Cotation du 21/11/2018 à 18h00 Dow Jones Industrial +0,63% 24 618,87
  • DJIND - US2605661048

Wall Street consolide, victime de l'aversion au risque

Wall Street consolide, victime de l'aversion au risque
Wall Street consolide, victime de l'aversion au risque
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street fléchit prudemment ce lundi, après le sursaut technique observé vendredi (+1,15% sur le DJIA et +2,29% sur le Nasdaq). Les opérateurs demeurent extrêmement méfiants, suite à la récente purge boursière observée mercredi et jeudi. Le DJIA consolide actuellement de 0,11% à 25.312 pts, alors que le Nasdaq perd 0,94% à 7.427 pts. Le S&P500 cède 0,23% à 2.760 pts. Les tensions commerciales persistent, alors que les investisseurs craignent désormais un potentiel ralentissement économique.

Tensions avec l'Arabie saoudite

De plus, les menaces du Président américain Donald Trump, qui a promis avant-hier un "châtiment sévère" à l'Arabie saoudite en cas d'implication dans la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, ont jeté un froid. Riyad a démenti les accusations et menacé de répliquer en cas de sanctions. Rappelons que Khashoggi est (était ?) un journaliste saoudien opposant au régime, disparu depuis deux semaines après s'être rendu au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul.

Du mieux avec la Turquie

En revanche, Donald Trump a déclaré que la libération du pasteur américain Andrew Brunson constituait un 'pas énorme' dans l'amélioration des relations entre les USA et la Turquie. La détention du pasteur avait en effet provoqué précédemment une crise diplomatique grave entre Washington et Ankara.

Attention aux secousses...

Les autorités politiques américaines sont intervenues en fin de semaine dernière pour rassurer sur la bonne santé de l'économie américaine. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a qualifié les secousses boursières d'"ajustement naturel" des marchés. Trump avait précédemment parlé d'une 'simple correction' attendue depuis longtemps. Pour l'instant, les marchés ne semblent pas totalement convaincus...

Les cours du brut se stabilisent

Sur le Nymex américain le baril de brut WTI (contrat de novembre) se stabilise à 71,4$. Le Brent se traite à 80,4$ le baril. Sur le marché des changes, le dollar se tasse de 0,2% contre un panier de devises.

Chiffres amorphes de la consommation

Les chiffres de la consommation américaine pour le mois de septembre sont ressortis très décevants ce lundi, puisque les ventes de détail n'ont progressé que de 0,1% en comparaison du mois antérieur, contre +0,6% de consensus de place. Hors automobile, les ventes de détail de septembre auraient même régressé de 0,1%, contre +0,4% de consensus (et +0,2% en août). Enfin, hors automobile et essence, la consommation aux États-Unis serait restée totalement stable au mois de septembre 2018, en comparaison du mois d'août, contre un consensus de +0,4% (et une hausse de +0,1% en août).

Solide indice manufacturier

L'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York, qui vient également d'être dévoilé ce jour, est ressorti par contre vigoureux à 21,1 au mois d'octobre, contre 18,8 de consensus et 19 un mois avant. Il traduit donc une accélération de l'expansion de l'industrie manufacturière dans la région en octobre.

Les stocks des entreprises pour le mois d'août, enfin, sont ressortis en hausse de 0,5% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus de place, après une progression de 0,7% au mois de juillet.

Début de la saison des trimestriels

La saison des publications trimestrielles a par ailleurs débuté vendredi avec une belle série de résultats bancaires à Wall Street. Elle se poursuit aujourd'hui avec Bank of America, puis demain mardi avec UnitedHealth, Goldman Sachs, Netflix, Morgan Stanley, Johnson & Johnson, IBM, CSX (...).

Les valeurs à suivre

Bank of America (-3%), l'établissement financier de Charlotte, a annoncé pour son troisième trimestre fiscal clos fin septembre 2018 un bénéfice net applicable aux actionnaires ordinaires de 6,7 milliards de dollars, 66 cents par action, contre 4,96 Mds$ et 46 cents par titre un an plus tôt. Le bpa ajusté s'est établi à 67 cents, alors que le consensus sur cette période se situait à 62 cents de bénéfice par titre. Le second établissement américain de crédit a enregistré des provisions réduites pour pertes de crédit à 118 M$, contre 716 M$ un an auparavant. Le bpa net a donc augmenté de plus de 40% en glissement annuel, tandis que les revenus totaux ont grimpé de 4% à 22,8 milliards de dollars (22,7 Mds$ de consensus de place).

Goldman Sachs (stable) publiera demain, mardi 16 octobre, ses résultats du troisième trimestre. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 5,38$, pour des revenus de 8,4 Mds$. Un an avant, sur la même période, le géant bancaire américain avait enregistré un bénéfice par action de 5,02$ et des revenus de 8,3 Mds$.

Netflix (-3%). Deux grands noms de Wall Street, Goldman Sachs et Raymond James, viennent de prudemment revoir en baisse leurs objectifs de cours sur le dossier du géant de la vidéo en streaming Netflix, à la veille de ses résultats financiers trimestriels. GS ajuste son objectif de cours à 12 mois de 470$ à 430$ sur Netflix, afin de tenir compte de la récente contraction des multiples de valorisation dans l'espace internet. Raymond James abaisse pour sa part son cours-cible de 445 à 400$ sur Netflix à Wall Street, jugeant que l'expansion de la firme devrait quelque peu ralentir à mesure que les taux d'intérêt augmentent.

Sears Holdings (-23%), distributeur historique de l'autre côté de l'Atlantique, s'est placé ce week-end sous la protection de la loi américaine sur les faillites. Incapable de s'adapter au changement de mode de consommation des ménages et à la concurrence du commerce en ligne, le groupe était confronté à un endettement devenu beaucoup trop conséquent. Sears et ses magasins Kmart devraient continuer à fonctionner grâce à l'obtention de nouveaux prêts de 600 millions de dollars. En parallèle, le groupe prévoit de poursuivre son plan de redressement massif qui prévoit la fermeture et la vente de 142 magasins non rentables d'ici la fin de l'année, en plus des 46 points de vente déjà en cours de fermeture. Eddie Lampert, le premier actionnaire de la société, qui était également son directeur général, va quitter ce poste. Le dirigeant restera néanmoins président du conseil alors que des administrateurs indépendants superviseront la restructuration.

Tesla (-1%). Elon Musk vient de promettre l'arrivée prochaine de sa fameuse boisson 'Teslaquila'. "La Teslaquila arrive bientôt", a ainsi tweeté vendredi le CEO de Tesla, relayant un article de CNBC faisant état de l'enregistrement de cette marque auprès de l'U.S. Patent and Trademark Office américain, ainsi qu'en... Jamaïque. Plus tôt cette année, Musk avait évoqué cette Tequila sous bannière Tesla, mais il s'agissait alors d'un simple poisson d'avril lancé sur Instagram. L'affaire semblerait donc désormais une tournure plus sérieuse, puisqu'il s'agit de la première application fédérale de dépôt de marque (intervenue lundi dernier) pour Tesla cette année. La marque doit correspondre à "une liqueur distillée à base d'agave" et d'agave bleu... Notons également que selon le site spécialisé Electrek, Tesla a sans doute franchi le cap des 100.000 Model 3 produites.

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com