Cotation du 20/08/2018 à 20h33 Dow Jones Industrial +0,41% 25 774,78
  • DJIND - US2605661048

Wall Street grimpe encore, Trump survolté pour son 500ème jour

Wall Street grimpe encore, Trump survolté pour son 500ème jour
Wall Street grimpe encore, Trump survolté pour son 500ème jour
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street progresse ce lundi, toujours soutenu par l'apaisement sur le dossier italien et les bons chiffres de l'emploi américain. Le DJIA prend actuellement 0,76% à 24.822 pts, alors que le Nasdaq avance de 0,25% à 7.573 pts. Le S&P500 gagne 0,26% à 2.742 pts... Les opérations annoncées par Microsoft ou Walmart ont également un impact positif sur la place américaine.

Sur le marché des changes, l'euro reprend 0,4% à 1,1705$. Sur le Nymex, le baril de brut pour juillet corrige de 1% à 65,2$.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux USA, les commandes industrielles du mois d'avril 2018 sont ressorties en repli de 0,8% en comparaison du mois antérieur, contre -0,4% de consensus. Par ailleurs, la progression des commandes industrielles pour le mois de mars a été révisée à +1,7%, contre +1,6% précédemment évalué.

D'après le rapport gouvernemental dévoilé vendredi concernant la situation de l'emploi, les États-Unis ont créé 223.000 postes au mois de mai 2018. Cette lecture, largement supérieure aux attentes, signalait par ailleurs une forte croissance par rapport au mois d'avril, qui avait été marqué par 159.000 créations de postes non-agricoles.

Le taux de chômage retombait quant à lui à 3,8% au mois de mai, contre 3,9% de consensus et 3,9% un mois auparavant. Ce taux de chômage égale la performance du mois d'avril 2000. Il faut ensuite remonter à... 1969 pour retrouver un niveau aussi bas du chômage américain, selon les données de 'Bloomberg'.

Les créations de postes dans le secteur privé pour le mois de mai ressortent au nombre de 218.000, contre 184.000 de consensus et 162.000 pour la lecture révisée du mois d'avril. Le taux de participation à la force de travail s'établit à 62,7%, contre 62,8% de consensus. L'inflation salariale, quant à elle, est un peu plus importante que prévu. Le salaire horaire moyen augmente de 0,3% en comparaison du mois antérieur, contre +0,2% de consensus. Il grimpe de 2,7% en glissement annuel.

Donald Trump se réjouit aujourd'hui de la solidité du marché américain du travail. Sur son réseau social préféré, le président américain cite James Freeman du 'Wall Street Journal', selon lequel il n'y aurait jamais eu de meilleur moment pour chercher un emploi.

Les opérateurs surveilleront ce lundi les nouveaux développements concernant les relations commerciales des États-Unis avec leurs différents partenaires. Hier dimanche, la Chine a prévenu les USA de Donald Trump que les accords précédemment conclus entre les deux pays n'auraient plus aucune valeur, si les États-Unis mettaient en place de nouveaux prélèvements ou d'autres barrières douanières.

La situation demeure donc assez délicate entre les États-Unis et la Chine, alors qu'un nouveau volet de discussions débute à Pékin.

Sur le réseau social Twitter samedi, Donald Trump relativisait une fois encore au sujet des craintes de guerre commerciale. "Quand vous êtes dans le rouge de près de 800 Milliards de Dollars par an en matière de Commerce, vous ne pouvez pas perdre une Guerre Commerciale! Les U.S. ont été saignés par d'autres pays depuis des années sur le plan commercial, il est temps de devenir intelligent!"

Ce lundi, par une série de 'tweets', Trump insiste encore. "La Chine impose déjà une taxation de 16% sur le soja. Le Canada a toutes sortes de barrières commerciales sur nos produits agricoles. Pas acceptable!"

"Les États-Unis ont fait de si mauvais accords commerciaux pendant tant d'années que nous ne pouvons que GAGNER!", lance Donald Trump dans son style inimitable.

Le président américain rappelle également que les agriculteurs US ne se portent pas bien depuis 15 ans. "Le Mexique, le Canada, la Chine et d'autres les ont traités injustement. Au moment où je finirai les négociations commerciales, cela aura changé. Les grandes barrières commerciales contre les agriculteurs américains et d'autres entreprises seront finalement brisées. Les déficits commerciaux massifs ne seront plus!", ajoute le leader américain.

Trump affiche donc visiblement une forme olympique pour son 500ème jour de présidence. Il en profite pour dresser un bilan évidemment flatteur de son action.

Enfin, la réunion monétaire de la Fed se rapproche. Elle est programmée les 12 et 13 juin. Elle devrait accoucher d'un durcissement monétaire d'un quart de point sur le taux des 'fed funds', qui serait alors logé entre 1,75% et 2% (probabilité de plus de 96%, selon l'outil FedWatch du CME Group).

LES VALEURS

Monsanto (stable). L'OPA de Bayer sur le spécialiste US des semences sera bouclée dès jeudi, a précisé la multinationale allemande, active dans le domaine pharmaceutique, la chimie et les sciences de la vie. La nouvelle entité conservera le nom de Bayer. L'Allemand a reçu toutes les autorisations nécessaires pour finaliser cette opération majeure d'environ 54 milliards d'euros (63 milliards de dollars).

Par ailleurs, Bayer lance une augmentation de capital de six milliards d'euros afin de financer une partie de la transaction (émission de droits). Bayer avait obtenu la semaine dernière l'accord des autorités américaines pour l'opération Monsanto.

Merck (+2%). Le traitement Keytruda du laboratoire américain renforce les chances de survie en traitement unique pour les cancers du poumon nouvellement diagnostiqués (en association avec une chimiothérapie pour les cancers du poumon squameux). Ces résultats d'essais favorables soutiennent la valeur, en progression à Wall Street ce jour.

Palo Alto Networks (-3%). Le spécialiste de la cybersécurité a nommé Nikesh Arora, ancien dirigeant de SoftBank et de Google, en tant que nouveau PDG. En outre, le groupe a dévoilé des résultats record, ses revenus et facturations du 3ème trimestre fiscal n'ayant jamais été aussi élevés. Les revenus se sont appréciés de 31% à 567 M$, alors que les facturations ont totalisé 721 M$ (+33%).

Dell Technologies (-1%). Les résultats trimestriels sont marqués par une croissance de 19% de l'activité à 21,4 Mds$. Le Texan de Round Rock a déploré une perte de 636 M$ soit 1,95$ par titre, mais le bpa ajusté s'est élevé à 1,24$. Le consensus de revenus était de 19,4 Mds$. Les revenus des solutions Client ont progressé de 14% à 10,3 Mds$, alors que les revenus dits commerciaux se sont appréciés de 16% à 7,4 Mds$.

Visa (+2%) fait mieux que résister à Wall Street ce jour, malgré les perturbations subies en fin de semaine dernière en Europe, qui ont empêché de nombreuses transactions. Selon le groupe, la situation est revenue pratiquement à la normale. Visa évoque une panne matérielle.

Microsoft (stable) confirme ce lundi l'acquisition du site de codage GitHub pour un montant de 7,5 milliards de dollars en actions. GitHub revendique la place de 'plus importante plateforme d'hébergement de projets de programmation', avec environ 28 millions de développeurs. L'opération favorisera donc les développeurs, assure Microsoft, qui entend accélérer la croissance de sa proie et faire progresser les services de Microsoft auprès de nouvelles audiences.

"Microsoft est une société qui place le développeur au premier rang, et en nous associant à GitHub, nous renforçons notre engagement auprès des développeurs pour la liberté, l'ouverture et l'innovation", a déclaré Satya Nadella, PDG de Microsoft. Selon les termes de l'accord, le groupe va acquérir GitHub pour 7,5 milliards de dollars en actions Microsoft. Sous réserve des conditions de clôture habituelles et de la conclusion de l'examen réglementaire, l'acquisition devrait être conclue d'ici la fin de l'année civile. GitHub fonctionnera indépendamment pour fournir une plateforme ouverte à tous les développeurs de tous les secteurs.

Facebook (stable). D'après le 'New York Times', le réseau social de Menlo Park aurait signé des partenariats avec plusieurs grands fabricants de téléphones mobiles et de tablettes, dont Apple, Amazon, Microsoft, Samsung ou BlackBerry, durant les dix dernières années, afin de leur permettre d'accéder aux données personnelles des utilisateurs et de leurs amis. Alors que l'affaire Cambridge Analytica est encore fraîche dans la mémoire des investisseurs, cette nouvelle devrait peser sur la valeur en bourse aujourd'hui. Facebook a répondu au 'NYT' et dit être en désaccord avec ses critiques concernant les 'APIs'.

Walmart (+2%) et la firme de private equity Advent International ont annoncé qu'Advent avait accepté le rachat de 80% de Walmart Brazil. Walmart ne conservera par conséquent que 20% de cette activité. Les termes financiers du deal n'ont pas été dévoilés, mais Walmart précise qu'il s'attend à enregistrer une charge nette non-cash d'environ 4,5 milliards de dollars au second trimestre. Cette charge est essentiellement liée à la reconnaissance de pertes de change cumulées. La finalisation de l'opération est attendue cette année.

Target (+3%). Le détaillant 'discount' américain a confirmé ses prévisions annuelles ce jour, même si son profit trimestriel est ressorti inférieur aux attentes. Le chiffre d'affaires du 1er trimestre a grimpé à 16,8 Mds$, pour un bpa ajusté de 1,32$ à rapprocher d'un consensus de 1,39$. Pour le T2, le groupe envisage un bpa allant de 1,30 à 1,50$. Enfin, Target prévoit une faible croissance annuelle à périmètre comparable, ainsi qu'un bpa ajusté allant de 5,15 à 5,45$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com