Cotation du 19/08/2019 à 17h07 Dow Jones Industrial +1,02% 26 150,36
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : encore plus haut ?

Wall Street : encore plus haut ?
Wall Street : encore plus haut ?
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street est encore attendue ferme ce jeudi sur fond d'anticipations de baisse des taux de la Fed fin juillet, sans doute de 0,25 pt. L'inflation de juin est ressortie à +0,1%, un peu supérieure à la stabilité qui était anticipée par le marché... Par ailleurs, Jerome Powell interviendra une seconde fois, devant le Sénat US cette fois, à partir de 16h00, heure de Paris. Hier, Wall Street avait retrouvé ses sommets en séance, dans le sillage des déclarations du président de la Réserve fédérale face au Congrès US. Le S&P500 avait même furtivement dépassé la barre des 3.000 pts en début de séance de mercredi, pour finalement terminer en hausse de 0,48% à 2.994 pts.

ECO ET DEVISES

Certains membres de la Réserve fédérale ont clairement estimé lors de la réunion du comité monétaire des 18 et 19 juin derniers, que des mesures de soutien se justifieraient bientôt si les risques ne se relâchaient pas...
Plusieurs autres ont émis une opinion allant dans le même sens, toujours selon le compte rendu de la réunion : Les taux devraient ainsi baisser pour amortir les effets néfastes des conflits commerciaux dans lesquels sont engagés les Etats-Unis et pour tenter de raviver l'inflation qui n'arrive toujours pas à atteindre l'objectif de 2% de la banque centrale US.
Certains membres de la Fed ont cependant estimé qu'il n'y avait pas encore lieu de relever les taux d'intérêt et qu'il valait mieux attendre davantage d'informations avant de renouer avec une politique monétaire plus accommodante...
Lors de cette réunion, rappelons que la Fed avait laissé inchangé l'objectif d'un taux des Fed funds situé entre 2,25% et 2,5%, mais avait toutefois renoncé à être "patiente" avant de modifier les taux directeurs...

Les membres de la banque centrale ont débattu en outre des avantages et des inconvénients d'éventuels nouveaux outils de maîtrise des taux d'intérêt. Une nouvelle facilité de refinancement a même été évoquée, par laquelle les établissements financiers pourraient échanger des obligations d'Etat contre des réserves déposées auprès de la banque centrale, mais aucune décision n'a été prise...
Des minutes qui vont donc globalement dans le sens des déclarations de Powell hier après-midi, ce dernier insistant sur les tensions commerciales et les inquiétudes concernant la croissance mondiale qui ont eu tendance à peser sur l'activité économique et les perspectives... De quoi relancer les anticipations de baisse de taux qui avaient pris du plomb dans l'aile depuis la publication des chiffres de l'emploi US meilleurs que prévu vendredi dernier...

Toujours selon Jerome Powell, les inquiétudes liées au commerce international et le ralentissement mondial "continuent de peser sur les perspectives économiques aux Etats-Unis". La Réserve fédérale reste donc prête à "agir de manière appropriée" pour soutenir la croissance.
Le patron de la Fed note au passage que la croissance des investissements des entreprises semble s'être nettement ralentie, et que la croissance globale au deuxième trimestre semble s'être atténuée (...) Par ailleurs, un certain nombre de questions de politique gouvernementale n'ont pas encore été réglées, comme l'évolution du dossier du commerce, le plafond de la dette fédérale ou encore le Brexit (...) "Nous suivons de près l'évolution de la situation et nous continuerons d'évaluer les répercussions sur les perspectives économiques et l'inflation aux États-Unis" a poursuivi Powell qui a estimé que depuis la réunion du mois de mai, des "courants contradictoires" sont réapparus, créant une plus grande incertitude, ces préoccupations ayant pu contribuer à une certaine baisse de la confiance des entreprises dans des enquêtes récentes...
Le FOMC pourrait s'en tenir à une baisse des taux de 0,25 pt de base lors de sa prochaine réunion fin juillet, sans aller jusqu'à un coup de pouce de 0,5 pt espéré par certains... Les investisseurs attendent d'en savoir plus sur la reprise des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, après l'annonce mardi soir par la Maison blanche d'une première conversation téléphonique à haut niveau qualifiée de "constructive".

Sur le marché obligataire, les anticipations de baisse de taux de la Réserve fédérale dans le sillage des déclarations de Jerome Powell ont légèrement fait reculer le rendement à 10 ans US qui se stabilise autour de 2,065%. Il était monté mercredi à un pic de trois semaines, à 2,1130%, avant l'audition du président de la Fed.
L'"indice dollar", qui mesure son évolution face à un panier de devises de référence, perd 0,25% après avoir déjà cédé 0,40% mercredi. L'euro progresse de 0,2% à 1,1275 dollar après un pic à 1,1280, au plus haut depuis une semaine.
Les cours du brut sont encore en hausse en raison des nouvelles tensions liées à l'Iran et à des stocks hebdomadaires moins importants que prévu aux Etats-Unis publiés hier. Trois navires de guerre iraniens ont tenté de bloquer mercredi le passage d'un pétrolier britannique par le détroit d'Ormuz, à l'entrée du Golfe, mais ils se sont retirés à la suite d'avertissements lancés par un bâtiment de la Royal Navy présent dans le secteur, a déclaré jeudi matin le gouvernement britannique.
Le baril de Brent évolue à un plus haut de 6 semaines à 67,40 dollars et le baril de brut léger américaine (WTI) gagne 0,5% à 60,75 dollars, au plus haut depuis le 23 mai.

VALEURS A SUIVRE

Delta Air Lines pointe en hausse de 1,5% en pré-séance ce jeudi après avoir publié un bénéfice au deuxième trimestre en hausse de 39,3% grâce à des prix de billets plus élevés et à des vols plus complets. La deuxième compagnie aérienne américaine a également relevé son objectif de bénéfice annuel par action dans une fourchette de 6,75 à 7,25 dollars, contre une prévision antérieure de 6 à 7 dollars. Le bénéfice net est ressorti à 1,44 milliard de dollars, soit 2,21 dollars par action, sur les trois mois clos fin juin, contre 1,04 milliard de dollars (1,49 dollar par action) un an auparavant. Sur une base ajustée, il s'établit à 2,35 dollars par action. Les analystes tablaient en moyenne sur 2,28 dollars par action.

American Airlines Group a relevé sa prévision de revenu unitaire par passager pour le deuxième trimestre en raison d'un meilleur remplissage de ses avions lié à une réduction de sa flotte, ses Boeing 737 MAX étant cloués au sol.
Le groupe américain s'attend cependant à ce que son bénéfice imposable au deuxième trimestre soit amputé d'environ 185 millions de dollars (161,9 millions d'euros) en raison de l'annulation de 7.000 vols sur la période.
American Airlines avait abaissé en avril dernier sa prévision de revenu unitaire pour le premier trimestre et avait dit s'attendre à une charge exceptionnelle de 350 millions de dollars pour l'exercice 2019 liée à l'interdiction de vol des 737 MAX... La compagnie s'attend désormais à ce que le revenu unitaire, mesure du chiffre d'affaires par rapport aux capacités, augmente de 3% à 4% pour le trimestre clos en juin, contre une prévision précédente d'une hausse de 1% à 3%.
Le groupe a également relevé sa prévision de marge avant impôts pour le trimestre, hors certains éléments, dans une fourchette de 8,5% à 9,5%, contre 7% à 9% auparavant.
American Airlines est le deuxième exploitant de MAX aux Etats-Unis avec 24 appareils, derrière Southwest Airlines qui en détient 34.

Lockheed Martin a renoncé à la fermeture d'une usine d'hélicoptères située en Pennsylvanie après que Donald Trump a demandé à son directeur exécutif d'y poursuivre les activités.

Weight Watcher pointe en hausse de quelque 3% en pré-séance après le relèvement de recommandation de JP Morgan à "neutre" sur le dossier, contre "sous-pondérer" auparavant.

Freeport-McMoran est recherché avant-Bourse après le relèvement de recommandation de la Deutsche Bank qui est à l'achat.

Microsoft : Cowen entame le suivi du dossier à "surperformance" avec un objectif de cours de 150 dollars.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com