Cotation du 27/10/2021 à 17h31 Dow Jones Industrial -0,36% 35 629,19
  • DJIND - US2605661048

Wall Street en mal de catalyseur, avant les chiffres de l'inflation US

Wall Street en mal de catalyseur, avant les chiffres de l'inflation US
Wall Street en mal de catalyseur, avant les chiffres de l'inflation US
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Malgré un rebond de début de séance, la Bourse de New York évolue en ordre dispersé lundi soir, les investisseurs manquant d'incitatives dans un contexte de crainte d'un ralentissement conjoncturel et d'un début de "tapering" des banques centrales. L'appétit du risque est assez restreint avant la publication, mardi, du taux d'inflation en août aux Etats-Unis, qui sera déterminant pour la Fed lors de sa réunion des 21 et 22 septembre.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones gagne 0,31% à 34.716 points, tandis que l'indice large S&P 500 cède 0,21% à 4.449 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, recule de 0,41% à 15.054 pts. La semaine dernière, le DJIA avait cédé 2,1%, le S&P 500 avait lâché 1,7% et le Nasdaq avait concédé 1,6%, la pire semaine pour les marchés US depuis juin dernier.

Du côté des valeurs, l'action Apple (+0,08%), poids-lourd du DJIA et du Nasdaq, a du mal à rebondir après sa chute de 3,3% subie vendredi. A l'approche de la "keynote" de présentation de l'iPhone 13, prévue mardi, la firme à la pomme été taclée vendredi par la justice américaine, qui l'a sommée d'ouvrir aux développeurs son système de paiement dans son App Store.

Le pétrole WTI repasse au-dessus de 70$

Les pétrolières progressent, soutenues par les cours du brut qui ont retrouvé leur plus haut niveau depuis 6 semaines. Le baril de brut léger américain WTI gagne ainsi 0,9% à 70,34$ le baril (contrat à terme d'octobre) après le dernier rapport mensuel de l'Opep qui prévoit toujours un marché en déficit malgré les légères hausses de production prévues ces prochains mois par le cartel et ses alliés.

Les cours du brut sont aussi favorisés par la lenteur de la reprise de la production dans le golfe du Mexique après le passage de l'ouragan Ida.

Toujours dans les matières premières, le cours de l'aluminium a atteint 3.000 dollars la tonne pour la première fois depuis 2008, tiré par la limitation de la production chinois, premier producteur mondial, qui fait craindre des tensions sur le marché

L'or grappille 0,07% à 1.793,40$ l'once (contrat à terme de décembre), après avoir subi une chute de 2,3% la semaine dernière. L'indice du dollar gagne 0,11% à 92,68 points face à un panier de devises, et l'euro cède 0,1% à 1,1803$ face au billet vert. Sur les marchés obligataires, le rendement du T-Bond à 10 ans redonne 1 point de base à 1,33%, et celui du Bund allemand à 10 ans a fini stable à -0,33%.

Le bitcoin reste à la peine, perdant environ 3% en soirée, autour de 44.470$ sur plateforme Bitfinex. Les cryptomonnaies sont très chahutées depuis que le bitcoin est devenu mardi dernier une monnaie légale au Salvador, une première mondiale.

Inflation, ventes de détail et moral des ménages US au programme de la semaine

Sur le front macro-économique, la séance de lundi est très calme, avec seulement l'annonce à 20 heures du déficit budgétaire du mois d'août (consensus Bloomberg 303 milliards de dollars). La statistique la plus attendue de la semaine est l'inflation en août aux Etats-Unis, qui sera publiée mardi. Le consensus est logé à +0,4% sur un mois et à +5,3% sur un an (+0,3% et +4,2% hors alimentation et énergie). La semaine dernière, l'indice des prix à la production est ressorti à un niveau record en août, en hausse de 8,3% sur un an.

Parmi les autres indicateurs importants attendus cette semaine figurent mercredi l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York, les prix à l'import et à l'export, la production industrielle américaine et l'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta.

Jeudi, on attend aussi les ventes de détail du mois d'août. Le consensus FactSet s'attend à un recul de 1% par rapport à juillet, en raison de la vague de variant delta du Covid-19 (-0,2% hors automobile et -0,3% hors automobile et essence). Enfin, vendredi (une "journée des Quatre Sorcières") sera publié le sentiment des consommateurs de l'Université du Michigan pour septembre.

Le sentiment général des investisseurs reste mitigé alors que de nombreuses firmes de Wall Street commencent à alerter au sujet des risques de correction, alors que les valorisations sont élevées, et que les pressions inflationnistes et les perturbations de supply chain rendent l'avenir économique plus mouvant.

Le plan de relance de Joe Biden toujours coincé au Sénat

Sur le front budgétaire, les projets de Joe Biden de plan massif de relance s'enlisent, face à des dissensions au sein du parti démocrate. Nombre de sénateurs de la majorité reconnaissent désormais que le niveau de 3.500 milliards de dollars pour le plan "infrastructures humaines et sociales" devra être ajusté significativement en baisse. L'intraitable sénateur démocrate Joe Manchin évoque son soutien éventuel à un plan de réconciliation de... 1.000 à 1.500 milliards, s'il maintient des règles fiscales compétitives au niveau mondial.

Concernant la crise sanitaire, alors que le variant Delta se propage toujours et frappe de plus en plus de jeunes aux USA, de hauts responsables américains de santé estimeraient, selon Reuters, que le vaccin Pfizer / BioNTech contre le Covid-19 devrait être autorisé pour les enfants âgés de 5 à 11 ans d'ici à la fin du mois d'octobre. Toutefois, le nombre de cas de Covid-19 semble enfin décliner aux USA, avec une moyenne à sept jours sur la période close vendredi à 136.000, contre 157.000 fin août. Ces chiffres des CDC (Centers for Disease Control and Prevention) accréditent donc la thèse du franchissement du pic de la vague actuelle.

A propos des relations sino-américaines, le Wall Street Journal rapporte que l'administration Biden évaluerait une nouvelle enquête sur les subventions chinoises et leurs dommages pour l'économie américaine, afin de faire pression sur Pékin en matière de commerce en vue du lancement des négociations sur un accord commercial de 'phase 2'.

VALEURS A SUIVRE

Apple (stable) a réduit ses gains initiaux de l'ordre de 1%, après une sanction de 3,3% vendredi suite à une décision de justice qui a donné partiellement raison au développeur de jeux vidéo Epic Games dans sa bataille contre Apple au sujet du très populaire jeu 'Fortnite', banni de l'App Store depuis l'été 2020. Le titre Apple, qui avait récemment touché de nouveaux sommets historiques, a contribué vendredi à la chute de l'ordre de 0,8% des indices Dow Jones et Nasdaq, dont il est un composant. La juge Yvonne Gonzalez-Rogers, de la cour du district nord de Californie, a considéré qu'Apple n'est pas en droit d'imposer son système de paiement à tous les développeurs d'application. Le groupe californien devra donc laisser aux développeurs la possibilité de proposer leurs propres options de paiements à leurs clients, ce qui pourrait potentiellement faire perdre plusieurs milliards de dollars au géant californien...

La juge a en revanche estimé qu'Epic Games n'a pas réussi à démontrer qu'Apple avait bâti une position de monopole illégale. Certes, Apple contrôle une "part importante du marché" des transactions dans l'univers des jeux vidéo sur mobile et réalise des "marges extraordinairement hautes", mais "ces éléments ne suffisent pas à prouver que la conduite [d'Apple] est contraire à la législation antitrust. Le succès n'est pas illégal", a estimé la juge Gonzalez-Rogers... Epic va faire appel, mais cette décision de justice est déjà susceptible de rogner les revenus de la firme à la pomme, qui se rémunère via des commissions sur les transactions effectuées via son App Store. Apple prélève ainsi une commission qui peut atteindre 15% à 30% de ces revenus, qu'il s'agisse d'achats en ligne ou d'abonnements.

Le jugement de vendredi stipule qu'à partir de janvier 2022, les développeurs pourront proposer à leurs clients d'effectuer leurs achats directement sur leur site, à travers des "boutons, des liens externes ou tout autre moyen d'action orientant les clients vers des mécanismes de paiement". Et contourner ainsi la "taxe Apple", dénoncée par Epic Games.

Oracle (-1,3%). Le géant des logiciels d'entreprises publie ses comptes après la clôture ce lundi.

Amazon (-0,5%), le colosse américain du e-commerce, aurait signé un accord 'click & collect' avec la Post Office britannique, croit savoir le London Times. Les termes du deal ne sont pas révélés. Le Times rapporte, citant une vidéo du patron de l'opérateur postal britannique aux employés, que le contrat de gestion des colis prendra effet au Royaume-Uni l'année prochaine. Un porte-parole de la Post Office a expliqué au Times que cet accord avec Amazon était complémentaire de l'accord de partenariat de service avec Royal Mail.

Walt Disney (-0,15%). Fort du succès de la dernière production Marvel, 'Shang-Chi et la légende des Dix Anneaux', sorti dans les salles sans lancement simultané en version payante sur son service de streaming Disney+, Walt Disney a décidé de sortir le reste de ses films prévus en 2021 exclusivement en salles dans un premier temps. Ce sera donc notamment le cas pour 'Encanto' ou 'West Side Story'. Disney semble donc anticiper un retour massif du public dans les salles obscures, malgré la persistance de la crise sanitaire. 'Shang-Chi' explique sans doute pour beaucoup cette réadaptation du modèle cinématographique, le film ayant battu des records sur la période de quatre jours du 'Labor Day' aux États-Unis.

Pfizer (-2,8%). La FDA (Food & Drug Administration) américaine pourrait autoriser le vaccin anti-Covid-19 de l'Américain Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech (-7%) pour les enfants âgés de 5 à 11 ans d'ici à la fin du mois d'octobre. C'est ce qu'indique notamment CNBC, citant ses sources proches de la question. Le timing correspond à l'accumulation de données suffisantes d'essais cliniques pour une demande d'autorisation d'utilisation d'urgence sur la catégorie 5-11 ans. La demande pourrait intervenir à la fin du mois.

Rappelons que le vaccin Pfizer / BioNTech a obtenu fin août une autorisation formelle de la FDA pour les 16 ans et plus. Le vaccin continue d'être autorisé par ailleurs dans le cadre d'une autorisation d'utilisation d'urgence, pour les adolescents de 12 à 15 ans, et pour l'administration d'une troisième dose dans certains cas immunodéprimés.

Kansas City Southern (+0,3%), le groupe ferroviaire du Missouri, a annoncé dimanche qu'il avait notifié à Canadian National qu'il entendait mettre un terme à leur accord de fusion et sceller plutôt un accord avec Canadian Pacific. Ainsi, Kansas City Southern favoriserait l'offre de 27,2 milliards de dollars en cash et actions de Canadian Pacific Railway. Cette dernière est jugée supérieure à celle de Canadian National Railway - lequel a jusqu'à vendredi pour soumettre encore une offre plus généreuse.

Alibaba (-1,3%) perd du terrain à Wall Street, alors que Pékin envisagerait selon le Financial Times de démanteler Alipay, application mobile d'Ant Group et filiale de paiements du groupe. En outre, le ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information en Chine a décidé d'interdire aux groupes de hautes technologies tels qu'Alibaba ou que Tencent de bloquer les liens vers leurs concurrents sur leurs sites internet. Ainsi, Alibaba, Tencent, mais aussi ByteDance, Baidu, Huawei ou Xiaomi, auraient pris connaissance de ces nouvelles directives lors d'une réunion.

Uber (+1,8%) va faire appel d'une décision néerlandaise requalifiant ses conducteurs en employés. Un tribunal néerlandais a ainsi jugé ce lundi que les chauffeurs de VTC du groupe américain devaient être considérés comme des employés et non comme des sous-traitants indépendants utilisant sa plateforme. Uber se dit déçu de cette décision, alors que le groupe croit savoir que l'extrême majorité de ses conducteurs désirent rester indépendants. La cour d'Amsterdam a toutefois pris le parti du syndicat FNV et estimé que les chauffeurs Uber étaient des employés devant bénéficier des droits liés.

Virgin Galactic (-3,8%) chute, alors que le groupe de Richard Branson vient d'annoncer le report à la mi-octobre de sa première mission de recherche commerciale avec l'armée de l'air italienne. Le groupe évoque un possible défaut de fabrication et l'attente des résultats de l'enquête de l'Autorité américaine de l'aviation civile (FAA) relative aux dysfonctionnements survenus lors du vol du vaisseau spatial SpaceShipTwo le 11 juillet dernier.

Carlyle (+1,8%) évalue ses options concernant Novolex Holdings. La firme de private equity envisagerait ainsi de céder pour six milliards de dollars ou d'introduire en bourse la société de conditionnement, rachetée il y a plus de quatre ans. C'est du moins ce que croit savoir l'agence Bloomberg, citant des personnes proches du dossier. Carlyle a sondé des banques à propos d'une revue stratégique de la firme de Caroline du Sud. Aucune décision finale n'a été prise, et Carlyle pourrait choisir de conserver l'activité. Carlyle avait acquis Novolex en novembre 2016 auprès de Wind Point Partners et TPG, pour un montant non divulgué.

Coinbase (-3%) a annoncé son intention de lever 1,5 milliard de dollars sur le marché de la dette, en vue d'investissements dans le développement produit et d'éventuelles fusions & acquisitions. La plateforme de cryptomonnaies ajoute que cette levée de fonds représente une opportunité de renforcer son bilan déjà solide avec des capitaux à faible coût.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !