Cotation du 24/05/2019 à 22h49 Dow Jones Industrial +0,37% 25 585,69
  • DJIND - US2605661048

Wall Street au sommet, Netflix entouré, IBM sanctionné

Wall Street au sommet, Netflix entouré, IBM sanctionné
Wall Street au sommet, Netflix entouré, IBM sanctionné
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine, soutenue hier soir par quelques grands noms technologiques tels que Qualcomm (+23% sur son accord avec Apple), demeure bien orientée avant bourse ce mercredi, malgré une relative sanction sur le dossier IBM. Le DJIA, qui prenait 0,26% hier soir, grappille encore 0,2% en pré-séance. Le Nasdaq, qui s'était adjugé 0,3% hier sur la barre des 8.000 pts, grimpe de 0,5% avant bourse ce jour avec Netflix - dont le titre s'affirme dans le vert désormais avec les avis d'analystes.

A quelques points près, les trois principaux indices de la cote américaine s'affichent sur leurs sommets historiques. Le Nasdaq s'aventure ainsi dans des contrées inexplorées, alors que le S&P se renforce sur les 2.900 pts. Le DJIA se montre un peu plus hésitant...

Sur le marché des changes, l'indice dollar recule de 0,1% ce jour à 96,9. Sur le Nymex américain cette fois, le baril de brut WTI progresse de 0,5% à 64,4$.

Déficit commercial réduit

D'après le Département américain au commerce ce mercredi, le déficit commercial du mois de février 2019 s'est établi à 49,4 milliards de dollars, contre un consensus de place de 53,6 milliards de dollars et un niveau de -51,1 milliards de dollars pour la précédente lecture. Ainsi, le déficit commercial américain s'améliore pour le second mois, de manière assez inattendue.

Les stocks et ventes de grossistes pour le même mois seront révélés à 16h (consensus +0,3% en comparaison du mois antérieur). Le rapport hebdomadaire du Département US à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques américains, pour la semaine close au 12 avril, sera communiqué à 16h30 (consensus -1,2 million de barils sur les stocks de brut). Enfin, le Livre Beige économique de la Fed sera publié à 20 heures.

Économie chinoise résistante

Les marchés actions bénéficient assez peu ce jour de l'annonce d'une croissance chinoise supérieure aux attentes. Ainsi, la Chine a enregistré une croissance de 6,4% sur le premier trimestre 2019, en rythme annuel. Cette expansion demeure donc finalement très comparable à celle du dernier trimestre 2018, avec une progression de la production industrielle et de la demande des consommateurs. L'indice boursier Shanghai Composite (SSE) a terminé en maigre hausse de 0,29% ce jour à 3.263 pts, sans grand enthousiasme, après avoir précédemment anticipé une relative bonne nouvelle. Les chiffres du jour dissipent en partie les craintes d'un ralentissement mondial trop prononcé, mais la suite dépendra, concernant la Chine, de l'impact réel des mesures de relance (éventuellement et même probablement renforcées).

Pinterest attendu de pied ferme

Pinterest, le média social de partage de photos, avait fixé prudemment sa fourchette indicative d'introduction à Wall Street, entre 15 et 17$. Le milieu de fourchette faisait ainsi ressortir une décote de plus de 20% sur le prix par action de la dernière levée de fonds. Selon le 'Wall Street Journal' ce mercredi, le groupe pourrait finalement fixer son prix d'introduction au-dessus de la fourchette prévisionnelle, fait assez rare pour être noté. Le groupe de média social prévoit de vendre 75 millions de titres. Le prix de l'IPO doit être connu ce jour, alors que l'entrée effective en bourse aura lieu dès demain.

Pinterest s'était montré prudent il y a quelques jours en fixant sa fourchette indicative d'introduction. Il faut dire que l'IPO récente mouvementée de Lyft avait refroidi les marchés, le titre ayant bénéficié d'une brève envolée le 29 mars, avant de retomber rapidement, passant même sous son cours d'introduction de 72$ (le titre cote maintenant à peine plus de 56$ sur le Nasdaq).

A Wall Street, Abbott Labs, Bank of New York Mellon, Morgan Stanley, PepsiCo, US Bancorp ou Textron, ont publié leurs comptes trimestriels avant bourse ce jour. Adtran, Alcoa, Pier 1 Imports, SLM et E*Trade, annoncent après la clôture ce soir.

Qualcomm a flambé mardi de 23%, après l'annonce d'un accord à l'amiable entre le fabricant de puces pour mobiles et Apple dans leur longue dispute judiciaire au sujet de l'utilisation de brevets. L'action Apple a pour sa part terminé sur une note stable. Les deux groupes ont annoncé mardi avoir conclu un accord, quelques heures seulement après l'ouverture d'un procès qui s'annonçait long et complexe. Le procès qui s'est ouvert devant un tribunal de San Diego, en Californie, devait durer cinq semaines.

L'accord amiable prévoit le paiement à Qualcomm par Apple d'une somme non précisée et se double d'un accord de licence de six ans effectif rétroactivement au 1er avril dernier. Qualcomm et Apple renoncent ainsi à l'ensemble des actions en justice dans ce dossier dont l'enjeu financier potentiel était estimé à plusieurs dizaines de milliards de dollars. Le fabricant de l'iPhone accusait Qualcomm de s'être engagé dans l'octroi de licences illégales afin de maintenir un monopole sur le marché des puces connectant les smartphones aux réseaux sans fil. De son côté, Qualcomm accusait Apple d'utiliser sans contrepartie financière des brevets dans lesquels il a investi des milliards de dollars et de s'être immiscé dans certaines de ses relations commerciales avec d'autres entreprises.

Netflix a publié mardi soir des résultats supérieurs aux attentes, tant en termes d'abonnés que de bénéfices et de revenus pour le 1er trimestre 2019. Cependant, dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le leader mondial de la vidéo en streaming (SVOD) s'est montré plus prudent pour le 2ème trimestre. A Wall Street, l'action Netflix, qui a bondi de 30% depuis le début de l'année, s'affiche encore dans le vert avant bourse ce jour, mais pourrait connaître une certaine volatilité.

Le nombre d'abonnés payants a bondi de 9,6 millions au premier trimestre (1,74 million aux Etats-Unis et 7,86 à l'international), un record pour un seul trimestre. C'est bien supérieur au consensus FactSet, qui tablait sur 8,96 millions, dont 1,6 million aux Etats-Unis et 7,3 millions à l'international. Le bénéfice net de Netflix a atteint 344 millions de dollars, 76 cents par action, contre 64 cents un an plus tôt et 56 cents prévus en janvier par le groupe. Les revenus se sont établis à 4,5 milliards de dollars, en hausse de 21% par rapport aux 3,7 Mds$ du premier trimestre 2018. Netflix avait anticipé des ventes de 4,49 Mds$. De leur côté, les analystes s'attendaient en moyenne à 4,5 Mds$ de ventes et à 58 cents de bpa.

Les marchés ont toutefois été un peu déçus par les prévisions de Netflix pour le deuxième trimestre. La compagnie attend un bpa de 55 cents par action, contre 85 cents un an plus tôt, et 99 cents attendus par le consensus... Netflix s'attend aussi à ce que le rythme d'acquisition de nouveaux abonnés ralentisse avec 5 millions attendus au T2 , contre 5,3 millions espérés par les analystes.

IBM. Le géant américain des services technologiques a annoncé une baisse plus marquée qu'attendu de son chiffre d'affaires trimestriel. Ce dernier s'est élevé à 18,18 milliards de dollars au T1, en recul de 4,7% sur un an, alors que les analystes financiers tablaient en moyenne sur 18,46 Mds$. Au quatrième trimestre 2018, le groupe était parvenu à renouer avec la croissance après sept ans de recul. Le bénéfice net du groupe a lui aussi reculé au premier trimestre, à 1,59 Mds$ (-5,3% par rapport à 1,68 Mds$ un an plus tôt), soit 1,78$ par action, contre 1,81$ un an plus tôt. Toutefois, hors exceptionnels, le bénéfice par action d'IBM est ressorti supérieur aux attentes à 2,25$, 3 cents au-dessus du consensus. Pour l'ensemble de 2019, la direction a confirmé sa prévision d'un bénéfice net par action ajusté d'au moins 13,90$.

PepsiCo, le géant des soft drinks basé à Purchase, New York, devrait grimper vers des sommets historiques à Wall Street ce jour. Pour son premier trimestre fiscal 2019, le groupe a dégagé des profits et des revenus supérieurs aux attentes de marché. Le bénéfice net a ainsi totalisé 1,41 milliard de dollars soit 1$ par titre, contre 1,34 milliard de dollars et 94 cents par action un an auparavant. Hors éléments, le bénéfice ajusté par action sur le trimestre écoulé a représenté 97 cents, alors que le consensus se situait à 92 cents. Les revenus trimestriels se sont quant à eux améliorés de 2,6% en glissement annuel à 12,88 milliards de dollars, alors que le consensus s'établissait à 12,7 Mds$ environ. Les revenus des boissons en Amérique du Nord ont également battu le consensus, en croissance de 2,2% à 4,5 Mds$, alors que les snacks de Frito-Lay ont réalisé une progression de 5,5% à 3,8 Mds$ dans la même région.

Dans la foulée, PepsiCo a confirmé ses estimations 2019 de croissance organique (+4%) et d'évolution du bénéfice ajusté par action à change constant (-1%).

Bank of New York Mellon décroche avant bourse, après des annonces décevantes. Le groupe a publié au titre de son premier trimestre fiscal, clos fin mars 2019, un bénéfice net applicable aux actionnaires ordinaires de 910 millions de dollars soit 94 cents par action, à comparer à un profit de 1,14 milliard de dollars et 1,10$ sur la période correspondante de l'exercice antérieur. Les revenus trimestriels de la banque new-yorkaise ont décliné quant à eux de pratiquement 7% en glissement annuel pour ressortir à 3,9 milliards de dollars. En comparaison, le consensus de place se situait à 96 cents de bénéfice par action pour 4 milliards de dollars de revenus.

Morgan Stanley gagne du terrain avant bourse à Wall Street, le groupe new-yorkais ayant annoncé pour son 1er trimestre des profits supérieurs aux attentes, avec la gestion de fortune et la réduction des dépenses. La firme a dégagé sur le trimestre écoulé un bénéfice attribuable aux actionnaires ordinaires de 2,34 milliards de dollars, en recul de 9% en glissement annuel, pour un bénéfice par action de 1,39$. Le bénéfice ajusté par action a représenté quant à lui 1,33$, alors que le consensus se situait à 1,17$. Les revenus trimestriels ont régressé quant à eux de 7% à 10,29 milliards de dollars.

US Bancorp a publié pour son premier trimestre fiscal des bénéfices conformes aux attentes, mais des revenus légèrement inférieurs au consensus. La banque de Minneapolis a dégagé un bénéfice net de 1,69 milliard de dollars et 1$ par titre, contre 1,68 milliard de dollars un an avant. Le bénéfice par action est ressorti en ligne avec le consensus de place. Les revenus ont totalisé quant à eux 5,77 milliards de dollars, contre 5,47 milliards de dollars un an auparavant.

Textron progresse avant bourse. Le groupe de Providence a annoncé pour le premier trimestre un bénéfice de 179 millions de dollars et 76 cents par titre, contre un consensus de 70 cents. Le concepteur des avions Cessna et des hélicoptères Bell a réalisé des revenus de 3,1 milliards de dollars, contre 3,2 Mds$ de consensus. Le bpa annuel est anticipé entre 3,55 et 3,75$.

Abbott Labs a dépassé les attentes de marché pour le premier trimestre. Le groupe pharmaceutique a affiché un bénéfice net de 672 millions de dollars soit 38 cents par action, sur ce trimestre clos fin mars, contre 418 millions de dollars un an avant. Le bénéfice ajusté par action s'est élevé quant à lui à 63 cents, contre 61 cents de consensus. Les revenus ont totalisé 7,54 milliards de dollars, contre 7,39 milliards un an plus tôt et 7,47 Mds$ de consensus.

Apple. Les ambitions du groupe dans la voiture autonome semblent se confirmer. Le fabricant de l'iPhone discuterait avec au moins quatre entreprises, qui pourraient devenir ses fournisseurs de capteurs lidar (télédétection par laser) de nouvelle génération. Reuters, qui cite des sources proches des pourparlers, précise que les discussions portent sur des capteurs capables d'offrir une vision tridimensionnelle de la route. Dans le cadre de son 'Project Titan', Apple chercherait par ailleurs à produire lui-même des capteurs plus petits, moins chers et plus faciles à produire en série que la technologie actuelle. Malgré les nombreuses rumeurs, on ne sait pas encore si Apple souhaite produire son propre véhicule autonome ou "simplement" fournir des éléments matériels et logiciels via un partenariat avec un constructeur.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com