Cotation du 19/07/2019 à 23h08 Dow Jones Industrial -0,25% 27 154,20
  • DJIND - US2605661048

Wall Street grimpe, soutenu par la flambée du pétrole

Wall Street grimpe, soutenu par la flambée du pétrole
Wall Street grimpe, soutenu par la flambée du pétrole
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine se redresse ce jeudi après deux jours de correction, aidée notamment par le brutal sursaut des prix du pétrole. Le DJIA avance désormais de 0,16% à 26.047 pts, alors que le Nasdaq prend 0,51% à 7.832 pts. Le S&P500 s'accorde 0,31% à 2.889 pts. Wall Street avait précédemment aligné deux séances de consolidation légitime sur quelques craintes commerciales, Trump ayant prévenu de son opposition à tout accord commercial tant que la Chine ne reviendra pas aux termes qui étaient prévus avant la rupture des négociations en mai... Sur le marché des changes, l'indice dollar avance de 0,1% à 97,1.

Prudence de rigueur

Les investisseurs demeurent assez prudents, en attendant d'en savoir plus sur l'hypothétique rencontre entre Donald Trump et Xi Jinping fin juin au sommet du G20 d'Osaka. Le président américain a menacé d'imposer des taxes supplémentaires à la Chine si son homologue chinois se dérobe à ce rendez-vous... Pour les marchés, l'enjeu d'un accord avec la Chine est bien plus élevé qu'avec le Mexique, avec lequel un compromis a été trouvé ce week-end. Par ailleurs, les critiques répétées de Trump contre la Fed compliquent la tâche de la banque centrale, qui doit se réunir la semaine prochaine pour statuer sur ses taux directeurs. Cette semaine, le président américain a défendu une fois encore l'usage et l'intérêt des droits de douane. La Chine a menacé également de représailles en cas de nouvelles sanctions 'tarifaires', ce qui montre que l'heure n'est pas encore à l'apaisement entre les deux superpuissances.

La Fed en souplesse

L'issue de la réunion de la Fed des 18 et 19 juin devient un peu plus incertaine, dans un contexte économique plus difficile. Selon l'outil Fedwatch, la probabilité d'un statu quo à cette occasion ressort à 75,8%, contre 24,2% de chances d'une baisse d'un quart de point des taux, actuellement logés entre 2,25 et 2,50% sur les fonds fédéraux. Par ailleurs, les marchés espèrent désormais très clairement un assouplissement monétaire d'un quart de point pour la réunion du 31 juillet... Annoncé hier, l'indice des prix à la consommation aux États-Unis pour le mois de mai 2019 est ressorti en hausse de 0,1% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place. Il grimpe de 1,8% en glissement annuel. Hors alimentation et énergie, le 'CPI' affiche également une augmentation timide de 0,1% par rapport au mois d'avril (+2% en comparaison de l'an dernier).

Déficit creusé

Les Etats-Unis ont affiché au mois de mai 2019 un déficit budgétaire record de 207,8 milliards de dollars, selon le rapport gouvernemental publié hier soir. Il s'agit donc du déficit le plus élevé pour un mois de mai aux USA, à comparer à un consensus de place d'environ -198 milliards de dollars et à un excédent de 160,3 milliards de dollars pour le mois antérieur. Le département américain au Trésor a donc fait état pour ce mois de mai d'une légère augmentation des recettes, ainsi que d'une vive augmentation dépenses, militaires et sociales notamment. Les dépenses ont progressé de 21% à 440 milliards de dollars, alors que les recettes ont grimpé de 7% à 232 milliards de dollars.

Un an plus tôt, à la même époque, le déficit budgétaire ressortait à 147 milliards de dollars. Pour les huit premiers mois de l'exercice fiscal, le déficit s'est creusé de 39% à 738,6 milliards de dollars... Notons par ailleurs que Washington dit avoir encaissé cinq milliards de dollars de droits de douane en mai 2019, contre trois milliards un an avant... Les recettes totales sur huit mois ont atteint 2.275 milliards de dollars, en augmentation de 2,3%. Les recettes douanières ont grimpé de plus de 80% sur la période à 45 milliards de dollars...

Hausse des inscriptions au chômage

Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 8 juin ont progressé de 3.000 à 222.000, sur un plus haut de cinq semaines. Le consensus tablait sur un niveau de 218.000. La moyenne à quatre semaines atteint 217.750, précise le Département au travail - un chiffre en hausse de 2.500 par rapport à la semaine antérieure.

Les prix à l'import et à l'export pour le mois de mai ont également été dévoilés ce jour. Les prix à l'import reculent comme attendu de 0,3% en comparaison du mois antérieur, après une hausse révisée à +0,1% pour le mois d'avril. Les prix à l'export, quant à eux, se sont tassés de 0,2% par rapport au mois précédent, contre +0,1% de consensus et +0,1% pour le mois antérieur.

Rebond des cours du brut

Les prix du pétrole rebondissent quant à eux ce jeudi. Le baril de brut WTI s'enflamme de 3% à 52,7$ sur le Nymex. Le baril de Brent de la mer du Nord avance de 2,7% à 61,6$. Deux pétroliers ont été sans doute attaqués ce jeudi en mer d'Oman près du détroit d'Ormuz. Le Front Altair et le Kokuka Courageous, qui sont sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ont été évacués et leurs équipages sont en sécurité, selon des 'sources maritimes' de Reuters.

Hier, les cours avaient corrigé suite à une réduction des prévisions de croissance de la demande mondiale 2019 de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). Par ailleurs, d'après le Département américain à l'énergie, les stocks de brut domestiques, hors réserve stratégique, ont progressé de 2,2 millions de barils lors de la semaine close le 7 juin à 485,5 millions de barils, au plus haut depuis juillet 2017. Le consensus tablait sur un repli de 1 mb. Les stocks d'essence ont quant à eux progressé de 0,8 million de barils, alors que les stocks de produits distillés ont reculé de 1 million de barils.

Relance en Chine

La Chine devrait poursuivre pour sa part ses mesures de relance. Ainsi, le vice-Premier ministre chinois Liu He a demandé ce jour aux régulateurs de renforcer leur soutien à l'économie en fournissant les liquidités suffisantes dans un contexte de guerre commerciale. Liu souligne que Pékin dispose de nombreux outils pour accompagner la relance. De son côté, le ministère au Commerce chinois n'en démord pas et souligne que la Chine ne cèdera pas aux pressions des Etats-Unis.

Les valeurs

Lululemon (+3%) a dévoilé des revenus trimestriels supérieurs aux attentes avec l'amélioration des ventes en boutique et en ligne. Le Canadien, qui conçoit des tenues de yoga et de sport, a dégagé sur le trimestre clos un bénéfice de 97 M$ soit 74 cents par titre, contre 75 M$ un an avant. Le groupe relève ses prévisions annuelles, tablant sur un bénéfice allant de 4,51 à 4,58$ par action.

Alibaba (stable), le colosse chinois du e-commerce, coté à Wall Street, a déposé par ailleurs une demande de cotation secondaire à la bourse de Hong Kong. L'opération pourrait intervenir au troisième trimestre, selon une source informée du dossier de l'agence Reuters.

Walt Disney (+2%). Morgan Stanley vient de relever ses prévisions de croissance des abonnements concernant le nouveau service de streaming Disney+, qui devrait être officiellement lancé avant la fin de l'année. Le service de vidéo à la demande marque l'entrée de Disney en concurrence frontale avec Netflix.

Walmart (stable) a annoncé une refonte du groupe de commerce en ligne Jet.com, qu'il avait acquis pour 3,3 Mds$ il y a trois ans. Jet.com va être désormais totalement intégré à la filiale de e-commerce du géant de l'Arkansas.

Tyson Foods (+2%), groupe alimentaire américain, se lance dans les substituts à la viande avec de premiers produits vegan ou partiellement composés de protéines végétales. Tyson développera ces produits sous la marque Raised & Rooted. Beyond Meat (-2%), vedette du burger végétarien qui vient de connaître un incroyable succès boursier pour son introduction à Wall Street, consolide ce jour.

Facebook (-2%) perd du terrain en bourse, le Wall Street Journal rapportant que le réseau social californien aurait découvert des courriels reliant possiblement son fondateur Mark Zuckerberg à certaines pratiques douteuses concernant la vie privée des utilisateurs.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com