Cotation du 25/11/2020 à 23h33 Dow Jones Industrial -0,58% 29 872,47
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : consommation en berne, mais Walmart se distingue

Wall Street : consommation en berne, mais Walmart se distingue
Wall Street : consommation en berne, mais Walmart se distingue
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Les prises de bénéfices l'emportent largement avant bourse ce mardi à Wall Street, alors que l'indice historique Dow Jones était revenu hier soir dans la zone des 30.000 pts, au plus haut ou presque. Ainsi, le DJIA est attendu en retrait de 0,9% et le S&P 500 en baisse de 0,7%, alors que le Nasdaq résiste et gagne 0,2% avec Tesla, prochainement incorporé dans le S&P. Les investisseurs prennent connaissance de chiffres sans relief de la consommation américaine pour octobre, qui n'ont toutefois pas empêché Walmart et Home Depot de réaliser des trimestriels remarquables.

Le baril de brut WTI cède 1,5% sur le Nymex à 40,7$. L'once d'or grappille 0,2% à 1.891$. L'indice dollar perd 0,3% face à un panier de devises de référence.

Les marchés européens s'affichent également en repli ce jour, alors que l'Asie a terminé sur des performances mitigées. Les marchés se montrent donc un peu plus prudents, après l'effet d'annonce hier des résultats intermédiaires prometteurs d'efficacité du vaccin de Moderna. Alors que la perspective d'un vaccin efficace se précise donc à moyen terme, les tendances concernant la propagation de l'épidémie demeurent quant à elles assez préoccupantes à court terme dans certaines régions, notamment en Asie-Pacifique, au Japon, aux Etats-Unis et en Europe.

Selon l'Université Johns Hopkins ce mardi, le nombre de cas confirmés recensés dans le monde depuis le début de l'épidémie se chiffre à plus de 55 millions, dont 11,2 millions aux USA, 8,9 millions environ en Inde et 5,9 millions au Brésil. La France, quatrième pays le plus frappé, a franchi la barre des 2 millions de cas confirmés, alors que la Russie s'en approche. Le virus a fait 1,33 million de morts dans le monde, dont 247.229 décès aux Etats-Unis, 166.014 au Brésil et 130.519 en Inde.

Les opérateurs n'entretiennent plus vraiment d'espoir concernant un éventuel nouveau plan de relance de l'activité à court terme aux USA. Le Washington Post indique d'ailleurs des doutes concernant d'éventuelles mesures de stimulus attachées à la législation budgétaire attendue le mois prochain. Reuters évoque de son côté les attentes des investisseurs relatives au soutien de la Fed sous forme de QE. Selon un sondage de l'agence, les tendances du coronavirus semblent constituer le principal risque pesant sur l'économie...

L'actualité économique est assez fournie ce mardi outre-Atlantique. Les ventes de détail aux États-Unis pour le mois d'octobre sont ressorties en augmentation de 0,3% en comparaison du mois antérieur, selon le rapport gouvernemental du jour, contre un consensus de +0,4% et une croissance révisée - en baisse - à +1,6% pour le mois précédent. Hors automobile, la progression des ventes de détail n'a représenté que 0,2% en octobre, contre 0,5% de consensus et 1,2% un mois plus tôt. Hors automobile et essence, l'expansion de la consommation américaine est également limitée à +0,2% en octobre, contre +0,6% de consensus.

Les prix à l'import du mois d'octobre aux USA, qui viennent également d'être publiés, sont ressortis en repli de 0,1% par rapport au mois antérieur, contre +0,2% de consensus. Ils reculent de 1% sur un an. Les prix à l'export d'octobre s'établissent en hausse de 0,2% par rapport au mois de septembre, mais en baisse de 1,6% sur un an.

Les chiffres de la production industrielle d'octobre seront communiqués à 15h15 par la Fed (consensus +1% en comparaison du mois de septembre, +0,9% pour la production manufacturière, 72,2% de taux d'utilisation des capacités).

Les stocks et ventes de grossistes du mois de septembre seront annoncés à 16 heures (consensus +0,5% sur les stocks). L'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour novembre sera annoncé à la même heure (consensus 85).

Pour finir, les amateurs de grands discours économiques et monétaires seront servis aujourd'hui, avec des interventions de Raphael Bostic, Mary Daly, John Williams, Eric Rosengren et Thomas Barkin de la Fed.

Le New York Times discute pour sa part des difficultés pour Biden à gérer l'après-Trump concernant la Chine. Il s'agit de savoir si le président-élu décidera ou non de maintenir les tarifs douaniers sur près de 360 milliards de dollars de marchandises chinoises mis en place par l'administration Trump, tarifs qui ont majoré certains coûts pour les Américains et les entreprises US, ou bien de lever ou réduire ces tarifs en échange de concessions sur certaines questions économiques. Le NYT précise que Biden pourrait collaborer avec la Chine sur certaines questions telles que le climat ou la pandémie, mais maintenir la pression concernant le leadership technologique, les droits de l'homme et les pratiques commerciales.

Biden a confirmé des plans d'investissements dans plusieurs domaines, dont l'infrastructure, les réseaux, l'immobilier et les écoles. Le futur locataire de la Maison blanche a affirmé que ces initiatives seraient concentrées sur des achats domestiques. Un salaire minimum horaire de 15$ est aussi au programme. Biden entend par ailleurs accorder la plus grande attention aux questions climatiques et donner aux syndicats de plus amples pouvoirs. Lors d'une conférence de presse faisant suite à des échanges avec certaines leaders d'entreprises, Biden a aussi demandé au Congrès de se rassembler pour faire passer un package de relance face à la crise sanitaire. Il a insisté sur le rôle de l'équipe de transition en matière de coordination en vue de la distribution d'un vaccin. Il ne s'agit ainsi pas, selon lui, d'attendre l'inauguration.

Dans le même temps, Trump demeure actif pour ses dernières semaines à la tête du pays. Il poursuit ainsi l'offensive contre la Chine, et aurait même considéré une frappe éventuelle du principal site nucléaire iranien dans les semaines à venir, croit savoir le NYT. Un article du Wall Street Journal note quant à lui que le président américain sortant devrait demander le retrait de forces supplémentaires d'Irak et d'Afghanistan.

La Bourse de New York a atteint de nouveaux records lundi, dans l'espoir d'un vaccin contre le coronavirus, après l'annonce par le laboratoire Moderna (+9,5%) de résultats très encourageants. Comme Pfizer/BioNTech la semaine dernière, Moderna a fait état d'une efficacité supérieure à 90% de son candidat vaccin, et va demander sa mise sur le marché en urgence dans les prochaines semaines. Le Dow Jones, le S&P 500 et le Russell 2000 ont fini à des records historiques, le pétrole WTI a gagné 3% et le taux du T-Bond à 10 ans est monté à 0,90% dans l'anticipation d'une reprise économique post-Covid.

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 1,60% à 29.950 points, pulvérisant son dernier record qui remontait au 12 février dernier, à 29.551 pts, avant la crise du Covid-19. L'indice large S&P 500 a gagné 1,17% à 3.626 pts, son deuxième record d'affilée. Quant au Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, il a avancé plus modestement de 0,8% à 11.924 pts (non loin de son record de 12.056 pts, inscrit le 2 septembre). Le Russell 2000, qui regroupe les valeurs petites et moyennes de la cote américaine, a encore gagné 2,25%, un 2e record après celui de vendredi (le premier depuis 2018...)

La semaine dernière, déjà mû par l'espoir d'un vaccin anti-Covid, le DJIA avait grimpé de 4% et le S&P 500 avait gagné 2,1%. Le Nasdaq avait en revanche marqué le pas, cédant 0,5% en 5 séances, sous le poids de la rotation sectorielle qui avait favorisé les valeurs cycliques plutôt que les "technos" et internet.

Une semaine jour pour jour après les annonces positives de Pfizer et BioNTech concernant leur futur vaccin, c'était donc au tour de Moderna de faire état d'une efficacité très élevée de son candidat vaccin (94,5%) dans le cadre de son essai clinique de phase 3 (la dernière étape avant mise sur le marché). Le candidat vaccin, basé sur le même principe que celui de Pfizer-BioNTech, l'ARN messager, a donc atteint son objectif principal d'efficacité en première analyse intermédiaire de l'étude de phase 3. Moderna entend soumettre une demande d'autorisation d'utilisation d'urgence auprès de la FDA américaine dans les prochaines semaines, a précisé la compagnie. Les experts estiment que la vaccination des populations pourrait commencer progressivement à partir de la fin de l'année ou au début 2021, avec une priorité pour les équipes soignantes et les personnes à risque.

Au total, une vingtaine de laboratoires dans le monde sont dans la phase 3 de leurs essais de vaccin anti-Covid, dont AstraZeneca, Sanofi allié à GlaxoSmithKline, Johnson & Johnson, Novavax, ainsi que la start-up allemande CureVac.

Aux Etats-Unis, les marchés se sont désintéressés des remous politiques concernant la transition difficile entre Donald Trump et Joe Biden. Même si le président sortant républicain refuse encore d'admettre sa défaite à la présidentielle et continue de crier à la fraude, les milieux financiers se projettent déjà dans l'après-Trump. En effet, près de deux semaines après l'élection du 3 novembre, les recours intentés par le camp du président sortant ont été rejetés ou ont été retirés faute de preuves de fraude électorale.

Les marchés financiers estiment que les velléités de réforme de Biden (hausse des impôts, taxation du capital, sécurité sociale plus généreuse...) devraient être temporisées par le Sénat, qui devrait rester sous le contrôle du parti républicain. Suite à l'élection du 3 novembre, les Républicains sont déjà assurés de 50 sièges sur 100, et espèrent gagner au moins un siège supplémentaire lors du second tour en Géorgie, qui porte sur les deux derniers sièges de sénateurs à pourvoir. Dès l'annonce de sa victoire, Joe Biden a mis sur pied le 9 novembre sa "task force" de lutte contre le coronavirus, et il prépare activement son arrivée à la Maison Blanche le 20 janvier prochain.

Les valeurs

Walmart, le leader américain de la grande distribution, a affiché sur le trimestre clos une croissance de près de 80%... de ses ventes en ligne. Sur le trimestre clos en octobre, le groupe de l'Arkansas a ainsi réalisé un bénéfice par action de 1,34$, en augmentation de près de 16% en glissement annuel, contre un consensus de 1,18$. Les revenus trimestriels consolidés se sont appréciés de 5,2% à 134,7 milliards de dollars, contre un consensus de 132,2 milliards. La croissance domestique à comparable sur le marché US est ressortie à 6,4%, contre 4,6% de consensus.

Home Depot, le géant américain de la distribution de produits d'ameublement, a affiché des dépenses accrues sur le trimestre clos, accompagnant une vive croissance à comparable de 24%. Sur ce trimestre clos début novembre, le détaillant a dégagé un bénéfice par action de 3,18$ en augmentation de 26% et supérieur de 13 cents au consensus. Les revenus totaux se sont améliorés de 23% à 33,5 milliards de dollars. Le CEO Craig Menear salue un trimestre "exceptionnel", ainsi que l'adaptation du groupe à l'environnement de forte demande. Le groupe récompensera d'ailleurs ses employés avec 1 milliard de dollars de rémunération 'incrémentale' additionnelle sur une base annualisée...

CVS Caremark et Walgreens Boots Alliance décrochent avant bourse à Wall Street... Il faut dire qu'un concurrent majeur va débarquer sur leur marché, le géant du e-commerce Amazon, qui va donc lancer une offre de pharmacie en ligne aux Etats-Unis incluant des médicaments sur ordonnance ! Ce mouvement stratégique du groupe va sans nul doute bouleverser le secteur, des réductions étant par ailleurs prévues pour les abonnés Prime.

Amazon. L'offre 'Amazon Pharmacy' constitue une section du site Internet américain du groupe et de l'application mobile. Elle permet aux utilisateurs de commander leurs médicaments. Les consommateurs américains peuvent même payer en utilisant directement leur assurance santé. Les abonnés Prime n'utilisant pas l'assurance sont éligibles à des rabais sur les traitements génériques et de marque sur le site Amazon ou chez environ 50.000 pharmacies participantes. L'offre est dévoilée deux ans après l'acquisition pour 753 millions de dollars de PillPack, acteur de la pharmacie en ligne.

Tesla devrait se distinguer en forte hausse ce mardi. Le groupe d'Elon Musk va bel et bien intégrer l'indice large S&P 500, dès la fin du mois de décembre, ce qui poussera les gestions indicielles à se positionner sur le dossier.

Moderna, qui a annoncé hier une efficacité de 94,5% de son candidat vaccin contre le coronavirus selon des données intermédiaires de phase 3, ajoute que le vaccin devrait rester stable à des températures standards de 2 à 8 degrés pendant 30 jours, contre une précédente estimation de 7 jours.

Pfizer et BioNTech devrait hésiter encore en bourse ce jour, alors que le Wall Street Journal a relevé les inquiétudes en termes de logistique et distribution entourant leur candidat vaccin, avec un stockage nécessaire à pratiquement -70 degrés. Pfizer va commencer quoi qu'il en soit à mettre en place son programme de livraison dans quatre Etats américains.

Berkshire Hathaway, la firme de Warren Buffett, a investi 5,7 milliards de dollars dans quatre groupes pharmaceutiques. Les heureux élus sont Pfizer, Merck, Bristol-Myers et AbbVie. Par ailleurs, Berkshire a réduit ses participations au capital des banques Wells Fargo, JPMorgan et PNC Financial Services durant le troisième trimestre. La firme de Buffett s'est aussi allégée sur Costco, leader des magasins d'entreposage.

GameStop. RC Ventures, actionnaire du groupe américain de distribution de jeux, a adressé une lettre à son conseil d'administration demandant à GameStop de conduire une revue stratégique, croit savoir le Wall Street Journal.

Baidu. Le 'Google chinois', leader local des moteurs de recherche, coté à Wall Street, a publié hier soir une croissance des revenus trimestriels supérieure aux attentes de marché et annoncé le rachat de la plateforme de streaming YY Live au réseau social JOYY pour un montant voisin de 3,6 milliards de dollars, afin de diversifier ses activités.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !