Cotation du 20/09/2019 à 22h20 Dow Jones Industrial -0,59% 26 935,07
  • DJIND - US2605661048

Wall Street grimpe, soutenu par les espoirs monétaires

Wall Street grimpe, soutenu par les espoirs monétaires
Wall Street grimpe, soutenu par les espoirs monétaires
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine est orientée dans le vert ce lundi, soutenue par les espoirs de politique monétaire accommodante et ceux liés à la reprise prochaine des négociations commerciales sino-américaines. Le S&P500 grimpe de 0,19% désormais à 2.984 pts, alors que le DJIA prend 0,32% à 26.883 pts. Le Nasdaq gagne 0,08% à 8.109 pts. Sur le marché des changes, l'indice dollar perd 0,1% à 98,3. Sur le Nymex cette fois, le baril de brut WTI regagne 2,2% à 57,8$.

Deux échéances majeures se rapprochent pour les amateurs de politique monétaire ultra-accommodante. Les réunions de la BCE et de la Fed seront comme souvent déterminantes les 12 et 18 septembre (17 et 18 en fait pour la Federal Reserve). Rappelons que l'hypothèse d'une baisse de 20 points de base du taux de dépôt de la Banque centrale européenne est désormais envisagée comme tout à fait plausible, l'estimation médiane ressortant à 10 points de base et -0,50%. Il semblerait par ailleurs que les responsables de la Banque centrale européenne optent pour un package assez complet de mesures de soutien comprenant baisse des taux, détermination plus claire à maintenir des taux bas sur la durée, et compensation des effets des taux négatifs sur les banques. C'est du moins ce qu'indiquait la semaine dernière Reuters, citant ses sources bien informées.

De nombreuses personnes au sein de l'institut d'émission seraient favorables à une reprise des rachats d'actifs. L'opposition de certains pays d'Europe du Nord constituerait toutefois un frein sur ce dernier point. Les rachats pourraient donc ne pas se concrétiser dans l'immédiat.

Concernant la Fed cette fois, l'outil FedWatch du CME Group donne une probabilité de 91,2% d'une baisse des taux d'un quart de point sur les fed funds, la fourchette devant ainsi être ramenée entre 1,75 et 2% (contre 2-2,25% actuellement). La probabilité d'une baisse d'un demi-point, encore envisagée il y a quelques jours, est désormais nulle selon FedWatch. Elle a disparu des radars suite aux dernières nouvelles un peu plus engageantes concernant la reprise des négociations commerciales sino-américaines - reprise prévue début octobre à Washington. La probabilité d'un statu quo est quant à elle réapparue et se situe à 8,8%. Rappelons que Trump maintient toujours la pression sur la Fed afin qu'elle se montre encore plus souple, et baisse ses taux d'un point entier tout en reprenant les assouplissements quantitatifs...

Jerome Powell s'est exprimé vendredi à Zurich. Le président de la Réserve fédérale américaine a répété que la banque centrale surveillait de près les facteurs de risque, notamment l'affaiblissement de l'inflation, signe que la Fed assouplira encore sa politique le 18 septembre. Powell a décrit une économie américaine en bonne santé, jouissant d'un rythme de croissance modéré et d'un marché de l'emploi toujours solide malgré la déception sur les créations d'emplois en août (130.000 au lieu de 160.000 attendus). Il a ajouté que la Fed ne prévoyait pas de récession aux Etats-Unis. Toutefois, le banquier central a souligné que l'économie américaine faisait face à des risques baissiers "significatifs", affirmant que la Fed allait surveiller tous les facteurs de risque. Il a assuré que la Fed continuera à agir de manière appropriée pour soutenir la croissance de l'économie américaine.

Le patron de la banque centrale américaine, régulièrement critiqué par Donald Trump, a aussi affirmé qu'il ne regrettait pas d'avoir été nommé à son poste et a répété que les décisions de la Fed n'étaient pas prises sur des bases politiciennes.

De son côté, Donald Trump a lancé vendredi de nouvelles piques contre le patron de la Fed. Dans un tweet, le président américain a lancé : "Où ai-je déniché ce type, Jerome? On ne peut pas toujours bien tomber". "Je suis d'accord avec @jimcramer (une vedette de la chaîne financière CNBC), la Fed devrait baisser ses taux", a-t-il ajouté. Trump reproche à la Fed d'avoir relevé ses taux trop vite fin 2018, provoquant un renforcement du dollar pénalisant les exportations des Etats-Unis en pleine guerre commerciale avec la Chine.

Sur Twitter ce jour, Trump se lance sur un autre registre et défend son bilan face aux 'fake news media'. "L'Administration Trump a plus fait en deux ans et demi d'existence que peut-être aucune administration dans l'histoire de notre Pays. Nous n'obtenons AUCUN crédit des médias pour ce que nous avons accompli et ce que nous faisons, mais les gens savent, et c'est tout ce qui importe!"

Sur le front économique outre-Atlantique ce jour, les chiffres du crédit à la consommation pour le mois de juillet 2019 seront dévoilés à 21h (consensus +16 milliards de dollars).

Les publications financières trimestrielles d'entreprises cotées à Wall Street se font quant à elles très rares.

Les valeurs

AT&T (+4%) sera surveillé ce jour. Elliott a acquis une participation de 3,2 milliards de dollars dans l'opérateur télécom. Selon le fonds activiste, le groupe texan doit entamer une revue complète de son portefeuille et se séparer de certains actifs jugés non stratégiques. DirecTV devrait faire partie des actifs envisagés à céder, souligne Elliot, qui cite également les activités d'AT&T dans le domaine de la sécurité domestique, les réseaux sportifs régionaux, CME, Sky Mexico, et les activités à Porto Rico.

Le fonds recommande par ailleurs au management d'AT&T de ne pas procéder à d'autres fusions et acquisitions importantes, et de se concentrer sur la gestion et la maximisation de ses propres actifs à court terme. Elliott recommande enfin la formation d'un comité de stratégie et d'opérations.

Apple (+1%) tient demain sa fameuse keynote - à 19 heures. Les nouveaux iPhone sont impatiemment attendus, alors que leur valeur en proportion des ventes totales du groupe ne cesse de décroître. D'autres nouveautés sont également attendues, avec peut-être une mise à jour de l'Apple TV.

PG&E (stable). San Francisco propose l'acquisition pour 2,5 milliards de dollars de lignes électriques et autres infrastructures du groupe pour la ville. PG&E s'est rappelons-le placé il y a huit mois sous protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites.

Dean Foods (+2%) a finalement décidé, au terme de sa revue stratégique, de ne pas se mettre en vente. Le géant des produits laitiers avait indiqué en février qu'il allait examiner plusieurs options...

Boeing (-1%) a suspendu les essais de charge sur ses nouveaux 777X, du fait d'informations relatives à un défaut d'une porte de soute lors d'un test de résistance au sol.

Tesla (+2%). Elon Musk s'est moqué sur Twitter de la nouvelle Porsche Taycan 100% électrique. L'Allemand a présenté des modèles 'Turbo' et 'Turbo S', qui ne sont toutefois pas dotés de turbos au sens propre. "Euh, Porsche, ce mot de Turbo ne signifie pas ce que vous pensez", a asséné Musk sur Twitter, avant d'admettre tout de même, beau joueur, que "la Taycan semble être une bonne voiture".

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com