Cotation du 22/10/2020 à 23h15 Dow Jones Industrial +0,54% 28 363,66
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : bon début de semaine avant les résultats du 3e trimestre

Wall Street : bon début de semaine avant les résultats du 3e trimestre
Wall Street : bon début de semaine avant les résultats du 3e trimestre
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York progresse nettement lundi, soutenue par les grandes "technos", malgré le peu de progrès entre la Maison Blanche et le Congrès en vue de l'adoption d'un nouveau plan de soutien à l'économie américaine, à l'approche des élections du 3 novembre. Les investisseurs se préparent aussi à accueillir cette semaine la première salve des résultats d'entreprises du 3e trimestre. Le coup d'envoi sera donné par les grandes banques américaines, dont Citigroup (+1,2%) et JP Morgan Chase (+1%), ainsi que d'autres sociétés du S&P 500 comme Delta Air Lines (-0,3%), Johnson & Johnson (+0,9%) ou encore Honeywell (+0,4%).

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones gagne 1,12% à 28.905 points, tandis que l'indice large S&P 500 prend 1,97% à 3.545 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, bondit de 3,07% à 11.935 pts. La semaine dernière, les trois indices avaient nettement progressé, respectivement de 3,2%, de 3,8% et de 4,5% pour le Nasdaq.

Lundi, 9 des 11 indices sectoriels du S&P 500 sont en terrain positif, à l'exception de l'énergie (-0,5%) et les matières premières (-0,05%). Les plus fortes hausses reviennent aux technologiques (+3,3%), au services de communication (+3,1%), aux biens de consommation discrétionnaires (+2,7%) et aux biens de consommation de base (+1,5%).

Du côté des valeurs, Twitter bondit de 5,7% après une recommandation positive de Deutsche Bank, qui a aussi relevé ses objectifs de cours pour d'autres valeurs internet, dont Facebook (+5,8%) et Alphabet (+4,5%) en tablant sur un hausse des revenus de la publicité en ligne. Apple flambe de 5,1% à la veille de la présentation par la firme à la pomme de sa nouvelle gamme d'iPhone 12, les premiers qui seront compatibles avec les réseaux 5G. Amazon grimpe de 6,1% à la veille du coup d'envoi de son opération de promotions en ligne, la "Prime Day", reportée en juillet pour cause de coronavirus.

Vers une baisse des bénéfices moins forte au T3 qu'au T2

Sur le front des résultats d'entreprises, les analystes s'attendent à ce que le pire soit passé au 3e trimestre, malgré la poursuite de l'épidémie de coronavirus, qui repart de plus belle en Europe depuis la fin de l'été. Selon le consensus de Wall Street, la forte chute des bénéfices observées au 2e trimestre devrait avoir ralenti au 3e trimestre à la faveur d'un rebond de l'économie mondiale, après la fin des confinements décrétés pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Les marchés suivront de très près les prévisions faites par les entreprises pour le 4e trimestre et au-delà, pour 2021.

Les bénéfices des entreprises du S&P 500 avaient plongé de 31,4% au 2e trimestre par rapport à la même période de 2019, après un recul de 14,1% au 1er trimestre. Pour le 3e trimestre, le consensus établi par le cabinet Factset s'attend encore à un recul des profits, de l'ordre de 20,5%... Mais pour la première fois depuis 6 mois, les prévisions ont été revues à la hausse au cours du 3e trimestre. Fin juin, les marchés tablaient en effet sur une chute encore plus forte, de 24,4%.

Pour l'instant, les bénéfices du 4e trimestre sont encore attendus en baisse, de l'ordre de 12,7% sur un an, avant un rebond espéré en 2021, ce qui dépendra notamment de la mise au point ou non d'un vaccin contre le coronavirus en début d'année...

Le plan de soutien de l'économie US se fait attendre

Outre les résultats d'entreprises, les investisseurs continuent de parier sur l'adoption d'un nouveau plan de relance budgétaire aux Etats-Unis, même si les négociations politiques n'ont toujours pas abouti... A la fin de la semaine dernière, la Maison Blanche a signalé son accord pour un plan de 1.800 milliards de dollars, qui se rapproche des 2.200 Mds$ proposés par les Démocrates du Congrès. Toutefois, ni la chambre (dominée par les Démocrates), ni le Sénat contrôlé par les républicains) n'ont donné ce lundi des signes positifs en faveur de ce plan soutenu par Donald Trump... Néanmoins, le présidente de la chambre, Nancy Pelosi, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, ont prévu de poursuivre lundi leurs entretiens pour tenter de trouver un compromis.

De son côté, Donald Trump a repris sa campagne électorale après avoir annoncé dimanche ne plus être porteur du coronavirus et donc de ne plus être contagieux. A trois semaines de l'élection présidentielle du 3 novembre, le président républicain est en retard sur Joe Biden dans les sondages, qui donnent au candidat démocrate une avance de 10 à 12 points en termes de voix au niveau national.

Mais compte-tenu du mode de scrutin indirect de l'élection présidentielle américaine, les prévisions des sondages nationaux ne se traduisent pas forcément de la même manière en termes de grands électeurs dans chacun des 50 Etats américains. Le match entre les deux candidats à la Maison Blanche conserve donc son suspense, et Donald Trump reste d'autant plus confiant qu'en 2016, il était également en retard dans les sondages sur Hillary Clinton...

Le pétrole repart en baisse, l'or consolide

Le pétrole a commencé la semaine en nette baisse lundi, le contrat de novembre sur le baril de brut léger américain (WTI) abandonnant 3% à 39,36$ sur le Nymex, tandis que le contrat sur le Brent pour livraison en décembre recule de 2,8% à 41,64$. La semaine dernière, les deux variétés de pétrole avaient cependant progressé de plus de 9% sur la semaine (+9,6% pour le WTI, +9,1% pour le Brent), profitant des espoirs de plan de relance aux Etats-Unis, mais aussi de l'ouragan Delta dans le Golfe du Mexique.

L'or maintient ses gains lundi à 1.927,30$ l'once (+0,06%) pour le contrat à terme de décembre sur le Comex. Le métal jaune a gagné 1% la semaine dernière, ce qui a porté son avancée à 26% depuis le début de l'année, grâce aux incertitudes économiques et à la crise sanitaire.

Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises) est stable à 93,07 points, tandis que l'euro cède 0,1% à 1,1808$. A noter que le marché obligataire américain est fermé lundi pour Columbus Day. Vendredi, le rendement de l'obligation d'Etat américaine (T-Bond) à 10 ans avait cédé 1 point de base à 0,77%.

VALEURS A SUIVRE

Cette semaine sera marquée par la première vague des résultats d'entreprises aux Etats-Unis. Citigroup et JP Morgan Chase ouvriront le bal mardi, suivies mercredi de Bank of America, Goldman Sachs et Wells Fargo, puis jeudi de Morgan Stanley et vendredi de Bank of New York Mellon et State Street.

Par ailleurs, le gestionnaire de fonds Blackrock est attendu mardi, les compagnies aériennes Delta Air Lines (mardi) et United Continental Holdings (mercredi), le laboratoire Johnson & Johnson (mardi) ainsi que Walgreens Boots Alliance (jeudi) et l'assureur santé UnitedHealth (mercredi). Dans la "tech", on suivre les comptes du fondeur de semi-conducteurs TSMC (Taiwan Semiconductor Mfg Co (jeudi) et la SSII indienne Infosys (mercredi). Le groupe d'aéronautique et de défense Honeywell publiera ses comptes jeudi et le groupe parapétrolier Schlumberger fera de même vendredi.

Twitter (+5,7%) va supprimer les messages appelant à interférer dans l'élection présidentielle américaine du 3 novembre ou avec l'annonce des résultats du scrutin, en particulier les messages prônant la violence... Notons que la Deutsche Bank a rehaussé son conseil à l'achat sur Twitter avec un objectif de 56$.

Apple (+5,1%), le géant technologique californien de Cupertino, tient un événement de lancement demain mardi, qui sera probablement dédié à la présentation des nouveaux iPhone 12 pour la 5G. Apple profite par ailleurs d'un relèvement d'objectif de cours de la firme RBC.

Facebook (+3%), Apple, Alphabet ou Amazon pourraient figurer sur une liste d'une vingtaine de géants du numérique auxquels l'Union européenne voudrait imposer de nouvelles règles visant à limiter leur domination, selon le Financial Times.

Snowflake (+2,9%), sitôt introduit à Wall Street, bénéficie ses faveurs des grands brokers de la place. Goldman Sachs initie son conseil à l'achat, tandis que la firme Oppenheimer recommande la valeur à 'surperformance'.

Pfizer (stable). Le gouvernement néo-zélandais a accepté l'achat de 1,5 million de doses de vaccins contre le covid à Pfizer et son partenaire allemand BioNTech en vue d'une livraison au premier trimestre 2021.

Regeneron (+0,47%), qui avait bénéficié la semaine dernière des commentaires élogieux de Donald Trump, tempère les ardeurs des opérateurs en indiquant que son traitement du Covid-19 a encore besoin de tests supplémentaires avant que son efficacité ne soit connue. Le président américain l'avait précédemment qualifié de "remède".

Eli Lilly (-0,7%) a fait état de résultats positifs d'une étude clinique concernant un traitement expérimental de la maladie de Crohn, maladie inflammatoire de l'intestin.

Goldman Sachs (+3%) pourrait abaisser ses objectifs financiers fixés en début d'année du fait des conséquences de la pandémie de coronavirus, qui aurait impacté la réorganisation du modèle économique de la banque d'affaires, selon des sources de Reuters - analystes et 'sources internes proches du dossier'.

Levi Strauss (+4,6%) bénéficie du soutien de Morgan Stanley, qui vient de rehausser sa recommandation de 'pondération en ligne' à 'surpondérer', évoquant la rapide réponse du management face à un environnement perturbé.

Carlyle (+0,41%) et Pacific Equity Partners entendent acquérir pour deux milliards de dollars Link Administration Holdings, prestataire de services australien dans le secteur de l'administration des retraites.

General Motors (+0,4%), le colosse automobile de Detroit, a affiché la première croissance de ses revenus trimestriels en deux ans en Chine.

PG&E (-3,3%) subit une saisie de ses équipements opérée par les autorités chargées d'enquêter sur les causes d'un incendie qui a tué quatre personnes le mois dernier dans le nord de la Californie.

©2020,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !