Cotation du 29/05/2020 à 19h07 Dow Jones Industrial -0,85% 25 184,84
  • DJIND - US2605661048

Wall Street hésite, Powell et Mnuchin sur le gril

Wall Street hésite, Powell et Mnuchin sur le gril
Wall Street hésite, Powell et Mnuchin sur le gril
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine, qui s'était distinguée hier soir (+3,85% sur le DJIA et +2,44% pour le Nasdaq) avec les espoirs économiques et sanitaires, hésite ce mardi. Le S&P500 est presque inchangé à 2.954 pts, alors que le DJIA perd 0,35% à 24.512 pts. Le Nasdaq gagne en revanche 0,58% à 9.288 pts. Les opérateurs se montrent donc un peu plus prudents, alors qu'en Europe, le plan de relance n'a pas réellement convaincu. Dans l'actualité des entreprises, Walmart a réalisé un trimestre étonnamment solide, mais Kohl's ou Home Depot ont affiché des performances nettement plus mitigées.

Du côté des matières premières, le baril de brut WTI gagne 1% sur le Nymex à 32$, après s'être offert hier soir un bond de plus de 8%, au plus haut depuis plus de deux mois. Les cours du brut ont été soutenus par les signes de reprise de la demande et les réductions de production.

Sur le front économique ce jour, les mises en chantier de logements pour le mois d'avril 2020 sont ressorties au nombre de 0,891 million aux USA, contre un consensus de place de 0,968 million et un niveau de 1,21 million pour le mois antérieur. Les permis de construire sont en revanche ressortis supérieurs aux attentes, au nombre de 1,074 million en avril, contre 1,033 million de consensus.

Jerome Powell, président de la Fed, s'exprime encore ce mardi, devant le Comité bancaire du Sénat américain, avec le Secrétaire au Trésor Steven Mnuchin... Le sujet principal et essentiel concerne les programmes de stimulus approuvés à ce stade. Le patron de la Fed estime que "l'étendue et la rapidité de la crise sont sans précédent moderne, significativement pires que toute récession depuis la Seconde Guerre mondiale". Powell affirme que les retombées économiques de l'épidémie de coronavirus ont causé "une douleur difficile à exprimer". Powell ajoute que les États-Unis sont au milieu d'une crise sans précédent.

Mnuchin déclare pour sa part que le Trésor américain est prêt à des pertes pour soutenir l'économie chancelante des Etats-Unis, victime de la crise sanitaire.

Dimanche, Powell avait évoqué une reprise progressive, mais aussi appelé à "ne pas parier contre l'économie américaine à moyen terme". Il avait ainsi rassuré les marchés lors d'une interview dimanche à la chaîne américaine 'CBS' dans l'émission "60 Minutes". Powell juge que la reprise prendra du temps et sera progressive, mais affirme que la crise actuelle n'est pas comparable à la Grande Dépression des années 1930. Le banquier estime que l'économie devrait se reprendre plus vite que dans les années 1930, malgré une profonde récession, et surtout un chômage très élevé qui pourrait atteindre ponctuellement 25%.

Powell s'est néanmoins montré confiant dans la capacité de l'économie américaine à surmonter la crise du Covid-19 en affirmant qu'"a long terme et même à moyen terme, il ne faut pas parier contre l'économie américaine". Il a aussi réaffirmé que la Fed allait faire le nécessaire pour continuer à soutenir l'économie et les marchés financiers tant que durera la crise du Covid-19.

Le patron de la Fed a répété qu'il voyait un redémarrage de l'économie au deuxième semestre 2020, ajoutant que la véritable reprise dépendrait de la vitesse à laquelle un vaccin sera trouvé pour lutter contre le coronavirus.

Cette question du vaccin a justement été au coeur du rebond boursier d'hier, les investisseurs saluant les annonces encourageantes du laboratoire américain Moderna concernant un candidat-vaccin, même s'il ne s'agit pour l'instant que de la Phase 1 des essais cliniques. Dans le cadre de cet essai sur 45 volontaires, ces derniers ont produit des quantités d'anticorps comparables à celles relevées chez de patients guéris du Covid-19.

Le laboratoire a précisé dans un communiqué que la Phase 2 des essais doit débuter "prochainement", et que la Phase 3, la dernière et la plus importante avant une possible commercialisation, avec un grand nombre de volontaires, commencera dès juillet.

Selon l'Université Johns Hopkins, l'épidémie a contaminé 4,81 millions de personnes dans le monde, dont 1,51 million aux USA et 291 milliers en Russie. Le nombre de cas atteint désormais 255 milliers au Brésil, qui devance le Royaume-Uni et ses 248 milliers de cas. La pandémie du nouveau coronavirus a fait plus de 90.000 morts aux Etats-Unis, près de 35.000 au Royaume-Uni et plus de 318.000 dans le monde.

Donald Trump reste quant à lui très 'remonté' contre l'Organisation Mondiale de la Santé. Le président américain a ainsi affirmé que la suspension du financement US à l'OMS deviendrait permanente si l'organisation ne s'engage pas sous 30 jours à procéder à des améliorations significatives. Trump pourrait aussi reconsidérer l'adhésion des USA à l'OMS. "Si l'OMS ne s'engage pas à des améliorations majeures dans les 30 prochains jours, je rendrai permanent mon gel du financement des Etats-Unis à l'OMS et reconsidérerai notre adhésion", a indiqué Trump dans une lettre au directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, publiée sur Twitter. Trump demande que l'OMS démontre son indépendance vis-à-vis de la Chine.

Tedros Adhanom Ghebreyesus a précisé qu'une évaluation indépendante de la gestion de l'épidémie par l'OMS serait lancée dès que possible. La Chine soutient cette initiative, mais estime que Washington cherche à se défausser sur Pékin en lui faisant porter la responsabilité de la mauvaise gestion de la crise sanitaire aux USA... Bref, l'ambiance demeure tendue.

Les valeurs

Home Depot (-1%), le géant américain de la distribution de produits d'ameublement, a raté le consensus de profit au premier trimestre du fait des coûts liés à l'impact du coronavirus. Le groupe retire par ailleurs ses estimations 2020. Pour le trimestre clos début mai 2020, premier trimestre fiscal de la chaîne, le bénéfice net est ressorti à 2,25 milliards de dollars soit 2,08$ par titre, contre 2,51 milliards de dollars un an plus tôt. Le consensus FactSet était de 2,27$ de bénéfice par action. Les revenus trimestriels se sont toutefois appréciés de 7,1% en glissement annuel à 28,3 milliards de dollars, contre 27,6 milliards. Les ventes globales à comparable ont augmenté de 6,4% en glissement annuel, contre un consensus de 4,3%.

Walmart (+1%), le colosse américain de la grande distribution, a battu le consensus de profit sur le trimestre clos et affiché une incroyable croissance de 74% dans le commerce en ligne. Pour son premier trimestre fiscal, le groupe de l'Arkansas a dégagé un bénéfice net de 3,99 milliards de dollars soit 1,40$ par titre, contre 3,84 milliards un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé à 1,18$, contre un consensus FactSet de 1,12$. Les revenus ont totalisé 134,6 milliards de dollars, contre 123,9 milliards un an avant et 132,7 milliards de consensus. La croissance US à comparable a atteint 10%, avec l'alimentation, les biens de consommation et le bien-être. En outre, Walmart fermera Jet.com, du fait de la force confirmée de la marque Walmart.com.

Le détaillant a retiré sa guidance pour l'exercice fiscal 2021, du fait des incertitudes entourant la pandémie de coronavirus Covid-19.

Kohl's (-8%), la chaîne américaine de grande distribution, a publié des comptes marqués par une forte croissance des ventes en ligne. Néanmoins, le groupe est ressorti déficitaire du fait de la crise actuelle. Pour le premier trimestre, la perte nette s'est élevée à 541 millions de dollars et 3,50$ par titre. La perte ajustée par action a représenté 3,2$, contre un consensus de place de -1,8$. Sur le trimestre clos début mai, le groupe de Menomonee Falls, Wisconsin, a donc souffert du fait des fermetures de magasins dues au Covid-19. Les ventes nettes ont chuté de 44% à 2,16 milliards de dollars, mais les revenus online se sont appréciés de 24% sur le trimestre et de plus de 60% en avril avec le confinement ! Le groupe a débuté le processus de "reconstruction" et rouvert récemment environ 50% de ses magasins américains.

Walt Disney (-2%). Kevin Mayer quitte le groupe. Le dirigeant, qui avait mené le lancement de la plateforme de streaming Disney+, va donc rejoindre TikTok, application hautement populaire de vidéo, possession du Chinois Bytedance Technology.

Tesla (stable), le groupe californien d'Elon Musk, vedette du marché des véhicules électriques, a déploré en avril une chute de 64% de ses immatriculations en Chine en comparaison du mois antérieur. C'est du moins ce que montre l'évaluation faite par le cabinet spécialisé LMC Automotive.

Baidu (+6%), le moteur de recherche chinois, désormais coté à Wall Street, a publié hier soir pour le trimestre clos un recul moins prononcé que prévu de ses revenus. La guidance de chiffre d'affaires pour le second trimestre est également supérieure aux attentes de marché, avec la reprise de l'activité en Chine.

JP Morgan (stable), le colosse bancaire américain, a accordé plus de 30 milliards de dollars de crédits à plus de 250.000 entreprises, dans le cadre du programme de soutien aux petites et moyennes entreprises américaines visant à soutenir l'économie face à l'impact du nouveau coronavirus.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !