Cotation du 30/10/2020 à 22h18 Dow Jones Industrial -0,59% 26 501,60
  • DJIND - US2605661048

Wall Street décroche avec la crise sanitaire

Wall Street décroche avec la crise sanitaire
Wall Street décroche avec la crise sanitaire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine corrige ce lundi, les opérateurs s'alarmant de nouveau du risque sanitaire, alors que la propagation du virus se poursuit avec bientôt plus de 200.000 morts aux USA et près d'un million dans le monde, sans avancée concrète pour l'heure concernant un éventuel traitement ou vaccin. Le DJIA perd 2,85% à 26.868 pts et le S&P500 2,23% à 3.245 pts, alors que le Nasdaq abandonne 1,73% à 10.607 pts.

Le baril de brut WTI chute de 4% à 39,6$ sur le Nymex. Le Brent de la mer du Nord cède 3,7% à 41,5$. L'once d'or régresse de 3% à 1.908$. Sur le marché des changes, l'indice dollar prend 0,7% face à un panier de devises de référence.

Sur le front économique, l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago pour le mois d'août 2020 est ressorti à 0,79, contre 1,88 de consensus et 2,54 un mois avant. Une lecture positive signale rappelons-le une expansion supérieure à la normale.

La recrudescence des nouveaux cas de coronavirus dans certains pays a conduit à de nouvelles mesures restrictives, notamment en Europe, ce qui pourrait peser encore sur la reprise économique. Les opérateurs espèrent beaucoup des banques centrales pour minimiser l'impact de cette crise sanitaire sans précédent. La Banque centrale européenne va évaluer son programme d'achats d'obligations en urgence introduit en mars pour répondre à la crise, croit savoir le (généralement) bien renseigné Financial Times, qui cite deux membres du Conseil des gouverneurs de l'institut d'émission.

Au programme de la semaine également, les auditions au Congrès du président de la Fed Jerome Powell et du Secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. Trois audiences sont programmées. Demain mardi, les deux hommes seront entendus par la Commission des services financiers de la Chambre US des représentants. Il s'agit d'évoquer les réponses apportées par la Fed et le Trésor US à la crise sanitaire. Mercredi, une audience est prévue devant la commission spéciale en charge de la crise du nouveau coronavirus. Enfin, les responsables seront auditionnés par la Commission bancaire du Sénat. La semaine dernière, Powell est revenu sur l'action de la Fed à l'occasion de la réunion FOMC, la banque centrale américaine se concentrant désormais sur l'emploi et se montrant plus souple concernant l'objectif d'inflation. Dans le même temps, les législateurs américains du Congrès sont dans l'impasse, pour l'heure, sur la question du plan de relance destiné à lutter contre le virus.

Lael Brainard, Charles Evans, Raphael Bostic, James Bullard, Mary Daly et John Williams de la Fed, effectuent également des interventions publiques cette semaine.

La pandémie a fait près de 200.000 victimes aux Etats-Unis. Selon les dernières données de l'Université Johns Hopkins, le nombre de morts depuis l'émergence du virus se chiffre à 961.435 dans le monde, dont 199.525 aux USA, 136.895 au Brésil et 87.882 en Inde. 73.493 victimes sont recensées par ailleurs au Mexique. Le nombre de cas confirmés dans le monde ressort à 31,1 millions, dont 6,81 millions aux Etats-Unis, 5,49 millions en Inde et 4,54 millions au Brésil.

L'Inde a recensé encore 86.961 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus au cours des vingt-quatre dernières heures, portant le total à 5,49 millions de cas, selon les données rapportées par le ministère fédéral de la Santé. Deuis août, l'Inde recense quotidiennement le plus grand nombre de nouveaux cas d'infection dans le monde. Le ministère de la Santé a également fait état de 1.130 décès supplémentaires causés par l'épidémie, pour un total de 87.882 morts.

Alors qu'aucun pic ne semble pour l'heure se dessiner en Inde, le Brésil montre quant à lui des signes positifs. Le pays a enregistré 16.389 nouveaux cas et 363 décès supplémentaires liés à l'épidémie au cours des vingt-quatre dernières heures, selon le ministère de la Santé dimanche. Ces chiffres marquent un ralentissement de la propagation, mais ils n'incluent pas les nouveaux cas ou décès recensés dans les Etats de Tocantins, Amapa et Roraima, les autorités n'ayant pas mis à jour leurs statistiques dimanche. Le bilan de l'épidémie dépasse désormais les 4,5 millions de cas d'infection, et près de 137.000 décès ont été recensés au total.

La première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, a annoncé ce lundi que le confinement de la ville d'Auckland allait être graduellement levé. Le niveau d'alerte d'Auckland, plus grande ville du pays, sera abaissé au niveau 2 à partir de jeudi et les rassemblements seront limités à cent personnes. Le niveau d'alerte pour le reste du pays sera abaissé au niveau 1 à partir de minuit ce jour selon Jacinda Ardern.

La Chine a recensé 12 nouveaux cas durant les vingt-quatre dernières heures, tous des personnes venues de l'étranger selon la Commission nationale de la santé. 85.291 cas de contamination ont été officiellement confirmés au total en Chine continentale depuis l'émergence du virus. L'épidémie aurait causé 4.634 décès dans le pays. Aucun nouveau décès n'a été rapporté dimanche.

Les valeurs

Oracle (+2%) / Walmart (+1%). Trump a annoncé samedi qu'il allait donner son feu vert à un accord qui pourrait permettre au réseau social de partage de vidéos TikTok de poursuivre ses activités aux États-Unis, après avoir menacé d'interdire l'application chinoise. Le président américain validerait donc le 'deal' entre TikTok, le géant californien des logiciels d'entreprises Oracle et le colosse de la distribution Walmart, qui créerait une nouvelle compagnie, TikTok Global. Rétropédalant quelque peu ce lundi, Trump ajoute qu'il ne validera pas l'accord si le groupe chinois garde le contrôle...

Oracle a annoncé pour sa part une prise de participation de 12,5% dans TikTok Global. TikTok s'est félicité que sa proposition, faite avec Oracle et Walmart, permette de surmonter les inquiétudes de l'administration américaine en matière de sécurité et règle les questions sur l'avenir de TikTok aux États-Unis. ByteDance, maison-mère de TikTok, souhaite une valorisation de l'application de 60 milliards de dollars dans le cadre de l'accord, croit savoir Bloomberg. Sur ces bases, Oracle et Walmart investiraient 12 milliards de dollars pour une participation cumulée de 20% dans TikTok Global. Trump estime que la nouvelle société pourrait créer 25.000 emplois aux États-Unis.

ByteDance indique ce lundi que TikTok deviendra sa filiale dans le cadre de l'accord avec Trump. ByteDance déclare qu'il détiendra 80% de TikTok Global, la compagnie nouvellement créée qui possèdera la majeure partie des opérations mondiales de l'application. Oracle et Walmart détiendraient respectivement 12,5% et 7,5% de la nouvelle entité. Les deux groupes américains affirment quant à eux que le contrôle de TikTok reviendrait à des investisseurs US. Bref, la question capitalistique demeure encore peu claire. On peut aussi tourner la chose différemment en constatant que 41% du capital du Chinois ByteDance est déjà aux mains d'investisseurs américains. Une source de Reuters évoque une valorisation de TikTok de 50 milliards de dollars...

TikTok a par ailleurs confirmé des plans ultérieurs d'introduction en bourse de TikTok Global. Le conseil d'administration comprendrait Zhang Yiming, fondateur de ByteDance, Doug McMillon, patron de Walmart, et des administrateurs actuels de ByteDance. Oracle et Walmart ont quant à eux précisé samedi que quatre des cinq administrateurs de la nouvelle entité seraient américains... Ici encore, les violons ne sont donc pas vraiment accordés... Le projet actuel ne comprend pas de transfert d'algorithme ou de technologies, mais Oracle sera en mesure d'inspecter le code source du Chinois aux USA, selon ByteDance.

A défaut de TikTok, Microsoft (-1%) va mettre la main sur ZeniMax Media, propriétaire de l'éditeur de jeux vidéo Bethesda Softworks. Une acquisition de 7,5 milliards de dollars, tout simplement la plus importante du géant américain dans le gaming ! Bethesda est un éditeur référent dans l'industrie avec des jeux tels que The Elder Scrolls, Doom, Dishonored et Fallout. Le groupe devrait également sortir au moins deux jeux début 2021.

Microsoft affirme que les jeux "alimenteront de nouveaux services de cloud-gaming comme le Xbox Game Pass", qui compte plus de 15 millions d'abonnés. Microsoft prévoit d'ajouter les "franchises emblématiques" de Bethesda à la bibliothèque GamePass et a l'intention de proposer les futurs jeux de Bethesda sur Game Pass le jour même de leur lancement sur Xbox ou PC. Le groupe de Redmond s'attend à finaliser la transaction au cours de la seconde moitié de l'exercice 2021 et estime l'"impact minimal" sur le résultat d'exploitation ajusté des exercices 2021 et 2022.

Tesla (+1%) tient demain mardi son très attendu 'Battery Day'. Les investisseurs seront très attentifs aux annonces technologiques du groupe d'Elon Musk, dont la valorisation devient désormais très exigeante pour ne pas dire excessive à court terme, ainsi qu'à sa stratégie en matière de batteries. Musk a néanmoins promis que le Battery Day allait être "dingue".

Nike (-1%), géant des chaussures et accessoires de sport, annoncera ses derniers comptes trimestriels demain, après la clôture de Wall Street, avec probablement un impact fort de l'épidémie du fait des fermetures et de l'impact de la crise sur la consommation. Le consensus est de 46 cents de bpa ajusté pour 9,1 Mds$ de revenus...

AutoZone annonce aussi demain ses derniers résultats. General Mills et Cintas publient mercredi, Accenture, Darden Restaurants et CarMax jeudi.

Costco Wholesale (stable), distributeur d'Issaquah, publie également jeudi ses résultats financiers du trimestre clos. Le groupe a bénéficié des achats de précaution des consommateurs.

Nikola Corporation (-15%), que certains aimeraient voir comme le Tesla des poids-lourds, annonce la démission de Trevor Milton, son président exécutif et fondateur. Le Conseil d'administration a accepté son départ et a choisi de nommer Stephen Girsky, ancien vice-président de General Motors et membre du Conseil, comme nouveau président. Une annonce qui intervient moins de deux semaines après que la société basée à Phoenix s'est retrouvée dans la ligne de mire d'un vendeur à découvert, dont un rapport a entraîné l'ouverture d'une enquête de la SEC et du ministère de la Justice.

Hindenburg Research, le 'vadeur' en question, évoque une fraude complexe, passant notamment par une surévaluation des capacités des premiers camions lors de tests. Outre cette affaire, Nikola a beaucoup fait parler à Wall Street au cours des derniers mois. Son titre s'est notamment envolé après que General Motors eut annoncé prendre 11% du capital de Nikola contre un chèque de 2 milliards de dollars.

Hilton Worldwide (-5%), Marriott (-11%) et Hyatt Hotels (-8%) corrigent avec le secteur hôtelier sur des craintes de nouvelles mesures restrictives. Le secteur des casinos fait de même avec notamment Las Vegas Sands (-6%), MGM Resorts (-4%) ou Wynn Resorts (-7%). Delta Air Lines, American Airlines et United Airlines fléchissent également de 6% à 9%.

En dehors d'Oracle, qui grimpe avec son potentiel accord TikTok, les grands noms technologiques de la cote abordent aussi très prudemment la journée. Apple, Amazon, Alphabet et Microsoft perdent 1 à 2%.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Actualités Dow Jones Industrial

Plus d'actualités