Cotation du 18/06/2021 à 23h09 Dow Jones Industrial -1,58% 33 290,08
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : Dow 35.000, mais Nasdaq en berne

Wall Street : Dow 35.000, mais Nasdaq en berne
Wall Street : Dow 35.000, mais Nasdaq en berne
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La séance est compliquée pour l'heure à Wall Street, alors que le Dow Jones a inscrit un nouveau sommet sur les 35.000 pts, mais que le Nasdaq décroche dans le même temps. Le DJIA gagne désormais 0,53% à 34.961 pts, mais le Nasdaq cède 1,67% à 13.522 pts. Le S&P 500 rend 0,28% à 4.220 pts. Le baril de brut WTI cède maintenant 0,7% à 64,4$ sur le Nymex, tandis que l'once d'or s'accorde 0,5%. L'indice dollar recule de 0,1% face à un panier de devises. Le bitcoin gagne 1% vers les 57.500$ sur Bitfinex.

Il n'y aura pas de statistique économique notable ce lundi outre-Atlantique, mais les opérateurs pourront toujours suivre l'intervention de Charles Evans, président de la Fed de Chicago. Demain mardi, le rapport JOLTS sur les ouvertures de postes sera surveillé à 16 heures, après une grosse déception en fin de semaine dernière sur le rapport gouvernemental sur l'emploi (266.000 créations de postes seulement en avril contre près d'un million espéré).

La cote américaine s'était bien comportée en fin de semaine dernière, estimant que ce mauvais rapport sur l'emploi assurerait le soutien durable des politiques budgétaires et monétaires. Joe Biden a d'ailleurs réagi à ces chiffres du marché américain du travail, jugeant qu'il restait un long chemin à parcourir et insistant ainsi sur la nécessité de son projet de relance.

Les publications d'entreprises cotées à Wall Street sont encore nombreuses ce lundi, avec notamment Duke Energy, Air Products, Marriott, BioNTech, 3D Systems, Ameren, Occidental Petroleum, Tyson Foods, Virgin Galactic, Revlon, Plug Power (...).

Les derniers chiffres mitigés de l'emploi américain repoussent donc la perspective du 'tapering', réduction des achats d'actifs de la Fed, et fournissent des arguments au plan budgétaire de Biden. La Maison blanche doit d'ailleurs mener des discussions bipartisanes cette semaine à propos du stimulus des infrastructures. Le ralentissement des embauches a incité certains gouverneurs républicains à réduire les allocations chômage afin d'inciter à la reprise...

Après l'emploi, les marchés pourront cette semaine s'intéresser à l'inflation. L'indice américain des prix à la consommation du mois d'avril sera révélé mercredi (consensus +0,2%, +0,3% hors alimentation et énergie en comparaison du mois antérieur). Le Wall Street Journal rapporte de son côté que les coûts se sont accrus à chaque étape de la fabrication des produits sur une large gamme de biens, face à une demande soutenue et aux contraintes d'approvisionnement. Le WSJ semble particulièrement inquiet de cette menace inflationniste, après une reprise essentiellement tirée par la générosité de la Fed.

Dans l'actualité sanitaire, alors que le déploiement des vaccins se poursuit à travers le monde, la situation reste critique en Inde où le virus fait des ravages. Des leaders européens ont critiqué la volonté de la Maison blanche de lever les brevets sur les vaccins anti-covid, demandant plutôt aux USA d'augmenter les exportations de sérums. Des responsables de l'administration Biden ont fait état quant à eux d'un possible assouplissement supplémentaire concernant les recommandations sur le port du masque.

Les valeurs

Marriott (-3%) a réalisé au premier trimestre fiscal des bénéfices et revenus en forte baisse, sans réelle surprise. L'opérateur hôtelier américain a déploré une perte nette consolidée de 11 millions de dollars et 3 cents par action, à comparer à un profit de 31 millions un an avant. Hors éléments, le bénéfice ajusté par action a représenté 10 cents, contre 49 cents sur la période correspondante de l'an dernier et 4 cents de consensus. Les revenus ont été divisés par deux à 2,32 milliards de dollars, alors que le consensus FactSet se chiffrait quant à lui à 2,38 milliards de dollars. Le RevPAR a trébuché de 46% en glissement annuel, dans le monde et en Amérique du Nord. Le CEO du groupe, Tony Capuano, évoque toutefois une reprise en Amérique du Nord, principale région d'activité, avec le déploiement des vaccins anti-covid. Le groupe ne fournit pas de guidance.

Tyson Foods (-2%) a annoncé pour son second trimestre des comptes supérieurs aux attentes, mais prévient également de pressions accrues sur ses marges. Pour le second trimestre fiscal, le groupe alimentaire américain a réalisé un bénéfice net de 476 millions de dollars et 1,3$ par titre, contre 376 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action a été de 1,34$, contre 80 cents un an avant et 1,15$ pour le consensus FactSet. Les revenus ont totalisé quant à eux 11,3 milliards de dollars, contre 10,9 milliards sur la période comparable de l'an dernier et 11,2 milliards de consensus. Dean Banks, CEO du groupe, indique que Tyson voit des pressions substantielles en termes d'inflation sur sa chaîne d'approvisionnement, ce qui créera probablement des tensions sur les marges.

Tesla (-4%) corrige après l'intervention remarquée d'Elon Musk dans le show 'Saturday Night Live'. Le patron de Tesla et SpaceX s'est une fois encore distingué à cette occasion. Vêtu de noir, il s'est décrit comme la première personne atteinte du syndrome d'Asperger invitée à l'émission, ou acceptant du moins d'admettre ce trouble. Musk s'est dit incompris, expliquant ses réactions ou tweets parfois quelque peu gênants ou déconcertants par ce fonctionnement particulier de son cerveau. Il revendique toutefois d'avoir réinventé la voiture électrique et d'être capable d'envoyer des humains sur Mars, ce qui, on en conviendra, est peu commun. Musk s'est prêté au jeu de l'émission en se déguisant en Wario, ennemi de Super Mario...

Coty (-10%) a annoncé des revenus du troisième trimestre fiscal en déclin de 3,3% en glissement annuel avec la crise sanitaire. L'acteur du marché des produits de beauté a essuyé une perte de 18,5 millions de dollars et 2 cents par titre sur la période, contre 272 millions de déficit un an avant. Le bpa ajusté est ressorti à l'équilibre, contre -14 cents un an plus tôt et +1 cent de consensus FactSet. Les revenus ont totalisé 1,03 milliard de dollars. Coty, qui mène son plan stratégique et dont la marque CoverGirl monte en puissance, maintient sa guidance annuelle de revenus de 4,5 milliards à 4,6 milliards de dollars, alors que les réductions de coûts sont attendues à 300 M$.

Ford Motor (stable), le constructeur automobile du Michigan, a fait état du rappel de 661.000 exemplaires de son modèle Explorer en Amérique du Nord à la demande des autorités US, du fait d'un défaut de fixation des barres de toit.

Pfizer (+1%) et son partenaire allemand BioNTech ont signé avec l'Union européenne un nouveau contrat concernant la fourniture de 1,8 milliard de doses de leur vaccin anti-covid sur la période 2021-2023. BioNTech, qui vient en outre de dévoiler des trimestriels en progression, a également fait état de son intention de construire une usine de production de vaccins à Singapour.

BioNTech (+4%) bondit à Wall Street, sur le Nasdaq. Pour le premier trimestre, le groupe allemand a annoncé des revenus de 2,05 milliards d'euros, contre 1,7 milliard de consensus FactSet. Sur la période comparable de l'an dernier, le chiffre d'affaires ne dépassait pas 28 millions d'euros. Le bénéfice net a atteint 1,13 milliard d'euros, contre 53 millions un an avant. Le laboratoire dit avoir fourni plus de 450 millions de doses du vaccin anti-covid à 91 pays ou territoires au 6 mai 2021.

Eli Lilly (-1%), le laboratoire pharmaceutique d'Indianapolis, a annoncé ce week-end la signature d'accords de licence avec trois fabricants indiens de médicaments génériques en vue d'une augmentation de l'offre de baricitinib, molécule utilisée dans le traitement du covid.

Microsoft (-1%), le colosse software de Redmond, reste sous surveillance ce jour en bourse. Selon le Wall Street Journal, le Pentagone envisagerait d'abandonner le projet JEDI de sous-traitance informatique d'environ 10 milliards de dollars, dont l'attribution en 2019 à Microsoft est depuis vivement contestée par Amazon et le Congrès.

©2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !