Cotation du 13/11/2019 à 16h07 Dow Jones Industrial -0,06% 27 674,76
  • DJIND - US2605661048

Wall Street au sommet avec l'emploi. Enjoy !

Wall Street au sommet avec l'emploi. Enjoy !
Wall Street au sommet avec l'emploi. Enjoy !
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — La cote américaine, qui avait souffert hier du fait des craintes concernant les négociations commerciales sino-américaines, rebondit vers ses sommets historiques ce vendredi. Le S&P500 grimpe de 0,75% à 3.060 pts. Le DJIA gagne désormais 0,90% à 27.290 pts, alors que le Nasdaq prend 0,84% à 8.362 pts. L'indice dollar cède 0,1% à 97,2 malgré les chiffres meilleurs que prévu de l'emploi pour le mois d'octobre. Le baril de brut WTI gagne 2,2% à 55,4$ et le Brent de la mer du Nord prend 2% à 60,8$. "Le Marché Boursier en FORTE hausse ! Des records pour le S&P 500 et le NASDAQ. Profitez!", s'est d'ailleurs ému Trump il y a quelques instants sur Twitter.

D'après le Département américain au Travail ce jour, les créations de postes non-agricoles du mois d'octobre 2019 sont ressorties au nombre de 128.000, contre 90.000 de consensus et 180.000 pour la lecture révisée (en forte hausse) du mois de septembre. Le taux de chômage est quant à lui ressorti en légère hausse à 3,6% contre 3,5%, en ligne avec les attentes de marché. Les créations de postes dans le privé se sont établies à 131.000, contre 90.000 de consensus et 167.000 pour la lecture ajustée du mois antérieur. Le gouvernement américain avait initialement annoncé pour septembre 136.000 créations de postes non-agricoles, dont 114.000 dans le privé. Le taux de participation à la force de travail en octobre s'est élevé à 63,3%, contre 63,1% de consensus. Le salaire horaire moyen a augmenté comme prévu de 0,2% par rapport au mois précédent et de 3% en glissement annuel.

Le taux de chômage, qui s'affichait en septembre au plus bas d'un demi-siècle aux États-Unis, est donc légèrement remonté du fait notamment de la grève chez General Motors. Globalement, le rapport du jour reste assez satisfaisant, comme ne manque pas de le relever le président américain Donald Trump. "Wow, des chiffres détonants de l'EMPLOI viennent de sortir, ajustés des révisions et de la grève chez General Motors, 303.000. C'est bien plus élevé que prévu. Les USA CARTONNENT!"

L'indice Markit PMI manufacturier final américain du mois d'octobre 2019 est ressorti à 51,3, contre 51,5 de consensus de place et 51,5 pour la lecture préliminaire dite 'flash'. En août et septembre, cet indice PMI manufacturier américain se situait cependant à 50,3 et 51,1. La tendance reste donc globalement à une légère accélération selon cette mesure.

L'ISM manufacturier du mois d'octobre 2019, qui vient lui aussi d'être publié ce jour, ne donne comme souvent pas la même vision. Ainsi, cet ISM est ressorti à 48,3 en octobre, contre 49,3 de consensus et 47,8 en septembre. L'indicateur reste donc logé sous la barre des 50, qui constitue la frontière entre expansion et contraction de l'activité. L'indice des prix manufacturiers a chuté à 45,5, contre 50 de consensus de place et 49,7 un mois avant.

Enfin, les dépenses de construction du mois de septembre aux USA sont ressorties en progression assez significative de 0,5% en comparaison du mois antérieur, contre +0,2% de consensus et -0,3% pour la lecture révisée du mois d'août.

Robert Kaplan, John Williams, Mary Daly, Randal Quarles, Eric Rosengren et Richard Clarida de la Fed, s'expriment durant la journée sur divers sujets économiques et monétaires. Clarida, le vice-président de la Banque centrale américaine, juge qu'après les trois baisses de taux opérées cette année, qui ont ramené le taux des fonds fédéraux entre 1,50 et 1,75%, l'économie américaine peut mieux faire face aux risques et aux vents contraires. Les chiffres de l'emploi du jour justifient par ailleurs selon lui le choix de faire une pause. Dans le même esprit, Rosengren pense que les USA n'ont actuellement pas besoin de stimulus supplémentaire. Kaplan ne dit pas autre chose. Le président de la Fed de Dallas indique qu'il a soutenu la troisième baisse des taux, mais ne veut pas pour l'heure aller plus loin...

En Chine, l'activité du secteur manufacturier avait agréablement surpris ce matin pour le mois d'octobre, sur son meilleur rythme en plus de 2 ans avec la croissance des commandes à l'export. Selon la dernière enquête Caixin/Markit sur la question, l'indice PMI manufacturier chinois s'est ainsi établi à 51,7 en octobre contre 51,4 le mois précédent. Le consensus était de 51. Les nouvelles commandes à l'export sont revenues en territoire positif pour la première fois en 5 mois. La décision de l'administration Trump de suspendre les nouveaux droits de douane prévus sur des centaines de produits chinois supplémentaires a apparemment porté ses fruits.

Dans l'actualité des entreprises à Wall Street ce vendredi, Alibaba, AbbVie, Newell Brands, ExxonMobil, Chevron, Colgate-Palmolive, Sempra et Seagate, ont publié notamment avant bourse leurs derniers comptes trimestriels.

Les valeurs

AIG (stable) a renoué avec les profits mais manqué le consensus de place pour le trimestre clos. L'assureur a annoncé hier soir un bénéfice net de 648 millions de dollars soit 72 cents par titre, contre une perte de 1,26 milliard de dollars un an plus tôt. Le bénéfice ajusté par action a représenté 56 cents, contre 34 cents un an avant et 1$ de consensus. Les primes brutes ont reculé de 1% à 8,6 Mds$, alors que les primes nettes ont baissé de 3% à 6,6 Mds$.

Amgen (+1%), la firme américaine de biotechnologies, a annoncé son intention de racheter 20,5% du groupe sino-américain BeiGene, dans le cadre d'un accord visant à développer et commercialiser une vingtaine de traitements en Chine. Amgen déboursera environ 2,7 milliards de dollars pour cette prise de participation, l'opération s'effectuant sur un cours de 174,85$ par ADR - soit une prime de 26% sur la clôture la plus récente.

U.S. Steel (+15% !), le groupe américain de sidérurgie, a annoncé pour son troisième trimestre fiscal une perte nette de 84 millions de dollars soit 49 cents par titre, contre un profit de 291 millions de dollars un an avant. Hors charges de restructurations et autres éléments non récurrents, la perte a représenté 21 cents par titre, contre -25 cents de consensus. Le groupe a donc perdu un peu moins que prévu. Les revenus ont régressé à 3,07 milliards de dollars, contre 3,73 milliards sur la période correspondante de l'an dernier et 3,05 milliards de consensus.

ExxonMobil (+2%), le colosse pétrolier d'Irving, a annoncé pour son troisième trimestre fiscal 2019 un bénéfice net de 3,17 milliards de dollars et 75 cents par titre sur une base diluée, contre 6,24 milliards et 1,46$ par action un an avant. Les dépenses de capitaux et exploration ont totalisé 7,7 milliards de dollars. Le bénéfice du trimestre clos comprend 7 cents d'impact fiscal positif. La production a grimpé de 3% en glissement annuel pour atteindre 3,9 millions de barils équivalent pétrole par jour. La chute des profits résulte essentiellement de la baisse des cours du brut et de la faiblesse des activités chimiques. Le consensus était de 64 cents de bénéfice par action sur le trimestre, pour 67,9 milliards de dollars de revenus. En comparaison, les revenus se sont établis finalement à 65,1 milliards, pour un bpa ajusté situé à 68 cents.

Chevron (stable) a affiché également des profits en déclin du fait de la baisse des prix. Le bénéfice net part du groupe du troisième trimestre a reculé de plus d'un tiers à 2,58 milliards de dollars, 1,36$ par titre, contre 4,05 milliards de dollars et 2,11$ par action un an plus tôt. La production a augmenté de 3% à 3,03 millions de barils équivalent pétrole par jour sur le trimestre, mais les prix de vente ont donc pesé.

Alibaba (+1%), le colosse chinois du commerce en ligne, a annoncé pour son second trimestre fiscal des profits supérieurs aux attentes du consensus, grâce à une forte croissance sur le coeur d'activité. Les revenus du groupe ont totalisé 119 milliards de yuans sur ce trimestre clos fin septembre 2019, contre 85 milliards de yuans un an plus tôt et 117 milliards de yuans de consensus. Le groupe, qui vient de célébrer en septembre son 20ème anniversaire, a livré un solide trimestre marqué par une croissance de 40% des revenus et un Ebitda ajusté en progression de 39% en glissement annuel. Le nombre de consommateurs actifs annuels sur les places de marché chinoises a atteint 693 millions, en croissance de 19 millions sur une période de 12 mois. Le nombre d'utilisateurs actifs mensuels sur les plateformes chinoises en septembre est ressorti à 785 millions.

Le bénéfice trimestriel des opérations a représenté 20,4 milliards de yuans, soit environ 2,85 Mds$, en croissance de 51% en comparaison de l'an dernier ! L'Ebitda ajusté a atteint 37,1 milliards de yuans, soit 5,19 Mds$. Le bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires s'est élevé à 72,54 milliards de yuans (plus de 10 Mds$ !), avec toutefois un gain exceptionnel sur Ant Financial. En dehors de ce gain, le bénéfice net non-GAAP aurait été de 32,75 milliards de yuans, soit 4,58 Mds$, en progression de 40% par rapport à l'année antérieure.

Le bénéfice dilué par ADS a représenté 27,51 yuans (3,85$) et le bpa dilué ajusté 13,10 yuans (1,83$ et +36%). Le consensus de profit ajusté par action sur le trimestre clos se situait à 10,7 yuans par ADS.

Pinterest (-21% !), le réseau social américain de partage de photographies, dévisse à Wall Street. Le groupe a raté le consensus de revenus pour le trimestre clos, du fait d'une croissance quelque peu décevante à l'international et d'un revenu moyen par utilisateur moins important que prévu. Le groupe a ajusté ses estimations annuelles de recettes, qui ressortent légèrement inférieures aux attentes. La perte nette trimestrielle est ressortie à 125 millions de dollars, contre 19 millions un an plus tôt. Les dépenses ont quasiment doublé à 413 millions. Les revenus totaux ont grimpé tout de même de 47% à 280 millions de dollars sur cette période close fin septembre, mais le consensus était un cran plus haut, à 281 millions. Le bénéfice ajusté par action a représenté un profit d'un cent, contre -4 cents de consensus.

Les 'Pinners', doux surnom attribué aux utilisateurs du réseau, ont généré un revenu moyen de 90 cents sur le trimestre. Le nombre de 'Pinners' actifs mensuels a grimpé de 28% à 322 millions, contre 307 millions de consensus. Le groupe table désormais sur des revenus annuels 2019 allant de 1,10 à 1,115 milliard de dollars, contre une guidance antérieure logée entre 1,095 et 1,115 milliard et un consensus de 1,12 milliard.

AbbVie (+3%) a affiché des comptes assez solides et dopé au passage ses prévisions financières. Sur le troisième trimestre fiscal, le bpa dilué ajusté s'est élevé à 2,33$, contre 2,3$ de consensus. Les revenus ont été de 4,9 milliards de dollars pour Humira, produit clé du groupe. Le bénéfice dilué ajusté annuel par action est désormais anticipé entre 8,90 et 8,92$, contre une guidance antérieure allant de 8,82 à 8,92$.

Newell Brands (+8%) a réalisé des résultats moins dégradés que prévu. Le groupe aux marques Rubbermaid, Yankee Candle et Graco a déploré une perte nette de 626 millions de dollars soit 1,48$ par action, mais hors éléments, le bénéfice ajusté s'est établi à 73 cents, contre 55 cents de consensus et 77 cents un an avant. Les revenus ont reculé de 4% à 2,45 milliards de dollars, contre 2,43 Mds$ de consensus. Le bénéfice ajusté annuel est maintenant anticipé entre 1,63 et 1,68$, une guidance relevée, pour des ventes allant de 9,6 à 9,7 Mds$.

Colgate-Palmolive (-3%) a battu le consensus de profit, mais les revenus ressortent un peu légers. Le bénéfice net trimestriel est ressorti à 578 millions de dollars soit 67 cents par titre, contre 523 millions un an avant. Le bénéfice ajusté par action a représenté 71 cents, contre 70 cents de consensus. Les revenus se sont appréciés de 2% à 3,93 milliards de dollars, contre 3,95 Mds$ de consensus. Les revenus annuels sont toujours attendus stables ou en hausse jusqu'à +4%. Le bpa est attendu en baisse de 1-4%.

Seagate (-1%) a réalisé au premier trimestre fiscal un bénéfice net de 200 millions de dollars, 74 cents par titre, pour un bpa ajusté de 1,03$ à comparer à un consensus de 1$. Le groupe a affiché des revenus de 2,58 milliards de dollars, contre 2,55 Mds$ de consensus. Sur le trimestre clos en janvier, il envisage un bpa ajusté de 1,32$ contre 1,27$ de consensus. Les revenus sont espérés voisins de 2,72 milliards de dollars.

Fitbit (+16% !) flambe à Wall Street ce vendredi, alors que Google vient de confirmer une offre de 2,1 milliards de dollars pour l'acquisition du concepteur américain d'objets connectés liés à l'activité physique et au fitness. La finalisation de cette opération est attendue en 2020. Rappelons que le titre Fitbit s'était déjà envolé lundi de plus de 30% sur la rumeur d'une telle offre d'Alphabet, maison-mère de Google. "Grâce aux ressources de Google et à sa plateforme globale, Fitbit sera en mesure d'accélérer l'innovation dans la catégorie 'wearables'", se réjouit James Park, directeur général de Fitbit. L'offre est libellée à 7,35$ par titre en cash, soit une prime d'environ 19% sur la clôture de jeudi à Wall Street.

©2019,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com