Cotation du 23/11/2020 à 23h02 Dow Jones Industrial +1,12% 29 591,27
  • DJIND - US2605661048

Wall Street flambe encore, Biden proche de la victoire

Wall Street flambe encore, Biden proche de la victoire
Wall Street flambe encore, Biden proche de la victoire

(Boursier.com) — La cote américaine, qui s'était enflammée hier soir malgré l'incertitude électorale (+1,34% sur le DJIA et +3,85% sur le Nasdaq), poursuit sur une tendance haussière avant bourse ce jeudi. Le Dow est attendu en hausse de 1,4% et le S&P500 en progression de 1,8%, alors que le Nasdaq grimpe de 2,6%. Sur le Nymex, le baril de brut WTI recule de 0,1% à 39$. L'once d'or gagne 1,8% à 1.931$. L'indice dollar abandonne 0,8% face à un panier de devises.

Les marchés jugent donc que d'une manière ou d'une autre, l'issue de l'élection présidentielle américaine leur sera favorable, avec la perspective d'un Congrès divisé, le Sénat demeurant aux mains des républicains et la Chambre des Représentants sous le contrôle des démocrates. Une telle situation au niveau du Congrès réduit en effet les risques réglementaires, notamment pour les géants technologiques du Nasdaq, mais aussi les risques fiscaux pour les entreprises. Le revers de la médaille est que ce contexte compliquera l'adoption d'un nouveau plan de relance économique pour faire face à la crise sanitaire.

Joe Biden, le candidat démocrate, a prédit sa victoire après des succès annoncés au Michigan et dans le Wisconsin. Donald Trump, lui, dénonce une fraude, engageant des procédures juridiques et réclamant de nouveaux décomptes. Biden est crédité pour l'heure de 243 grands électeurs contre 214 pour Trump. La dernière ligne droite se joue dans cinq Etats, le Nevada, l'Arizona, la Pennsylvanie, la Georgie et la Caroline du Nord.

Du côté des banquiers centraux, la Banque d'Angleterre a renforcé plus que prévu le montant de ses achats d'actifs pour le porter à 895 milliards de livres sterling. Ce sera ce soir au tour de la Réserve fédérale américaine de communiquer, avec une publication à 20 heures et une conférence de presse de son président, Jerome Powell, dans la foulée. Il ne faut pas exclure une éventuelle action de soutien inattendue de la Fed compte tenu du contexte. Quoi, qu'il en soit, et compte tenu du contexte économique, sanitaire et politique, il est probable que Powell poursuive sur une voie très accommodante.

D'après le dernier rapport de Challenger sur le sujet, les annonces de licenciements des entreprises américaines pour le mois d'octobre ont concerné 80.666 personnes. Ces destructions annoncées d'emplois étaient au nombre de 118.804 pour le mois antérieur. Les investisseurs surveillent ces chiffres de l'emploi à la veille du rapport mensuel gouvernemental sur la situation du marché du travail aux Etats-Unis pour octobre. Le consensus est de 600.000 créations de postes non-agricoles pour 7,7% de taux de chômage. Les créations dans le privé sont attendues à 650.000, alors même que le dernier rapport d'ADP sur la question est pourtant ressorti décevant.

Les inscriptions au chômage ont peu diminué aux Etats-Unis la semaine passée, restant ainsi à un niveau très élevé. Le Département américain au Travail vient ainsi en effet d'annoncer, pour la semaine close au 31 octobre, que les inscriptions au chômage étaient ressorties à 751.000, en retrait de 7.000 par rapport à la lecture révisée de la semaine antérieure. Elles ressortent plus élevées qu'attendu puisque le consensus était positionné à 735.000. La moyenne à quatre semaines s'établit à 787.000, en repli de 4.000. Enfin, le nombre de chômeurs indemnisés sur la semaine close le 24 octobre atteint 7,285 millions, en baisse de 538.000 sur sept jours (7,2 millions de consensus).

Les chiffres préliminaires de la productivité non-agricole américaine pour le troisième trimestre ont marqué une croissance de 4,9% (consensus au rythme de +5%), après une progression révisée à 10,1% sur le trimestre antérieur. Les coûts unitaires du travail ont décliné sur un rythme de 8,9% au troisième trimestre, soit un déclin moins prononcé que prévu.

Concernant l'élection, Biden prend l'avantage à mesure de la prise en compte des votes massifs par anticipation, mais Trump et ses équipes s'engagent dans des procédures juridiques et réclament de nouveaux décomptes. Pour l'emporter, le vainqueur doit obtenir le soutien d'au moins 270 des 538 grands électeurs du Collège électoral. Des projections d'AP et de la chaîne Fox montrent que l'ancien vice-président d'Obama disposerait de 264 grands électeurs, tout près des 270 voix.

La propagation du nouveau coronavirus demeure quant à elle très rapide. Au niveau mondial, selon les données de l'Université Johns Hopkins ce jour, plus de 48,2 millions de cas confirmés ont été recensés depuis l'émergence du virus en Chine, dont 9,5 millions uniquement aux Etats-Unis, 8,4 millions en Inde et 5,6 millions au Brésil. La pandémie a fait 1,23 million de morts dans le monde depuis son apparition, dont 233.736 aux Etats-Unis, 161.106 au Brésil et 124.315 en Inde.

Joe Biden, s'il est officiellement élu président des Etats-Unis, entend multiplier les tests pour lutter contre le virus. Donald Trump, lui, a toujours minimisé l'importance de cette crise sanitaire, et sa politique en la matière a été vivement critiqué, offrant des arguments majeurs au clan démocrate. Les derniers chiffres de l'épidémie aux Etats-Unis sont assez dramatiques. Le pays a fait part mercredi de 102.591 nouveaux cas de contamination en vingt-quatre heures, un record sur une seule journée, selon un décompte de Reuters effectué sur la base des données officielles. Neuf Etats ont enregistré un record quotidien de cas : le Colorado, l'Idaho, l'Indiana, le Maine, le Michigan, le Minnesota, Rhode Island, l'Etat de Washington et le Wisconsin. Avant-hier, le nombre d'hospitalisations liées à l'épidémie était de plus de 50.000, au plus haut de trois mois. Le nombre de décès liés au virus aux Etats-Unis augmente toutefois un peu moins vite que le nombre de nouveaux cas, avec une moyenne de 850 morts par jour, contre 700 il y a un mois.

Les valeurs

Expedia a battu le consensus sur le trimestre clos avec la reprise des dépenses de voyages. Les revenus ont chuté de 58% en glissement annuel à 1,5 milliard de dollars, mais le voyagiste en ligne de Seattle fait mieux que le consensus, qui se situait à 1,39 milliard de dollars. Les réservations brutes ont corrigé de 68% à 8,6 milliards de dollars. Le groupe, qui avait retiré sa guidance annuelle en mars du fait de la pandémie, a dégagé sur le trimestre un Ebitda ajusté de 304 millions de dollars, en retrait de 67%, pour un déficit par action de 22 cents sur une base ajustée. Le consensus était de 84 cents de perte par action.

Aphria annonce l'acquisition du brasseur artisanal SweetWater Brewing pour 300 millions de dollars, étendant son activité américaine afin de devenir le premier producteur de cannabis à entrer sur le marché des boissons alcoolisées.

Qualcomm table sur des revenus supérieurs aux attentes, avec la croissance des ventes de smartphones compatibles 5G qui pourraient atteindre plus d'un demi-milliard d'unités l'année prochaine. Le concepteur de puces devrait donc flamber ce jour à Wall Street. Hier soir, après la clôture, Qualcomm a annoncé pour le trimestre de septembre des revenus de 6,5 Mds$ en croissance de 35%, pour un bénéfice ajusté par action en vive hausse de 86% à 1,45$. Sur le trimestre de décembre, le groupe envisage des revenus allant de 7,8 à 8,6 milliards de dollars, pour un bpa ajusté allant de 1,95 à 2,15$. Le consensus était de 7,14 milliards de revenus et 1,69$ de bpa. La guidance implique une progression de 62% des ventes et un doublement du bénéfice.

Alibaba, le géant chinois du e-commerce, qui a récemment souffert du report de l'IPO d'Ant Group, a annoncé ce jour pour le trimestre clos un bénéfice supérieur aux attentes. Les revenus sont ressortis en vive croissance de 30% en glissement annuel sur le second trimestre fiscal, avec la consommation chinoise, à 22,84 milliards de dollars, en ligne avec le consensus de marché. Le bénéfice net trimestriel a représenté 28,8 milliards de yuans, 10,48 yuans par ADS, contre 72,54 milliards un an avant. Sur une base ajustée, le bpa est ressorti à 17,97 yuans par titre, contre un consensus FactSet de 13,82 yuans. Alibaba revendique 757 millions d'utilisateurs actifs annuels.

General Motors s'envole à Wall Street ce jeudi après une publication trimestrielle bien plus résistante que prévu. Ainsi, le bénéfice ajusté trimestriel par action est ressorti à 2,83$, contre 1,45$ de consensus. Les revenus ont totalisé 35,5 milliards de dollars, contre 35 milliards de consensus de marché. GM a délivré un bénéfice de 4 milliards de dollars sur la période et un Ebit ajusté de 5,3 milliards de dollars. Le bpa dilué hors ajustement s'est élevé à 2,78$. La marge ajustée d'Ebit est ressortie à 14,9%. La liquidité automobile en fin de période s'établit à 37,8 milliards de dollars. Le cash flow opérationnel automobile a atteint 9,9 Mds$.

Bristol-Myers Squibb a annoncé un bénéfice du troisième trimestre meilleur que prévu, les revenus de la plupart de ses médicaments les plus populaires ayant dépassé les prévisions avec la reprise des soins médicaux reportés durant la pandémie. Le groupe se permet ainsi de doper ses prévisions 2020. Pour le troisième trimestre, le laboratoire a annoncé un bpa ajusté de 1,63$ en croissance de 39%, contre 1,49$ de consensus. Les revenus se sont envolés de 75% à 10,54 milliards de dollars, avec l'impact de l'acquisition de 74 milliards de dollars de Celgene l'an dernier. Pour l'exercice fiscal, le groupe table maintenant sur un bpa allant de 6,25$ à 6,35$ en base ajustée, et des revenus logés entre 41,5 et 42 milliards de dollars.

Regeneron a battu le consensus de bénéfice sur son troisième trimestre, alors que l'assouplissement des mesures de confinement a notamment stimulé la demande pour son traitement oculaire Eylea. Sur la période trimestrielle écoulée, le laboratoire a réalisé un bénéfice de 961 millions de dollars et 8,36$ par titre, conter 762 millions un an avant. Le consensus était de 6,97$ de bpa. Les revenus ont grimpé de 32% en glissement annuel à 2,29 milliards de dollars, contre 2,1 milliards de consensus.

Merck a annoncé l'acquisition programmée de VelosBio pour 2,75 milliards de dollars, qui renforcera ainsi son portefeuille de traitements du cancer.

Teva Pharmaceutical, le génériqueur israélien, a légèrement abaissé son objectif de chiffre d'affaires annuel. La perte trimestrielle est ressortie à 4,3 milliards de dollars et 3,97$ par titre, contre un déficit de 307 millions un an avant. Sur une base ajustée, le groupe a annoncé un bpa de 58 cents conforme au consensus. Les revenus sont ressortis à 3,9 milliards, contre 4,1 milliards un an avant et 4 milliards de consensus.

Cigna, l'assureur-santé américain, a publié un bénéfice trimestriel meilleur qu'attendu et renforcé dans la foulée ses prévisions de revenus annuels grâce au succès de sa branche réorganisée de services de santé. Ainsi, le profit trimestriel et les revenus ont battu le consensus, alors que la guidance annuelle est ressortie en ligne avec les attentes déjà optimistes des opérateurs. Le bénéfice net trimestriel se situe à 1,39 milliard de dollars soit 3,78$ par titre.

Canada Goose a dégagé des revenus supérieurs aux attentes à la faveur de l'augmentation des ventes en ligne et de la forte demande pour ses parkas de luxe en Chine. Sur le second trimestre fiscal, le groupe a annoncé un bénéfice net de 12,5 millions de dollars canadiens, soit 9 cents par action, contre 58 millions un an auparavant, sur la même période. Le bpa ajusté a été de 10 cents sur le trimestre clos.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !