Cotation du 06/08/2020 à 23h08 Dow Jones Industrial +0,68% 27 386,98
  • DJIND - US2605661048

Wall Street en retrait en attendant la Fed

Wall Street en retrait en attendant la Fed
Wall Street en retrait en attendant la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine fléchit avant bourse ce mardi, le S&P500 et le Nasdaq abandonnant respectivement 0,3% et 0,4%, après une journée de lundi dominée par les valeurs technologiques du Nasdaq (+1,67% sur l'indice composite, contre +0,43% sur le DJIA et +0,74% sur le S&P). Le baril de brut WTI perd 0,5% à 41,4$ sur le Nymex. L'once d'or recule de 0,1% à 1.929$.

Les places européennes sont hésitantes, après des publications financières contrastées.

Sur le front économique outre-Atlantique ce jour, l'indice S&P Corelogic Case-Shiller des prix américains de l'immobilier pour le mois de mai 2020 s'est établi en augmentation de 3,7% en comparaison de l'année antérieure et hors ajustements saisonniers, contre +4,1% de consensus (indice 20-city des 20 principales zones métropolitaines).

L'indice de confiance des consommateurs du Conference Board pour le mois de juillet sera révélé à 16 heures (consensus 95,7). L'indice manufacturier de la Fed de Richmond pour le mois de juillet sera annoncé à la même heure.

Les opérateurs espèrent de nouvelles mesures de soutien à l'économie. Ils suivront demain soir les annonces de la Fed à l'issue de sa réunion FOMC de politique monétaire - qui débute ce jour. La réunion en question ne devrait toutefois pas déboucher sur des annonces fracassantes de la part de la Banque centrale américaine. La Fed pourrait néanmoins donner des indications sur d'éventuelles mesures ultérieures espérées pour septembre ou durant le quatrième trimestre.

En attendant, la Réserve fédérale a annoncé ce mardi la prolongation de plusieurs de ses facilités de crédits jusqu'à la fin de l'année, du fait de l'impact durable du nouveau coronavirus. La décision s'applique aux programmes arrivant à échéance autour du 30 septembre. Cette prolongation de trois mois facilitera la planification par les participants potentiels aux programmes et assurera leur continuité pour aider l'économie à se redresser. La Fed indique que ces prolongations concernent notamment le dispositif de prêts aux petites et moyennes entreprises 'Main Street Lending Program'.

La propagation rapide du nouveau coronavirus à l'échelle mondiale se confirme, alors que les laboratoires s'activent dans le même temps pour trouver un vaccin ou un traitement. Selon l'Université Johns Hopkins, qui fait référence sur le sujet, 16,5 millions de cas ont désormais été confirmés dans le monde depuis le début de l'épidémie, le virus ayant fait 654.327 décès officiels. Les États-Unis sont le pays le plus touché, avec 4,295 millions de cas recensés et 148.056 morts. Le Brésil compte 2,44 millions de cas et 87.618 décès. L'Inde recense 1,48 million de cas confirmés et 33.408 morts. Le Royaume-Uni dénombre 45.844 morts et le Mexique 44.022...

L'industrie pharmaceutique et biotechnologique fait tout son possible pour trouver une solution. Moderna et Pfizer ont ainsi tous deux annoncé hier le lancement d'essais à grande échelle pour leurs potentiels vaccins contre le Covid-19. En cas de succès, une approbation des régulateurs serait possible en vue d'une éventuelle utilisation d'ici la fin de l'année. Les essais seraient réalisés sur 120 sites dans le monde et concerneraient 30.000 participants, notamment dans des régions les plus touchées. Moderna et Pfizer bénéficient de l'aide de l'administration fédérale américaine. Selon l'agence Reuters, plus de 150 vaccins potentiels sont actuellement en cours de développement à travers le monde. Des tests sur des humains ont été lancés pour une vingtaine de ces traitements.

Trump, muni d'un masque hier lors d'un déplacement en Caroline du Nord, a justement évoqué cette possibilité qu'un vaccin soit disponible d'ici la fin de l'année. Le leader américain, critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire, entend visiblement rassurer les électeurs de cet Etat, qui devrait se révéler crucial pour la présidentielle de novembre...

"J'ai confiance en tous les Américains pour faire le bon choix, mais nous recommandons fortement à tout le monde de se focaliser surtout, surtout sur le respect de la distanciation sociale, de maintenir une hygiène rigoureuse, d'éviter les rassemblements de foule et les bars, et de porter des masques lorsque cela est approprié", a insisté Trump hier, lors de sa visite d'une usine Fujifilm à Morrisville, Caroline du Nord, où sont justement effectués des travaux sur un vaccin.

C'est la seconde apparition publique de Trump muni d'un masque, la première ayant eu lieu lors de sa visite d'un centre médical de l'armée près de Washington. Trump a indiqué avoir entendu "des choses très positives" à propos d'un vaccin. "D'ici la fin de l'année, nous pensons être en mesure de le faire", a tenu à rassurer le locataire de la Maison blanche.

Trump a également assuré de sa confiance dans le rétablissement de l'économie américaine. Il a même jugé que "beaucoup de gouverneurs devraient déconfiner des Etats qu'ils ne déconfinent pas".

La Maison blanche et les sénateurs républicains sont parvenus par ailleurs à un accord de principe sur un plan de 1.000 milliards de dollars aux Etats-Unis pour faire face aux effets de la pandémie. Le plan comprend un dispositif visant à prolonger les allocations chômage supplémentaires afin que les personnes licenciées puissent bénéficier de 70% de leur précédent salaire. Ce plan est moins imposant que le texte déposé il y a deux mois par les démocrates, majoritaires à la Chambre, et qui prévoit des aides de 3.000 milliards...

La présentation du plan de soutien de 1.000 milliards de dollars de la majorité républicaine au Sénat ouvre la voie à des négociations avec les démocrates, alors que des mesures exceptionnelles d'indemnisation dont bénéficient des millions d'Américains au chômage doivent expirer en fin de semaine.

Le chef de file des sénateurs démocrates, Chuck Schumer, a qualifié ce projet de totalement inadapté, estimant qu'il reviendrait à réduire de 30% les aides fédérales aux chômeurs... Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat, a pour sa part déclaré que ce projet prévoyait des aides supplémentaires pour les chômeurs, sans les chiffrer, ainsi que le versement direct d'une allocation exceptionnelle de 1.200 dollars pour chaque Américain. Des incitations sont aussi prévues pour favoriser la fabrication aux Etats-Unis, plutôt qu'en Chine, de matériel de protection pour le personnel soignant. Le projet contient par ailleurs une "puissante protection juridique" pour les entreprises...

Le dernier décompte de l'épidémie aux USA montre un semblant de ralentissement. En l'espace d'une journée, 57.000 nouveaux cas et 679 morts supplémentaires ont été recensés, selon l'Université Johns Hopkins. Il s'agit d'un bilan certes lourd, mais légèrement inférieur aux bilans quotidiens des journées antérieures.

Le Brésil a enregistré 23.384 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus et 614 décès supplémentaires liés à l'épidémie au cours des vingt-quatre dernières heures, a rapporté lundi le ministère de la Santé...

L'Organisation mondiale de la Santé a alerté une fois encore au sujet du nouveau coronavirus, qui ne sévissait pas selon elle selon un mode épidémique saisonnier. "Ce que nous devons tous comprendre, c'est qu'il s'agit d'un nouveau virus qui se comporte différemment", a indiqué Margaret Harris, porte-parole de l'OMS, lors d'un point de presse par visioconférence à Genève. La saisonnalité n'affecterait donc pas la transmission du virus. La responsable a estimé que la première vague de l'épidémie était encore en cours. "Elle va monter, puis redescendre un peu".

A Wall Street, les publications financières trimestrielles s'accélèrent cette semaine. 3M, Amgen, Barnes, Chubb, Altria, Akamai, AMD, Avis Budget, Starbucks, Raytheon, Waters, Corning, DR Horton, eBay, Edison, Juniper, Visa, Pfizer, Rockwell Automation, McDonald's ou Sherwin-Williams, publient notamment ce jour...

Les valeurs

Pfizer, le géant pharmaceutique américain, a dépassé les attentes de marché pour son second trimestre et relevé dans la foulée ses estimations 2020. Sur le trimestre clos en juin, le groupe a réalisé un bénéfice de 78 cents par titre, en léger retrait de 2%, à comparer à un consensus de 66 cents. Les revenus du groupe ont chuté de 11% à 11,8 milliards de dollars, contre 11,6 milliards de consensus de marché. Le groupe envisage désormais des revenus allant de 48,6 à 50,6 milliards de dollars, pour un bénéfice ajusté par action logé entre 2,85 et 2,95$. Rappelons également que Pfizer a annoncé hier lundi avoir lancé avec son partenaire allemand BioNTech un essai à grande échelle pour son vaccin potentiel contre le Covid-19.

Pfizer et BioNTech ont accepté de fournir 600 millions de doses de vaccin au ministère américain de la Santé et au ministère de la Défense une fois approuvé, après avoir conclu un accord similaire avec le gouvernement britannique.

3M, le géant industriel du Minnesota, n'a pas convaincu par ses derniers chiffres. Ainsi, le groupe a raté le consensus de profit pour le second trimestre, et maintenu le retrait de sa guidance financière 2020. Les comptes du second trimestre ont été, selon le directeur général Mike Roman, "significativement impactés par le ralentissement économique mondial". Le bénéfice net du second trimestre est ressorti à 1,29 milliard de dollars et 2,22$ par titre, contre 1,13 milliard de dollars et 1,92$ par action un an auparavant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 1,78$, en retrait de 19% en glissement annuel et inférieur de 2 cents au consensus de marché. Les revenus totaux ont décroché de 12% à 7,2 milliards de dollars, contre 7,32 milliards de dollars de consensus de place. Le management dit prendre des mesures afin de faire face aux challenges de court terme.

Altria, colosse du tabac et maison-mère de Marlboro et Skoal, a annoncé pour le second trimestre des profits supérieurs aux attentes mais des revenus un peu courts. Le groupe a relevé par ailleurs son dividende trimestriel. Le bénéfice net du second trimestre a décliné à 1,94 milliard de dollars et 1,04$ par titre, contre 2 milliards de dollars et 1,07$ par action un an auparavant.

Raytheon, acteur américain de l'aéronautique et de la défense, a annoncé pour son second trimestre des profits et revenus supérieurs aux attentes de marché, avec surtout une bonne performance des activités de défense, compensant la faiblesse de l'aérien commercial. Le groupe a déploré tout de même une perte nette de 3,84 milliards de dollars, 2,55$ par titre. Hors éléments, le groupe du Massachusetts est parvenu cependant à un bénéfice par action de 40 cents, dépassant nettement le consensus de marché. Les revenus ont totalisé 14,1 milliards de dollars.

McDonald's a publié pour son second trimestre des bénéfices inférieurs aux attentes de marché. Le bénéfice net trimestriel a totalisé 483,8 millions de dollars, soit 65 cents par action, contre 1,52 milliard de dollars et 1,97$ par titre un an auparavant. Le bénéfice ajusté par action a atteint 66 cents, mais le consensus FactSet était de 74 cents par titre. Les ventes du 'système' McDonald's à comparable sur le second trimestre clos en juin ont chuté de 24%. Le groupe a bien évidemment été affecté par les fermetures de restaurants consécutives à la pandémie de coronavirus. Les revenus totaux se sont effondrés de plus de 30% à 3,76 milliards de dollars, contre 3,68 milliards de consensus.

Harley-Davidson a annoncé une chute de ses ventes pour le second trimestre, du fait de la pandémie du nouveau coronavirus. Le groupe de Milwaukee, Wisconsin, a dévoilé pour le trimestre une perte de 92 millions de dollars soit 35 cents par titre sur une base ajustée, contre un bénéfice net de 196 millions de dollars et 1,46$ par action un an plus tôt. Le consensus FactSet était d'un bénéfice ajusté positif de 10 cents. Les ventes du groupe ont décroché à 865 millions de dollars, contre 761 millions de dollars de consensus FactSet et 1,63 milliard de dollars sur la période correspondante de l'an dernier.

D.R. Horton a annoncé un bénéfice trimestriel en croissance de 10% et un bénéfice par action de 1,72$, largement supérieur au consensus de place, le numéro un mondial de la maison individuelle profitant du bas niveau des taux des crédits immobiliers et d'une hausse de la demande pour les logements à la périphérie des villes. Les revenus trimestriels ont totalisé quant à eux 5,39 milliards de dollars sur le trimestre clos en juin 2020, contre 4,88 milliards de dollars un an avant.

Centene. L'assureur santé a abaissé son objectif de chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année. Pour le trimestre clos, le bénéfice ajusté par action s'est établi à 2,40$, cotre un consensus de 2,41$ et un bpa de 1,34$ un an avant. Les revenus sur le trimestre de juin 2020 se sont établis à 27,7 milliards de dollars, dépassant de peu le consensus, contre 18,4 milliards de dollars un an avant.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !