Cotation du 19/04/2018 à 22h58 Dow Jones Industrial -0,34% 24 664,89
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : hésite après le rebond d'hier

Wall Street : hésite après le rebond d'hier
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Au lendemain d'un spectaculaire rebond, Wall Street hésite ce mardi soir à trois heures de la clôture, en ordre dispersé. Les méthodes pour le moins agressives de Donald Trump en matière de protectionnisme semblent porter leurs fruits. Washington aurait en effet entamé des négociations avec Pékin pour éviter une guerre commerciale. Le DJIA gagne actuellement 0,57% à 24.340 pts, le Nasdaq perd 0,48% à 7.185 pts, et le S&P500 progresse de 0,31% à 2.666 pts.

Donald Trump avait menacé il y a quelques jours la Chine de sanctions commerciales importantes visant 50 à 60 milliards de dollars de produits technologiques ou télécoms, trois semaines seulement après les annonces de taxes sur l'acier et l'aluminium. Washington aurait demandé à la Chine d'abaisser ses droits de douane sur les voitures américaines, d'acheter davantage de semis 'made in USA' et de faciliter l'accès des établissements américains à son secteur financier. En cas d'accord sur ces questions, les États-Unis appliqueraient avec moins de rigueur les barrières douanières envisagées. L'objectif affiché étant de réduire le déficit commercial colossal des Etats-Unis face à la Chine...

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Richmond pour le mois de mars 2018 est ressorti à 15, contre un consensus de 22 et un niveau antérieur de 28. L'indicateur du jour signale donc un franc ralentissement de l'expansion de l'industrie manufacturière dans la région.

L'indice de confiance des consommateurs américains mesuré par le Conference Board pour le mois de mars 2018 est ressorti à 127,7, contre 131 de consensus de place et 130 pour la lecture révisée du mois de février.

L'indice S&P Corelogic Case-Shiller des prix américains de l'immobilier pour le mois de janvier (indice '20-city') a progressé de 0,8% en comparaison du mois antérieur, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, contre +0,7% de consensus et +0,7% pour le mois de décembre. Hors ajustements saisonniers, l'indice a augmenté de 0,3% par rapport au mois précédent (+6,4% sur un an).

LES VALEURS

Facebook (-1%) a terminé sur un gain de 0,4%, après un plongeon de plus de 6% en début de séance. L'affaire Cambridge Analytica fait évidemment toujours des remous. Mark Zuckerberg était d'ailleurs prié de témoigner devant le Parlement britannique à propos des accusations concernant l'utilisation inappropriée des données personnelles de millions d'utilisateurs du réseau. Le patron de Facebook a préféré confier cette tâche délicate à son 'chief technology officer' Mike Schroepfer et/ou à son directeur produit Chris Cox. Les deux hommes seront bien placés pour répondre aux questions des autorités britanniques, affirme Facebook. Facebook doit désormais restaurer la confiance, une étude de Baird suggérant une baisse supplémentaire de l'engagement des utilisateurs du réseau social californien durant les récentes semaines, plus particulièrement chez les populations les plus jeunes. La FTC, qui n'avait pas commenté les rumeurs d'enquête la semaine dernière, a par ailleurs admis hier qu'elle planchait bien sur le dossier Facebook. Après cette affaire 'CA' qui impliquerait l'utilisation inappropriée des données personnelles d'environ 50 millions d'utilisateurs, la Commission fédérale américaine du commerce va mener son investigation concernant les pratiques du groupe de Menlo Park et l'éventuelle violation d'un décret de consentement liant Facebook à l'agence, et remontant à 2011. La FTC affirme qu'elle prend "très au sérieux" les récents articles de presse soulevant des doutes substantiels concernant les pratiques de Facebook en matière de respect de la vie privée...

McCormick (+1%) a présenté ses résultats du premier trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 422,6 M$ (3,18$ par action), contre 93,5 M$ (0,74$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1$. Les ventes s'élèvent à 1,24 Md$, en croissance de 19%. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,90$, pour des revenus de 1,24 Md$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 4,85 et 4,95$, pour des ventes en hausse de 13 à 15%.

Red Hat (+5%) se distingue à Wall Street ce jour, au lendemain des comptes trimestriels. Le concepteur de logiciels a affiché au quatrième trimestre fiscal une perte nette de 13 M$ et 7 cents par titre, contre un profit de 66 M$ et 36 cents par action un an avant. Le bénéfice ajusté s'est toutefois élevé à 167 M$ soit 91 cents par action, contre 61 cents un an plus tôt et 81 cents de consensus. Les revenus trimestriels ont progressé de 23% à 772 M$, contre 762 M$ de consensus.

GameStop (-1%). Nicolas Bertrand, actuel Directeur Général de Micromania-Zing dont il conserve les fonctions, est nommé Senior Vice President de GameStop Group pour l'Europe prenant ainsi la direction des activités du groupe en France, Italie, Allemagne, Autriche, Suisse, Irlande et dans les pays scandinaves.

Amazon (+1%). L'effet Amazon dope Casino et sa maison-mère Rallye en Bourse. La filiale Monoprix a annoncé hier un partenariat commercial avec le géant américain, qui distribuera les produits de l'enseigne via son service Prime Now à Paris et dans sa proche banlieue. Ce mouvement est le dernier d'une série de mutations dans la distribution alimentaire française en général et parisienne en particulier. Face à l'offensive de Leclerc dans la capitale, Casino et Carrefour ont adopté chacun à leur façon une stratégie conquérante pour préserver ce qui était une sorte de chasse gardée jusque-là.

Apple (+1). Comme prévu ou presque, le groupe californien de Cupertino Apple a présenté ce jour un nouvel iPad destiné en particulier aux écoles, à l'occasion d'un événement à Chicago. Apple explique qu'il s'agit là de son iPad "le plus abordable". Il coûtera 299$ pièce pour les écoles et 329$ pour les consommateurs. Les commandes débutent dès aujourd'hui aux États-Unis, alors que les livraisons devraient commencer quant à elles dès cette semaine. Cet iPad 9.7 pouces fonctionne avec l'Apple Pencil (pour lequel il faut tout de même débourser 99$ de plus). Jusqu'à présent, l'iPad le moins cher du marché coûtait lui aussi 329$. Le nouveau jouet d'Apple dispose d'un appareil photo 8 mégapixels et d'une batterie d'une autonomie de 10 heures. L'appareil utilise une 'puce' A10 Fusion, ce qui le rend plus puissant que bien des ordinateurs portables...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Wall Street : hésite après le rebond d'hier

Partenaires de Boursier.com