Cotation du 16/11/2018 à 23h18 Dow Jones Industrial +0,49% 25 413,22
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : la déprime l'emporte...

Wall Street : la déprime l'emporte...
Wall Street : la déprime l'emporte...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street reste dans le rouge ce jeudi soir à trois heures de la clôture, toujours plombé par les tensions commerciales entre les États-Unis et leurs partenaires. Le Nasdaq, après ses nouveaux sommets enregistrés hier, cède aussi aux prises de bénéfices actuellement. Le DJIA trébuche de 0,68% à 24.489 pts, le Nasdaq cède 0,67% à 7.729 pts, et le S&P500 abandonne 0,51% à 2.753 pts.

Malgré l'affrontement brutal entre les USA et la Chine sur le sujet, et l'annonce des représailles européennes hier mercredi, une lueur d'espoir est apparue, Donald Trump ayant glissé qu'il s'attendait à annoncer de nouveaux accords commerciaux "rapidement" avec des pays non spécifiés. Ces remarques de Trump à l'occasion d'une rencontre avec les législateurs destinée à discuter des pénalités contre l'équipementier télécom chinois ZTE Corp., ont été notamment reprises par l'agence Bloomberg. Auparavant, des banquiers centraux réunis au Portugal se sont inquiétés de l'escalade de cette guerre commerciale. Même le président de la Fed, Jerome Powell, s'est ému des conséquences potentielles de cette 'guerre' pour l'économie mondiale. Powell a même insinué que ces tensions commerciales pourraient remettre en question les perspectives de politique monétaire...

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Philadelphie pour le mois de juin 2018 est ressorti à 19,9, contre un consensus de place d'environ 28 et un niveau de 34,4 un mois auparavant. Ainsi, l'indicateur décroche en comparaison du mois de mai, en forte baisse. Néanmoins, il reste nettement dans le vert et signale donc toujours une expansion de l'industrie manufacturière dans la région considérée.

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont reculé de 3.000 la semaine passée pour ressortir à 218.000. Le consensus se situait à 220.000. La moyenne à quatre semaines atteint 22&.500 pour la période terminant le 16 juin, en repli de 4.000 par rapport à la semaine antérieure.

L'indice FHFA (Federal Housing Finance Agency) des prix américains de l'immobilier pour le mois d'avril est ressorti en croissance de 0,1% par rapport au mois antérieur et de 6,4% en glissement annuel (consensus +0,5% en comparaison du mois antérieur).

L'indice des indicateurs avancés mesuré par le Conference Board pour le mois de mai 2018 est ressorti en croissance de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus et +0,4% un mois plus tôt.

Sur le Nymex, le baril de brut (contrat d'août) se stabilise maintenant à 65,8$. Les opérateurs restent prudents avant la réunion de l'OPEP prévue à Vienne ce jeudi et demain vendredi. Arabie saoudite et Russie désirent une augmentation conséquente des objectifs de production (en ligne d'ailleurs avec la position américaine), alors que le cartel veut globalement éviter un déclin trop prononcé des prix en optant pour une hausse plus modérée de la production (moins de 600.000 barils par jour).

LES VALEURS

Micron Technology (+2%), le fabricant américain de 'puces', maison-mère de Lexar et de Crucial, a publié ses résultats du troisième trimestre fiscal, qui devraient être salués ce jour par le marché. Le résultat net ressort à 3,82 Mds$ (3,10$ par action), contre 1,65 Md$ (1,40$ par action) sur la même période de l'exercice précédent. Les ventes s'élèvent à 7,80 Mds$, contre 5,57 Mds$ un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 3,15$, contre 1,62$ un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 3,13$, pour des ventes de 7,76 Mds$.

21st Century Fox (+2%) s'est enflammé de 7,5% hier soir à Wall Street (action de catégorie A), après l'annonce de la nouvelle offre de Walt Disney, portée à plus de 71 milliards de dollars en cash et actions.

Walt Disney (stable) a donc frappé fort cette fois afin de l'emporter définitivement sur Comcast. Fox semble convaincu, jugeant le pacte Disney "supérieur" à l'offre de Comcast. Les marchés anticipaient une surenchère, mais peut-être pas à un tel point, puisque la valorisation des actifs de Fox visés passe de 28$ à 38$ par titre. Les actifs concernés par le 'deal' comprennent les studios cinématographiques et TV Twentieth Century Fox, les réseaux câble US (comprenant FX et les chaînes régionales de sport), des actifs internationaux tels que Sky Plc et Star India, ainsi que la participation d'un tiers de Fox au capital du service de streaming Hulu.

Darden Restaurants (+12%) a publié ses comptes du quatrième trimestre fiscal 2018. Les ventes montent de 10,3% à 2,13 Mds$. Les ventes "comparables" sont en croissance de 2,2%. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 1,39$, en hausse de 17,8%. Le résultat net est de 174,5 M$, contre 123,8 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,35$, pour des ventes de 2,1 Mds$. Sur le nouvel exercice, le groupe vise des ventes en progression de 1 à 2% en base comparable, pour un bpa logé entre 5,40 et 5,56$.

Kroger (+9%) a dévoilé ses résultats du premier trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 2 Mds$ (2,37$ par action), contre 303 M$ (0,32$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,73$, contre 0,58$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 37,5 Mds$, contre 36,3 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,63$, pour des ventes de 37,3 Mds$. Les ventes, hors essence, montent de 2,3%, contre 1,5% de consensus. Sur l'exercice, le groupe vise des ventes en hausse de 2 à 2,5%, pour un bpa compris entre 2 et 2,15$ (contre une précédente fourchette de 1,95/2,15$).

Intel (-2%). Brian Krzanich, directeur général d'Intel, démissionne ! Le dirigeant est contraint de quitter l'entreprise après avoir violé 'les politiques internes' de la société. En cause, une 'relation consentante' avec une employée... "Une enquête en cours par des conseillers internes et externes a confirmé une violation de la politique de non-fraternisation d'Intel, qui s'applique à tous les managers", explique Intel. Robert Swan, directeur financier, a été nommé CEO intérimaire, pendant que le Conseil recherche un remplaçant à Brian Krzanich.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com