Cotation du 15/01/2021 à 23h18 Dow Jones Industrial -0,57% 30 814,26
  • DJIND - US2605661048

Wall Street en timide hausse, Tesla accélère

Wall Street en timide hausse, Tesla accélère
Wall Street en timide hausse, Tesla accélère
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street s'affiche désormais en légère hausse ce jeudi. Le DJIA prend 0,51% à 30.036 pts, alors que le Nasdaq avance de 0,5% à 12.411 pts. Le S&P 500 s'accorde 0,25% à 3.679 pts. Le baril de brut WTI progresse de 0,1% sur les 45$. L'once d'or gagne 0,3% à 1.836$. L'indice dollar perd 0,6% face à un panier de devises de référence. Les marchés temporisent quelque peu, après avoir bénéficié récemment des espoirs liés aux vaccins.

Les opérateurs observent par ailleurs l'évolution des échanges autour d'un hypothétique nouveau plan de relance de l'activité aux Etats-Unis. Les leaders démocrates du Congrès auraient posé les bases des discussions autour d'un package de 908 milliards de dollars, ce qui constitue pour Nancy Pelosi et Chuck Schumer une énorme concession, après avoir initialement ambitionné un plan de 2.000 milliards. Mitch McConnell, leader de la majorité au Sénat, désirerait toujours un package beaucoup plus réduit de 500 milliards environ, déjà rejeté par deux fois par les démocrates. Il n'est par ailleurs pas assuré que Donald Trump soit disposé à signer autre chose qu'une proposition proche de celle de McConnell.

Les indicateurs PMI des services publiés ce jour à travers le monde sont contrastés. On notera en particulier la très bonne performance de la Chine, qui confirme la vigueur de sa reprise, et le niveau calamiteux de l'indicateur français, conséquence du confinement destiné à endiguer la propagation du Covid-19.

Ainsi, l'indice Caixin chinois des services pour le mois de novembre est ressorti à 57,8, contre 56 de consensus. Il traduit une nette expansion. En Europe, l'indice PMI espagnol des services a dépassé les attentes mais reste dans la zone de contraction (inférieur à 50), à 39,5 contre 37 de consensus. L'indice italien est légèrement inférieur aux attentes, à 39,4. L'indice PMI final allemand des services ressort assez comparable au consensus, à 46. La grosse déception vient de la France, avec un indicateur des services de 38,8, affichant sa plus forte contraction depuis le mois de mai. L'indice PMI européen final des services pour le mois de novembre s'est établi à 41,7, contre 41,3 de consensus. Il est toujours en territoire de contraction.

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont en revanche augmenté de 1,5% sur la période dans la zone euro, nettement plus que la hausse de 0,7% attendue par le marché. Le volume des ventes du commerce de détail a augmenté de 2% tant pour les produits non-alimentaires que pour le secteur 'alimentation, boissons et tabac', tandis qu'il a diminué de 3,7% pour les carburants, précise Eurostat. En glissement annuel, les ventes affichent une progression de 4,3%, contre +2,6% de consensus.

Sur le front économique aux Etats-Unis ce jour, la dernière étude Challenger concernant les destructions de postes annoncées par les entreprises pour le mois de novembre a fait ressortir 64.797 licenciements, contre 80.666 un mois auparavant. Les inscriptions hebdomadaires au chômage pour la semaine close au 28 novembre sont quant à elles ressorties au nombre de 712.000 selon le Département américain au Travail, en retrait de 75.000 en comparaison de la précédente semaine, contre un consensus de 780.000 environ.

L'indice PMI composite final américain du mois de novembre est ressorti à 58,6, contre 57,9 de consensus. L'indicateur des services s'est établi à 58,4, contre 57,7 attendu. Les indicateurs PMI américains de novembre ressortent donc à haut niveau, signalant une forte expansion.

L'ISM américain des services du mois de novembre, qui vient lui aussi d'être publié, est ressorti à 55,9, contre un consensus de marché de 56 et une lecture de 56,6 sur le mois antérieur.

197.854 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus ont été recensés hier aux Etats-Unis, selon un décompte de Reuters sur la base de données officielles. Ainsi, le bilan américain de l'épidémie s'alourdit encore et atteint 13,92 millions de cas confirmés depuis l'émergence du virus. Le nombre de décès liés au Covid-19 depuis le début de la pandémie dépasse les 273.800 selon l'Université Johns Hopkins. Reuters évoque au moins 2.811 décès signalés mercredi. Le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a d'ailleurs signé hier une ordonnance demandant à l'ensemble des habitants de sa ville de rester confinés.

Les hospitalisations dues au Covid-19 aux Etats-Unis ont par ailleurs atteint un record de plus de 100.000 hier mercredi, les hôpitaux réagissant en augmentant leurs capacités et en stoppant d'autres soins médicaux, tout en redéployant leurs personnels. Robert R. Redfield, directeur des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains, juge que le nombre total de morts aux USA pourrait atteindre près de 450.000 d'ici février, à moins que les Américains n'adoptent de plus amples mesures. Redfield estime que les mois de décembre, janvier et février seront particulièrement durs.

D'après les derniers chiffres de l'Université Johns Hopkins, qui fait référence sur le sujet, le nombre de cas confirmés dans le monde depuis le début de l'épidémie atteint 64,7 millions, dont 13,9 millions aux USA, 9,5 millions en Inde et 6,4 millions au Brésil. Le nombre de morts dans le monde se chiffre à plus de 1,49 million.

Moncef Slaoui, conseiller scientifique en chef de l'Opération Warp Speed du gouvernement américain, a estimé que la FDA ne devrait pas autoriser le candidat vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19 avant la finalisation d'une large étude américaine dans les mois à venir, indique le Wall Street Journal. Slaoui juge nécessaire une explication claire sur les différences de résultats entre les deux protocoles de l'étude, qui ont montré des taux d'efficacité de 62% et 90%. Les résultats de l'étude US sur 30.000 volontaires pourraient être disponibles durant la seconde quinzaine de janvier, après quoi une demande d'autorisation d'urgence aux États-Unis pourrait être effectuée.

Slaoui ajoute que des résultats de l'étude clinique de l'Américain Johnson & Johnson pourraient être connus mi-janvier. La FDA devrait accorder pour sa part une autorisation d'utilisation d'urgence au vaccin de Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech après sa réunion sur le sujet programmée jeudi prochain. Une semaine plus tard, un panel d'experts indépendants conseillant la FDA se réunira pour considérer l'approbation d'une utilisation d'urgence comparable pour le vaccin de Moderna.

Sur le front commercial cette fois, les tensions sino-américaines se confirment une fois encore. Bloomberg rapporte que la Chambre des représentants aurait approuvé une législation pouvant mener à une radiation des valeurs chinoises des places boursières américaines, si les régulateurs US n'étaient pas en mesure d'étudier leurs audits financiers. Bloomberg indique par ailleurs que l'administration Trump a interdit les importations de coton de Xinjiang Production & Construction Corps, important producteur chinois, accusé de pratiques abusives en matière sociale.

Les valeurs

Amazon (stable) mènerait des discussions exclusives en vue de l'acquisition de l'éditeur indépendant de podcasts Wondery, croit savoir le Wall Street Journal. Les sources familières de la question du WSJ indiquent que la valorisation pourrait ressortir à plus de 300 millions de dollars. Wondery afficherait cette année plus de 40 M$ de revenus.

Pfizer (-1%). Le Royaume-Uni pourrait obtenir dès cette année 4 à 5 millions de doses du vaccin de Pfizer / BioNTech contre le nouveau coronavirus. Selon les sources du Wall Street Journal, le nombre de doses dépendra de différents facteurs, dont la production et les autorisations des autres régulateurs.

Salesforce.com (+1%). Marc Benioff, CEO du groupe qui vient d'officialiser son offre à 27 milliards de dollars sur Slack Technologies, snobe Microsoft dans une interview accordée au New York Times. "Quelle est cette compagnie ? Comment l'épeler-vous ?"

Alibaba (+2%). Ant Group étudierait une cession de 30% de Paytm, selon des personnes ayant connaissance de la question citées par Reuters. La vente potentielle ferait suite aux tensions diplomatiques entre l'Inde et la Chine durant les mois récents. La participation en question pourrait être valorisée 4,8 milliards de dollars, compte tenu de la valorisation de 16 Mds$ de Paytm lors de sa dernière levée de fonds. Tencent News, citant ses sources, précise pour sa part que les régulateurs seraient en discussions avec Ant Group en vue d'une restructuration et d'une potentielle scission de son unité de services financiers.

Facebook (-1%). Selon des sources familières du sujet de l'agence Reuters, des Etats américains, dont New York, devraient lancer une action antitrust contre le réseau social de Menlo Park la semaine prochaine. Plus de 40 Etats rejoindraient New York dans cette vaste action. Le motif exact de la plainte n'est pas connu, mais les achats de plus petits rivaux tels qu'Instagram ou que WhatsApp seraient mentionnés. La FTC pourrait aussi entrer en jeu.

Dollar General (-2%), détaillant américain discount, a connu une demande élevée sur le trimestre écoulé. Le bpa ajusté sur ce trimestre d'octobre est ressorti à 2,31$, en croissance de 63%, contre un consensus de 1,96$. Les revenus ont augmenté de 17% à 8,2 milliards. La croissance à comparable est ressortie à 14%. Le groupe ne met toutefois pas à jour sa guidance annuelle.

Eli Lilly (-1%), la laboratoire d'Indianapolis, précise que le gouvernement américain a acheté 650.000 doses supplémentaires de son traitement expérimental aux anticorps contre le Covid-19 pour 812,5 millions de dollars.

3M (stable), le géant industriel du Minnesota, a annoncé les suppressions de 2.900 emplois environ dans le monde et une réduction des investissements sur les marchés à plus faible expansion, dans le cadre d'une restructuration qui permettrait des économies allant jusqu'à 350 millions de dollars.

Tesla bondit de 3% à Wall Street, avec le coup de pouce de la banque d'affaires Goldman Sachs, qui vient de relever sa recommandation de 'neutre' à 'achat' et de doper à 780$ son objectif de cours sur le dossier du leader californien de l'automobile électrique. La banque évoque l'adoption plus rapide qu'attendu des véhicules électriques.

Express (-25%), le détaillant dans le domaine de la mode, dévisse à Wall Street ce jour. Il faut dire que le groupe a dévoilé une perte plus lourde que prévu au titre du troisième trimestre.

JD.com (+2%). Le groupe chinois coté à Wall Street bénéficie ce jour en bourse du succès de la levée de fonds de 3,5 milliards de dollars de son unité digitale dédiée aux soins de santé, dans le cadre de son introduction (IPO) à Hong Kong.

Snowflake (+14%) grimpe désormais après sa faiblesse affichée à l'ouverture. L'acteur du marché du cloud vient de publier ses premiers résultats consécutifs à l'introduction en bourse. Sur le trimestre clos, le groupe a fait état d'une perte accrue, creusée par des dépenses en forte progression.

Boeing (+7%). Ryanair compte sur le 737 MAX. Malgré près de deux années d'immobilisation au sol, l'appareil reste l'un des piliers du développement de la compagnie à bas-coûts. Le transporteur vient d'officialiser la commande de 75 MAX supplémentaires. Un contrat de 9,4 milliards de dollars au prix catalogue. Ryanair prévoit de prendre livraison des premiers appareils dès le début 2021.

©2020-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !