Cotation du 25/03/2019 à 15h56 Dow Jones Industrial +0,19% 25 551,56
  • DJIND - US2605661048

Wall Street hésite entre progression et prises de bénéfices...

Wall Street hésite entre progression et prises de bénéfices...
Wall Street hésite entre progression et prises de bénéfices...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall street reste collé à l'équilibre ce mardi soir à trois heures de la clôture, manquant de souffle pour poursuivre sa progression malgré les espoirs persistants relatifs à un éventuel accord commercial de grande ampleur entre les Etats-Unis et la Chine. La Chine, confrontée à un ralentissement de sa croissance, a d'ailleurs annoncé plusieurs mesures pour soutenir son économie sur 2019. Côté américain, les derniers indicateurs macroéconomiques (services et logement) ressortent plus solides que prévu. Le Dow Jones affiche un gain 0,03% à 25.826 pts, le Nasdaq gagne 0,02% à 7.579 pts, et le S&P500 recule de 0,06% à 2.791 pts.

L'indice PMI des services (Caixin/Markit) ressort à 51,1 en février 2019, soit son plus bas niveau depuis le mois d'octobre dernier. L'indice était ressorti à 53,6 en janvier 2019. Il reste néanmoins au-dessus de la barre des 50 qui sépare expansion et contraction. L'indice Caixin China Composite PMI (qui regroupe services et industrie) s'affiche quant à lui à 50,7 en février, contre 50,9 en janvier. Le gouvernement chinois, par la voix de son Premier ministre Li Keqiang, a par ailleurs annoncé viser une croissance économique comprise entre 6 et 6,5% en 2019, contre 6,6% en 2018 et 6,9% en 2017. La Chine va accorder cette année des réductions d'impôts de plusieurs milliards de dollars, augmenter les dépenses publiques d'investissement dans les infrastructures et favoriser les prêts aux petites et moyennes entreprises, a déclaré le Premier ministre du pays... Le gouvernement a défini un objectif budgétaire de 2,8% du PIB, en légère hausse par rapport à celui de 2,6% fixé pour 2018, objectif qui reflète l'accélération des dépenses en matière d'infrastructures et les baisses d'impôts. Pékin s'est également fixé un objectif d'inflation d'environ 3%, comme l'an dernier, malgré le ralentissement de la hausse des prix à la consommation.

L'indice Markit PMI final des services américains pour le mois de février 2019 est ressorti à 56, contre un consensus de place de 56,2, une lecture flash de 56,2 et un niveau de 54,2 pour le mois antérieur. L'indice du mois de février traduit donc toujours une franche expansion, et même une légère accélération de la croissance de l'activité des services aux États-Unis pour ce début d'année. L'indice ISM des services ('non-manufacturier') US pour le mois de février, qui vient lui aussi d'être publié, s'est établi à 59,7, contre 57,2 de consensus et 56,7 un mois avant. Ici encore, cet indicateur traduit une accélération de l'expansion dans les services sur la période.

Les ventes de logements neufs aux Etats-Unis pour le mois de décembre 2018 sont ressorties au nombre de 621.000, contre 590.000 de consensus de place et 599.000 pour la lecture révisée du mois antérieur.

VALEURS A SUIVRE

Le segment de la distribution se comporte bien à Wall Street ce mardi, soutenu par Target (+5%) et Kohl's (+7%), qui viennent de dévoiler des performances trimestrielles solides. Ainsi, le détaillant discount de Minneapolis Target a dépassé les attentes de profits sur le trimestre clos, alors que ses revenus ont profité d'une croissance à comparable de plus de 5%. Sur l'année, la croissance à comparable est également de 5%, au plus haut niveau depuis 2005. Kohl's a également dépassé les attentes en termes de profits sur le trimestre clos. Sur le trimestre clos, Target a affiché un bénéfice par action de 1,53$, des revenus stables à 23 Mds$ et une croissance à comparable de 5,3%, alors que les ventes digitales à comparable se sont envolées quant à elles de 31% ! Kohl's a dégagé pour sa part un bpa de 2,24$, malgré un repli de 3% des revenus à 6,8 Mds$ (+1% à comparable). Les deux groupes ont en commun d'avoir livré par ailleurs des prévisions particulièrement optimistes sur le plan des bénéfices. Pour le premier trimestre, Target envisage un bpa allant de 1,32 à 1,52$. Sur l'exercice, le bénéfice par titre est attendu entre 5,75 et 6,05$. Kohl's prévoit de son côté un bpa allant de 5,80 à 6,15$ pour l'exercice 2019, avec une croissance à comparable nulle ou allant jusqu'à +2%.

Salesforce.com fléchit de 1%, suite à sa publication du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 362 M$ (0,46$ par action), contre 206 M$ (0,28$ par action) un an avant. Les revenus s'affichent à 3,6 Mds$, contre 2,87 Mds$ un an plus tôt. En non-GAAP, le bpa s'affiche à 0,70$. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 0,55$, pour des revenus de 3,56 Mds$. Sur le T1, le groupe vise un bpa compris entre 0,60 et 0,61$ (contre 0,63$ de consensus), pour des ventes entre 3,67 et 3,68 Mds$ (contre 3,7 Mds$ de consensus). Sur le nouvel exercice, le groupe anticipe un bpa logé entre 2,74 et 2,76$ (contre 2,75$ en 2018), pour des ventes situées entre 15,95 et 16,05 Mds$ (13,28 Mds$ en 2018).

Ciena (-4%) a dévoilé ses résultats du premier trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 33,6 M$ (0,21$ par action), contre une perte de 473,4 M$ (3,29$ par action) un an avant. Les ventes montent de 20,5% à 778,5 M$. EN base ajustée, le bpa ressort à 0,33$, contre 0,15$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,14$, pour des revenus de 761 M$.

Juniper Networks (-1%), groupe spécialisé dans les équipements de télécommunication, a annoncé un accord pour le rachat de Mist Systems, un pionnier dans les réseaux sans fil gérés en cloud, basés sur l'intelligence artificielle. D'après les termes de l'accord, Juniper Networks va mettre la main sur Mist Systems pour environ 405 M$ en numéraire. L'opération devrait être finalisée au second trimestre fiscal de Juniper et devrait avoir un effet légèrement dilutif sur le bpa non-GAAP de l'exercice 2019, et légèrement relutif sur celui de l'exercice 2020.

Aon (-3%). Une très grosse opération se préparerait dans le secteur du courtage en assurance. Le groupe envisagerait en effet de racheter son concurrent américain Willis Towers Watson. Selon les sources de 'Bloomberg', le courtier londonien coté à Wall Street s'apprêterait à soumettre une offre pour Willis Towers dans les semaines à venir. Les deux entreprises auraient déjà eu des discussions préliminaires. Aucune décision finale n'a toutefois encore été prise et Aon pourrait choisir de renoncer à toute reprise.

Newmont Mining Corp (stable) a rejeté - comme attendu ou presque - la proposition d'acquisition de son rival Barrick Gold pour près de 18 milliards de dollars. L'offre hostile avait été lancée le mois dernier par le Canadien Barrick. Newmont ne veut donc pas de cette opération qui aurait pu donner naissance à l'un des leaders miniers mondiaux et au leader incontesté de la production d'or. L'Américain relève que l'offre en actions de Barrick est du même ordre que sa propre transaction avec Goldcorp. En revanche, Newmont propose à Barrick une coentreprise dans le Nevada, que le Canadien n'exclut pas d'étudier. Barrick, particulièrement vorace, avait déjà acquis le Britannique Randgold dans le cadre d'une transaction de 6,5 Mds$ l'an dernier... Actuellement, Newmont Mining capitalise 18,3 milliards de dollars à Wall Street et l'ogre Barrick 29,1 milliards. Newmont juge que l'offre de Barrick le sous-valorise. L'Américain a réaffirmé par ailleurs son intention de racheter Goldcorp, autre Canadien, pour 10 milliards.

GameStop (+1%) annonce un dividende trimestriel de 0,38$ par action. Il sera versé le 29 mars aux actionnaires enregistrés le 15 mars. Le groupe annonce également le rachat de 350 M$ d'obligations à échéance octobre 2019, ainsi que la mise en place d'un nouveau programme de rachats d'actions d'une valeur de 300 M$. Les résultats du quatrième trimestre 2018 seront quant à eux publiés le 2 avril, après la clôture de Wall Street. Dan DeMatteo, président exécutif de GameStop, a déclaré: "Nous sommes heureux d'annoncer des progrès continus dans notre processus d'examen stratégique et financier. Nous pensons que ces actions optimisent mieux notre structure de capital et démontrent notre engagement continu à apporter de la valeur à nos actionnaires".

Harley-Davidson (+1%) annonce l'acquisition de StaCyc, un fabricant et distributeur de vélos électriques pour enfants. Le prix de ses "eDrive" varie entre 650 et 700$ environ."Nous sommes ravis que StaCyc devienne une partie de la famille Harley-Davidson", a déclaré Heather Malenshek, vice-présidente marketing et marque Harley-Davidson. "L'équipe de StaCyc partage la même vision que celle que nous avons pour la construction de la prochaine génération de motos au niveau mondial et nous sommes convaincus qu'ensemble, nous aurons un impact significatif sur le plaisir que procure le cyclisme aux enfants du monde entier". Harley-Davidson explique que cette acquisition de StaCyc élargit son portefeuille de produits électriques et renforce son engagement à diriger l'électrification du motocyclisme. Harley-Davidson avait précédemment annoncé son intention de lancer LiveWire, une moto électrique haut de gamme, haute performance, à l'automne 2019, ainsi que de futures motos électriques légères et de poids moyen, à différents prix, à partir de 2021. Les termes financiers de l'opération n'ont pas été dévoilés.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com