plus de 1.500 milliards de dollars inquiète toujours. Les opérateurs semblent toutefois miser sur un compromis entre démocrates et républicains alors que la première puissance mondiale s'apprête à connaître un trou d'air sans précédent. A ce sujet, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a déclaré à Jim Cramer sur 'CNBC' qu'il y avait un "réel optimisme" au Congrès concernant un accord de relance qui serait conclu dans les prochaines heures...

L'indice Dow Jones flambe actuellement de 7,4% à 19.990 points. L'indice large S&P 500 grimpe de 6,6% à 2.385 pts et le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, s'adjuge 5,7% à 7.250 pts.

Aux Etats-Unis, de plus en plus d'Etats mettent en oeuvre des mesures de confinement de leur population. Après la Californie et l'Etat de New York, en fin de semaine dernière, le New Jersey, le Delaware, la Louisiane, l'Ohio, l'Illinois, le Maryland, le Michigan, le Massachusetts, et la Virginie Occidentale ont tous demandé à leurs habitants de rester chez eux, sauf raisons impératives.

Vendredi, le président américain Donald Trump avait déclaré ne pas envisager pour le moment un confinement général de toute la population aux Etats-Unis. Le coronavirus a désormais infecté plus de 41.700 personnes aux Etats-Unis, et a causé au moins 573 morts, selon les statistiques de l'Université Johns Hopkins. Au plan mondial, le bilan de la pandémie s'élève désormais à plus de 382.000 cas et plus de 16.500 morts.

Sur le front macroéconomique, les premiers effets de la pandémie sur l'activité sont là. L'indice flash IHS Markit Composite est ainsi tombé à 40,5 en mars aux Etats-Unis, contre 49,6 en février, soit le plus bas niveau jamais observé depuis la création de la statistique. Le déclin global de l'activité est le plus fort enregistré depuis octobre 2009 et reflète une baisse généralisée de l'activité dans l'ensemble des secteurs manufacturier et des services. L'indice flash de l'activité de services ressort ainsi à 39,1 contre 49,4 le mois précédent et 42 de consensus alors que l'indice flash manufacturier recule de 50,7 à 49,2, sur un plancher de 127 mois mais est nettement supérieur aux attentes (42,8).

Dans la zone euro, comme redouté, les indices flash ISH Markit ont aussi confirmé une chute sans précédent de l'activité économique ce mois-ci. Un plongeon appelé à se prolonger au cours des prochaines semaines compte tenu des mesures de confinement adoptées un peu partout dans la région.

Sur le marché des changes, la pause du dollar se confirme après plus d'une semaine d'ascension fulgurante, les investisseurs ayant fui les autres devises, notamment celles des marchés émergents, pour se réfugier vers la devise américaine. L'indice du dollar, qui reflète son évolution face à 6 devises de référence (euro, livre sterling, franc suisse, dollar canadien, yen et couronne suédoise) recule actuellement de 1,2% à 102 points. Quant à l'indice Vix de la volatilité, aussi appelé "indice de la peur", il recule de 6 points à 55,5, après avoir atteint la semaine passée des niveaux records supérieurs à 85.

Enfin, les cours du pétrole, qui bondissaient il y a encore quelques heures, se montrent beaucoup plus hésitants avec un WTI (échéance mai) qui grignote 0,2% à 23,4 dollars sur le Nymex. Barclays a, à son tour, fortement réduit ses estimations de prix moyen pour le Brent et WTI cette année (-12 dollars à 31 et 28 dollars respectivement), citant la pression considérable à la baisse sur le marché due à la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie et à la chute de la demande en raison de l'épidémie de coronavirus.

Les valeurs à suivre

* American Airlines (+25%). Les principales compagnies aériennes américaines réfléchiraient à une éventuelle suppression totale de tous leurs vols domestiques. Selon les sources du 'Wall Street Journal', les agences gouvernementales envisageraient également de prendre une telle mesure alors, qu'outre la chute de la demande, le secteur est également confronté à la rapide propagation de l'épidémie au sein même du système de contrôle aérien du pays. Aucune décision finale n'a été prise par les transporteurs ou la Maison Blanche mais plusieurs options sont à l'étude, selon le WSJ.

* Chevron (+19%) prend des mesures pour préserver sa trésorerie. Comme l'ensemble des grands noms du secteur pétrolier, le géant américain annonce une baisse de 20% de ses dépenses d'investissement et suspend son programme de rachats d'actions de 5 Mds$. Chevron a en revanche maintenu le versement de son dividende.

* Nordstrom (+17%). Le groupe de grands magasins a suspendu le versement du dividende trimestriel et son programme de rachat d'actions dans l'espoir d'atténuer l'impact de la pandémie de coronavirus.

* Applied Materials (+12%) a annoncé le retrait de ses objectifs financiers pour le deuxième trimestre, la chaîne d'approvisionnement et les opérations de production de l'équipementier des semi-conducteurs ayant été touchées par l'épidémie de coronavirus.

* Intel (+6%). Le fabricant de puces suspend aussi son programme de rachat d'actions de 20 Mds$. Face à la pandémie de coronavirus, la firme californienne a en revanche décidé de maintenir le versement de son dividende.

* PHILLIPS 66 (+5%). Le raffineur américain a également abaissé sa prévision de dépenses pour l'année, l'épidémie de coronavirus et la guerre des prix entre l'Arabie saoudite et la Russie menaçant le marché pétrolier d'une offre excédentaire.

* Gilead Sciences (+2,4%). Le remdesivir, un potentiel traitement de la maladie causée par le coronavirus, a obtenu le statut de médicament orphelin par l'agence américaine du médicament offrant une exclusivité commerciale de sept ans et autres avantages fiscaux au laboratoire américain.

* Twitter (+1%) n'est pas épargné par la pandémie de coronavirus. Le réseau social a averti sur le fait que son chiffre d'affaires reculera légèrement au premier trimestre et que son résultat opérationnel sera négatif en raison de l'impact de la pandémie sur ses recettes publicitaires. Twitter avait précédemment estimé que ses revenus trimestriels se situeraient entre 825 millions et 885 millions de dollars, soit une augmentation de 8,6% par rapport à l'année précédente.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !