Cotation du 20/01/2021 à 22h58 Dow Jones Industrial +0,83% 31 188,38
  • DJIND - US2605661048

Wall Street au sommet, Trump a signé le plan de soutien budgétaire

Wall Street au sommet, Trump a signé le plan de soutien budgétaire
Wall Street au sommet, Trump a signé le plan de soutien budgétaire
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La Bourse de New York évolue à de nouveaux plus hauts historiques lundi, dans un volume toutefois léger en ces derniers jours de l'année 2020. Les marchés saluent la ratification par Donald Trump du nouveau plan de soutien budgétaire de près de 900 milliards de dollars, auquel le président américain avait menacé pendant le week-end de mettre son veto... Les marchés européens ont aussi fini en hausse, soulagés par l'accord sur le Brexit et le début de la campagne de vaccination contre le coronavirus ce week-end dans l'Union européenne.

A deux heures de la clôture, l'indice Dow Jones gagne 0,65% à 30.396 points, tandis que l'indice large S&P 500 progresse de 0,90% à 3.736 pts, et que l'indice Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, avance de 0,86% à 12.914 pts.

Plus tôt dans la journée, l'EuroStoxx 50 a gagné 0,9%, le CAC 40 a progressé de 1,2%, tandis qu'en Asie, le Nikkei a pris 0,7% et le Shanghai Composite a fini stable (+0,02%).

Les marchés ont été soulagés par l'accord de dernière minute sur le Brexit, ainsi que par l'adoption définitive du nouveau plan budgétaire américain de 892 Mds$, qui prévoit le versement d'une aide directe de 600$ aux Américains, ainsi que des indemnités de chômage technique à environ 14 millions de chômeurs et des aides aux PME. Le texte a été voté par le Congrès le 22 décembre, mais le président Trump avait tout d'abord refusé de le ratifier en exigeant que l'aide directe aux ménages ménages américains soit augmentée de 600$ à 2.000$.

Sous la pression de son propre camp républicain, le président américain a finalement ratifié le texte dans sa version actuelle, rétablissant les indemnités de chômage de millions d'Américains et évitant ainsi la fermeture des administrations fédérales.

Donald Trump sur la même longueur d'onde que les... Démocrates !

Le président sortant, qui cédera le pouvoir à Joe Biden le 20 janvier prochain, a déclaré : "je ratifie cette législation pour restaurer les allocations-chômage, arrêter les expulsions (locatives), apporter de l'assistance aux bailleurs, ajouter des fonds supplémentaires au programme de prêts aux entreprises, permettre aux employés de l'aérien de retourner au travail et donner des fonds substantiels en plus pour la distribution des vaccins".

Paradoxalement, les élus démocrates étaient favorables à la proposition de Trump d'augmenter les aides directes versées aux Américains à 2.000$ alors que les Républicains ont rejeté la proposition jugée trop coûteuse. La présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, a déclaré que le président devait maintenant appeler les républicains du Congrès à suivre son exemple et à apporter leur soutien à une hausse du montant des chèques à 2.000 dollars...

Mme Pelosi a affirmé que le plan actuel représentait "un acompte pour ce qui est nécessaire pour enrayer le virus, mettre de l'argent dans les poches des Américains et honorer nos héros... Nous devons rapidement prendre davantage de mesures", a-t-elle tweeté.

Lundi soir, la chambre des représentants, a majorité démocrate, s'apprêtait à voter sur un texte portant les chèques de 600$ à 2000$. Toutefois, la procédure parlementaire exige dans ce cas d'obtenir une majorité des deux-tiers, qui sera difficile à atteindre sans le soutien de nombreux élus républicains. Et même si le texte franchissait l'étape de la chambre, il risque d'être rejeté par le Sénat, à majorité républicaine.

Suspense sur le contrôle du Sénat américain

Cette partie de poker politique se déroule avec pour toile de fond une bataille décisive pour le contrôle du prochain Sénat américain. En effet, les deux derniers sénateurs doivent être élus lors d'un second tour prévu le 5 janvier prochain en Géorgie (aucun candidat n'ayant obtenu la majorité au 1er tour du 3 novembre).

L'enjeu est de taille, car si ces deux sièges étaient remportés par les Démocrates, le Sénat serait partagé à 50/50 sièges entre les deux partis, et basculerait de facto dans le camp démocrate, car il reviendrait alors à la vice-présidente (la Démocrate Kamala Harris) d'apporter une voix prépondérante lors du vote des lois.

Un tel scénario aurait des implications importantes pour les marchés financiers, en donnant plus de latitude à Joe Biden pour faire passer des mesures de gauche (hausses d'impôts, hausse des taxes sur les plus-values, réglementations accrues...) Cependant, les sondages et les experts penchent pour le moment pour une victoire républicaine pour au moins un des deux sièges de Géorgie, ce qui permettrait aux Républicains de conserver de justesse leur avantage à la chambre haute, avec au moins 51 sièges contre 49.

Des mois difficiles en vue malgré la vaccination contre le Covid-19

En attendant ces élections sénatoriales décisives, les investisseurs savourent une belle fin d'année, sous le signe de l'espoir de vaincre le coronavirus en 2021 grâce aux campagnes de vaccination. Après l'Amérique du Nord et le Royaume-Uni, l'Union européenne a lancé à son tour ce dimanche les vaccinations. La campagne sera concentrée dans un premier temps sur les personnes âgées et le personnel soignant avant d'être étendue progressivement à l'ensemble de la population. Aux Etats-Unis, plus de deux millions de personnes ont déjà été vaccinées depuis le début de la campagne il y a deux semaines.

Cependant, les effets positifs de la vaccination sur la situation sanitaire et sur l'économie, ne se feront sentir que progressivement, sans doute à partir du printemps, voire de la mi-2021, selon les experts, qui mettent en garde contre quelques mois encore difficiles à venir. Aux Etats-Unis, l'immunologue Anthony Fauci (qui s'est lui-même fait vacciner la semaine dernière) a mis en garde dimanche dans un entretien avec 'CNN', estimant que le pire de la pandémie reste à venir, à la suite des fêtes de fin d'année.

"Je partage l'inquiétude du président élu Biden sur le fait que cela pourrait empirer au cours des prochaines semaines", a-t-il estimé, soulignant que la "hausse s'ajoute à la hausse", ce qui risque de mettre un "surcroît de pression" sur un système hospitalier fonctionnant déjà à flux tendu..

Le pétrole et le dollar marquent le pas

Les Etats-Unis ont connu une envolée du nombre de cas de Covid-19 depuis novembre, et déplorent régulièrement plus de 200.000 cas confirmés et plus de 3.000 morts par jour. Le pays est le plus affecté du monde avec près de 334.000 morts et plus de 19 millions de cas confirmés depuis le début de la pandémie, selon les données de l'université américaine Johns Hopkins, qui font référence.

Les cours du pétrole se replient légèrement lundi : le cours du pétrole brut léger américain WTI cède 0,5% à 47,97$ le baril pour le contrat à terme de janvier sur le Nymex, tandis que le Brent de la Mer du Nord d'échéance février recule de 0,2% à 51,17$.

Le dollar continue de se stabiliser après sa récente chute qui l'a amené au plus bas depuis mars 2018. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence, cote 90,33 points (stable), tandis que l'euro est lui aussi stable à 1,2204$. Sur le marché des emprunts d'Etat américains, le rendement du T-Bond à 10 ans évolue peu, à 0,93% (+1 point de base).

VALEURS A SUIVRE

AstraZeneca (+1,5%). Le régulateur britannique, la MHRA, doit se prononcer dans les prochains jours sur la demande de mise sur le marché du vaccin anti-Covid du laboratoire britannique, mis au point avec l'université d'Oxford. Dimanche, le ministère britannique de la Santé a cependant temporisé en estimant que les régulateurs ont besoin de temps pour étudier les données relatives au vaccin. Le 'Sunday Telegraph' évoquait les premières injections dès le 4 janvier.

Dans une interview au 'Sunday Times', le directeur général d'AstraZeneca, Pascal Soriot, a affirmé avoir trouvé, après des recherches supplémentaires, "la formule gagnante". "Nous pensons que nous avons trouvé la formule gagnante et comment arriver à une efficacité, qui, avec deux doses, est élevée comme celle des autres", a-t-il déclaré, assurant que le vaccin assurait une "protection de 100%" contre les formes sévères du Covid-19.

Novavax (-7,4%) recule malgré l'annonce du coup d'envoi de la Phase 3 de l'essai clinique de son vaccin contre le coronavirus. Près de 1,3 milliard de doses de ce vaccin ont été réservées dans le monde pour ce laboratoire américain qui, depuis sa fondation en 1987, ne dispose toujours d'aucun produit sur le marché.

Pfizer (-1%), a reporté de 24 heures la livraison à l'Espagne d'un nouveau lot de son vaccin contre le covid du fait de certaines difficultés logistiques, a annoncé le ministre de la Santé espagnol, Salvador Illa. En outre, une porte-parole de la Commission européenne a annoncé que la distribution des 200 millions de doses du vaccin commandées initialement serait terminée d'ici septembre.

Walmart (+0,9%), Target (+0,8%) progressent après que le 'Wall Street Journal' a fait état d'une progression de la consommation de 2,4% sur la période des fêtes. Une étude Mastercard estime pour sa part l'augmentation des ventes de détail aux Etats-Unis à 3% sur la période du 11 octobre au 24 décembre, avec une forte croissance du commerce en ligne.

Myovant (+27%) annonce un partenariat avec le colosse pharmaceutique Pfizer pour le développement et la commercialisation au Canada et aux Etats-Unis d'un traitement expérimental oncologique et des fibromes utérins.

Tesla (+1%), nouvel entrant du S&P 500, va se lancer sur le marché indien en début d'année prochaine, a indiqué ce lundi le ministre local des transports au quotidien Indian Express. Le concepteur californien de véhicules électriques devrait commencer par la commercialisation de véhicules avant d'en envisager l'assemblage et la fabrication dans le pays selon la demande.

Alibaba (+0,2%). La Banque populaire de Chine a demandé au géant des paiements Ant Group, filiale d'Alibaba, de remanier ses activités de crédit pour se conformer à plusieurs exigences réglementaires. Le groupe a renforcé dans le même temps son programme de rachats d'actions à 10 milliards de dollars.

Boeing (-0,6%). Un B737-MAX d'Air Canada en route vers Montréal en provenance de l'Arizona avec trois membres d'équipage à son bord a été contraint de se dérouter en raison d'un problème de réacteur, selon le transporteur aérien.

Home Depot (-0,16%) a finalisé l'acquisition de HD Supply Holdings pour une valeur totale d'entreprise, comprenant la trésorerie nette, d'environ 8 milliards de dollars. L'accord d'acquisition avait été annoncé le 16 novembre 2020.

©2020-2021,

Nombre de caractères autorisés : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !