Cotation du 15/07/2019 à 23h11 Dow Jones Industrial +0,10% 27 359,16
  • DJIND - US2605661048

Wall Street en nette hausse avec Trump et les banques centrales

Wall Street en nette hausse avec Trump et les banques centrales
Wall Street en nette hausse avec Trump et les banques centrales
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York progresse nettement mardi dans le sillage des places européennes, sur des spéculations de baisses de taux des deux côtés de l'Atlantique. En outre, l'espoir d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine renaît après que Donald Trump a affirmé qu'une "rencontre prolongée" aura bien lieu entre lui et son homologue chinois Xi Jinping la semaine prochaine en marge du sommet du G20 d'Osaka. En Europe, le président de la Fed, Mario Draghi, a clairement laissé entendre que la BCE pourrait baisser encore ses taux, tandis qu'aux Etats-Unis, la Fed a commencé de mardi une réunion de deux jours.

Vers 20h à Paris, l'indice Dow Jones gagnait mardi soir 1,31% à 26.454 pts, tandis que le S&P 500 bondissait de 1,02% à 2.919 pts, et que le Nasdaq Composite progressait de 1,49% à 7.961 pts. Plus tôt en Europe, l'indice Euro Stoxx 50 a clôturé en nette hausse de 2,06% tandis qu'à Paris, le CAC 40 a bondi de 2,2% à 5.509 points.

Les rendements souverains au plancher dans la perspective de baisses de taux

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) progressait légèrement de 0,06% à 97,62 points, tandis que l'euro reculait de 0,17% à 1,1197$ (après avoir chuté de près de 0,4% en matinée), réagissant aux propos très "colombes" de Mario Draghi mardi matin, qui envisage de nouveaux assouplissements monétaires de la BCE.

Sur le marché obligataire américain, les taux sont repartis de plus belle à la baisse dans l'attente des ces assouplissements. Le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans reculait de 3 points de base à 2,06%, son plus bas niveau depuis octobre 2016. En Europe, le taux de l'emprunt d'Etat de référence, le Bund a 10 ans, a plongé de 8 pdb, tombant à -0,32%, inscrivant un nouveau record historique...

Mario Draghi a donc créé un électrochoc, mardi matin, en déclarant que la BCE était prête à "mettre à profit toute la flexibilité permise par notre mandat pour le remplir - et nous le ferons encore pour répondre à tout défi qui se poserait à la stabilité des prix à l'avenir", a-t-il affirmé.

S'exprimant dans le cadre du forum annuel de la BCE à Sintra au Portugal, il a ajouté que la BCE mettra à profit "les prochaines semaines" pour étudier ses options, laissant entendre que la banque centrale pourrait faire des annonces plus tôt que ce qui était généralement anticipé. La prochaine réunion de politique monétaire du conseil des gouverneurs de la BCE est prévue le 25 juillet.

La Fed attendue de pied ferme mercredi soir

Alors que Mario Draghi a ouvert la porte à de nouvelles baisses de taux et peut-être à un nouveau cycle d'assouplissement monétaire (QE), la Fed est de son coté attendue demain mercredi de pied ferme par des marchés en mal de propos rassurants... Récemment, le président de la banque centrale américaine, Jerome Powell, a pour la première fois ouvert la voie à cette éventualité en affirmant que la Fed ferait ce qui est "approprié" en cas de net ralentissement conjoncturel.

Les investisseurs tablent néanmoins en majorité pour un statu quo, ce mercredi, sur le taux des "fed funds" (actuellement fixé entre 2,25% et 2,50%). Selon l'outil FedWatch du CME Group, basé sur les contrats à terme sur les "fed funds", les marchés anticipent ce statu quo avec une probabilité de 77,5%.

Les attentes sont en revanche très fortes pour un geste baissier le 31 juillet, avec une probabilité de 85%. Les traders voient 66,8% de chances pour une baisse d'un quart de point à 2,00%-2,25% et de 18,1% pour un recul d'un demi-point pour revenir à 1,75%-2%, selon cet outil.

La rencontre Trump-Xi confirmée pour la semaine prochaine

Sur le front commercial, les investisseurs ont salué mardi la première bonne nouvelle depuis des semaines, à savoir la confirmation qu'une rencontre aura bien lieu entre les présidents américain et chinois, en marge du sommet du G20 qui se tiendra à Osaka au Japon les 28 et 29 juin.

Donald Trump a ainsi tweeté mardi : "j'ai eu une très bonne conversation téléphonique avec le Président Xi de Chine. Nous allons avoir une réunion prolongée la semaine prochaine lors du G-20 au Japon. Nos équipes respectives vont commencer les discussions avant notre meeting".

De son côté, la presse officielle chinoise, qui s'était bien gardée jusqu'ici de confirmer cette rencontre, a écrit mardi que Xi Jinping avait bien accepté de rencontrer le président américain et qu'il avait formulé le souhait que les équipes restent en contact...

Les deux dirigeants auront fort à faire pour faire renaître la confiance et aplanir les différends qui se sont multipliés depuis l'échec des dernières négociations en mai. Les Etats-Unis ont accusé la Chine d'avoir renié ses engagements, puis ont placé Huawei, le géant chinois des télécoms sur liste noire, en invoquant des questions de sécurité nationale.

Le pétrole repart de l'avant dans l'espoir d'un accord commercial

Les deux pays ont relevé leurs droits de douane depuis mai, et les Etats-Unis menacent désormais de taxer la totalité des produits chinois importés , soit 300 milliards de marchandises supplémentaires. De son côté, Pékin a démenti les accusations de Washington, menaçant de nouvelles représailles douanières mais aussi de restrictions de ses livraisons de terres rares aux Etats-Unis...

Les derniers indicateurs macro-économiques publiés aux Etats-Unis n'ont pas créé de surprises mardi. Les mises en chantier de logements sont ressorties à 1,269 million d'unités en mai, contre un consensus de place de 1,239 million et après 1,281 million en avril. Les permis de construire sont aussi ressortis un peu supérieurs aux attentes à 1,294 million, contre 1,29 million de consensus et après 1,29 million en avril.

Le pétrole a vivement rebondi mardi dans l'espoir d'un accord commercial sino-américain, mais aussi sur fond de tensions accrues entre les Etats-Unis et l'Iran dans le Golfe. Le contrat à terme de juillet sur le brut léger américain WTI bondissait en soirée de 3,1%, à 53,57$ le baril sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance août gagnait 1,49% à 61,85$.

Le cours du WTI est ainsi tout juste ressorti du marché baissier où il était tombé la semaine passée, après une chute supérieure à 20% par rapport à ses sommets annuels d'avril dernier à plus de 66$.

VALEURS A SUIVRE

Facebook (+0,2%). Le réseau social de Menlo Park, a dévoilé mardi son projet de crypto-monnaie, baptisée la "libra". Le groupe créera une nouvelle filiale, Calibra, "dont l'objectif sera de fournir des services financiers permettant au plus grand nombre de personnes d'accéder et de participer au réseau Libra". Calibra lancera son premier produit en 2020. Il s'agira d'un portefeuille numérique pour Libra, "une nouvelle monnaie mondiale reposant sur la technologie blockchain". Ce portefeuille sera disponible dans Messenger, WhatsApp et via une application dédiée.

Avec Calibra, le groupe entend donc démocratiser l'accès aux services financiers. Ce portefeuille numérique, permettra d'économiser, d'envoyer et de payer avec Libra. Dès sa sortie, Calibra permettra de transférer des Libra à presque n'importe quelle personne équipée d'un smartphone, aussi facilement et instantanément qu'un sms, à peu de frais, voire gratuitement, prévoit le groupe. "En temps voulu, nous espérons offrir des services supplémentaires aux particuliers et aux entreprises, tels que payer des factures en appuyant simplement sur un bouton, acheter un café avec la lecture d'un code QR ou utiliser les transports en commun sans argent sur soi ni titre de transport", détaille Facebook.

Les membres fondateurs initiaux sont MasterCard, PayPal, PayU (Naspers), Stripe et Visa pour le secteur des paiements, Booking Holdings, eBay, Facebook/Calibra, Farfetch, Lyft, Mercado Pago, Spotify et Uber dans les technologies et places de marché, Iliad et Vodafone dans les télécommunications, Anchorage, Bison Trails, Coinbase et Xapo Holdings dans les blockchains, ainsi que des ONG et institutions telles que Creative Destruction Lab, Kiva, Mercy Corps et Women's World Banking, ou des firmes de capital risque telles que Breakthrough Initiatives, Ribbit Capital, Thrive Capital, Union Square Ventures et Andreessen Horowitz.

Boeing (+4%) bondit après avoir décroché sa première grosse commande au Bourget. Korean Air s'est engagé à acquérir 20 Dreamliner, dont 10 787-10. L'accord atteint 6,3 milliards de dollars au prix catalogue. Les contrats ne se négocient cependant jamais sur ces bases puisqu'ils intègrent de substantiels rabais, d'autant plus importants que la commande est élevée. La compagnie coréenne va par ailleurs louer 10 787-10 à Air Lease Corporation. Korean Air mise clairement sur le Dreamliner pour développer sa flotte long-courrier dans la mesure où le transporteur disposera de 40 787 une fois tous les avions reçus.

Par ailleurs, International Airlines Group (IAG), la maison-mère de British Airways et d'Iberia, a signé une lettre d'intention portant sur l'achat de... 200 Boeing 737. La lettre est sujette à un accord formel. La commande serait partagée entre des B737-8 et des B737-10. Des appareils qui seraient livrés entre 2023 et 2027 et seraient équipés de moteurs CFM Leap. Les avions devraient être utilisés par un certain nombre de compagnies aériennes du groupe, notamment Vueling, LEVEL et British Airways à l'aéroport de Londres Gatwick.

General Electric (+2,8%). David Joyce, dirigeant de GE Aviation, a indiqué sur CNBC anticiper des commandes de plus de 35 milliards de dollars à l'occasion du Salon du Bourget. La coentreprise CFM International avec Safran a décroché hier une commande record de 20 milliards de dollars auprès de l'Indien Indigo. La commande record porte sur les motorisations de 280 monocouloirs, A320neo et A3321eo d'Airbus. La compagnie aérienne indienne abandonne ainsi le GTF de Pratt & Whitney (United Technologies) au profit du LEAP-1A de CFM...

MoneyGram bondit de plus de 100% à Wall Street ce jour, suite à l'annonce d'un investissement de 30 millions de dollars du spécialiste des paiements Ripple, connu pour sa cryptomonnaie 'XRP'. MoneyGram, actif dans les transferts de paiements, capitalise maintenant plus de 160 millions de dollars.

Alphabet (+1,4%). Sanofi et Google vont créer un nouveau laboratoire d'innovation avec l'ambition de transformer radicalement le développement des futurs médicaments et services de santé en tirant parti de la puissance des nouvelles technologies de données. Cette collaboration vise à changer la manière dont Sanofi développe de nouveaux traitements et se concentrera sur trois grands objectifs : mieux comprendre les patients et les maladies, accroître l'efficacité opérationnelle et améliorer l'expérience des patients et clients, résume le Français.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com