Cotation du 30/11/2020 à 18h00 Dow Jones Industrial -1,30% 29 521,49
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : en baisse avec le Covid-19 et la "journée des 4 sorcières"

Wall Street : en baisse avec le Covid-19 et la "journée des 4 sorcières"
Wall Street : en baisse avec le Covid-19 et la 'journée des 4 sorcières'
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Après avoir progressé en début de séance, la Bourse américaine est repartie dans le rouge vendredi soir. La volatilité est accrue en cette "journée des 4 sorcières", où les options et les contrats à terme sur les indices et les actions arrivent à échéance simultanément. Par ailleurs, les investisseurs s'alarment d'une seconde vague de coronavirus, l'OMS ayant alerté vendredi d'une accélération de l'épidémie dans le monde. Apple (-1,4%) a annoncé avoir dû refermer certains magasins pour des raisons sanitaires.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cède 1,13% à 25.784 points, tandis que l'indice large S&P 500 lâche 0,93% à 3.086 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, recule de 0,52% à 9.891 pts. En début de séance, les indices gagnaient entre 0,5% et 1%, le Nasdaq franchissant même le seuil des 10.000 points, privilégiant les espoirs de reprise économique et les actions de soutien des banques centrales et des gouvernements.

Les autres places mondiales ont en revanche fini la semaine en hausse. En Asie, le Nikkei a gagné 0,55% et le Shanghai composite a pris 0,96%, tandis qu'en Europe, l'EuroStoxx 50 a progressé de 0,59%, et à Paris, le CAC 40 a pris 0,42%. Les marchés européens ont salué les négociations sur le plan de relance de 750 milliards d'euros tenues lors d'un sommet européen organisé vendredi.

Record mondial de 150.000 nouveaux cas de Covid-19 en 24h

Vendredi soir, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a jeté un froid en prévenant d'une accélération de la pandémie de coronavirus. L'OMS a estimé que le monde entre dans une phase dangereuse avec les déconfinements et levées de restrictions.

"Le monde est entré dans une phase nouvelle et dangereuse. Beaucoup de gens sont évidemment fatigués de rester chez eux. Les pays sont désireux de rouvrir leur société et leur économie", a ainsi déclaré le chef de l'OMS, Tedros Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse virtuelle.

"Mais le virus continue de se propager rapidement, il reste mortel et la plupart des personnes restent exposées", a-t-il ajouté, précisant que l'OMS avait recensé jeudi plus de 150.000 nouveaux cas, un record sur une seule journée depuis le début de l'épidémie. Près de la moitié de ces cas ont été enregistrés sur le continent américain, et la pandémie progresse également en Asie du sud et au Moyen-Orient.

Pas de nouveau confinement envisagé aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis, au moins deux Etats, l'Arizona et la Floride, ont connu des pics de nouveaux cas de coronavirus. Apple a annoncé la fermeture de ses Apple Stores dans ces deux Etats, ainsi qu'en Caroline du Nord et du Sud. Aux Etats-Unis, la pandémie de Covid-19 a désormais fait près de 118.700 morts et a atteint au total 2,2 millions de personnes, selon les statistiques de l'université américaine Johns Hopkins.

Malgré les inquiétudes sanitaires, le Dr Anthony Fauci, l'immunologiste en chef de la Maison Blanche, a estimé jeudi soir que de nouvelles mesures de confinement ne seront pas nécessaires aux Etats-Unis. Dans un entretien avec l'agence 'AFP', il a estimé que face à la résurgence localisée du virus, "les discussions consisteront à essayer de mieux contrôler les régions du pays qui semblent avoir une augmentation du nombre de cas".

Les tensions commerciales restent vives entre les Etats-Unis et ses partenaires

Outre la crise sanitaire, les marchés affichent la prudence face au risque de regain de tension commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux... Jeudi, Donald Trump a lancé via Twitter une nouvelle menace de "couper les ponts" avec la Chine. "Les Etats-Unis maintiennent bien entendu une option politique, sous plusieurs conditions, de couper tous les ponts avec la Chine", a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, le dossier de la taxe numérique est revenu cette semaine empoisonner les relations entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Washington a ainsi quitté mercredi les négociations que mènent près de 140 Etats depuis plusieurs mois pour réformer la fiscalité transfrontalière et l'adapter à l'ère numérique, en dénonçant le manque d'avancées sur le sujet.

Malgré les craintes sanitaires, le pétrole a continué son rebond, vendredi, dans l'espoir d'un rééquilibrage entre l'offre et la demande plus tard dans l'année. Le baril de brut léger américain WTI pour livraison juillet gagne 2% à 39,65$ sur le Nymex, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance août avance de 1,66% à 42,20$.

VALEURS A SUIVRE

AMC Entertainment (-1,6%) a annoncé la réouverture d'environ 450 cinémas aux Etats-Unis, programmée le 15 juillet. Le retour à une pleine capacité est espéré fin novembre pour Thanksgiving.

T-Mobile US (+1%). Le président de l'Allemand Deutsche Telekom a affirmé viser la première place sur le marché américain avec sa filiale T-Mobile US, qui vient de finaliser le rachat de Sprint (+2%).

Chesapeake Energy (+1,2%), qui devrait se placer sous protection de la loi sur les faillites, a précisé avoir décidé de ne pas régler environ 13,5 millions de dollars d'intérêts sur sa dette dus le 15 juin. Le groupe pétrolier ajoute que sa capacité d'emprunt a été réduite par les créanciers.

Textron (-2,5%) a suspendu la production de simulateurs de vol dans son usine de Montréal. Le groupe aéronautique va supprimer 1.950 postes dans plusieurs filiales. Il table sur un recul des revenus de sa marque d'avions d'affaires Cessna et de ses services de maintenance au sol.

Alphabet (-0,3%). Le Conseil d'Etat a rejeté vendredi un recours de Google contre une amende de 50 millions d'euros infligée au géant américain des services en ligne pour défaut d'information de ses utilisateurs et manque de transparence.

Facebook (+0,2%) a annoncé jeudi avoir retiré des posts et des publicités publiés pour la campagne de réélection du président américain Donald Trump, pour violation de la politique de la compagnie à l'égard de la haine raciale.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !