Cotation du 21/01/2022 à 22h52 Dow Jones Industrial -1,30% 34 265,37
  • DJIND - US2605661048

Wall Street grimpe, malgré le million de nouveaux cas covid

Wall Street grimpe, malgré le million de nouveaux cas covid
Wall Street grimpe, malgré le million de nouveaux cas covid
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street, qui terminait hier soir en vive hausse, poursuit sur une tendance positive avant bourse ce mardi, le DJIA s'accordant 0,4% et le S&P 500 0,3%. Le Nasdaq prend aussi 0,3%. Le baril de brut WTI gagne 1% à 76,8$. L'once d'or grappille 0,2% à 1.803$. L'indice dollar avance de 0,2% face à un panier de devises. L'optimisme persiste donc concernant l'évolution de la crise sanitaire, alors qu'Omicron semble nettement moins virulent que ses prédécesseurs.

Sur le front économique aux États-Unis ce mardi, l'ISM manufacturier de décembre sera connu à 16 heures (consensus FactSet 60,5), à la même heure que le rapport JOLTS du Département au Travail relatif aux ouvertures de postes pour le mois de novembre (consensus 11 millions).

Les cours du brut accroissent leurs gains après le statu quo attendu de l'Opep+ sur son niveau de production d'or noir en février. L'alliance de 23 pays dirigée par l'Arabie saoudite et la Russie a approuvé l'augmentation de 400.000 barils par jour prévue pour le mois prochain lors d'une réunion tenue mardi. Le groupe s'en tient ainsi à son plan de rétablissement progressif de la production interrompue pendant la pandémie après que ses analystes ont prédit un excédent plus faible que prévu ce trimestre.

Les spécialistes misaient sur une poursuite de la hausse graduelle de l'exploitation du cartel et de ses alliés le mois prochain malgré les inquiétudes relatives à l'envolée des contaminations au variant Omicron. Les premières études montrent en effet que le variant Omicron, désormais dominant, se propage plus rapidement que les souches antérieures, mais provoque des symptômes plus légers. L'Opep+, elle-même, relativise l'impact du variant sur la demande globale de brut en le décrivant comme "modéré et de courte durée".

La propagation d'Omicron aux États-Unis atteint des proportions record. Les USA ont enregistré plus d'un million de cas de contamination Covid-19 lundi, en tenant compte toutefois d'un certain 'backlog'. Cela représente pratiquement le double du précédent record quotidien établi il y a quatre jours à environ 590 000 cas. "C'est également plus du double du nombre de cas observés n'importe où ailleurs à tout moment depuis le début de la pandémie il y a plus de deux ans. Le nombre le plus élevé en dehors des États-Unis est survenu lors de la montée subite du Delta en Inde, lorsque plus de 414 000 personnes avaient été diagnostiquées le 7 mai 2021", note Bloomberg.

Un total de 1 082 549 nouveaux cas de coronavirus ont été signalés lundi aux USA, selon les données de l'Université Johns Hopkins, alors qu'Omicron continue de se propager dans tout le pays et au-delà.

Le nouveau décompte quotidien porte à 56 189 547 le nombre total de cas confirmés aux États-Unis depuis le début de la pandémie. Au total, le virus a causé 827 748 décès à travers le pays.

Ces chiffres stratosphériques publiés aux États-Unis surviennent alors même que de nombreux Américains s'appuient sur des tests qu'ils utilisent chez eux, avec des résultats qui ne sont pas communiqués aux autorités gouvernementales officielles. "Cela signifie que le record est sûrement significative sous-estimé", craint Bloomberg. Bien que l'augmentation des cas ne se soit pas encore traduite par des infections graves et une montée en flèche des décès, leur impact s'est fait sentir dans tout le pays avec l'isolement des personnes infectées. La flambée des cas a aussi provoqué des milliers d'annulations de vols, des fermetures d'écoles, de commerces et de bureaux, ainsi qu'une surcharge des hôpitaux et des chaînes d'approvisionnement étranglées.

"La flambée conduit les autorités à réfléchir à une révision de certaines mesures mises en place pour aider à guider la nation à travers la dernière phase de l'épidémie", note Bloomberg. Alors que les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont raccourci la période d'isolement à cinq jours pour les personnes asymptomatiques testées positives pour Covid-19, l'agence peut ajouter qu'elles devraient obtenir un résultat de test négatif avant de s'aventurer à nouveau à l'extérieur.

L'épidémie oblige également les entreprises à interrompre leurs démarches de retour au bureau, des sociétés comme Goldman Sachs ou JP Morgan adoptant des positions particulièrement prudentes et encourageant le personnel à reprendre le travail à domicile pour ce début d'année.

Alors que le nombre de nouveaux cas de Covid-19 dans le monde atteint des sommets, les données les plus récentes confirment fort heureusement que le nouveau variant Omicron serait bien moins sévère que le Delta. De plus en plus de nouvelles données suggèrent qu'Omicron provoquerait des symptômes moins sévères que les souches précédentes. Il semble en effet plus susceptible d'infecter les voies respiratoires supérieures que les poumons, note le Dr Abdi Mahamud, qui dirige une équipe de travail sur la gestion de la pandémie au sein de l'OMS. "Nous avons de plus en plus d'études qui suggèrent qu'Omicron infecte la partie haute des voies respiratoires, à la différence des autres souches, qui pouvaient provoquer de graves pneumonies", a indiqué le responsable, cité par Reuters, percevant là une potentielle bonne nouvelle.

Omicron, fortement contagieux, devient rapidement majoritaire dans les régions touchées. Il demeure donc une menace importante, en particulier pour les pays aux faibles couvertures vaccinales. Le Dr Abdi Mahamud a précisé qu'il était encore trop tôt, néanmoins, pour se prononcer au sujet de la possible nécessité d'un vaccin spécifique au nouveau variant.

Sur les marchés obligataires, l'année 2022 a commencé lundi par une tension sur les marchés des taux d'intérêts, les investisseurs anticipant un resserrement monétaire de la part de la banque centrale américaine, qui pourrait intervenir dès sa réunion des 15 et 16 mars prochain. Les études montrant que le variant Omicron provoque moins de formes graves du Covid que les précédents variants a renforcé l'idée que la pandémie ne pèsera pas durablement sur la reprise économique mondiale en 2022.

Selon les données compilées par CME Group reflétant les contrats à terme, la probabilité de voir la Réserve fédérale américaine augmenter ses taux directeurs dès le mois de mars prochain d'un quart de point à 0,25-0,50%, est désormais majoritaire, à 57,2%, contre seulement 26% le 3 décembre dernier. La probabilité d'un maintien à 0-0,25% en mars est tombée à 39,5%, et il y a une probabilité très faible (3,2%) d'une hausse d'un demi-point à 0,5%-0,75%.

La Fed publiera mercredi les Minutes de sa dernière réunion des 14 et 15 décembre dernier. Elle avait à cette occasion adopté un ton nettement plus "faucon", en réaction à la hausse de l'inflation qui a accompagné la reprise économique post-covid.

La Fed avait décidé d'accélérer l'arrêt de son programme d'achat d'actifs, désormais prévu dès la fin mars au lieu de la mi-2022. Dans ses nouvelles projections, la Fed avait aussi indiqué qu'elle envisageait de relever ses taux au moins trois fois cette année pour accompagner la reprise et juguler l'envolée de l'inflation, qui a atteint 6,8% sur un an en novembre aux Etats-Unis, au plus haut depuis 1982 !

La saison des résultats du quatrième trimestre démarre dans quelques semaines seulement à Wall Street avec les banques. Selon FactSet, les bénéfices du S&P 500 devraient augmenter d'un peu plus de 21% en glissement annuel au quatrième trimestre. Cela marquerait le quatrième trimestre consécutif de croissance des bénéfices supérieure à 20%, bien que cela représente un ralentissement par rapport à la croissance de près de 40% observée au troisième trimestre, 91% au deuxième trimestre et 52% au premier trimestre.

Les valeurs

Apple reste sous surveillance à Wall Street, après avoir franchi hier en séance la barre des 3 000 milliards de dollars de capitalisation boursière, du jamais vu dans toute l'histoire boursière.

Tesla, qui bondissait hier soir de 13,5% sur la cote américaine après l'annonce de ventes record, bien plus élevées que prévu pour le dernier trimestre 2021, s'affiche un peu plus hésitant en bourse ce mardi. L'annonce du constructeur de véhicules électriques concernant l'ouverture d'un espace d'exposition au Xinjiang, région chinoise où Pékin est accusée de mener une politique de répression et de violer les droits de la minorité musulmane des Ouïghours, suscite l'émotion.

AT&T et Verizon ont finalement accepté un nouveau report de deux semaines, au 19 janvier, du déploiement aux Etats-Unis de leurs services dans la bande C de la 5G, alors que le secteur de l'aviation redoute des perturbations liées à l'usage de cette nouvelle bande de fréquences.

Walmart, le colosse américain de la grande distribution, a provisoirement fermé une soixantaine de magasins aux Etats-Unis en décembre dans le cadre d'une campagne de désinfection contre le Covid-19.

©2022

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Dow Jones Industrial

Aucune actualité disponible.
Plus d'actualités