Cotation du 11/06/2021 à 23h16 Dow Jones Industrial +0,04% 34 479,60
  • DJIND - US2605661048

Wall Street en mode pause après les records de vendredi

Wall Street en mode pause après les records de vendredi
Wall Street en mode pause après les records de vendredi

(Boursier.com) — La Bourse de New York évolue en ordre dispersé lundi, après les records des quatre principaux indices inscrits vendredi, malgré l'annonce de chiffres de l'emploi décevants en novembre aux Etats-Unis. Les investisseurs sont dans l'attente de détails sur les négociations au Congrès concernant un nouveau plan de soutien à l'économie, alors que les cas de coronavirus continuent de flamber outre-Atlantique.

A deux heures de la clôture, le Dow Jones cède 0,67% à 30.014 points, tandis que l'indice large S&P 500 recule de 0,37% à 3.685 pts, et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, gagne de son côté 0,21% à 12.490 pts, s'orientant vers un nouveau record. Enfin l'indice Russell 2000, qui suit les valeurs moyennes, est stable (-0,02%) tout près de son record de vendredi à 1.892 pts.

La semaine dernière, le DJIA a gagné 1%, le S&P 500 est monté de 1,7% et le Nasdaq a pris 2,1%. Depuis le début de l'année, les trois indices sont en hausse respective de 5%, 14% et 39%, malgré leur plongeon de l'ordre de 30% en mars-avril, lors de la 1ere vague de la pandémie de Covid-19.

Brexit et tensions sino-américaines entretiennent la prudence

Lundi, les investisseurs se montraient prudents après une séance mitigée en Europe, où les négociations en vue d'un accord sur le Brexit sont dans l'impasse, à l'approche de la fin de l'année, qui sonnera la sortie effective du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Sur le plan macro-économique, les derniers chiffres du commerce extérieur chinois semblent de bon augure pour la reprise économique mondiale. Les exportations chinoises ont ainsi bondi de 21% en novembre, et ont notamment grimpé de 10% vers les Etats-Unis. En revanche, les tensions commerciales entre le Chine et les Etats-Unis ne cessent de s'intensifier. Selon l'agence Reuters, les Etats-Unis préparent des sanctions économiques contre une douzaine de responsables chinois supplémentaires en réponse à la politique chinoise à Hong Kong. En fin de semaine dernière Washington avait inscrit 4 entreprises chinoises supplémentaires sur la liste noire du Pentagone, interdisant aux investisseurs américains d'acheter des actions de ces sociétés.

En Europe, la semaine qui s'ouvre sera marquée par une réunion de la BCE, dont les marchés attendent des nouvelles mesures de soutien face à la 2e vague du coronavirus qui a freiné la reprise économique cet automne. Les investisseurs attendent l'annonce d'une augmentation et prolongation de son programme de rachat d'actifs.

Un consensus semble possible sur un nouveau plan de soutien de 908 Mds$

A Washington, les chances d'un accord sur un nouveau soutien budgétaire ont fait un grand pas en avant depuis une semaine, après le dépôt par un groupe bipartisan de sénateurs démocrates et républicains d'un projet de relance d'un montant de 908 milliards de dollars, qui semble pouvoir déboucher sur un accord, peut-être avant les vacances de Noël.

Ce projet, dont les détails sont attendus ce lundi, est soutenu par la leader démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi et le leader des démocrates du Sénat Chuck Schumer, ainsi que par plusieurs sénateurs républicains. Vendredi, Mme Pelosi s'est montrée optimiste en disant à la presse avoir constaté une "dynamique positive" ("momentum") en faveur d'un accord bipartisan.

Coté républicain, le plan a aussi reçu des soutiens, et le leader des sénateurs républicains Mitch McConnell, qui défendait jusqu'ici un plan minimaliste de 500 Mds$ pourrait aussi y adhérer... Ainsi, selon la chaîne 'CNBC', McConnell a rencontré des sénateurs républicains impliqués dans la mise au point du plan bipartisan et a estimé qu'il y avait des signes positifs en vue d'un compromis éventuel. De son côté, le site politique 'The Hill' affirme que Donald Trump, lors d'un événement au Bureau Ovale, aurait jugé qu'un accord serait très proche et qu'il soutiendrait le possible "deal".

L'emploi a marqué le pas en novembre face à la résurgence du Covid-19

Les derniers chiffres de l'emploi aux Etats-Unis, publiés vendredi, ont accru la pression sur la classe politique pour trouver un accord. Le marché de l'emploi s'est ainsi dégradé en novembre à mesure que les cas de coronavirus ont flambé, ainsi que les hospitalisations, entraînant des nouvelles mesures de restrictions de déplacements dans de nombreux Etats.

L'économie américaine n'a ainsi créé que 245.000 postes non-agricoles, près de deux fois moins que le consensus des économistes (environ 470.000), et après 610.000 créations en octobre. A noter que les créations de postes d'octobre ont en outre été révisées en baisse, de 638.000 à 610.000.

Malgré tout, le taux de chômage a reculé à 6,7%, contre 6,8% de consensus de marché et après 6,9% en octobre, un phénomène lié essentiellement à une baisse de participation à la force de travail, tombée à 61,5%, de nombreux Américains s'étant découragés de chercher du travail en raison de la crise économique et sanitaire. Seule bonne nouvelle : le salaire horaire moyen a augmenté plus que prévu, de 0,3% par rapport au mois précédent, contre +0,1% de consensus, et il progresse de 4,4% par rapport à novembre 2019.

La vaccination suscite l'espoir, mais les cas de Covid s'envolent aux Etats-Unis

Sur le front sanitaire, alors que l'épidémie se propage toujours très vite aux États-Unis et dans d'autres régions du monde, l'optimisme relatif aux vaccins persiste. Les inoculations débuteront ainsi dès demain mardi au Royaume-Uni.

De son côté, l'autorité de santé américaine, la FDA, se réunit jeudi et devrait accorder à son tour une autorisation d'utilisation d'urgence au candidat vaccin de Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech, la distribution pouvant potentiellement débuter dès le lendemain. Le temps presse, alors que les Etats-Unis affichent de nouveaux records de cas, décès et hospitalisations du fait du nouveau coronavirus, et que la majeure partie de la Californie se retrouve confinée. En Asie, Japon et Corée du Sud inquiètent également, tandis qu'en Europe, la stabilisation de la pandémie reste à confirmer.

Selon l'Université Johns Hopkins ce lundi, le nombre total de cas confirmés du virus dépasse les 67 millions dans le monde, dont près de 15 millions aux Etats-Unis. Le virus a fait 1,54 million de morts à l'échelle mondiale, dont plus de 282.000 aux USA, le pays le plus touché.

Les cas quotidiens aux Etats-Unis sont restés autour de 200.000 pendant quatre jours, atteignant même près de 230.000 vendredi. Les hospitalisations sont quant à elles toujours supérieures aux 100.000 dans le pays, alors que les décès sont au plus haut.

VALEURS A SUIVRE

Walmart (-1%), le géant américain de la grande distribution, étudierait une IPO de 10 milliards de dollars de Flipkart. Mint croit ainsi savoir que le groupe américain chercherait à vendre environ 25% de son unité indienne Flipkart dans le cadre de cette introduction en bourse qui serait menée par Goldman Sachs. Walmart détient actuellement plus de 82% de l'unité. L'IPO aurait été envisagée de longue date mais repoussée du fait du coronavirus.

Alphabet (-0,9%). Google envisagerait de sanctionner durement IAC/InteractiveCorp du fait de pratiques marketing jugées trompeuses, croit savoir le Wall Street Journal, citant des documents. Pour l'heure, Google n'aurait pas agi, étant concurrent d'IAC et ne désirant pas que les sanctions soient perçues comme étant anticoncurrentielles.

Ford Motor (-1,5%) a repoussé la sortie de son SUV Bronco du fait de problèmes chez les fournisseurs causés par le Covid-19. Le lancement serait repoussé à l'été 2021, alors qu'il était anticipé au printemps.

Pfizer (+1,5%) a fait sa demande pour une autorisation d'urgence en Inde du candidat vaccin conçu avec son partenaire allemand BioNTech (+4%) contre le coronavirus.

Activision Blizzard (+2%) n'a pas digéré le fait que Netflix débauche son directeur financier, Spencer Neumann. Selon Fortune, l'éditeur de jeux vidéo accuse le leader de la vidéo en streaming de s'être engagé dans une campagne depuis plusieurs années pour débaucher ses dirigeants. Activision sollicite une injonction de la cour afin d'empêcher Netflix de manière permanente de solliciter ses employés.

Cisco (-0,4%) a conclu un accord pour l'acquisition du britannique IMImobile (+47,3% ! à Londres) pour 543 M£, environ 720 millions de dollars, soit une prime de 48% sur les derniers cours. Le géant américain des équipements de réseaux estime que l'opération lui permettra de renforcer son offre 'customer experience as a service'. Cisco a le soutien d'actionnaires de sa proie représentant 54,5% des parts. IMImobile a affiché au premier semestre un bénéfice avant imposition en croissance de 30% à 6,8 M£, pour des revenus en retrait de 9% à 76 M£.

United Airlines (-0,6%), compagnie aérienne américaine, a présenté en fin de semaine dernière un projet d'augmentation de capital par émission de bons de souscription visant à prévenir une offre d'acquisition hostile afin de préserver les 8,2 milliards de dollars d'avantages fiscaux dont elle bénéficie mais qu'elle perdrait en cas de changement de contrôle.

Intel (-4%) perd du terrain ce lundi à Wall Street, alors que selon l'agence Bloomberg, Apple envisagerait de lancer l'an prochain plusieurs puces pour Mac dont les performances seraient supérieures aux plus rapides processeurs du Californien Intel.

AirBnB et DoorDash vont prochainement débarquer à Wall Street. Les rumeurs les plus récentes font état concernant AirBnB d'une hausse de la fourchette d'introduction à 56-60$, contre 44-50$ auparavant, ce qui représente un relèvement de 23% pour le milieu de fourchette. Le haut de cette fourchette valoriserait le dossier 42 Mds$. Le Wall Street Journal croit quant à lui savoir que l'IPO de DoorDash devrait être pricée mercredi au-dessus du haut de la nouvelle fourchette de 90-95$.

©2020-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !