Cotation du 26/05/2020 à 23h20 Dow Jones Industrial +2,17% 24 995,11
  • DJIND - US2605661048

Wall Street bondit sur des espoirs de reprise et de vaccin

Wall Street bondit sur des espoirs de reprise et de vaccin
Wall Street bondit sur des espoirs de reprise et de vaccin
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York a commencé la semaine sur les chapeaux de roues, les marchés pariant sur un redémarrage de l'économie mondiale et saluant des résultats positifs d'un essai clinique sur un vaccin anti-Covid par la biotech américaine Moderna (+25%). Le pétrole poursuit son rattrapage, tandis que le déconfinement s'accélère dans le monde, entraînant un rebond de la demande pétrolière. Dimanche, le président de la Fed Jerome Powell a évoqué une reprise progressive, mais a aussi appelé à "ne pas parier contre l'économie américaine à moyen terme".

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones grimpe de 3,83% à 24.591 points, tandis que l'indice large S&P 500 gagne 3,24% à 2.956 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, avance de 2,48% à 9.237 pts. La semaine dernière, les trois indices américains avaient reculé respectivement 2,6%, 2,2% et 1,2% sur 5 séances dans la crainte d'une reprise économique lente et incertaine face au coronavirus.

Plus tôt dans la journée, les autres marchés mondiaux ont également bien commencé la semaine, avec un gain de plus de 5% pour l'EuroStoxx 50 comme pour le CAC 40 à Paris. En Asie, la hausse a été plus modeste : +0,48% pour le Nikkei et +0,2% pour le Shanghai composite.

Pas de Dépression de type 1930, estime Jerome Powell

Le président de la Fed, Jerome Powell a rassuré les marchés lors d'une interview dimanche à la chaîne américaine 'CBS' dans l'émission "60 Minutes". Tout en estimant que la reprise prendrait du temps et serait progressive, il a affirmé que la crise actuelle n'est pas comparable à la Grande Dépression des années 1930. Le banquier a expliqué que l'économie devrait se reprendre plus vite que dans les années 1930, malgré une profonde récession, et surtout un chômage très élevé qui pourrait atteindre ponctuellement 25%.

Powell s'est néanmoins montré confiant dans la capacité de l'économie américaine à surmonter la crise du Covid-19 en affirmant qu'"a long terme et même à moyen terme, il ne faut pas parier contre l'économie américaine". Il a aussi réaffirmé que la Fed ferait le nécessaire pour continuer à soutenir l'économie et les marchés financiers tant que durera la crise du Covid-19.

Un candidat-vaccin prometteur

Le patron de la Fed a répété qu'il voyait un redémarrage de l'économie au deuxième semestre 2020, ajoutant que la véritable reprise dépendrait de la vitesse à laquelle un vaccin sera trouvé pour lutter contre le coronavirus.

Cette question du vaccin est justement au coeur du rebond boursier de ce lundi, les investisseurs saluant les annonces encourageantes du laboratoire américain Moderna concernant un candidat-vaccin, même s'il ne s'agit pour l'instant que de la Phase 1 des essais cliniques. Dans le cadre de cet essai sur 45 volontaires, ces derniers ont produit des quantités d'anticorps comparables à celles relevées chez de patients guéris du Covid-19.

Le laboratoire a précisé dans un communiqué que la Phase 2 des essais doit débuter "prochainement", et que la Phase 3, la dernière et la plus importante avant une possible commercialisation, avec un grand nombre de volontaires, commencera en juillet.

Le pétrole poursuit son "rally", l'or, les obligations et le dollar reculent

Sur les marchés pétroliers, le rattrapage se poursuit à mesure que les signes de reprise de la demande se précisent et que la réduction de la production des pays hors Opep+ s'accélère, laissant espérer un rééquilibrage du marché mondial. Sur le Nymex, le baril de brut léger américain (WTI) pour livraison juin bondit de 7,7% à 31,70$, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord d'échéance juillet grimpe de 7,4% à 34,90$. La semaine dernière, le WTI avait repris 19% et le Brent avait gagné 5%.

De son côté, l'or fait l'objet de prises de bénéfices, les investisseurs retrouvant le goût du risque et délaissant les valeurs refuge. Le contrat à terme de juin coté sur le Comex cède 1,3% à 1.732,50$ l'once. Malgré une forte volatilité ces dernières semaines, le métal jaune progresse d'environ 13,5% depuis le début de l'année.

Les obligations ont également été délaissées, faisant remonter légèrement les taux d'intérêts qui évoluent en sens inverse des cours. Le rendement du T-Bond à 10 ans reprend ainsi 7 points de base à 0,71%.

Sur le marché des changes, le billet vert cède du terrain, l'indice du dollar reculant de 0,77% à 99,66 points face à un panier de devises de référence. L'euro rebondit de son côté de 0,9% à 1,0913$, après l'annonce d'un plan de soutien européen de 500 milliards d'euros, annoncé lundi par Emmanuel Macron et Angela Merkel.

Un léger mieux en mai dans l'immobilier américain

Sur le front économique, outre-Atlantique, l'indice du marché immobilier américain de la National Association of Home Builders pour le mois de mai 2020 est ressorti à 37, contre un consensus de place de 33 et un niveau de 30 rapporté un mois auparavant. Ainsi, l'indicateur reste certes à très bas niveau, mais il dépasse nettement les attentes du consensus et traduit une moindre décélération du marché.

Demain mardi, les mises en chantier de logements et permis de construire seront annoncés à 14h30. Le président de la Fed, Jerome Powell, interviendra par ailleurs à nouveau mardi. La semaine dernière, il a clairement repoussé l'idée des taux négatifs voulus par Donald Trump...

A l'international, le Japon est repassé en récession pour la première fois depuis quatre ans et demi. Ainsi, le produit intérieur brut japonais s'est contracté au premier trimestre sur un rythme de 3,4%, après une correction de 7,3% pour la lecture finale du dernier trimestre 2019.

VALEURS A SUIVRE

Moderna grimpe de 25% après l'annonce de résultats jugés prometteurs d'une étude préliminaire de Phase 1 sur un possible vaccin contre le coronavirus Covid-19. La biotech américaine a annoncé que l'administration dans le cadre d'un essai clinique à petite échelle (45 volontaires) de son vaccin contre le Covid-19 a entraîné une production d'anticorps capable de neutraliser le virus.

Selon le groupe, les quantités d'anticorps étaient comparables à celles relevées chez de patients guéris du Covid-19. Trois doses du vaccin ont été administrées et la réponse immunitaire a augmenté suivant la dose. Le vaccin ARNm-1273 se serait révélé par ailleurs sûr et bien toléré. Le laboratoire a précisé dans un communiqué que la Phase 2 des essais doit débuter "prochainement", et que la Phase 3, la dernière et la plus importante avant une possible commercialisation, avec un grand nombre de volontaires, commencera en juillet.

Gilead Sciences (-1,2%). L'UE pourrait autoriser d'ici quelques jours la mise sur le marché du remdesivir de Gilead dans le traitement du Covid-19, selon le directeur de l'Agence européenne des médicaments. Le traitement n'a pas encore obtenu cette approbation aux Etats-Unis. "Il se pourrait qu'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle puisse être délivrée", a précisé Guido Rasi, patron de l'EMA. L'autorisation conditionnelle permettrait de vendre le traitement dans les 27 pays de l'UE pendant un an. Gilead discute avec des fabricants afin de produire remdesivir pour l'Europe et l'Asie jusqu'en 2022. Le groupe discute aussi de licences à long terme avec plusieurs fabricants de médicaments génériques...

Apple (+2,4%) va rouvrir cette semaine plus de 25 boutiques aux Etats-Unis, après les fermetures dues au Covid-19. Le groupe, qui dispose de 510 boutiques dans le monde dont plus de la moitié aux USA, avait fermé en mars tous ses magasins hors de Chine continentale, où une mesure comparable avait été adoptée en janvier avant une réouverture progressive en mars. Des mesures de distanciation seront imposées dans les boutiques et le nombre de clients sera limité. Cinq boutiques américaines ont été les premières à rouvrir la semaine dernière.

Uber (+6,4%), le géant VTC contraint de supprimer des milliers de postes du fait de la crise actuelle, entend toujours racheter le livreur de repas GrubHub (+3%). Néanmoins, la dernière offre en actions du groupe aurait été repoussée selon le Wall Street Journal, alors que les discussions se poursuivaient durant le week-end. Selon le WSJ, les pourparlers entre le directeur général de GrubHub, Matt Maloney, et celui d'Uber, Dara Khosrowshahi, achopperaient sur une parité d'échange d'actions (1,9 titre Uber par action GrubHub) jugée encore trop basse. Le management d'Uber serait disposé à relever cette parité à 1,925, ce qui resterait très inférieur aux prétentions de GrubHub. Les négociations restent en cours, mais selon le Wall Street Journal, un accord serait improbable dans les prochains jours.

Fiat Chrysler (+8,1%), qui a renoncé à son dividende ordinaire et entend toujours se rapprocher de PSA, est éligible à un prêt garanti par l'Etat, selon le président du conseil italien Guiseppe Conte. "On parle des sociétés du groupe en Italie qui emploient des milliers de personnes", a ajouté Conte, alors que le siège légal de Fiat Chrysler est situé aux Pays-Bas. Reuters a appris vendredi de deux sources que FCA discutait avec Intesa Sanpaolo d'un prêt de plus de 6,3 milliards d'euros garanti afin de l'aider à traverser la crise. FCA dispose de plusieurs sites en Italie employant 55.000 salariés.

Occidental Petroleum (+8,5%). Total et Occidental avaient signé un Purchase and Sale Agreement en vue de l'acquisition des actifs africains d'Anadarko. Dans le cadre de ce contrat, Total et Occidental ont finalisé l'acquisition par Total des actifs au Mozambique et en Afrique du Sud. Le SPA prévoyait que la cession des actifs du Ghana soit conditionnée à la réalisation de la cession des actifs algériens. Occidental a informé Total que, dans le cadre d'un accord avec les autorités algériennes sur le transfert des intérêts d'Anadarko à Occidental, Occidental ne serait pas en mesure de céder ses intérêts en Algérie. Compte tenu de l'environnement et du caractère non-opéré des intérêts de Occidental au Ghana, Total a décidé de ne pas poursuivre la réalisation de l'acquisition des actifs au Ghana.

JC Penney (-15,8%), la chaîne américaine de magasins, a demandé la protection de la loi américaine sur les faillites. Le groupe entend fermer certains magasins et étudier une cession.

Thermo Fisher Scientific (+1,6%) vient aujourd'hui de lancer son offre d'acquisition de 11,5 milliards de dollars sur l'Allemand Qiagen, demandant aux actionnaires du spécialiste des tests génétiques d'apporter leurs titres.

T-Mobile (+5,1%). Selon le - généralement - bien renseigné 'Wall Street Journal', le géant japonais Softbank Group serait en discussions en vue de la cession d'une part importante de sa participation de 24% dans T-Mobile à sa maison-mère Deutsche Telekom.

Alphabet (+1%). Le 'Wall Street Journal' croit savoir qu'un groupe de procureurs américains mené par le procureur du Texas, pourrait déposer plainte contre la maison-mère de Google pour pratiques anti-concurrentielles. Le département américain de Justice serait aussi sur le point de porter plainte, indique par ailleurs le journal.

©2020,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !