Cotation du 30/07/2021 à 23h06 Dow Jones Industrial -0,42% 34 935,47
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : début de semaine en demi-teinte

Wall Street : début de semaine en demi-teinte
Wall Street : début de semaine en demi-teinte
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse américaine démarre la semaine sur une note hésitante, lundi, alors que les investisseurs digèrent la perspective d'une taxe mondiale minimale de 15% sur les bénéfices des multinationales, notamment les Gafa. L'inflation et la crainte d'une politique monétaire moins accommodante d'ici à la fin de l'année continuent aussi d'inquiéter les marchés. Les opérateurs prendront notamment connaissance cette semaine des chiffres de l'inflation en mai aux Etats-Unis, après une forte hausse de 4,2% en avril sur un an.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones cède 0,47% à 34.593 points, tandis que l'indice large S&P 500 lâche 0,25% à à 4.219 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, progresse légèrement de 0,18% à 13.839 pts, grâce aux valeurs de santé, tandis que les "technos" cèdent du terrain. La semaine dernière, les trois indices avaient progressé respectivement de 0,7%, 0,6% et 0,5%.

Seuls quatre des 11 indices sectoriels du S&P 500 sont orientés positivement lundi, dont la santé (+0,9%) et l'immobilier (+0,8%), des secteurs plutôt défensifs, alors qu'en queue de peloton se trouvent les matériaux de base (-1,5%), les valeurs industrielles (-0,7%) et les technologiques (-0,4%).

Le cours du pétrole brut léger américain WTI marque le pas lundi, en recul de 0,45% à 69,31$ le baril pour le contrat à terme d'août sur le Nymex, mais reste proche de son plus haut depuis octobre 2018, tandis que le Brent fléchit de 0,43% à 71,58$ (contrat d'août), tout près de son plus haut depuis deux ans. La semaine dernière, le WTI avait grimpé de 5% et le Brent de 4,6% sur fond de solide reprise économique mondiale.

Le Bitcoin reste en berne lundi, cédant en soirée 1% sur 24h, autour de 35.700$ sur la plateforme Bitfinex. L'or reprend 0,4% à 1.898,80$ l'once, pour le contrat à terme d'août sur le Comex.

La Fed prépare en douceur les marchés au "tapering"

Sur le marché des changes, l'indice du dollar lâche 0,2% à 89,96 points lundi soir, tandis que le rendement du T-Bond à 10 ans remonte de 1 point de base, revenant à 1,56%. Vendredi, ce taux s'était nettement détendu en réaction aux chiffres mitigés de l'emploi US (559.000 créations d'emplois en mai), susceptibles de décourager la Fed de réduire son soutien à court terme. La prochaine réunion de la Fed est prévue les 15 et 16 juin, mais auparavant, c'est la BCE qui se réunira dès ce jeudi.

Les marchés continuent de se préparer, dans le calme, à un durcissement monétaire très progressif de la Réserve fédérale, qui pourrait commencer à discuter de façon informelle, dès sa réunion de juin, d'un calendrier de réduction de ses achats d'actifs (120 milliards de dollars par mois actuellement). Ce "tapering" pourrait être mis en oeuvre vers la fin 2021, selon des économistes, si la vigueur de la reprise économique se poursuit et si la crise du Covid-190 continue de refluer dans les grandes zones économies mondiales.

Vers une taxation mondiale d'au moins 15% pour les entreprises

En attendant, l'économie mondiale a encore besoin de soutien face à la crise provoquée par la pandémie de Covid-19. Ce week-end, Janet Yellen, la secrétaire américaine au Trésor, a ainsi demandé aux pays du G7 de maintenir leur soutien à l'économie, et a réaffirmé que le phénomène d'inflation sera probablement transitoire. Mme Yellen a aussi jugé que le plan d'infrastructures et de relance de Joe Biden allait être positif pour les Etats-Unis, même s'il menait à une hausse des taux d'intérêt.

Lors d'une réunion à Londres, les ministres des Finances du G7 sont parvenus samedi à un accord de principe sur une réforme fiscale visant à instaurer un impôt minimum mondial d'au moins 15% sur les bénéfices des sociétés. Une telle mesure vise particulièrement les multinationales et parmi elles les grandes valeurs technologiques, dont les pratiques d'optimisation fiscale leur permettent à ce jour d'échapper largement à la taxation...

Aux Etats-Unis, les négociations s'avèrent difficiles entre le président Joe Biden et l'opposition républicaine au sujet de son plan de rénovation des infrastructures. Le président démocrate a repoussé une offre améliorée des Républicains lors de sa dernière réunion, vendredi, avec la sénatrice Shelley Moore Capito. L'offre aurait été majorée de 50 milliards de dollars, mais Joe Biden a estimé qu'elle ne répondait toujours pas à ses objectifs en matière de croissance de l'économie, de réponse à la crise climatique ou de création d'emplois. Les échanges devraient se poursuivre en vue d'un éventuel package plus significatif.

Des signes positifs pour l'économie mondiale

Ailleurs dans le monde, les chiffres chinois du commerce extérieur font ressortir une croissance des importations au plus haut d'une décennie, confirmant la reprise dans la 2e économie mondiale, mais traduisant aussi la hausse des prix des matières premières. D'après les douanes chinoises, les importations ont bondi de 51,1% sur un an, contre +43,1% en avril. Les exportations ont progressé le mois dernier de 27,9% sur un an, après +32,3% en avril. Cependant, les analystes anticipaient un nouveau bond de 32,1%.

L'activité dans les services en Australie est ressortie à des niveaux élevés en mai. En Europe, l'indice Sentix européen de confiance des investisseurs a dépassé les attentes à 28,1, contre 25,5 de consensus. Cet indice de confiance ressort au plus haut de trois ans. En revanche, les commandes industrielles allemandes ont baissé de 0,2% en avril, de manière inattendue, alors que le consensus était +0,4%.

L'indicateur Halifax du prix des maisons au Royaume-Uni a augmenté fortement en mai, tandis qu'en Suisse, le taux de chômage s'est établi à un niveau légèrement inférieur aux attentes le mois dernier.

VALEURS A SUIVRE

Apple (-0,65%). Tim Cook et le management d'Apple tiennent ce lundi la conférence annuelle des développeurs du groupe californien à la pomme.

Alphabet (-0,2%). L'autorité française de concurrence a conclu un accord avec Google (Alphabet) mettant un terme à un litige sur abus de position dominante dans la publicité en ligne, tout en infligeant au groupe de Mountain View une amende de 220 ME...

Facebook (+1,7%), Microsoft (+0,6%) et Netflix (+0,3%) ne souffrent pas de l'annonce de l'accord du G7 sur un taux minimum d'imposition à 15%, visant implicitement les géants du numérique ayant le plus profité des confinements et restrictions sanitaires.

Par ailleurs,Microsoft a obtenu l'accord des autorités US pour le rachat du spécialiste de l'IA et de la synthèse vocale Nuance Communications, opération de 16 milliards de dollars.

Biogen (+43%!) bondit après avoir reçu le feu vert de la FDA américaine pour son traitement de la maladie d'Alzheimer.

Tesla (-1,1%) a annulé le lancement de la version Plaid+ de son véhicule Model S, qui aurait offert le plus long rayon d'action. La version aurait également été la plus chère de la gamme... Elon Musk a confirmé sur Twitter sa décision, jugeant le modèle Plaid déjà très bien.

Un groupement de private equity comprenant Blackstone (+1,7%), Carlyle et Hellman & Friedman a conclu un accord pour l'acquisition du fournisseur de produits médicaux Medline pour plus de 30 milliards de dollars (34 milliards dette comprise). Le deal marque le retour des LBO.

KKR (-2,2%) est de son côté proche d'un accord pour racheter Atlantic Aviation à Macquarie Infrastructure pour une valeur d'entreprise de 4,5 milliards de dollars.

Autodesk (-2,9%). Altium, un groupe software australien coté, a repoussé une offre de 3,9 milliards de dollars d'Autodesk, tout en laissant la porte entrouverte à une offre rehaussée.

©2021

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !