Cotation du 15/08/2018 à 22h52 Dow Jones Industrial -0,54% 25 162,41
  • DJIND - US2605661048

Wall Street : au rebond avec l'emploi et l'Italie

Wall Street : au rebond avec l'emploi et l'Italie
Wall Street : au rebond avec l'emploi et l'Italie
Crédit photo © Reuters

(Boursier.com) — Wall Street s'offre un rebond ce vendredi soir à trois heures de la clôture, rassuré d'une part, par l'évolution de la situation politique en Italie et d'autre part, par les chiffres "historiques" de l'emploi mensuel américain. Le taux de chômage est ainsi retombé au plus bas niveau de près de 50 ans aux États-Unis ! Le DJIA gagne actuellement 0,97% à 24.652 pts, le Nasdaq monte de 1,45% à 7.549 pts et le S&P500 progresse de 1,06% à 2.734 pts.

Donald Trump maintient de son côté le cap et fait courir le risque d'une guerre commerciale à grande échelle. Ainsi, après deux mois d'exemption, les États-Unis imposent désormais depuis aujourd'hui des droits de douane de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium provenant de l'Union européenne, du Canada et du Mexique. Ces partenaires ont évidemment menacé de représailles. La Commission européenne envisage par exemple des prélèvements sur 2,8 MdsE d'importations provenant des Etats-Unis (bourbon, Harley Davidson, jeans...). Les tensions commerciales se confirment donc, d'autant que les relations sont par ailleurs peu évidentes entre les USA et la Chine...

D'après le rapport gouvernemental du jour sur la situation de l'emploi, les États-Unis ont créé 223.000 postes au mois de mai 2018, ce qui dépasse largement le consensus de place (190.000). Cette lecture signale par ailleurs une forte croissance par rapport au mois d'avril, qui avait été marqué par 159.000 créations de postes non-agricoles. Le taux de chômage tombe quant à lui à 3,8% au mois de mai, contre 3,9% de consensus et 3,9% un mois auparavant. Ce taux de chômage égale la performance du mois d'avril 2000. Il faut ensuite remontée à... 1969 pour retrouver un niveau aussi bas du chômage américain, selon les données de 'Bloomberg'. Les créations de postes dans le secteur privé pour le mois de mai ressortent au nombre de 218.000, contre 184.000 de consensus et 162.000 pour la lecture révisée du mois d'avril. Le taux de participation à la force de travail s'établit à 62,7%, contre 62,8% de consensus.

L'inflation salariale, quant à elle, est un peu plus importante que prévu. Le salaire horaire moyen augmente de 0,3% en comparaison du mois antérieur, contre +0,2% de consensus. Il grimpe de 2,7% en glissement annuel. Les créations de postes non-agricoles du mois d'avril ont été révisées en baisse, de 164.000 à 159.000. En revanche, les créations du mois de mars 2018 ont été revues en hausse à 155.000, contre 135.000 précédemment évalué. Le gain mensuel moyen sur trois mois s'établit donc à 179.000.

L'indice PMI manufacturier américain du mois de mai 2018 est ressorti à 56,4, contre un consensus de place de 56,6 et une lecture antérieure de 56,5. De son côté, l'indice ISM manufacturier américain pour le mois de mai s'est établi à 58,7, contre 58,5 de consensus et 57,3 un mois plus tôt. Les deux indicateurs signalent donc une expansion assez ferme de l'activité manufacturière nationale aux États-Unis, puisqu'ils ressortent nettement supérieurs à la barre fatidique des 50, démarcation entre croissance et décroissance de l'activité.

Les dépenses de construction du mois d'avril 2018 sont quant à elles annoncées en vive augmentation de 1,8% en comparaison du mois antérieur, contre +0,8% de consensus et -1,7% pour la lecture antérieure. Ces dépenses ressortent même en forte croissance de 7,6% en glissement annuel.

Enfin, les discussions auraient été porteuses entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, si l'on en croit Donald Trump, qui évoque sur Twitter "de très bonnes réunions".

LES VALEURS

Lululemon Athletica (+17%) a annoncé ses comptes du premier trimestre. Les bénéfices sont de 75,2 M$ (0,55$ par action), contre 31,2 M$ (0,23$ par action) un an avant. Les revenus s'élèvent à 650 M$, contre 520 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,46$, pour des revenus de 616 M$. A magasins comparables, les ventes sont en croissance de 8%. Sur le second trimestre le groupe vise un bpa logé entre 0,46 et 0,48$, pour des revenus situés entre 660 et 665 M$.

Costco Wholesale (-1%) a publié ses résultats du troisième trimestre fiscal. Les bénéfices sont de 750 M$ (1,70$ par action), contre 700 M$ (1,59$ par action) un an avant. Les revenus montent à 32,3 Mds$, contre 28,8 Mds$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,69$, pour des revenus de 31,9 Mds$. A magasins comparables, les ventes sont en croissance de 10,2%, contre 8% de consensus.

GameStop (+1%) a annoncé ses résultats du premier trimestre. Les bénéfices sont de 28,2 M$ (0,28$ par action), contre 59 M$ (0,58$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action ressort à 0,38$, contre 0,63$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 1,93 Md$, contre 2,05 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,38$, pour des revenus de 1,95 Md$. Sur l'exercice, le groupe vise toujours un bpa compris entre 3 et 3,35$, pour des ventes en baisse de 2 à 6%.

Big Lots (-5%) a présenté ses comptes du premier trimestre. Le résultat net ressort à 31,2 M$ (0,74$ par action), contre 51,5 M$ (1,15$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'affiche à 0,95$, contre 1,15$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 1,27 Md$, contre 1,29 Md$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,19$, pour des revenus de 1,28 Md$. A magasins comparables, les ventes reculent de 3%, contre -1% de consensus. Sur l'exercice, le groupe vise un bpa compris entre 4,50 et 4,70$.

Abercrombie & Fitch (-9%) a publié ses résultats du premier trimestre. La perte nette s'élève à 42,5 M$ (0,62$ par action), contre une perte de 61,7 M$ (0,91$ par action) un an avant. En base ajustée, la perte par action ressort à 0,56$. Les revenus s'élèvent à 730,9 M$, contre 661,1 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,77$, pour des revenus de 696 M$. A magasins comparables, les ventes sont en croissance de 5% (+6% pour Hollister et +3% pour Abercrombie). Sur 2018, le groupe vise des ventes en hausse de 2 à 4% à magasins comparables.

VMware (+6%) a annoncé ses comptes du premier trimestre. Les revenus sont de 2 Mds$, en croissance de 14% en glissement annuel. Les bénéfices s'élèvent à 942 M$ (2,29$ par action), contre 245 M$ (0,59$ par action) un an avant. En non-GAAP, le bpa ressort à 1,26$, contre 1,06$ sur la même période de l'exercice précédent. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,14$, pour des revenus de 1,95 Md$.

Apple (+2%)... Dialog Semiconductor dévisse en bourse, le 'fondeur' allemand ayant livré... un 'Apple warning' hier soir. Ainsi, Dialog a expliqué qu'Apple allait diversifier ses fournisseurs et s'adresser par conséquent à un groupe supplémentaire pour les 'puces' de gestion énergétique de l'un des nouveaux iPhones. De ce fait, Apple devrait réduire de 30% ses commandes de 'puces' auprès de l'Allemand. L'impact devrait également être conséquent (de l'ordre de 5%) sur le chiffre d'affaires annuel. Le groupe allemand table tout de même encore sur une expansion globale des ventes. Le marché manifeste aujourd'hui son anxiété, alors qu'Apple n'est autre que le principal client de Dialog Semiconductor...

Ford (+1%), le constructeur automobile du Michigan, a annoncé avoir vendu 242.824 véhicules aux Etats-Unis sur le mois de mai 2018, ce qui représente une hausse de 0,7% en glissement annuel.

FCA US LLC (Fiat Chrysler Automobiles : -7%) a vendu 214.294 véhicules aux Etats-Unis sur le mois de mai 2018, ce qui représente une hausse de 11% par rapport à mai 2017. Le constructeur italo-américain a par ailleurs précisé ce jour ses objectifs 2018 et ses prévisions à plus long terme. Hors Magnetti Marelli, Fiat Chrysler envisage pour cette année un chiffre d'affaires de 120 MdsE, un bénéfice ajusté de 4,7 MdsE et un Ebit ajusté d'au moins 8,2 MdsE. Le groupe veut réduire ses dépenses de 10 Mds$ sur la période allant de 2018 à 2022...

©2018,

Nombre de caractères autorisé : 500

Déjà inscrit ? Connectez-vous

Pas encore inscrit? Inscrivez-vous en quelques secondes !

Partenaires de Boursier.com