Cotation du 25/06/2019 à 23h05 Dow Jones Industrial -0,67% 26 548,22
  • DJIND - US2605661048

Wall Street corrige, plombé par Alphabet et Amazon

Wall Street corrige, plombé par Alphabet et Amazon
Wall Street corrige, plombé par Alphabet et Amazon
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine est attendue en recul avant bourse ce lundi, le S&P500 abandonnant 0,2% et le Nasdaq 0,3%. La tendance négative se confirme donc, dans le sillage des dernières semaines, alors que grandissent les craintes économiques et commerciales globales. Du côté des valeurs, Alphabet et Amazon, dans le viseur des autorités américaines, devraient plomber les marchés technologiques ce jour...

Sur le marché des changes, l'indice dollar se tasse quant à lui de 0,14% à 97,6. Sur le Nymex américain, le baril de brut WTI s'offre un sursaut de 2% à 54,6$, après avoir corrigé avec les craintes de ralentissement économique dans un contexte de guerre commerciale.

Tensions commerciales accrues

Les inquiétudes persistent concernant les conflits commerciaux mondiaux impliquant les États-Unis. La décision de Donald Trump d'imposer des prélèvements à l'ensemble des importations provenant du Mexique n'est bien évidemment pas faite pour rassurer. Mexico et Washington vont toutefois discuter, mais l'ambiance demeure assez tendue.

Rappelons que Trump a annoncé en fin de semaine dernière l'application dès le 10 juin de tarifs douaniers de 5% sur tous les produits importés du Mexique, alors même que les deux partenaires étaient pourtant sur le point de boucler le nouvel accord USMCA. Les taxes douanières seraient progressivement rehaussées, et resteraient en vigueur tant que les flux de clandestins passant par le Mexique ne seraient pas arrêtés...

Pékin a de son côté estimé que les Etats-Unis étaient responsables de l'impasse actuelle des négociations commerciales entre les deux superpuissances. La Chine accuse les USA d'intimidation et de coercition, et pointe du doigt les demandes jugées 'exorbitantes' de l'administration Trump.

Le ministre adjoint chinois au Commerce n'a pas clairement indiqué pour sa part sa certitude d'une rencontre entre Trump et son homologue chinois Xi Jinping lors du G20 d'Osaka, au Japon, en fin de mois. Certains doutent encore de cette réunion au sommet...

Sur Twitter ce lundi, Trump reste offensif : "La Chine subventionne son produit de manière à ce qu'il puisse continuer à être vendu aux États-Unis. De nombreuses entreprises quittent la Chine pour d'autres pays, y compris les États-Unis, afin d'éviter de payer les Tarifs (ndlr : taxes douanières). Aucune augmentation visible des coûts ou de l'inflation, mais les États-Unis gagnent des Milliards!"

Suite à l'offensive américaine contre Huawei, Pékin réplique avec une liste noire d'entreprises étrangères. La Chine va également enquêter sur FedEx et ses pratiques locales, afin de déterminer si l'Américain a porté atteinte aux intérêts des clients chinois.

Récession en vue ?

Une escalade de l'affrontement commercial et une éventuelle décision des Etats-Unis de taxer à 25% les 300 milliards de dollars restants d'importations provenant de Chine pourrait provoquer une récession mondiale dans trois trimestres, précisent les économistes de Morgan Stanley.

Trump vient par ailleurs d'arriver à Londres pour une visite de trois jours. Dans une interview accordée au Sunday Times, le leader de la Maison blanche affirme que les Britanniques devraient refuser de payer la facture de la sortie de l'UE chiffrée à 40-45 milliards d'euros, et abandonner les négociations si Bruxelles ne répond pas positivement à leurs attentes...

Indices manufacturiers surveillés

Sur le front économique aux USA ce jour, l'indice Markit PMI manufacturier final du mois de mai 2019 sera communiqué à 15h45 (consensus 50,6), alors que l'ISM manufacturier sera annoncé à 16h (consensus 52,9). Les dépenses de construction du mois d'avril aux Etats-Unis seront également publiées à 16h (consensus +0,5% en comparaison du mois antérieur).

Dans l'actualité des entreprises, les opérateurs prennent connaissance d'opérations de fusions et acquisitions de taille 'moyenne' (opération de croissance externe de Goldman Sachs, rapprochement de Cypress Semi et d'Infineon).

Les valeurs

Infineon va reprendre le groupe américain Cypress Semiconductor dans le cadre d'une transaction valorisant ce dernier près de 10 milliards de dollars, dette incluse. L'offre de la société allemande, à hauteur de 23,85 dollars par action, matérialise une prime de 46% par rapport au cours moyen de sa cible du mois écoulé. Infineon a souligné que le rachat de Cypress se traduirait par des synergies de coûts de 180 millions d'euros par an à partir de 2020 et à des synergies de revenus de plus de 1,5 milliard sur le long terme. La transaction devrait être finalisée d'ici la fin de 2019 ou le début de 2020.

Goldman Sachs, le géant new-yorkais de la banque d'affaires, serait sur le point d'acquérir Capital Vision Services LP, une firme gérant les services d'optométrie MyEyeDr. D'après les informations fournies ce lundi par le bien renseigné Wall Street Journal, le montant de l'accord présumé atteindrait 2,7 milliards de dollars dette comprise. Ce 'deal' pourrait être annoncé dès aujourd'hui, croit encore savoir le Wall Street Journal, citant des sources proches de la question. Goldman Sachs rachèterait alors Capital Vision à la société de capital-investissement Altas Partners et à la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Blackstone mise sur les entrepôts industriels ! Le géant de la gestion d'actifs a accepté de débourser 18,7 milliards de dollars pour racheter des actifs américains de GLP, groupe de logistique basé à Singapour. Un montant qui en fait la plus grande transaction immobilière privée jamais enregistrée. Blackstone précise qu'il va ajouter 16,6 millions de mètres carrés à ses actifs logistiques sur le sol américain, qui doublent ainsi de taille. Parmi les clients de GLP figurent notamment des géants de commerce électronique comme Amazon.com et JD.com ainsi que marques grand public comme Adidas et L'Oréal.

El Paso flambe à Wall Street ce jour, suite à l'annonce d'une offre d'acquisition chiffrée à 2,8 milliards de dollars du fonds IFF (Infrastructure Investments Fund) de JP Morgan. Le prix de rachat ressort à 68,25 dollars par action en cash, ce qui traduit une prime de 17% sur la clôture de vendredi. La valeur d'entreprise de l'opération se monte à 4,3 milliards de dollars.

Boeing. La FAA, autorité américaine de régulation du secteur aérien, a affirmé qu'une pièce des 737 MAX et NG pourrait présenter des défauts de fabrication. La compagnie azerbaïdjanaise Azal a pour sa part annulé une commande de 10 appareils 737 MAX, modèle désormais cloué au sol depuis le mois de mars...

Apple. La conférence mondiale de développeurs WWDC (Worldwide Developers Conference) du groupe californien à la pomme débute ce lundi 3 juin à 19h à San Jose, Californie. Des améliorations concernant l'iPad ainsi que de nombreuses mises à jour sont attendues, dans le cadre de la présentation de l'iOS 13 et du nouveau macOS. Il est possible que soit annoncée à l'occasion de cette conférence... la fin d'iTunes, qui serait remplacé par trois services dédiés spécifiquement à la musique, à la TV et aux podcasts.

Alphabet corrige à Wall Street. Le département américain de Justice (DoJ) envisage une enquête sur les pratiques du groupe, afin de déterminer s'il a violé les lois antitrust aux Etats-Unis en donnant priorité à ses propres services dans les recherches en ligne, ont précisé deux sources à Reuters. Les autorités antitrust américaines se seraient partagées la supervision d'Amazon et d'Alphabet, plaçant le premier sous la surveillance de la Commission fédérale du Commerce et le second sous celle du DoJ.

FedEx est donc pour sa part visé par les autorités chinoises. Pékin entend enquêter sur les pratiques de l'Américain, qui pourraient avoir porté atteinte aux droits et intérêts de ses clients chinois, affirme l'agence Chine nouvelle.

Fiat Chrysler a fait état de ventes US en croissance inattendue de 2% en volume pour le mois de mai 2019, alors que les analystes anticipaient en moyenne un déclin assez prononcé de près de 6%. Par ailleurs, selon Reuters, des discussions seraient menées entre Renault et Fiat Chrysler afin que FCA accepte un ajustement du projet de fusion entre égaux. Les négociations portent sur des conditions financières améliorées pour Renault, sous forme d'un dividende exceptionnel, ainsi que sur des garanties supplémentaires sur l'emploi. Le but ultime est de convaincre le gouvernement français d'apporter son soutient au mariage.

Humana et Centene devraient souffrir quelque peu à Wall Street ce jour, l'assureur-santé américain ayant démenti les rumeurs de rapprochement entre les deux groupes.

Facebook, le géant californien des réseaux sociaux, aurait entamé des négociations avec la 'Commodity Futures Trading Commission' (CFTC), agence fédérale américaine et principal régulateur des marchés de produits dérivés aux USA, à propos de son fameux projet de lancement d'une monnaie digitale. C'est du moins ce qu'a indiqué au Financial Times le président de la CFTC, Christopher Giancarlo en personne.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com