Cotation du 24/09/2021 à 23h05 Dow Jones Industrial +0,10% 34 798,00
  • DJIND - US2605661048

Wall Street en ordre dispersé, avant Tesla, Apple et la Fed

Wall Street en ordre dispersé, avant Tesla, Apple et la Fed
Wall Street en ordre dispersé, avant Tesla, Apple et la Fed
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine hésite ce lundi. Le DJIA perd ainsi 0,24% à 34.977 pts et le S&P 500 0,05% à 4.409 pts, tandis que le Nasdaq grappille 0,15% à 14.859 pts. Le baril de brut WTI cède 0,5% sur le Nymex à 71,7$. L'once d'or se stabilise à 1.800$ environ. L'indice dollar fléchit de 0,4% face à un panier de devises de référence. Le bitcoin se redresse très fortement, s'adjugeant plus de 12% sur 24 heures à environ 38.400$ sur Bitfinex, poursuivant son puissant rebond technique, aidé par les espoirs d'adoption plus large. Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond américain à 10 ans évolue à 1,27% et le 30 ans à 1,91%.

Les places asiatiques ont souffert, le SSE Composite abandonnant en particulier 2,3%, les autorités chinoises étendant leurs réformes au secteur de l'éducation privée. Les compagnies du compartiment ne seront plus autorisées à faire des bénéfices ou à entrer en bourse. Tencent a pour sa part été sanctionné pour des pratiques anti-concurrentielles et subit une interdiction concernant les accords exclusifs de droits d'auteurs dans la musique. Didi reste également dans le viseur des régulateurs chinois.

Concernant les relations avec Washington, Xie Feng, le vice-ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine, a fait état d'une "impasse" et exhorte les USA à arrêter de diaboliser Pékin. Les discussions entre la Chine et les États-Unis, si elles parviennent à s'apaiser, doivent en principe préparer un potentiel sommet Biden-Xi lors du G20 d'octobre. Ces dernières semaines, Pékin n'a cessé cependant de protester face à l'ingérence américaine dans ses affaires. En fin de semaine dernière, la Chine a imposé des sanctions à l'ancien Secrétaire américain au Commerce et à d'autres entités US à propos de Hong Kong.

D'après le rapport gouvernemental du jour aux États-Unis, les ventes de logements neufs pour le mois de juin 2021 sont ressorties au nombre de 676.000, contre un consensus de marché voisin de 800.000 et un niveau révisé en baisse à 724.000 pour le mois de mai. La précédente lecture du mois antérieur était logée à 769.000.

L'indice manufacturier de la Fed de Dallas pour le mois de juillet a quelque peu déçu à 27,3, contre 32,5 de consensus FactSet et 31,1 un mois auparavant, ce qui signale un ralentissement de l'expansion.

Le programme sera un peu plus étoffé demain mardi, avec le début de la réunion FOMC de la Fed, l'indice S&P Case-Shiller des prix de l'immobilier et l'indicateur FHFA, ainsi que l'indice de confiance des consommateurs du Conference Board et l'indice manufacturier de la Fed de Richmond.

Mercredi, c'est évidemment la réunion de la Fed qui retiendra l'attention, le communiqué monétaire étant attendu à 20 heures, avant la conférence de presse de Jerome Powell qui se tiendra à 20h30. Il est toutefois probable que la banque centrale américaine ne donne pas beaucoup plus d'indications concernant le futur 'tapering', dans un contexte sanitaire incertain marqué par les variants du Covid-19, faisant peser la menace d'un nouvel impact économique.

La réunion du FOMC (Comité de politique monétaire de la Fed) prévue les 27 et 28 juillet, pourrait être en quelque sorte un non-événement pour le marché, car la Fed ne devrait pas offrir d'éléments nouveaux sur le calendrier du très probable futur 'tapering'. Les spécialistes suggèrent que Jerome Powell devrait réitérer ses propos récents. Le timonier de la Fed avait jugé il y a quelques jours que le 'tapering' était encore très éloigné, les conditions n'étant pas réunies. Powell devrait ainsi souligner l'importance des données attendues au cours des prochains mois, notamment sur le front de l'emploi.

Les économistes estiment que le signal fort sur le tapering devrait plutôt arriver avec la réunion du FOMC de septembre. Le discours de Powell à Jackson Hole en août ne devrait quant à lui pas offrir d'indications plus évidentes. L'annonce formelle de cette réduction des achats d'actifs de la Fed, actuellement logés à 120 milliards de dollars mensuels, ne devrait pas intervenir avant décembre.

Cette semaine, Powell devrait réitérer le point de vue de la Fed selon lequel les pressions sur les prix seront largement transitoires. Cependant, il peut également admettre que les goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement pourraient encore prendre un certain temps à être résolus et réitérer l'engagement de la Fed à faire face à une poussée adverse des anticipations d'inflation...

Ailleurs dans le monde, ce lundi, l'indice Markit PMI manufacturier japonais s'est établi en zone d'expansion à 52,2, proche du consensus en juillet. L'Ifo allemand du mois de juillet est ressorti à 100,8 contre 102 de consensus.

Sur le front sanitaire, l'Allemagne considère de nouvelles restrictions pour les non-vaccinés. Le passe sanitaire est pour sa part requis en France ou en Italie. Point positif, les derniers chiffres d'infections au Royaume-Uni montrent un nouveau déclin. Dans la région Asie-Pacifique, la situation s'aggrave au contraire. Le Dr. Fauci a estimé pour sa part que les chiffres allaient dans la mauvaise direction, avec une poussée des infections dans les régions aux plus faibles taux de vaccination.

Les publications trimestrielles se poursuivent à Wall Street. Ameriprise, Sanmina-SCI, Lockheed Martin, Celestica ou Hasbro sont de la partie, mais c'est surtout Tesla qui tiendra la vedette, après la clôture de la place américaine. Apple, le colosse californien de Cupertino, annoncera pour sa part après bourse demain soir.

Les valeurs

Lockheed Martin (-3%), le contractant américain de défense, a revu en hausse sa guidance de profits pour l'exercice en marge de sa publication trimestrielle. Pourtant, le groupe a aussi annoncé un résultat trimestriel légèrement inférieur au consensus. Le bénéfice net a été de 1,82 milliard de dollars sur le trimestre clos, 6,52$ par titre, contre 1,63 milliard de dollars un an auparavant. Le consensus FactSet était de 6,56$. Des développements classifiés en aéronautique expliquent cette déception sur le résultat trimestriel. Les ventes trimestrielles de la principale unité, celle dédiée à l'aéronautique, qui conçoit notamment le F-35, ont augmenté de 2,5% à 6,6 milliards. Les revenus ont totalisé 17 milliards de dollars sur le trimestre contre 16,9 milliards de consensus.

Hasbro (+11%), le géant américain du jouet connu notamment pour son Monopoly, a dévoilé pour le second trimestre des comptes en très forte croissance. Les revenus se sont envolés ainsi de 54% en glissement annuel à 1,32 milliard de dollars, avec notamment son jeu Donjons & Dragons', alors que l'activité de production cinématographique et TV s'est redressée. Les revenus de produits de consommation, comprenant les marques Play-Doh et Nerf, ont grimpé de 33% à 689 millions. Le bénéfice net ajusté a été de 145 millions de dollars et 1,05$ par titre, contre 2,7 millions de dollars un an plus tôt. Le consensus est donc très nettement dépassé. Le groupe maintient sa guidance annuelle de revenus en croissance à deux chiffres, aidé par les hausses de prix et malgré les problèmes liés à la chaîne d'approvisionnement.

Lucid (+10%). Lucid Group, qui établit de nouvelles normes en matière de mobilité durable grâce à des véhicules électriques de luxe, est devenu aujourd'hui une société cotée en bourse et négociée sur le Nasdaq Global Select Market. Ses actions ordinaires de classe A et ses bons de souscription publics sont respectivement cotés sous les nouveaux symboles boursiers "LCID" et "LCIDW". Lucid a réalisé la fusion précédemment annoncée avec Churchill Capital Corp IV le 23 juillet 2021, et la société fusionnée opérera désormais sous le nom de Lucid Group, Inc. Lucid sonnera la cloche du Nasdaq ce lundi 26 juillet pour célébrer l'introduction en bourse de la société.

General Motors (+1%) et sa filiale Cruise dédiée à la voiture autonome ont déposé plainte afin d'empêcher leur rival Ford d'utiliser la marque BlueCruise pour commercialiser sa propre technologie dans la conduite semi-autonome.

Amazon (+1%). Le groupe de Jeff Bezos considèrerait, selon City A.M., l'acceptation du Bitcoin. Amazon évaluerait même la création de sa propre cryptomonnaie. City A.M. cite un insider, selon lequel le groupe de Seattle travaillerait à l'intégration du Bitcoin en tant que mode de paiement d'ici à la fin de l'année. Une fois une solution de paiement en crypto-devise établie, Amazon pourrait aussi accepter un certain nombre d'autres monnaies numériques. L'insider en question ajoute que le colosse du commerce en ligne travaille donc sur le projet et qu'il pourrait chercher à établir un token 'natif'. CNBC cite pour sa part une offre d'emploi récente, notant qu'Amazon cherche à embaucher un expert en devises digitales et en blockchain.

Aon (+7%) et Willis Towers Watson ont mis un terme à leur projet de fusion de 30 milliards de dollars, ce qui éteint le litige avec le Département américain de Justice.

Philip Morris (+6%) entend arrêter de vendre des cigarettes Marlboro au Royaume-Uni d'ici dix ans, a indiqué au Daily Mail le directeur général du groupe.

Tesla gagne près de 3% avant sa publication trimestrielle. Le consensus de place est logé actuellement à 96 cents de bénéfice ajusté trimestriel par action pour 11,21 milliards de dollars de facturations.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !