Cotation du 20/09/2019 à 23h15 Dow Jones Industrial -0,59% 26 935,07
  • DJIND - US2605661048

Wall Street dopé par la distribution, Trump déchaîné

Wall Street dopé par la distribution, Trump déchaîné
Wall Street dopé par la distribution, Trump déchaîné
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine, qui n'attend pas grand chose de plus des Minutes de la Fed (ce soir) ou de l'intervention de Jerome Powell (vendredi à Jackson Hole), grimpe ce mercredi, stimulée surtout par d'excellents résultats des détaillants Lowe's et Target. Ces derniers chiffres confirment la très bonne tenue de la consommation aux USA. Le DJIA prend désormais 0,92% à 26.202 pts et le Nasdaq 0,91% à 8.021 pts. Le S&P500 s'adjuge pour sa part 0,80% à 2.924 pts.

Sur le marché des changes, l'indice dollar se stabilise à 98. Du côté des matières premières, le baril de brut WTI s'adjuge 0,5% à 56,4$, alors que le Brent de la mer du Nord prend 1,2% à 60,7$. La hausse semble donc se confirmer après le rapport sur les stocks pétroliers domestiques américains.

Trump survolté

Donald Trump, qui vient d'annuler sa visite au Danemark suite au rejet de sa proposition sur le Groenland, a livré quant à lui hier soir quelques commentaires plutôt appréciables concernant d'éventuelles baisses de taxes aux Etats-Unis. Le président américain a donc confié qu'il réfléchissait à des réductions d'impôts, tout en assurant que le pays serait très loin d'une récession. Aucune décision immédiate n'est toutefois prévue sur les mesures fiscales éventuelles. L'administration Trump étudie par ailleurs "depuis longtemps" la question des cotisations sociales des salariés et employeurs, a confirmé le leader de la Maison blanche.

Les mesures fiscales ultérieures pourraient concerner aussi bien les salaires que les plus-values boursières, a indiqué Trump devant la presse à l'occasion d'une visite à la Maison blanche de Klaus Iohannis, son homologue roumain.

Trump a expliqué que son administration envisageait aussi depuis longtemps des mesures fiscales. Il affirme qu'il n'a pas besoin de l'accord du Congrès pour éventuellement indexer l'imposition des plus-values sur l'inflation - mesure qui aurait pour effet de diminuer fortement ces taxes sur les plus-values boursières. Trump a estimé qu'une telle chose serait "très facile à faire", tout en soulignant qu'il y "pensait beaucoup".

Donald Trump a aussi maintenu hier soir la pression sur la Fed, qui devrait selon lui réduire les taux d'un point de pourcentage.

Plus tôt cette semaine, le président américain avait affirmé déjà sur Twitter que l'économie des États-Unis demeurait très forte, "malgré le manque de vision épouvantable de Jay Powell et de la Fed". Trump assure que les taux de la Fed devraient, sur une période assez courte, "être réduits d'au moins 100 points de base, avec peut-être également un certain assouplissement quantitatif". "Si cela se produisait, notre Économie serait encore meilleure et l'Économie Mondiale se renforcerait grandement et rapidement - ce qui serait bénéfique pour tous!", selon le dirigeant américain.

Une baisse des taux donnée pour sûre

La Fed a réduit ses taux d'un quart de point fin juillet, la première baisse depuis 2008. Les opérateurs anticipent très majoritairement une nouvelle baisse d'un quart de point en septembre. Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'une telle baisse le 18 septembre, et donc de taux ramenés entre 1,75 et 2%, serait de 97%, contre 3% de probabilité d'un statu quo (taux maintenus entre 2 et 2,25%).

L'inénarrable président américain Donald Trump poursuit son offensive ce mercredi sur le réseau social Twitter, contre la Fed et son patron Jerome Powell. "Alors l'Allemagne paye Zéro intérêt et est actuellement payée pour emprunter de l'argent, alors que les U.S., au crédit bien plus fort et plus important, payent un intérêt et viennent juste d'arrêter (j'espère!) le Resserrement Quantitatif. Le Dollar le plus Fort de l'Histoire, très dur sur les exports. Pas d'inflation! OU EST LA RESERVE FEDERALE?"

"Cela va super avec la Chine et les autres Accords Commerciaux. Le seul problème que nous ayons est Jay Powell et la Fed. Il est comme un golfeur qui ne peut faire un putt, n'a aucun toucher. Grosse croissance U.S. s'il prend la bonne décision. GROSSE REDUCTION (ndlr : des taux bien entendu) -mais ne comptez pas sur lui! Jusqu'à présent il a eu faux, et nous a seulement laissé tomber", déplore Trump, qui avait déjà utilisé cette triste métaphore du golfeur sans toucher pour décrire le comportement de Jerome Powell, leader de la Fed.

"Nous sommes en concurrence avec de nombreux pays qui ont un taux d'intérêt bien plus bas, et nous devrions être plus bas qu'eux", insiste encore le président américain, qui demande à la Fed de "se réveiller". "Un tel potentiel de croissance, presque comme jamais auparavant!", s'emporte encore le leader de la Maison blanche.

Les patrons du secteur automobile taclés

Trump s'en est pris également aux patrons du secteur automobile ce jour, critiqués pour n'avoir pas soutenu sa tentative visant à abaisser les règles d'efficacité énergétique de l'ère Obama. Le président américain assure que sa proposition "aux Compagnies Automobiles politiquement correctes" aurait réduit le prix moyen d'une voiture pour les consommateurs de plus de 3.000$, tout en rendant les véhicules bien plus sûrs. "Très peu d'impact sur l'environnement! Dirigeants stupides!", a asséné Trump.

Chiffres solides du logement

Selon la National Association of Realtors américaine ce mercredi, les reventes de logements existants aux États-Unis pour le mois de juillet 2019 sont ressorties au nombre de 5,42 millions d'unités, en croissance de 2,5% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de 5,38 millions et un niveau de 5,29 millions pour la lecture révisée du mois de juin 2019.

Recul significatif des stocks de brut

D'après le Département américain à l'énergie, les stocks de brut domestiques, hors réserve stratégique, ont reculé de 2,7 million de barils sur la semaine close le 16 août, à 437,8 millions de barils. Le consensus tablait sur un repli de 1,5 mb. Les stocks d'essence ont quant à eux augmenté de 0,3 million de barils, alors que les stocks de produits distillés ont progressé de 2,6 millions de barils.

Les Minutes de la dernière réunion monétaire FOMC de la Fed, celle des 30 et 31 juillet, seront dévoilées dans la soirée, à 20h. Vendredi, le président de la Fed Jerome Powell s'exprimera quant à lui lors du symposium de Jackson Hole réunissant les grands argentiers mondiaux.

Quelques publications trimestrielles de résultats financiers animent la séance ce jour à Wall Street, avec surtout de bons chiffres salués des détaillants...

Les valeurs

Au lendemain de résultats déjà salués du leader sectoriel américain Home Depot, Wall Street prend connaissance ce jour d'excellents chiffres du challenger Lowe's (+10%), autre acteur phare américain de la distribution de produits d'ameublement. Pour le second trimestre fiscal, le groupe Lowe's a donc dégagé un bénéfice net de 1,68 milliard de dollars et 2,14$ par action, contre 1,52 milliard de dollars et 1,86$ par titre un an plus tôt. Les revenus se sont appréciés marginalement de 0,5% à 21 milliards de dollars. Hors impact des opérations retail mexicaines, le groupe aurait dégagé un bénéfice ajusté par action de 2,15$ sur le trimestre, contre un consensus de 2$ seulement. Les ventes à comparable ont progressé de 2,3% en glissement annuel.

Lowe's envisage désormais pour l'exercice un bénéfice ajusté par action allant de 5,45 à 5,65$, pour une croissance des ventes totales de 2% et une progression de l'activité à comparable de 3%.

Target, le détaillant discount américain, flambe de près de 18% à Wall Street, après la publication de comptes dopés par la croissance des ventes en ligne. Ainsi, le groupe a battu le consensus de profit sur le trimestre clos et rehaussé dans la foulée ses prévisions annuelles. Les revenus trimestriels ont atteint 18,4 milliards de dollars, contre 18,3 milliards de consensus. Le bénéfice ajusté par action s'est établi à 1,82$ contre 1,62$ de consensus de place. La croissance des ventes digitales a représenté plus de la moitié de la progression de 3,4% à comparable sur le trimestre. Le trafic en magasins s'est apprécié de 2,4%.

Target relève ses prévisions annuelles de bénéfice ajusté par action entre 5,90 et 6,20$, contre une guidance antérieure allant de 5,75 à 6,05$.

Toll Brothers (-3%), le géant américain de l'immobilier, pourrait souffrir à Wall Street ce jour au lendemain d'une publication trimestrielle sans grand relief. Il faut dire que les incertitudes économiques ont eu tendance à peser récemment sur le moral des acheteurs. Le bénéfice net s'est élevé à 146 millions de dollars soit 1$ par titre sur ce trimestre clos fin juillet 2019, contre 193 millions de dollars un an avant. Les revenus ont régressé de 8% en glissement annuel à 1,77 milliard de dollars, mais dépassent de peu le consensus des analystes. Le backlog en fin de période s'élevait à 5,84 milliards de dollars pour 6.839 unités, contre 6,48 milliards un an plus tôt. Les ventes unitaires du trimestre clos se sont élevées à 1.994 logements contre 2.246 un an avant.

AT&T (stable). Les fans en rêvaient, Warner Bros va exaucer leur souhait. Ainsi, les studios contrôlés par AT&T ont annoncé hier le grand retour de Matrix, seize ans après le dernier film de la saga. Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss seront de retour dans les rôles de Neo et Trinity. En revanche, il est possible que le rôle de Morpheus, qui revenait dans les premiers volets à Laurence Fishburne, soit réattribué. Lana Wachowski sera aux manettes pour piloter ce Matrix 4, sans sa soeur Lilly. La production de cette suite de la trilogie culte de science-fiction doit débuter d'ici l'an prochain.

Facebook (+1%), le réseau social de Menlo Park, demeure sous surveillance, alors que selon les informations de Bloomberg, le projet de cryptomonnaie du groupe Libra devrait faire l'objet d'une enquête de l'autorité européenne de concurrence. La Commission craindrait en effet qu'une telle monnaie virtuelle ne limite la concurrence dans les systèmes de paiement ou l'utilisation des données des utilisateurs.

Tesla (-2%). Walmart, le détaillant de l'Arkansas, porte plainte contre le groupe d'Elon Musk, affirmant que des panneaux solaires fournis par SolarCity, une filiale du constructeur californien de véhicules électriques, seraient responsables d'incendies dans plusieurs de ses magasins.

Alibaba (-1%) a repoussé assez logiquement son projet de cotation secondaire à Hong Kong, compte tenu de l'agitation locale actuelle. La transaction devait permettre au leader chinois du commerce en ligne de lever jusqu'à 15 milliards de dollars.

Urban Outfitters (+6%) a publié hier soir des comptes relativement mitigés. Le détaillant américain a réalisé au second trimestre un bénéfice de 60 millions de dollars soit 61 cents par titre, contre 93 millions de dollars un an avant. Les revenus ont régressé de 3% à 962 millions de dollars. Les analystes tablaient en moyenne sur un bénéfice par action de 59 cents et des ventes de 982 millions. Les ventes à comparable ont décliné de 3% en glissement annuel.

Analog Devices (-2%). Le concepteur de 'puces' a annoncé pour le troisième trimestre fiscal des profits et revenus supérieurs aux attentes, mais la guidance du quatrième trimestre est ressortie quant à elle un peu courte. Le bénéfice net sur le trimestre clos début août a atteint 362 M$, 97 cents par titre, contre 409 M$ un an avant. Le bénéfice ajusté par action est ressorti à 1,26$, contre 1,51$ un an plus tôt et 1,22$ de consensus. Les revenus ont baissé de 5% à 1,48 Md$. Pour le T4, le groupe envisage un bpa ajusté de 1,22$, plus ou moins 7 cents, et des revenus allant de 1,4 à 1,5 Md$.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com