Cotation du 20/09/2018 à 22h55 Dow Jones Industrial +0,95% 26 656,98
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : la guerre commerciale pèse de nouveau

Wall Street : la guerre commerciale pèse de nouveau
Wall Street : la guerre commerciale pèse de nouveau
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — L'annonce faite par Washington de nouveaux droits de douane portant sur 200 milliards de dollars de produits importés de Chine plombe la cote américaine ce mercredi. Ainsi, le S&P500 est orienté en retrait de 0,41% à 2.782 pts, alors que le Nasdaq abandonne 0,35% à 7.732 pts. Le DJIA redonne 0,56% à 24.780 pts.

Sur le Nymex, le baril de brut WTI fléchit de 1,3% à 73,2$ (-2,2% à 77,1$ pour le Brent), après un rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers US faisant ressortir... une forte baisse des stocks de brut.

Les dernières menaces américaines ont d'ailleurs fait également chuter les actions chinoises et décliner le yuan ce jour. L'indice hongkongais Hang Seng a baissé de 1,3% à 28.312 points ce jour. L'indice composite de Shanghai (SSE) a quant à lui reculé de 1,76% à 2.778 points. Les investisseurs craignent donc une escalade du conflit, tandis que le Ministère chinois du commerce se dit choqué par les dernières décisions de l'administration US et affirme que ces tarifs douaniers nuiraient au système établi par l'OMC.

Washington a ainsi publié une liste portant sur 200 milliards de dollars de produits chinois supplémentaires qui seront soumis à des droits de douane. Cette liste de l'administration américaine comprend de nombreux produits alimentaires, le charbon, le tabac, des produits chimiques ou technologiques (...). Les États-Unis appliqueront à cette liste des prélèvements de 10%. "durant plus d'un an, l'administration Trump a démontré sa patience en demandant à la Chine d'arrêter ses pratiques inéquitables, d'ouvrir ses marchés et de s'engager dans une véritable concurrence", a affirmé le délégué US au commerce Robert Lighthizer.

Ce responsable constate qu'au lieu de répondre aux préoccupations américaines, la Chine a décidé de représailles contre les produits américains. En effet, rappelons que les deux pays se sont infligés en fin de semaine dernière des tarifs douaniers réciproques portant sur environ 34 milliards de dollars de produits importés. Les Etats-Unis infligent depuis vendredi 25% de droits de douane à cette série de produits chinois importés. Pékin a réagi avec des taxes du même ordre.

Trump a prévenu qu'à terme, les Etats-Unis pourraient taxer plus de 500 milliards de dollars de produits chinois, ce qui représenterait la quasi-totalité des importations US provenant de Chine. Cette menace avait été proférée peu avant la mise en application des taxes additionnelles sur 34 Mds$ de produits vendredi. Après les premiers 34 milliards, "vous avez encore 16 milliards de dollars dans deux semaines. Et puis, comme vous le savez, nous avons 200 milliards de dollars en suspens et, après ces 200 milliards de dollars, nous avons 300 milliards de dollars en suspens", avait lancé Trump à bord d'Air Force One, propos relayés notamment par 'Reuters'.

Les nouveaux prélèvements sur 200 Mds$ de produits imposés par les Etats-Unis devraient entrer en vigueur après une consultation publique de deux mois. Évidemment, la Chine a sans nul doute encore la capacité de négocier, même si tel ne semble pas être son intention dans l'immédiat, le président Xi Jinping n'étant pas désireux de 'tendre l'autre joue'.

Aux Etats-Unis, la chambre du Commerce s'est inquiétée des nouvelles décisions de Trump et de leurs conséquences sur les prix des produits de consommation aux USA, d'autant que la Chine devrait répliquer bien évidemment en cas de mise en application des nouvelles sanctions américaines.

Trump débute par ailleurs sa visite en Europe, qui commence par un sommet des leaders de l'OTAN à Bruxelles. Le président américain devrait une fois encore demander aux partenaires des USA d'augmenter leurs contributions. Certains pays pourraient par ailleurs profiter de cette tribune pour interpeler Trump sur la question du protectionnisme.

Sur le front économique aux Etats-Unis ce jour, l'indice des prix à la production pour le mois de juin 2018 publié par le gouvernement américain est ressorti en croissance de 0,3% en comparaison du mois antérieur, alors que le consensus de place se situait à +0,2%. Par ailleurs, l'indice des prix à la production hors alimentaire et énergie a également grimpé de 0,3%, contre +0,2% de consensus.

L'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta pour le mois de juillet est ressorti à +2,1%, en ligne avec la lecture antérieure. Cet indicateur mesure les anticipations d'inflation à un an du point de vue des firmes.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux USA, les stocks de grossistes du mois de mai 2018 se sont établis en progression de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre +0,5% de consensus de place et +0,1% pour le mois antérieur.

Enfin, le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 6 juillet, a fait ressortir une chute de 12,6 millions de barils des stocks de brut hors réserve stratégique, en comparaison de la semaine antérieure (le consensus était de -4,1 millions de barils pour les stocks de brut). Les stocks d'essence ont décliné de 0,7 MB, alors que les stocks de distillés ont progressé de 4,1 MB.

Fastenal a publié ses comptes avant bourse à Wall Street. Delta Air Lines annonce demain. Citigroup, Wells Fargo, PNC Financial et JP Morgan Chase communiquent pour finir vendredi, avant bourse.

Tesla (-1%) consolide ses gains récents à Wall Street. Le groupe californien va bel et bien pouvoir construire une usine dans la région de Shanghai, d'une capacité annuelle de 500.000 véhicules. Les autorités de Shanghai et Elon Musk en personne ont confirmé les rumeurs.

Elon Musk, patron de Tesla, s'est rendu en Chine afin de rencontrer des représentants gouvernementaux à Shanghai. Tesla a profité de l'occasion pour conclure des accords avec les autorités locales qui permettront au groupe d'ouvrir une usine indépendamment dans la zone industrielle de Lingang, au sud-est de Shanghai. Le site afficherait donc une capacité annuelle conséquente évaluée à un demi-million de voitures.

Elon Musk a précisé que ces projets étaient à l'étude de longue date. Tesla a mené de longues négociations afin d'ouvrir sa propre usine en Chine et de renforcer sa position sur le marché en plein essor des voitures électriques, tout en évitant les tarifs douaniers élevés à l'importation.

Tesla aura la totale propriété de l'usine, et les modèles conçus en Chine seront dédiés au marché local. Ils n'auront donc en principe aucun impact sur la production américaine, actuellement localisée dans le Nevada. La construction de l'usine chinoise devrait débuter une fois les permis obtenus. La production pourrait commencer d'ici deux ans.

Tesla a signé des accords avec le gouvernement municipal de Shanghai, la Shanghai Lingang Area Development Administration et le Lingang Group, d'après le site Web d'information 'Knews', filiale du Shanghai Media Group... Le site de Tesla intègrera recherche et développement, production et commercialisation des véhicules.

Fastenal (stable), l'entreprise américaine de fournitures industrielles, vient de publier ses résultats du second trimestre. Les bénéfices sont de 211,2 M$ (0,74$ par action), contre 148,9 M$ (0,52$ par action) un an avant. Les ventes s'élèvent à 1,27 Md$, contre 1,12 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,66$, pour des ventes de 1,26 Md$.

Pfizer (stable) annonce une réorganisation de ses activités. La société pharmaceutique américaine va ainsi mettre en place trois principales unités : une unité de 'Innovative Medicines' qui comprendra désormais des biosimilaires et une nouvelle branche hospitalière pour les anti-infectieux et les injectables stériles afin de mettre l'accent sur le rôle des hôpitaux dans les systèmes de santé ; une unité de médicaments et génériques 'Established Medicines' opérant avec une autonomie substantielle au sein de Pfizer ; et une unité 'Consumer Healthcare' comprenant les médicaments en vente libre du groupe.

La nouvelle organisation sera effective au début de l'année fiscale 2019 et ne devrait pas avoir d'impact sur les perspectives financières cette année.

Dans un tout autre registre, Donald Trump se réjouit sur le réseau social Twitter de l'inflexion de Pfizer concernant les prix des médicaments. "Je viens juste de discuter avec le Directeur Général de Pfizer et Alex Azar (ndlr : Secrétaire du Département de santé US) à propos de notre plan concernant les prix des médicaments. Pfizer revient sur les hausses de prix, de sorte que les patients américains ne paient pas plus. Nous félicitons Pfizer pour cette décision et espérons que d'autres entreprises feront de même. Bonne nouvelle pour le peuple américain!".

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com