Cotation du 18/04/2019 à 23h16 Nasdaq Composite +0,02% 7 998,06
  • NASDAQ - XC0009694271

Wall Street : calme le jeu...

Wall Street : calme le jeu...
Wall Street : calme le jeu...
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Au lendemain d'un net rebond, Wall Street s'affiche autour de l'équilibre ce jeudi en pré-séance. Les opérateurs, qui surveillent toujours l'évolution du dossier "Brexit" en attendant un nouveau vote des parlementaires britanniques ce soir sur un possible report, ont pris connaissance aujourd'hui d'une accélération des prix US à l'import et à l'export, et d'un nombre d'inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage légèrement supérieur aux attentes. Les ventes américaines de logements neufs pour janvier seront également dévoilées dans l'après-midi. Du côté des sociétés, les résultats d'Oracle, Adobe ou encore Jabil seront publiés après la clôture des marchés US ce jeudi. Enfin, sur le front du commerce, les dernières rumeurs évoquent une possible recontre entre Donald Trump et Xi Jinping plutôt en avril...

La devise britannique est repartie en nette hausse mercredi soir, réagissant au rejet par le parlement britannique d'un 'hard Brexit", à 16 jours de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, le 29 mars prochain. Les députés britanniques (qui avaient rejeté mardi le projet d'accord proposé par Theresa May) ont adopté mercredi un texte appelant le gouvernement à refuser tout Brexit sans accord, quelles que soient les circonstances. Ce texte n'a pas de caractère contraignant, mais il est de nature à intensifier la pression exercée sur la Première ministre Theresa May afin qu'elle écarte la piste du "no deal". La Chambre des communes britannique sera consultée une troisième fois, dès ce jeudi, pour dire si Londres va demander à l'Union européenne un délai supplémentaire, d'une "durée limitée", au-delà de la date-butoir du 29 mars, afin de parvenir enfin à un compromis sur les modalités du divorce.

Selon le président de la Chambre des Communes, John Bercow, Theresa May va proposer jeudi au Parlement de repousser au 30 juin la date du Brexit, à condition que l'accord négocié par Londres et Bruxelles soit adopté. Du côté européen, Emmanuel Macron s'est montré mercredi ouvert à un report de la date du Brexit, à condition qu'il soit de courte durée, tout en affirmant que l'accord actuel, fruit de 18 mois de négociations, ne pourra pas être renégocié.

D'après un rapport gouvernemental aux Etats-Unis, les prix à l'import du mois de février 2019 ont progressé de +0,6% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,4%. Les prix à l'export ont également grimpé de +0,6% en février, par rapport au mois précédent, contre un consensus logé à +0,2%. En glissement annuel, les prix à l'import reculent de -1,3% et les prix à l'export augmentent de +0,3%.

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont augmenté de 6.000 la semaine passée, à 229.000. Le consensus tablait sur 225.000 inscriptions.

VALEURS A SUIVRE

Tesla. Les douanes chinoises ont levé le blocage des importations de la Model 3, décidé la semaine dernière, a déclaré jeudi à Reuters un porte-parole de cette administration. "Nous pouvons confirmer que la mesure concernant Tesla a été annulée", a-t-il dit. L'administration des douanes avait pris cette mesure en invoquant un défaut d'étiquetage. Tesla avait alors déclaré avoir trouvé une solution avec les autorités. Plus de 4.600 voitures étaient bloquées dans les ports chinois, selon la TV locale. La société californienne n'a commencé qu'à la fin février à livrer des Model 3 en Chine, marché sur lequel elle tente de relancer ses ventes durement touchées par les tensions commerciales sino-américaines. Tesla importe actuellement toutes les voitures qu'elle vend en Chine mais est en train de construire une usine à Shanghai, où seront fabriquées des Model 3. Le groupe espère achever cet été la construction des installations initiales pour lancer la production vers la fin de l'année et pénétrer ainsi le plus gros marché automobile au monde.

Boeing annonce qu'il continue d'accorder toute sa confiance dans la sécurité de ses avions 737 MAX. Toutefois, après avoir consulté les représentants de l'Administration fédérale de l'aviation américaine (FAA), de l'Agence américaine de sécurité des transports (NTSB), ainsi que des autorités aéronautiques et de ses clients du monde entier, Boeing a décidé, au nom du principe de précaution et dans le but de rassurer les passagers quant à la sûreté de l'appareil, de recommander à la FAA la suspension à titre temporaire de l'exploitation des 371 appareils qui constituent la totalité de la flotte mondiale de Boeing 737 MAX. "Au nom de toute l'équipe de Boeing, j'adresse mes plus sincères condoléances aux familles et aux proches des personnes qui ont perdu la vie dans ces deux accidents tragiques", a déclaré Dennis Muilenburg, président-directeur général de Boeing. "Nous soutenons cette mesure proactive par souci de prudence. La sécurité est une valeur fondamentale de Boeing depuis que nous construisons des avions, et elle le sera toujours. Il n'existe pas de plus grande priorité pour notre Groupe et notre secteur industriel. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour comprendre la cause de ces accidents, en partenariat avec les enquêteurs, apporter des améliorations de sécurité et faire en sorte que ces catastrophes ne se reproduisent plus".

Jabil publiera ce jeudi 14 mars, après la clôture de Wall Street, ses résultats du deuxième trimestre fiscal. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,61$, pour des revenus de 6,1 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 0,66$ et des revenus de 5,3 Mds$. Lors de la précédente publication trimestrielle, Jabil avait annoncé viser, sur le T2 fiscal, un bpa compris entre 0,51 et 0,71$, pour des revenus entre 5,8 et 6,4 Mds$.

GE fait le point dans un communiqué sur ses prévisions 2019. Le groupe vise des revenus organiques non-GAAP, pour sa branche industrielle, en légère progression sur la période. La marge ajustée de GE Industrial est attendue en hausse de 0 à 100 points de base. Le free cash flows ajusté est, quant à lui, attendu entre -2 Mds$ et 0, mais devrait redevenir positif en 2020 et accélérer en 2021. Enfin, le bénéfice par action non-GAAP 2019 du groupe devrait se situer entre 0,50 et 0,60$.

Adobe publiera ses résultats du premier trimestre fiscal ce jeudi 14 mars, après la clôture de Wall Street. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 1,62$, pour des revenus de 2,55 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 1,55$, pour des revenus de 2,08$. Lors de la publication trimestrielle précédente, Adobe avait annoncé viser, sur le T1 fiscal, un bpa de 1,60$, pour des revenus de 2,54 Mds$.

Dollar General annonce ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 483,2 M$ (1,84$ par action), contre 712,2 M$ (2,63$ par action) un an avant. Les ventes montent de 8,5% à 6,65 Mds$. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 1,88$, pour des revenus de 6,6 Mds$. A magasins comparables, les ventes progressent de 4%, contre 2,6% de consensus. Sur 2019, le groupe vise un bpa compris entre 6,30 et 6,50$, pour des ventes en croissance de 7% et de 2,5% à magasins comparables. Le détaillant annonce également la mise en place d'un nouveau programme de rachats d'actions d'une valeur de 1 Md$, et la hausse de 10% de son dividende trimestriel, qui passe à 0,39$ par action.

Broadcom doit présenter ce jeudi 14 mars ses résultats du premier trimestre fiscal. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 5,23$, pour des revenus de 5,8 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 5,12$ et des revenus de 5,33 Mds.

Oracle publiera ses résultats du troisième trimestre fiscal ce jeudi 14 mars, après la clôture de Wall Street. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice par action de 0,84$, pour des revenus de 9,6 Mds$. Un an avant, sur la même période, le groupe avait enregistré un bénéfice par action de 0,83$ et des revenus de 9,77 Mds$.

ResMed, un spécialiste des dispositifs de soins respiratoires et du sommeil connectés dans le cloud, dans plus de 120 pays, a annoncé l'acquisition de HB Healthcare (HBH) "pour aider des millions de Sud-Coréens atteints d'apnée du sommeil, de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) et d'autres affections respiratoires". HBH, une société privée sud-coréenne, qui fournit des équipements médicaux à domicile, propose à ses clients des dispositifs de soins respiratoires et du sommeil. ResMed espère toucher des millions de nouveaux patients à travers HBH et son vaste réseau de distributeurs partenaires. ResMed fournit également à ses clients, à travers ses partenaires de distribution, une gamme complète de ventilateurs à domicile. Ces ventilateurs pourront se connecter dans le cloud d'ici à la fin de l'année. Les termes financiers de l'opération n'ont pas été dévoilés.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com