Cotation du 18/09/2020 à 23h15 Dow Jones Industrial -0,88% 27 657,42
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : le Dow Jones et le S&P500 sur de nouveaux sommets !

Wall Street : le Dow Jones et le S&P500 sur de nouveaux sommets !
Wall Street : le Dow Jones et le S&P500 sur de nouveaux sommets !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street, qui avait ouvert en légère progression ce jeudi, saluant timidement les dernières annonces de Banque Centrale Européenne pour relancer l'économie de la zone Euro et lutter contre la baisse de l'inflation, s'affiche désormais en nette hausse ce soir à deux heures de la clôture, propulsant le S&P500 et le Dow Jones sur de nouveaux sommets ! Les investisseurs font donc preuve d'optimisme à la veille de la publication du rapport mensuel de l'emploi aux Etats-Unis, alors même que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage sont ressorties légèrement plus élevées que prévu aujourd'hui. Du côté des sociétés, PVH, Ciena, Joy Global ou encore J.M. Smucker ont publié leurs derniers résultats trimestriels. Par ailleurs, les titres Twitter et Amazon s'offrent un nouveau rebond ce soir. Le DJIA gagne actuellement 0,50% à 16.820 pts, le Nasdaq progresse de 0,83% à 4.287 pts, et le S&P500 grimpe encore de 0,55% à 1.938 pts.

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont augmenté de 8.000 sur la semaine antérieure à 312.000. Un chiffre légèrement moins bon qu'attendu puisque le consensus Bloomberg tablait sur 310.000 nouvelles demandes. La moyenne à quatre semaines atteint 310.250 pour la période terminant le 31 mai. Un chiffre en baisse de 2.250 par rapport à la semaine précédente, au plus bas depuis le 2 juin 2007. Le taux de chômage indemnisé lors de la semaine close le 24 mai atteint 2%, inchangé par rapport à la semaine précédente. Le nombre de chômeurs indemnisés sur la même période s'établit à 2,60 millions, en repli de 20.000 par rapport à la semaine précédente.

D'après la dernière étude de Challenger, Gray & Christmas sur le sujet, les destructions de postes annoncées en mai par les entreprises aux Etats-Unis ont concerné 53.000 emplois, contre 40.000 en avril 2014 et 36.000 en mai 2013.

La Banque centrale européenne a réduit, comme prévu, ses trois taux directeurs ce jeudi, même si les niveaux annoncés diffèrent légèrement des prévisions moyennes des économistes. Le taux de refi est ainsi passé de 0,25% à 0,15%, le taux de facilité marginale à 0,40% contre 0,75% précédemment et le taux de dépôt à -0,10%, alors qu'il était jusque-là à zéro. Les économistes misaient en moyenne sur une réduction du taux de refi à 0,10%, une baisse du taux de facilité de prêt marginal à 0,6% et un taux de dépôt de -0,1%.

La BCE "a décidé aujourd'hui d'une combinaison de mesures pour offrir une politique monétaire plus accommodante et pour soutenir le crédit à l'économie réelle", a fait valoir le gouverneur de la BCE, Mario Draghi. Ce paquet inclut des réductions supplémentaires des taux directeurs de la BCE, une série d'opérations de refinancement à long terme (TLTRO) arrivant à échéance en 2018 et qui pourraient représenter 400 milliards d'euros, la prolongation de l'éligibilité existante des actifs additionnels au titre de collatéraux, l'accélération des travaux sur le rachat d'ABS et la prolongation des procédures d'adjudications à taux fixe et allocation pleine. En outre, la BCE a décidé de suspendre l'opération d'ajustement hebdomadaire stérilisant les liquidités injectées dans le cadre du programme pour les marchés de titres. "Cette décision s'appuie sur notre analyse économique et tient compte des toutes dernières projections macroéconomiques du personnel de l'Eurosystème et des signaux émanant de l'analyse monétaire", a souligné Mario Draghi, avant d'ajouter "ensemble, ces mesures vont contribuer à un retour du taux d'inflation plus proche de 2%", alors que les anticipations inflationnistes à moyen long terme "restent solidement ancrées". "Dans la période à venir, le conseil des gouverneurs est fermement déterminé à sécuriser cet ancrage. Pour ce qui est de notre communication anticipée, les taux directeurs de la BCE resteront aux niveaux actuels pour une période de temps prolongée au vu des perspectives d'inflation actuelles", a ensuite précisé le gouverneur, qui prévient aussi que "si nécessaire", la BCE agira "avec célérité à l'aide d'une politique monétaire encore plus accommodante". Enfin, le conseil des gouverneurs "affirme unanimement son engagement à recourir également à des instruments non conventionnels dans le cadre de son mandat, s'il s'avérait nécessaire de faire face au risque d'une période prolongée de faible inflation".

Après avoir détaillé le train de mesures annoncé cet après-midi, Mario Draghi a indiqué que la BCE table désormais sur une croissance de 1% cette année (1,2% précédemment), mais de 1,7% (1,5% précédemment) en 2015 et de 1,8% en 2016. Les projections d'inflation ont été réduites jusqu'en 2016.

VALEURS A SUIVRE

PVH (-7%), la chaîne de vêtements de New York, aux marques Calvin Klein et Tommy Hilfiger, a publié ses résultats du premier trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 35,2 M$ (0,42$ par action), contre une perte de 10,3 M$ (0,13$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,47$, contre 1,91$ un an plus tôt. Les revenus montent de 4% à 1,96 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,48$, pour des revenus de 2 Mds$. Le Groupe abaisse par ailleurs ses prévisions, en visant désormais un bpa annuel compris entre 7,30 et 7,40$ (contre une précédente fourchette de 7,40/7,50$). Sur le second trimestre, le Groupe anticipe un bpa entre 1,40 et 1,45$ (contre 1,48$ de consensus), pour des revenus d'environ 2 Mds$.

Ciena (+17% !), le spécialiste américain des équipements de réseaux, a publié ses résultats du second trimestre fiscal. La perte ressort à 10,2 M$ (0,10$ par action), contre une perte de 27,1 M$ (0,27$ par action) un an avant. Le bpa ajusté est positif à 0,17$, contre 0,02$ un an plus tôt. Les revenus montent de 10% à 560,1 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,13$, pour des revenus de 559 M$. Sur le T3, le Groupe vise des revenus compris entre 585 et 615 M$, contre 583 M$ de consensus.

J.M. Smucker (+2%), le Groupe alimentaire américain, annonce ses résultats du quatrième trimestre fiscal 2014. Les bénéfices sont de 118,5 M$ (1,16$ par action), contre 130,3 M$ (1,22$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 1,21$, contre 1,29$ un an plus tôt. Les ventes reculent de 8% à 1,234 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,17$, pour des ventes de 1,244 Md$. Sur l'exercice fiscal 2015, le Groupe vise des ventes en croissance d'environ 5%, pour un bpa entre 5,95 et 6,05$.

Joy Global (+6%), l'équipementier minier américain, a dévoilé ses résultats du second trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 73,9 M$ (0,73$ par action), contre 181,6 M$ (1,69$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 0,76$, contre 1,73$ un an plus tôt. Les ventes reculent de 32% à 929,7 M$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,71$, pour des revenus de 932,1 M$. Sur l'exercice, le Groupe confirme ses prévisions avec des revenus attendus entre 3,6 et 3,8 Mds$, pour un bpa entre 3,10 et 3,50$.

Costco Wholesale (+1%), le distributeur américain d'Issaquah, annonce que ses ventes de mai sont en hausse de 6% à magasins comparables, avec une progression de 6% aux Etats-Unis et de 4% à l'international. Les analystes anticipaient en moyenne une croissance mensuelle de 4,8%. Les ventes totales mensuelles ressortent à 8,78 Mds$, contre 8,13 Mds$ un an avant.

Sprint (-3%), l'opérateur wireless américain désormais filiale de SoftBank, se rapprocherait d'un accord pour l'acquisition de T-Mobile US Inc. à 40$ par titre, croit savoir l'agence Bloomberg. Une telle offre représenterait une prime de 17% sur les cours de clôture de T-Mobile hier soir à Wall Street. La valorisation du dossier atteindrait alors plus de 32 Mds$. Sprint proposerait environ 50% d'actions et 50% de cash. Deutsche Telekom, la maison-mère de T-Mobile avec 67% des parts, prendrait alors 15% du nouvel ensemble, selon les renseignements de Bloomberg, qui ajoute qu'un accord pourrait être annoncé dès le mois de juillet.

General Motors (stable), le constructeur automobile de Detroit, a réalisé pour le mois de mai 2014 une croissance de 9,2% en Chine. Avec ses 'joint-ventures' locales, GM a écoulé 276 milliers de véhicules sur le marché chinois en mai, soit une augmentation de 9,2% des volumes en glissement annuel, après un gain de 6,3% en avril et une progression de près de 8% en mars. Depuis le début de l'année calendaire, GM a écoulé 1,47 million de véhicules en Chine, ce qui traduit une croissance d'environ 11%. Rappelons que le groupe envisage d'investir 12 Mds$ en Chine entre 2014 et 2017.

General Motors, au terme d'une enquête interne relatif aux problèmes de certains modèles de véhicules qui ont entraîné le rappel de 2,6 millions de voitures affectées par un défaut d'allumage, a licencié 15 membres du personnel. Mary Barra, directrice générale du Groupe, a évoqué, lors d'un discours devant les salariés de GM, des problèmes "d'incompétence" et de "négligence" autour de ce dossier. Elle a ainsi rejeté la faute sur quelques individus qui ont négligé de "révéler des informations primordiales". Selon Mary Barra, il n'y a pas eu une volonté délibérée de la part du Groupe "de dissimuler les faits". Mary Barra, a par ailleurs exprimé ses "condoléances les plus sincères aux familles qui ont perdu des êtres chers" lors d'accidents avec des véhicules défectueux du Groupe.

Twitter (+5%). Pour étoffer son offre, Twitter chercherait à se doter d'un service musical en ligne. Dans cette optique, le site de microblogging aurait étudié ces derniers mois le rachat de plusieurs acteurs du secteur, dont Soundcloud, Spotify et même le leader du secteur, Pandora, affirment des sources proches du dossier citées ce matin par le 'Financial Times'. Le directeur des opérations de Twitter, Ali Rowghani, qui pilote ce dossier, aurait ainsi mené des discussions avec Soundcloud, un site basé à Berlin, qui propose aux musiciens de mettre leurs oeuvres en ligne. Lors d'une levée de fonds privée en janvier, Soundcloud était valorisé environ 700 millions de dollars. M. Rowghani s'est aussi intéressé au site d'écoute de musique en streaming Spotify, valorisé 4 Mds, ainsi qu'à Pandora, dont la capitalisation boursière frôle les 5 Mds$. Cependant aucune négociation n'a été engagée avec ces deux derniers groupes, selon une source proche du dossier. Par ailleurs, les négociations avec Soundcloud auraient été abandonnées après des désaccords internes sur le potentiel de la publicité en ligne issue de la musique, et en raison de problèmes de propriété intellectuelle.

Twitter annonce par ailleurs le rachat de Namo Media, une société spécialisée dans la publicité sur mobile dite "native advertising". Cette acquisition a pour but d'augmenter les revenus publicitaires du réseau social sur mobile sans détériorer l'expérience "online" de l'utilisateur en permettant aux éditeurs d'applications d'intégrer davantage de publicités au sein de leurs flux de contenus. Les termes financiers de l'opération n'ont pas été dévoilés. Twitter estime que la technologie développée par Namo Media complètera l'écosystème de MoPub, société que le réseau a racheté en septembre dernier.

Amazon (+6%). Des clients ébahis par un nouveau produit "incroyable", exceptionnel", "jamais vu" ou "plein de promesses". Amazon.com entretient le suspense autour du lancement hypothétique de son propre smartphone. Le groupe américain de distribution en ligne a annoncé via une vidéo postée sur YouTube un "événement de lancement" le 18 juin à Seattle, qui sera animé par Jeff Bezos, son directeur général. La vidéo dure 50 secondes et met en scène des "clients" du groupe tenant dans leurs mains un appareil qui n'apparaît pas à l'écran, mais qui semble nettement les impressionner. Amazon n'a pas voulu en dire davantage. De quoi relancer les spéculations sur la possible sortie d'un smartphone, dans la foulée d'autres appareils lancés au cours de l'année écoulée, comme la nouvelle tablette Kindle Fire. Selon des sources citées par l'agence de presse Reuters, cela fait un certain temps qu'Amazon planche sur un smartphone.

©2014-2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !