Cotation du 18/06/2018 à 20h32 Dow Jones Industrial -0,49% 24 967,76
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : Dow Jones en progression, Nasdaq en berne

Wall Street : Dow Jones en progression, Nasdaq en berne
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — DJIA et Nasdaq sont partagés désormais ce jeudi, après une séance dynamique hier mercredi, marquée par un bond de 1,4% du Dow Jones sur les 25.000 pts et un nouveau record du Nasdaq à 7.660 pts en clôture (+0,3%). Le DJIA prend actuellement 0,42% à 25.251 pts, mais le Nasdaq consolide de 0,63% à 7.641 pts après les sommets. Le S&P500 fléchit de 0,11% à 2.769 pts.

Tesla, qui se distinguait hier soir par un incroyable rebond de 10% suite à son assemblée générale, se stabilise ce jour...

Les investisseurs temporisent donc ce jeudi, sur fond d'incertitude concernant la situation commerciale internationale. Sur le marché des changes ce jeudi, l'euro remonte de 0,4% à 1.1822$. Sur le Nymex, le baril de brut grimpe de 1,6% à 65,7$.

A l'approche du sommet du G7 de vendredi et samedi au Canada, chaque partie campe sur ses positions dans le bras de fer commercial déclenché par Washington... La Commission européenne a annoncé mercredi que les nouveaux droits de douane sur les produits américains s'appliqueraient dès juillet. De son côté, Donald Trump ne donne pas vraiment de signe de conciliation avant le sommet du G7... Seules les relations commerciales avec la Chine semblent ainsi se détendre quelque peu, le Secrétaire US au commerce Wilbur Ross ayant expliqué que Washington était parvenu à un accord avec l'équipementier télécom chinois ZTE lui permettant de refaire des affaires avec ses partenaires américains...

Sur le réseau social Twitter, le président des États-Unis en remet cependant une couche ce jeudi, concernant les relations commerciales des USA et de leurs partenaires. "N'est-ce pas Ironique? Se préparer à aller au G-7 au Canada pour se battre pour notre pays au sujet du commerce (nous avons les pires accords commerciaux jamais conclus), puis à Singapour pour rencontrer la Corée du Nord sur le Problème Nucléaire... Mais à la maison nous avons encore les 13 Démocrates en colère poussant à la Chasse aux Sorcières!"

Mercredi, la Commission européenne a annoncé que ses représailles, sous forme de droits de douane sur les produits américains, s'appliqueraient dès le mois de juillet. Washington a également affiché sa volonté de fermeté...

Larry Kudlow, le premier conseiller économique de Donald Trump, a affirmé mercredi que le président américain ne ferait pas marche arrière sur les taxes de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium, entrées en vigueur le 1er juin. "Il y a des désaccords. Il (Donald Trump) maintient sa position. Et il va leur parler", a dit M. Kudlow à la presse, tout en ajoutant que les "lignes sont ouvertes, les négociations continuent".

La Commission européenne propose aux Etats membres des taxes additionnelles, généralement à hauteur de 25%, sur une liste de produits fabriqués aux Etats-Unis, allant de l'acier et l'aluminium aux jeans, en passant par les motos ou les cranberries. Le montant des importations visées est de 2,8 milliards d'euros, un montant inférieur aux marchandises européennes concernées par les taxes Trump (environ 6,4 MdsE). L'Allemagne, qui craint également que Trump ne taxe ses automobiles, est particulièrement remontée. Angela Merkel a ainsi déclaré qu'elle était prête à ne pas adopter de communiqué commun au G7, si ce sommet devait acter de nouveaux reculs sur le commerce ou le climat.

L'absence d'un communiqué final serait considéré comme un échec, et une étape supplémentaire dans la détérioration des relations entre les Etats-Unis et ses principaux alliés commerciaux.

Sur le front économique, le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, avaient reculé de 1.000 la semaine passée pour ressortir à 222.000. Le consensus tablait sur 220.000. La moyenne à quatre semaines a atteint 225.500 pour la période terminant le 2 juin, en hausse de 2.750 par rapport à la semaine antérieure.

Les chiffres du crédit à la consommation du mois d'avril 2018 seront dévoilés dans la soirée, à 21 heures (consensus +14 Mds$).

JM Smucker a annoncé ses comptes avant bourse à Wall Street ce jour, tandis que Broadcom ou Cooper Cos publient après bourse.

LES VALEURS

Tesla (stable) s'envolait finalement de 9,7% hier soir à près de 320$ dans un volume nourri à Wall Street. Le rebond a sans doute été accentué par les rachats de positions de vente à découvert... Le groupe californien, qui tenait avant-hier son assemblée générale, a profité de l'occasion pour afficher ses ambitions à l'international et confirmer ses objectifs de production pour le Model 3.

Tesla dit échanger avec les autorités chinoises en vue de l'établissement d'une production locale de voitures et de batteries, dans la zone de Shanghai. Le projet chinois de 'gigafactory' serait donc apparemment en très bonne voie. Le groupe a promis d'en dire plus ultérieurement à ce sujet. A terme, Tesla envisage une douzaine d'usines de ce type à travers le monde.

Tesla a également tenu à rassurer concernant la production du Model 3. Le groupe d'Elon Musk envisage toujours de parvenir à un rythme de production de 5.000 véhicules par semaine d'ici la fin du mois. Le patron du groupe a donc affirmé son optimisme devant les actionnaires. Une troisième ligne d'assemblage actuellement mise en place devrait permettre d'assurer l'objectif. Actuellement, la cadence de production du Model 3 serait de 3.500 véhicules par semaine, contre un peu moins de 2.300 en avril. Le groupe se rapproche donc de l'objectif, mais il faudra faire très vite pour parvenir aux 5.000 à fin juin.

J.M. Smucker (-4%) annonce ses comptes du troisième trimestre fiscal. Le résultat net ressort à 185,9 M$ (1,64$ par action), contre 110,4 M$ (0,96$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 1,93$, en hausse de 7% en glissement annuel. Les ventes s'élèvent à 1,78 Md$, quasiment stables par rapport à l'an dernier. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2,19$, pour des revenus de 1,8 Md$. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa logé entre 8,40 et 8,65$, pour des ventes de 8,3 Mds$.

Johnson & Johnson (stable) a reçu une offre de 2,7 Mds$ pour l'acquisition de son activité Advanced Sterilization Products. Fortive Corp propose ainsi de racheter cette unité de stérilisation médicale en cash. J&J, qui a mené une revue de ses activités, disait par ailleurs récemment se rapprocher d'une vente de ses appareils liés au diabète pour 2,1 Mds$. L'unité ASP de J&J a généré en 2017 des revenus de 775 M$.

Netflix (-2%), géant de la vidéo en streaming, prend comme attendu ce jour la place de Monsanto au sein de l'indice S&P100. Twitter remplace pour sa part le leader de l'agrochimie au sein du S&P500. L'Allemand Bayer vient en effet de boucler le rachat de l'Américain Monsanto.

Broadcom (+1%) doit publier aujourd'hui, jeudi 7 juin, ses résultats du second trimestre fiscal. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 4,76$, pour des revenus de 5 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 3,69$ et des revenus de 4,2 Mds$. Lors de la publication des comptes du premier trimestre fiscal, Broadcom avait annoncé viser, sur le T2, des revenus d'environ 5 Mds$.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Wall Street : Dow Jones en progression, Nasdaq en berne

Partenaires de Boursier.com