Cotation du 22/02/2019 à 22h48 Dow Jones Industrial +0,70% 26 031,81
  • DJIND - US2605661048

Wall Street hésitant avec JP Morgan, malgré les espoirs de relance en Chine

Wall Street hésitant avec JP Morgan, malgré les espoirs de relance en Chine
Wall Street hésitant avec JP Morgan, malgré les espoirs de relance en Chine
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street remonte très légèrement avant bourse ce mardi, après deux séances d'une logique consolidation. Le S&P500 est attendu en progression de 0,1%, alors que le Nasdaq gagne 0,3%. Les marchés profitent du regain de confiance concernant l'économie chinoise. Cependant, les premières publications trimestrielles de la 'saison' déçoivent quelque peu à Wall Street. En particulier, JP Morgan fléchit après les annonces du jour.

Sur le marché des changes, l'indice dollar, mesurant les fluctuations du billet vert face à un panier de devises, grimpe de 0,3% à 95,9. Les prix du pétrole se raffermissent, avec un baril de brut WTI pour février en hausse de 1,6% désormais à 51,3$. Les cours du pétrole sont soutenus par la baisse de production opérée par l'Opep et ses partenaires, mais aussi par la meilleure tenue des marchés financiers.

Relance en Chine ?

La cote américaine bénéficie ce jour des espoirs liés à l'économie chinoise. Les chiffres décevants de la balance commerciale chinoise annoncés hier avaient plombé la tendance, mais les autorités locales semblent réagir, puisque le Premier ministre Li Keqiang a précisé aujourd'hui que la Chine avait atteint l'objectif 2018 de croissance et cherchait à confirmer son expansion au premier trimestre en parvenant à un bon début d'année. Autrement dit, la Chine devrait procéder à de nouvelles actions de stimulus économique, afin de compenser l'impact de la guerre commerciale avec les Etats-Unis.

A court terme, les autorités chinoises devraient agir afin de soutenir la seconde économie mondiale. L'objectif est celui d'un "bon début" de premier trimestre, selon la National Development & Reform Commission (NDRC) locale. La Banque centrale chinoise et le ministère des finances ont également assuré de cette volonté de relance. Il faut dire que les récentes données économiques relatives aux exportations chinoises ou à l'activité industrielle avaient vivement inquiété.

Incertitudes en Europe

Ailleurs dans le monde, les opérateurs ont pris connaissance de faibles chiffres concernant la croissance allemande (+1,5% en 2018, au plus bas de cinq ans). En Europe toujours, la soirée sera mouvementée avec le vote de la Chambre des communes britannique sur l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne négocié entre Londres et Bruxelles. Il faudra 318 voix à Theresa May pour faire passer cet accord de retrait, mais les spécialistes tablent sur un rejet et le début d'une période incertaine.

Le shutdown s'éternise... Trump offre des burgers

Le 'shutdown', fermeture partielle des administrations aux Etats-Unis, prend racine, au point que le Président américain Donald Trump a même dû commander du 'fast-food' pour accueillir l'équipe de football des Clemson Tigers à la Maison Blanche. Ses cuisiniers étaient en effet en arrêt à cause du fameux shutdown.

La fermeture partielle dure depuis le 22 décembre, soit 24 jours, un triste record dans l'histoire américaine, au point que le Président n'avait donc plus hier lundi que des hamburgers et des pizzas à proposer à ses convives.

Donald Trump avait effectué la semaine dernière son (court) discours 'à la Nation' depuis le bureau ovale de la Maison Blanche, "à propos de la crise Humanitaire et de Sécurité Nationale" à la frontière avec le Mexique. Trump avait exhorté une fois de plus le clan démocrate à accepter le financement de son fameux 'Mur' à la frontière avec le Mexique. "Les gens ne bâtissent pas des murs parce qu'ils détestent ceux qui sont à l'extérieur, mais parce qu'ils aiment ceux qui se trouvent à l'intérieur", avait lancé Trump, demandant 5,7 milliards de dollars pour le financement de son projet. "C'est une crise humanitaire, une crise du coeur et une crise de l'âme", avait aussi affirmé le Président US...

Après des discussions infructueuses avec Nancy Pelosi, nouvelle présidente de la Chambre des représentants, et Chuck Schumer, chef du groupe démocrate au Sénat, Trump maintient le cap sur Twitter ce jour. "Je fais exactement ce que je m'étais engagé à faire et ce pour quoi les citoyens de notre grand Pays m'ont élu. Tout comme je l'ai promis, je me bats pour VOUS!"... "Pourquoi Nancy Pelosi est-elle payée, lorsque des gens qui travaillent ne le sont pas?", s'interroge encore le milliardaire.

Programme économique et financier

Sur le front économique aux États-Unis ce mardi, l'indice des prix à la production du mois de décembre 2018 est ressorti en retrait inattendu de 0,2% contre un consensus stable en comparaison du mois antérieur. Il se replie de 0,1% hors alimentation et énergie, contre +0,2% de consensus.

L'indice Empire State de la Fed de New York pour le mois de janvier 2019 est ressorti décevant à 3,9 (consensus 12), contre 10,9 pour sa lecture du mois antérieur.

Neel Kashkari (président de la Fed de Minneapolis), Robert Kaplan (Fed de Dallas) et Esther George (Fed de Kansas City), s'exprimeront ce jour, alors que le Président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, avait calmé les marchés ces derniers jours en confirmant la patience de sa digne institution et sa flexibilité face à d'éventuels développements adverses.

Les publications trimestrielles débutent par ailleurs outre-Atlantique. Après Citigroup hier, Wells Fargo, UnitedHealth, JP Morgan Chase, IHS Markit, Delta Air Lines et United Continental, publient à leur tour ce mardi.

UnitedHealth publie ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus grimpent à 58,4 Mds$, contre 52,1 Mds$ un an avant. Les bénéfices sont de 3,04 Mds$ (3,10$ par action), contre 3,62 Mds$ (3,65$ par action) un an plus tôt. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 3,28$, contre 2,59$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 3,05$, pour des ventes de 58 Mds$. Sur l'exercice 2019, le groupe vise un bpa compris entre 14,40 et 14,70$, contre 12,88$ en 2018.

JP Morgan Chase vient de dévoiler ses résultats du quatrième trimestre. Les revenus sont de 26,80 Mds$, contre 25,75 Mds$ un an avant. Le résultat net ressort à 7,06 Mds$, contre 4,23 Mds$ un an plus tôt. Le bénéfice par action est ainsi de 1,98$, contre 1,07$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 2,21$, pour des revenus de 26,9 Mds$.

Delta Air Lines annonce ses résultats du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 1,02 Md$ (1,49$ par action), contre 299 M$ (0,42$ par action) un an avant. En base ajustée, le bpa ressort à 1,30$. Les revenus s'élèvent à 10,7 Mds$, contre 10,2 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,26$, pour des revenus de 10,8 Mds$. Sur le premier trimestre, le groupe vise un bpa compris entre 0,70 et 0,90$.

Wells Fargo présente ses résultats du quatrième trimestre. Le résultat net ressort à 6,1 Mds$, contre 6,2 Mds$ un an avant. Le bénéfice par action ressort à 1,21$, contre 1,16$ un an plus tôt. Les revenus s'élèvent à 21 Mds$, contre 22,1 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,19$, pour des revenus de 21,8 Mds$. Sur l'exercice, les profits s'affichent à 22,4 Mds$ (4,28$ par action), contre 22,2 Mds$ (4,10$ par action) en 2017. Les revenus annuels ressortent quant à eux à 86,4 Mds$, contre 88,4 Mds$ il y a un an.

Sherwin-Williams, acteur dans la fabrication de matériaux de construction, revoit à la baisse ses prévisions. Sur l'exercice, le groupe vise désormais un bénéfice par action de 18,53$, contre une précédente fourchette de 19,05/19,20$ et 19,1$ de consensus. Les ventes sont quant à elles attendues en hausse de 2%, contre une précédente anticipation d'environ 5%.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com