Cotation du 21/10/2020 à 23h09 Dow Jones Industrial -0,35% 28 210,82
  • DJIND - US2605661048

Wall Street consolide, Amazon et Apple surveillés

Wall Street consolide, Amazon et Apple surveillés
Wall Street consolide, Amazon et Apple surveillés
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La prudence domine à Wall Street ce jour, au lendemain d'une forte progression alimentée par les valeurs technologiques et les espoirs de compromis au Congrès sur le nouveau plan de relance de l'activité. Le DJIA perd 0,42% à 28.717 pts et le S&P500 0,47% à 3.517 pts. Le Nasdaq se tasse de 0,03% à 11.874 pts, avant l'événement d'Apple et avec le Prime Day d'Amazon. Le baril de brut WTI prend 1,5% à 40$ sur le Nymex. L'once d'or régresse de 1,8% à 1.894$. L'indice dollar grimpe de 0,4% face à un panier de devises de référence.

Les prises de bénéfices du jour s'expliquent par ailleurs du fait du regain de tension entre les Etats-Unis et la Chine, ainsi que du blocage sur le dossier du Brexit. Ainsi, les marchés hésitent, alors que débute cette semaine en douceur la saison des publications trimestrielles de résultats outre-Atlantique.

Les informations relatives aux progrès des projets américains de ventes d'armes à Taïwan ont provoqué les protestations de Pékin, qui menace de représailles. Concernant le Brexit, Londres et Bruxelles patinent à deux jours de la date butoir du 15 octobre fixée par le Royaume-Uni pour un accord.

Hier, les marchés étaient montés fortement vers leurs sommets (0,88% sur le DJIA et +2,56% sur le Nasdaq) pour le 'Columbus Day' aux Etats-Unis, jour férié qui commémore la date d'arrivée de Christophe Colomb dans le Nouveau Monde. La performance était d'autant plus notable que cette journée est généralement calme et marquée par des volumes plus limités...

Sur le front économique ce jour, l'indice des prix à la consommation aux États-Unis pour le mois de septembre 2020 est ressorti en augmentation de 0,2% en comparaison du mois antérieur, en ligne avec le consensus. Hors alimentation et énergie, le CPI a également progressé de 0,2% par rapport au mois d'août, ce qui ressort ici encore en ligne avec les attentes. En glissement annuel, par rapport à septembre 2019, le CPI a progressé de 1,4% (+1,7% hors alimentaire et énergie).

L'indice des prix à la production sera révélé demain mercredi, avec l'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta. Jeudi, le programme économique sera bien plus étoffé, avec les inscriptions hebdomadaires au chômage, l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie, l'indice Empire State de la Fed de New York, les prix à l'import et à l'export, ainsi que le rapport hebdomadaire du Département à l'Energie sur les stocks pétroliers domestiques américains. La semaine se terminera vendredi sur les ventes de détail, la production industrielle US, les stocks des entreprises et l'indice du sentiment des consommateurs américains.

Les marchés demeurent à l'affût du nouveau plan de relance de l'activité aux Etats-Unis, face à l'impact du coronavirus. L'administration Trump a demandé avant-hier au Congrès américain d'adopter un texte d'une portée limitée, utilisant le solde d'un fonds d'aide aux petites entreprises arrivé à expiration. Les pourparlers entre républicains et démocrates sur un plan global restent quant à eux dans l'impasse. D'ailleurs, la dernière proposition républicaine est estimée insuffisante par les démocrates.

Selon Bloomberg, des membres de la Chambre des représentants ont prévenu qu'il ne fallait pas s'attendre à une action cette semaine.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, et le secrétaire général de la Maison Blanche, Mark Meadows, avaient indiqué, dans une lettre adressée aux parlementaires, désirer poursuivre les discussions avec le chef de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer, et la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, en vue d'un projet de loi global. En attendant, ils estiment que le Congrès devrait valider l'utilisation des 130 milliards de dollars constituant le solde du 'Paycheck Protection Program' du gouvernement fédéral américain, mis en place au début de la crise et ayant pris fin il y a deux mois. La démocrate Nita Lowey, qui dirige la commission des crédits de la Chambre des représentants, a rejeté cette proposition, décrite comme très insuffisante.

Vendredi, la Maison blanche a proposé un plan de 1.800 milliards de dollars, encore trop court face aux 2.200 milliards exigés par les démocrates. Pelosi et Mnuchin devraient reprendre leurs discussions afin de tenter une fois encore de rapprocher ces deux propositions. Même en cas d'accord, il est peu probable qu'une législation soit validée avant l'élection.

Selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus depuis le début de l'épidémie ressort désormais à 37,9 millions dans le monde, dont 7,8 millions aux USA, 7,17 millions en Inde et 5,1 millions au Brésil. La Russie a recensé 1,31 million de cas depuis l'émergence du virus, la Colombie 919.084 et l'Argentine 903.730. Le nombre de morts dans le monde depuis l'apparition du virus ressort à 1,082 million, dont 215.089 aux Etats-Unis, 150.689 au Brésil et 109.856 en Inde.

L'Argentine a donc franchi le cap des 900.000 cas recensés, avec 9.524 nouveaux cas en 24 heures pour 318 décès, selon le ministère local de la Santé. 24.186 morts sont déplorés depuis les débuts du virus.

La Chine a fait état ce jour de ses premiers cas de transmission locale du coronavirus en près de deux mois. La ville de Qingdao a lancé une campagne de dépistage après le signalement de nouveaux cas liés à un hôpital où sont traitées les personnes malades du covid arrivées de l'étranger. La Commission nationale de la santé a donc rapporté 13 nouveaux cas, dont sept cas venus de l'étranger et six transmissions locales dans la province de Shandong, dans l'est du pays, où se trouve Qingdao. Le précédent cas de transmission locale remontait officiellement au 15 août. Selon les données officielles, 85.591 cas de contamination ont été confirmés au total en Chine continentale pour 4.634 décès. Aucun nouveau décès n'a été signalé aujourd'hui.

Aux USA, moins de 50.000 nouveaux cas ont été enregistrés en 24 heures, pour la première fois en cinq jours. Le Wall Street Journal rapporte néanmoins que les infections demeurent élevées dans plusieurs Etats. Le journal indique par ailleurs qu'un patient du Nevada est devenu le premier cas officiel de réinfection au Covid-19 aux USA. Cet homme de 25 ans aurait été contaminé mi-avril puis début juin, ce qui montrerait que l'immunité ne dure qu'un temps.

Pendant ce temps, Donald Trump a tenu en Floride son premier meeting de campagne depuis l'annonce de sa contamination. Débarquant à l'aéroport de Sanford où se tenait l'événement, Trump a lancé des masques à la foule puis a évoqué sa guérison. "J'en ai désormais terminé. Ils disent que je suis immunisé. Je me sens si puissant", a lancé le président. "J'embrasserai les gars et les belles femmes. Je vais vous donner un gros baiser", a ajouté Trump, désormais négatif selon ses médecins.

A trois semaines de l'élection, Trump reste amplement devancé dans les sondages par son rival démocrate Joe Biden. Le leader américain affiche quatre rassemblements au programme cette semaine...

La Maison blanche a précisé que Trump avait été testé négatif au coronavirus pendant plusieurs jours consécutifs et n'était pas contagieux.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street, la saison des publications financières trimestrielles du troisième trimestre va débuter. Delta Air, Johnson & Johnson, Fastenal, Citigroup, JP Morgan et BlackRock ont annoncé ce mardi. Goldman Sachs, UnitedHealth, Wells Fargo, US Bancorp, Bank of America et Alcoa publient demain. Jeudi, Morgan Stanley, BB&T et Walgreens Boots Alliance seront de la partie. Enfin, Schlumberger, VF Corp., State Street, Bank of New York Mellon et JB Hunt annoncent vendredi.

Les valeurs

Apple (-1%) tient un événement ce mardi, qui sera probablement dédié à la présentation des nouveaux iPhone 12 pour la 5G. Selon les nombreuses fuites publiées ces derniers jours sur les sites spécialisés, Apple devrait présenter une gamme de 4 appareils, tous compatibles 5G, et couvrant un large éventail de prix. Ainsi, en entrée de gamme, un "iPhone 12 Mini" serait doté d'un de 5,4 pouces démarrant à 699$ l'unité. Ensuite, un modèle de 6,1 pouces démarrerait à 799$. Suivrait une version "Pro" à 6,1 pouces à partir de 999$ et une version très haut de gamme "Pro Max" avec un écran de 6,7", vendue à partir de 1.099$. Les deux modèles Pro seraient équipés de capteurs LIDAR pour la réalité augmentée, d'une meilleure technologie photo et d'un zoom optique 4x/5x... Selon le journal Nikkei, les fournisseurs d'Apple s'activeraient et augmenteraient leur production afin de s'assurer que les iPhone 5G soient rapidement dans les magasins.

Amazon (+1%) lance son opération Prime Day, avec comme toujours des promotions généreuses. Selon eMarketer, le Prime Day pourrait voir le groupe de Jeff Bezos afficher une croissance de... 43% de ses ventes mondiales, avec de nouvelles signatures d'abonnés et des achats conséquents des consommateurs. Le Prime Day avait été décalé par le groupe du fait de la pandémie de coronavirus. Il a d'ordinaire lieu mi-juillet, avant la rentrée des classes. Il s'agit d'un événement de deux jours, le cinquième du genre pour le colosse du e-commerce. eMarketer estime qu'il pourrait permettre au groupe de réaliser près de 10 milliards de dollars de ventes, contre 6,93 milliards un an avant. La firme prévoit que le nombre US d'abonnés Prime atteigne 142,5 millions en 2020, en croissance de près de 15%, ce qui représenterait près de la moitié de la population américaine !

Walt Disney (+3%), le géant américain du divertissement, a annoncé hier lundi une réorganisation de ses activités médias et divertissement en vue d'accélérer la croissance de sa plateforme Disney+ de streaming vidéo. Les studios, le divertissement général et les sports seront séparés de la distribution et de la commercialisation, intégrées au sein d'une unité globale. Ainsi, développement et production de programmes seront distincts de la distribution, ce qui permettra au groupe de mieux répondre aux attentes du marché. Les studios, le divertissement général et les sports seront regroupés dans une division, la distribution et la vente dans une entité séparée. Les équipes créatives développeront et produiront des programmes pour le streaming et les plateformes traditionnelles. La distribution décidera de la répartition des contenus.

La décision intervient alors que l'investisseur activiste Daniel Loeb a appelé le groupe à renoncer à son dividende et à doubler ses investissements dans les contenus de streaming. Disney+ a été lancé en novembre et a dépassé son objectif avec plus de 100 millions d'abonnés en streaming dans le monde à Disney+, Hulu et ESPN+. En comparaison, Netflix affiche 193 millions d'abonnés, cette base ayant été constituée en 13 ans. Bob Chapek, directeur général de Disney depuis février, a affirmé l'intention du groupe de renforcer ses investissements dans les contenus. En séparant la gestion des contenus de la distribution, le groupe entend se rendre plus efficace et agile, en phase avec les attentes des consommateurs et leurs préférences.

Johnson & Johnson (-2%) a suspendu les essais cliniques de son vaccin contre le Covid-19, une maladie non expliquée ayant frappé un participant. Cette maladie est en cours d'analyse. Le groupe a indiqué que ce genre de "pause" était normal lors d'essais majeurs pouvant inclure des dizaines de milliers de personnes... Les bénéfices trimestriels du groupe ressortent supérieurs aux attentes, et J&J se permet de relever sa guidance financière 2020. Pour le troisième trimestre, le groupe a dégagé un bénéfice de 5,9 milliards de dollars et 2,20$ par titre sur une base ajustée, contre 5,7 milliards un an avant. Le consensus FactSet était de 1,98$ de bpa. Les revenus ont totalisé 21,1 milliards de dollars, contre 20,7 milliards un an plus tôt et 20,2 Mds$ de consensus.

Boeing (-2%). L'Organisation mondiale du commerce a autorisé l'Union européenne à imposer de nouveaux droits de douane sur quatre milliards de dollars de produits américains en représailles aux subventions accordées à Boeing. Il s'agit d'un litige vieux de 16 ans entre les deux constructeurs aéronautiques. La décision des médiateurs de l'OMC avait été retardée par la pandémie, et fait suite au feu vert donné en octobre dernier par l'organisation aux Etats-Unis pour appliquer des taxes douanières sur 7,5 milliards de dollars d'importations en provenance de l'UE en raison de subventions accordées à Airbus.

JPMorgan Chase (-2%), leader bancaire américain par les actifs, a annoncé pour son troisième trimestre des revenus ajustés de 29,9 milliards de dollars, contre 28,4 milliards de consensus. Le bénéfice ajusté par action a représenté 2,92$ contre 2,26$ de consensus de marché. Ainsi, la banque américaine a largement battu le consensus malgré la pandémie. Le bénéfice net a totalisé 9,4 milliards de dollars et les réserves de crédit ont été maintenues face à un environnement économique incertain. Les revenus bancaires ont augmenté de 6% à 3,7 milliards, alors que ceux de banque d'investissement se sont améliorés de 12% à 2,1 Mds$. Les recettes de services marchés et securities se sont envolés de 29% à 7,8 Mds$. Les revenus de marchés ont augmenté de 30% à 6,6 milliards.

Citigroup (-4%). Le bénéfice net trimestriel de la banque new-yorkaise a régressé de 34% à 3,23 milliards de dollars, soit 1,40$ par titre, contre 92 cents de consensus. Rappelons que ce bpa était de 1,05$ au premier trimestre et 50 cents pour le second trimestre. Les revenus de l'unité consommateurs ont reculé de 13% à 7,17 milliards de dollars. Le trading obligataire a généré des revenus de 3,8 milliards en augmentation de 18%. Le trading actions a dégagé des recettes de 875 millions de dollars en hausse de 15% en glissement annuel.

Fastenal (-5%) a publié pour son troisième trimestre clos fin septembre 2020 des revenus de 1,41 milliard de dollars, en croissance de 2,5% en glissement annuel, ainsi qu'une marge brute en léger retrait de 1,6% à 641 millions de dollars. Le bénéfice net s'est amélioré de 4% à 222 millions de dollars, 38 cents par titre. Ainsi, le bénéfice trimestriel ressort conforme aux attentes de marché, alors que les ventes sont très légèrement inférieures aux attentes du consensus.

Delta Air Lines (-1%) a rapporté pour son troisième trimestre des revenus opérationnels de 3,1 milliards de dollars, en ligne avec le consensus, mais une perte par action de 3,30$ sur une base ajustée, à rapprocher d'un consensus de 2,97$. La perte ajustée avant imposition s'est élevée à 2,6 milliards de dollars. La perte nette ajustée a représenté quant à elle 2,09 milliards de dollars, contre 1,87 milliard de consensus. Les revenus ajustés trimestriels ont totalisé 2,6 Mds$, contre 1,47 Md$ un trimestre plus tôt.

Tesla (+1%) réduit de 3.000$ les prix de ses Model S aux Etats-Unis, et baisse également ses prix en Chine. Le groupe d'Elon Musk, qui avait annoncé plus tôt ce mois un record de livraisons pour le second trimestre, a abaissé ainsi de 3 à 4% les prix de deux versions du Model S aux USA. Le modèle long range passe donc à 71.990$ contre 74.990$ aux Etats-Unis, alors que la version 'performance' est proposée désormais à 91.990$, contre 94.990$. Le prix d'entrée du Model S en Chine est quant à lui réduit de 3%. Il y a quelques jours, Tesla avait déjà abaissé le prix de départ de son Model 3 en Chine de 8% à 249.900 yuans (36.800$ environ).

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !