Cotation du 20/11/2018 à 22h47 Dow Jones Industrial -2,21% 24 465,64
  • DJIND - US2605661048

Wall Street dopé par le pétrole et les résultats trimestriels

Wall Street dopé par le pétrole et les résultats trimestriels
Wall Street dopé par le pétrole et les résultats trimestriels
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street, porté notamment hier soir par Facebook, Netflix ou Amazon, poursuit sur sa lancée ce mardi, toujours très bien orienté. Le DJIA prend actuellement 0,71% à 25.683 pts, alors que le S&P500 avance de 0,38% à 2.861 pts. Le Nasdaq gagne 0,24% à 7.879 pts.

Les opérateurs ignorent désormais l'escalade des menaces commerciales entre Washington et Pékin, et se concentrent sur les données économiques ou les publications trimestrielles. Dans l'ensemble, l'actualité est plutôt propice de ce point de vue... L'indice phare chinois, le Shanghai Composite, s'est envolé ce matin de 2,7% à 2.779 pts, sa plus forte hausse en deux ans, signe également que les marchés n'accordent plus grande importance aux tensions commerciales, désormais 'dans les cours'.

Dans un autre registre, Donald Trump vient de rétablir les sanctions contre l'Iran. Washington met donc en application une première série de sanctions contre Téhéran, afin de maintenir la pression sur le pays après le retrait des USA de l'accord historique de 2015 sur le nucléaire iranien. Ce rétablissement des sanctions ne constitue pas une surprise. "Ceux qui feront des affaires avec l'Iran ne feront PAS affaire avec les Etats-Unis", a lancé Trump sur Twitter ce jour. "Je demande la PAIX DANS LE MONDE, rien de moins!", a encore asséné le Président américain.

Les sommets historiques sont proches sur la cote américaine. Le S&P500, indice large américain, devrait renouer sous peu avec ses 'pics' du mois de janvier 2018 (sommet de 2.873 pts inscrit le 26 janvier).

D'après le Département américain au travail ce mardi, les ouvertures de postes aux États-Unis pour le mois de juin 2018 sont ressorties au nombre de 6,662 millions d'unités, contre 6,65 millions de consensus de place et 6,659 millions pour la lecture révisée (en hausse) du mois de mai.

Dans la soirée, à 21 heures, les investisseurs pourront suivre les chiffres du crédit à la consommation du mois de juin (consensus +16 Mds$).

Dean Foods, Dentsply, Discovery, EchoStar, Emerson Electric, Goodrich, Johnson Outdoor et Office Depot, ont dévoilé leurs comptes trimestriels avant bourse ce jour à Wall Street. 3D Systems, Walt Disney, Match Group et Snap Inc, publieront après la clôture ce soir.

Sur le marché des changes, l'euro se traite à environ 1,159$ (+0,3%). Sur le Nymex, le baril de brut WTI (contrat de septembre) progresse actuellement de 0,7% vers les 70$, alors que le Brent évolue à 74,6$ (+1,2%).

Weight Watchers (-13% !) retombe à Wall Street, consolidant sans ménagement après son beau parcours des derniers mois. Le groupe a réalisé pour son second trimestre des résultats supérieurs aux attentes. Le bénéfice net trimestriel a atteint 71 M$ soit 1,01$ par titre, contre 45 M$ un an auparavant. Les revenus ont totalisé 410 M$, contre 342 M$ un an plus tôt. Le consensus était de 88 cents de bpa et 409 M$ de ventes. Pour l'ensemble de l'exercice, le groupe table désormais sur un bénéfice par action allant de 3,10 à 3,25$ par titre, alors que la guidance antérieure allait de 3 à 3,20$. Le consensus sur l'année fiscale était d'environ 2,9$.

Ce sont sans doute les chiffres d'abonnements qui ont provoqué la baisse des cours. Le groupe a fait état de 4,5 millions d'abonnés au second trimestre, contre 4,6 millions un trimestre auparavant.

Hertz Global Holdings (+26% !). Le groupe de Floride a dépassé le consensus de profit pour le second trimestre. L'entreprise américaine de location de véhicules a annoncé une perte de 63 M$ soit 75 cents par titre sur le second trimestre, contre un déficit de 158 M$ soit 1,90$ par action un an avant. La perte ajustée trimestrielle s'est établie à 16 M$, soit 19 cents par titre, contre 52 M$ un an auparavant. Les revenus se sont appréciés de 7% en glissement annuel à 2,4 Mds$. Le consensus était de 24 cents de perte ajustée par action et 2,3 Mds$ de revenus.

Marriott (-2%) fléchit à Wall Street ce mardi, au lendemain des comptes trimestriels. Le groupe hôtelier américain a affiché des revenus trop courts au second trimestre fiscal, et fait état d'une faiblesse du RevPAR nord-américain. Le groupe aux marques Ritz-Carlton et St. Regis a dégagé un bénéfice net trimestriel de 610 M$ soit 1,71$ par titre, contre 489 M$ et 1,28$ par action au second trimestre 2017. Le bpa ajusté a représenté 1,71$, contre 1,73$ de consensus de place. Les revenus ont atteint 5,35 Mds$, contre 5,84 Mds$ de consensus et 5,21 Mds$ un an plus tôt. Enfin, Marriott anticipe un bpa annuel allant de 5,81 à 5,91$ par titre.

Office Depot (+13% !). Bien qu'en retrait sur un an, les résultats d'Office Depot ont dépassé les attentes du marché au deuxième trimestre. La société californienne spécialisée dans les fournitures de bureau a réalisé sur les trois mois clos fin juin un bénéfice net de 19 millions de dollars ou 3 cents par titre, contre un profit de 21 M$ ou 4 cent par action un an plus tôt. Le bpa ajusté atteint 5 cents contre 3 cents de consensus et le chiffre d'affaires ressort à 2,628 Mds$ (+11%), contre 2,58 Mds$ attendus. Le distributeur anticipe sur l'année des revenus d'environ 10,8 Mds$ et un bénéfice opérationnel ajusté d'environ 360 M$.

AT&T (stable). Bouclée en juin, la fusion entre l'opérateur télécom américain et le colosse des médias Time Warner n'est pas du goût du Département américain de Justice. Le régulateur antitrust US estime que la cour a fait des erreurs fondamentales en approuvant ce mariage. Selon le 'DoJ', l'opération défie toute logique économique et le juge Richard Leon, qui a validé le 'deal', se serait donc lourdement trompé. Le gouvernement américain fait donc appel, après consommation de la fusion, de la décision autorisant cette dernière. Il met surtout en avant le manque supposé de sens commun du juge Leon, qui aurait ignoré la théorie économique et les risques que l'opération ferait peser sur le consommateur (hausse des prix ?).

Le Département de Justice avait auparavant tenté de bloquer le rapprochement de 85 Mds$ (108 milliards de dollars en tenant compte de la dette assumée). L'opération avait été initialement annoncée en octobre 2016. AT&T était parvenu à finaliser ce rachat en juin, mais l'autorité américaine de concurrence refait donc désormais parler d'elle. Le DoJ juge que Leon n'a pas compris les complexités du marché de la TV payante et la nature de la concurrence de l'opérateur AT&T. Le Conseiller général David McAtee d'AT&T estime de son côté qu'il n'y a rien de neuf, dans les éléments avancés par le DoJ, susceptible de renverser le verdict de Leon.

Cigna (stable) / Express Scripts (+1%). L'investisseur activiste Carl Icahn va adresser une lettre ouverte aux actionnaires manifestant son opposition au rapprochement entre Cigna et Express Scripts, croit savoir le 'Wall Street Journal', qui aurait eu connaissance d'un brouillon de la missive. Rappelons que l'assureur-santé américain Cigna avait annoncé en mars un accord pour le rachat de la société de prescription médicale Express Scripts. Le montant de l'opération ressortait à environ 52 Mds$ (67 Mds$ en prenant en compte la dette).

Bausch Health (+8%), ex-Valeant Pharmaceuticals, a annoncé une perte nette trimestrielle de 873 M$ et 2,49$ par action pour le T2, contre un déficit de 38 M$ un an auparavant. La perte est donc largement creusée, alors que les revenus du groupe ont reculé à 2,13 Mds$, contre 2,23 Mds$ un an plus tôt. Le groupe table toujours sur des revenus annuels allant de 8,15 à 8,35 Mds$.

Discovery (-7%), groupe américain de médias et divertissement, a raté le consensus de profit pour le trimestre clos, malgré des revenus supérieurs aux attentes. Pour son second trimestre, le groupe a annoncé un bénéfice net de 216 M$ soit 30 cents par action, contre 374 M$ et 64 cents par titre un an avant. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 66 cents, alors que le consensus était de 83 cents. Les revenus ont totalisé 2,85 Mds$, contre 1,75 Md$ un an avant.

Dean Foods (-10%). Le groupe alimentaire américain a déçu les marchés, livrant des prévisions financières réduites. Pour le second trimestre, il a affiché une perte de 40 M$ soit 44 cents par titre. Le bénéfice ajusté par action du groupe de Dallas s'est établi à 16 cents, alors que le consensus était de 14 cents. Les revenus ont totalisé 1,95 Md$, également légèrement supérieurs aux attentes. Le groupe table sur un bpa annuel allant de 32 à 52 cents. La guidance antérieure allait de 55 à 80 cents.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com